Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 février 2022 3 02 /02 /février /2022 08:27
Amiens. Faubourg de Hem. Mars 1978. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Faubourg de Hem. Mars 1978. © Jean-Louis Crimon

Très tôt, dans la photo, c'est le mimétisme urbain qui m'est apparu fascinant. Une affiche sur un mur et, à quelques mètres, un homme qui progresse à grands pas sur le trottoir. L'homme est le double vivant du travailleur de l'affiche. Ne manque que le marteau-piqueur. Même couvre-chef, même grand manteau noir, même allure, la photo s'impose. Il faut juste être dans le rythme, dans le mouvement, ne pas être à contre-temps. C'est fascinant de saisir le mouvement en arrêtant le mouvement. Mais dans le bon tempo.

Au temps de l'argentique, il faut attendre d'avoir développé le film, - révélateur, rinçage, fixateur, nouveau rinçage, puis séchage - pour savoir si la prise de vue est réussie. Photo unique souvent, car avec un rouleau de 24 ou 36 vues, on se doit d'ête économe. Rien à voir avec la profusion folle des images faites avec un numérique. Sans oublier cette facilité déconcertante, banale aujourd'hui, pouvoir voir dans le même instant la photo prise dans l'instant. Réussie, on la garde, on la sauvegarde, ratée, on la jette, on l'efface. Magie inimaginable quarante ans plus tôt.

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
1 février 2022 2 01 /02 /février /2022 08:27
Amiens. Quartier Saint-Leu. Juillet 1981. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Quartier Saint-Leu. Juillet 1981. © Jean-Louis Crimon

C'est l'histoire d'un photographe qui dans sa vie, sans en faire son métier, a dû prendre des milliers de photographies. Des dizaines de milliers de photos. Sa quête, dans sa tête, il la veut conquête. Dès sa première année de philo. Dès ses premières photos. Tout début des années 70. Mais en fait, c'est dans l'enfance que tout commence. Personne, jamais, ne voudra le croire : il est cet être rare qui découvre la magie de la photographie sans appareil. Sans boîtier. Simplement avec les yeux. Les yeux de l'âme. Enfant, il cadre avec des mots les photos qu'il ne peut pas prendre. Il s'invente des poèmes qu'il appelle "photo-poème". Il n'a jamais oublié son premier photo-poème.

 

" Le vieil homme marchait

Balançant le bras

Horloge humaine

Rythmant le temps des choses."

 

Cet enfant rêveur, bien sûr, c'est moi. Depuis mes sept ou huit ans, je le sais, je le sens, le temps est le seul problème important. C'est déroutant. Il en faut du temps pourtant. Une éternité de temps. Un jour, j'ai 20 ans. Bac Philo en poche. La clé de l'Université. L'Université, le plus beau des cadeaux. Un cadeau pour la vie entière. Le droit et le temps d'apprendre. De comprendre. Tout ce temps, au début de la vie, pour trouver un sens à la vie. A sa vie. Pour moi, Philosophie et Photographie sont intimement liées. Philosophie de l'instant, Photographie de l'instant, c'est tout un. Je veux en faire mon objet de recherche. Une superbe "Maîtrise" où je montrerais ma parfaite maîtrise des idées et des images.

Le Mémoire de Maîtrise passerait par Kierkegaard, Jankélévitch, Bachelard, Bergson, certaines pages de Proust, de Camus, sans oublier Rimbaud et Verlaine, Prévert, Ponge, Francis Ponge. Des philosophes, des romanciers et des poètes... Mais aussi, bien sûr, des photographes : Doisneau, Cartier-Bresson, Lartigue, Brassaï, Le Querrec...

 

Problème : je n'ai jamais écrit plus de trois pages. Superbes d'ailleurs. Admirable prologue. Projet original. Mes Maîtres d'alors m'encouragent à relever un aussi beau défi, mais je n'ai jamais rendu ma "Maîtrise", côté philo. L'ai simplement cultivée et développée côté photo. J'ai, aux dires de tous, réussi très vite, d'instinct, à acquérir une parfaite maîtrise de l'image. L'image arrêtée. Captée. Capturée. L'instinct de l'instant. L'image devenue "Instantané". Instantané et pas cliché. Surtout pas cliché. Cliché, ça fait cliché. Le cliché, en littérature, c'est une idée toute faite, surfaite. Métaphore éculée. Dépassée. Belle comme le jour. Succès foudroyant. Beau comme un coeur. En photo, le cliché, c'est le mot qui accompagne depuis toujours la signature des photos de l'agence Roger-Viollet. Années trente et quarante d'un autre siècle. Vieilli. Dépassé. Has been. Il faut clasher le cliché. 

La photo, c'est l'instant. La capture de l'instant. La capture instantanée de l'instant. De l'instant décisif. Morceau de temps arraché au flux destructeur du temps qui passe et qui fait que nous, les mortels, nous passons. Nous passons et nous trépassons. Instant arraché au temps. Sauvé. Non pas sauvegardé. Sauvé. Transfiguré. Transfiguré en le figurant. Instant durablement inscrit dans la durée. La dure durée durable. Instant irrémédiablement placé hors du temps. Vraie petite parcelle d'éternité. Un goût d'éternel dans un destin forcément temporel.

Irrésistible attrait de l'instant. Irrésistible séduction de l'instant. L'instant décisif et dérisoire à la fois. D'emblée, chez moi, le dérisoire a pris le pas sur le décisif. L'instant dérisoire, contre-pied sublime au Maître de l'instant décisif. Pardon, Monsieur Cartier-Bresson. Je ne voulais pas trahir votre leçon. Pas vous faire de peine.

Mes photos sont simplement humaines. Tendres et humaines. Elles sont le reflet de la vie quotidienne. Un regard, un sourire parfois. Des larmes de temps en temps. Des cris aussi. Des cris de détresse ou de rage. Mes photos, je le confesse, entre tendresse et détresse, c'est de l'humain qui transperce. De l'humain qui traverse. La vie comme la rue. La vie, comme on traverse une rue.

 

Cri + Image = Crimage. L'homme photographe trouve enfin son équation. Sous la forme d'une simple formule. Une simple addition. Un cri + une image, ça donne un "Crimage". Crimage de Crimon, c'est tout bon.

 

L' équation se fait signature. Ma signature.

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2022 1 31 /01 /janvier /2022 08:27
Amiens. Jardin. Accenteur mouchet. 30 Janvier 2022. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Jardin. Accenteur mouchet. 30 Janvier 2022. © Jean-Louis Crimon

Buffon, le premier, lui a donné son surnom : traîne-buisson. Sans cesse en mouvement, il sautille ça et là, donne d'innombrables petits coups de bec, semble se nourrir de trois fois rien, passe parfois par la mangeoire quand les mésanges ou les moineaux se sont envolés. Souvent le plus matinal, peut-être le premier levé, il retourne avec application les feuilles mortes espérant y trouver larves ou insectes. 

 

A la Présidentielle des Oiseaux, je vote... Accenteur mouchet.

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2022 7 30 /01 /janvier /2022 08:27
Amiens. Jardin. Mai 2021. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Jardin. Mai 2021. © Jean-Louis Crimon

Parfois l'oiseau se pose

Comme s'il prenait la pose

Tout semble parfait

 

Juste à se laisser prendre

Sans chercher à comprendre

Beauté rare de l'instant

 

Cadeau du hasard

Pour qui a le regard

Très vite fugace s'efface.

 

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2022 6 29 /01 /janvier /2022 08:27
Amiens. Jardin. Moineau domestique. (Passer domesticus). Dînette du matin. Juin 2021. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Jardin. Moineau domestique. (Passer domesticus). Dînette du matin. Juin 2021. © Jean-Louis Crimon

Brindille qui sautille

Gazon qui gazouille

Jardin qui s'arsouille

 

Moineau qui picore

Moineau qui dévore

Moineau herbivore

 

Moineau gourmet

Moineau gourmand

Très élégamment

 

 

Pissenlit sucré sans déc

Comme un vrai bonbec

Trop bon pour mon bec !

 

 

A la Présidentielle, je vote... Moinelle, du Moineau la femelle.

 

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2022 5 28 /01 /janvier /2022 08:27
Amiens. Jardin. Janvier 2021. Rouge-gorge. (Erithacus rubecula). © Jean-Louis Crimon

Amiens. Jardin. Janvier 2021. Rouge-gorge. (Erithacus rubecula). © Jean-Louis Crimon

Ce qui est fascinant, c'est ce moment où nos regards se croisent, cet instant où l'oeil de l'oiseau soutient le regard de l'homme qui va le prendre en photo.

 

A la Présidentielle, assurément, je vote... Rouge-gorge.

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2022 4 27 /01 /janvier /2022 08:27
Amiens. Jardin. 24 Janvier 2022. Mésange charbonnière. (Parus major). © Jean-Louis Crimon

Amiens. Jardin. 24 Janvier 2022. Mésange charbonnière. (Parus major). © Jean-Louis Crimon

En anglais, on l'appelle "Great tit". "Tit" signifie mésange. C'est la Mésange charbonnière, la plus commune et la plus grande des mésanges, facilement indentifiable grâce à sa calotte et à sa cravate noires et à son plumage jaune. Presque jaune citron.

Pendant la période de couvaison, la mésange charbonnière se nourrit surtout d'insectes, d'araignées, de larves et de chenilles. En automne et en hiver, elle passe à une alimentation faite de graines riches en huile, faines et graines de tournesol. Quelques fruits aussi, s'il en subsiste dans le jardin qu'elle a choisi.

 

A la Présidentielle des oiseaux, je vote... Mésange charbonnière.

 

© Jean-Louis Crimon 


 
Partager cet article
Repost0
26 janvier 2022 3 26 /01 /janvier /2022 08:27
Amiens. Jardin. Rouge-gorge. (Erithacus rubecula). 20 Janvier 2022. 11:39. 1/80. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Jardin. Rouge-gorge. (Erithacus rubecula). 20 Janvier 2022. 11:39. 1/80. © Jean-Louis Crimon

Rouge-gorge peut aussi s'écrire rougegorge, en un seul mot, mais je persiste à l'écrire en deux mots, comme dans la chanson de Renaud. En deux mots, c'est plus beau. Plus fort aussi. Même si...

 

Prolo ordinaire, peuple de Paris

Rouge-gorge est fier d'être né ici

Quartier populaire, bistrots et bougnats

Et marchés couverts rue des enfants rois

Rouge-gorge doit son surnom bizarre

A sa jolie voix et à son foulard

Rouge son foulard autour de son cou

Rouge sa mémoire à jamais debout...

 

 

Même si... entre l'oiseau et le prolo, ça bat parfois de l'aile, 

A la Présidentielle, pour que la vie soit plus belle, je voterai... Rouge-gorge.

 

© Jean-Louis Crimon 

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2022 2 25 /01 /janvier /2022 08:27
Amiens. Jardin. Mars 2017. Tourterelles turques. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Jardin. Mars 2017. Tourterelles turques. © Jean-Louis Crimon

 

A la Présidentielle, c'est sûr, je vote... Tourterelles.

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2022 1 24 /01 /janvier /2022 08:27
Amiens. Jardin.  24 Janvier 2022. Mésange charbonnière. (Parus major). © Jean-Louis Crimon

Amiens. Jardin. 24 Janvier 2022. Mésange charbonnière. (Parus major). © Jean-Louis Crimon

Contrairement à sa cousine, la mésange bleue, la mésange charbonnière est moins rondouillarde et un peu plus grande. 15 cm contre 12, pour la mésange bleue. Elle a le dos vert olive, une calotte non pas bleue, mais noire, et elle porte une cravate noire.

 

A la Présidentielle, c'est sûr, je vote... Mésange charbonnière.

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens