Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 novembre 2020 7 08 /11 /novembre /2020 11:07
Riga. Lettonie. Institut Français. 7 et 8 Déc. 2016. © Jean-Louis Crimon

Riga. Lettonie. Institut Français. 7 et 8 Déc. 2016. © Jean-Louis Crimon

De Versailles à Riga, en passant par Oulan-Bator et Chengdu, Kunming ou Pékin, de Cagny à Fécamp, en passant par Saint-Chély d'Apcher ou Saint-Malo, partout où les mots vous portent, il y a des librairies qui supportent.

Les Librairies sont des commerces essentiels. Le Click and Collect ne suffit pas. Une seule solution, un seul mot d'ordre : Réouverture des Librairies.

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2020 6 07 /11 /novembre /2020 10:10
Amiens. Saint-Leu. Librairie du Labyrinthe. 16 Juin 2017. © DR

Amiens. Saint-Leu. Librairie du Labyrinthe. 16 Juin 2017. © DR

 

Je me souviens de ce jour de juin, jour de la Signature de "Je me souviens d'Amiens" au Labyrinthe de Philippe Leleux. Amiens. Quartier Saint-Leu. Un vrai succès, non pas d'estime, mais de véritable amitié. 77 dédicaces en deux heures de temps. Dédicaces joyeuses pour un petit ouvrage moins léger qu'il n'y paraît. C'était il y a un bon trois ans. Le seul virus qui circulait alors allégrement, c'était le virus de la lecture et de la bonne littérature. Nous n'avions pas à nous en protéger. Au contraire, il fallait le diffuser. Sans réserve, ni modération. La bière que nous buvions ne se prénommait pas "Corona".

Pour défendre aujourd'hui le Labyrinthe et la librairie indépendante, pour lutter contre une fermeture aussi arbitraire que stupide, - comme si les librairies étaient des lieux de contamination folle -, une seule solution, la commande numérique, la commande par mail. En attendant le retour de pratiques plus humaines et plus fraternelles.

D'ici peu, sérieux ou pas, pour éviter la queue, la queue leu leu, Philippe Leuleux a promis à ses fidèles une promenade photographique dans les dédales du Labyrinthe pour permettre aux lecteurs de faire leurs choix dans les rayons. 

 

© Jean-Louis Crimon

 

Pour commander des livres  à la Librairie du Labyrinthe : liblab88@free.fr

Pour la livraison : mercredi et samedi matin, de 10 heures à 12 heures 30, côté rue du Hocquet, avec, bien sûr, l'attestation de sortie dûment remplie et signée. Paiement par chèque ou par PayPal. Personne n'a le droit de se faire porter pâle.

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2020 5 06 /11 /novembre /2020 10:57
Amiens. Librairie Martelle. Janvier 2014. © François Morvan

Amiens. Librairie Martelle. Janvier 2014. © François Morvan

Je ne sais qui, le premier, a dit : Pas de quoi se mettre martel en tête ! Un Sarrasin à Poitiers, en 32 de l'an 700, tu parles, Charles... Peu importe, car aujourd'hui, il faut battre en brèche ce dicton ancien : il faut se mettre Martelle en tête ! Martelle Librairie, s'entend. 

Les livres et les vivres, à une lettre près, c'est la même chose. Je persiste et je signe. Les libraires font vivre les livres. Pour que les libraires puissent faire vivre les livres, il faut qu'ils puissent vivre. Pas seulement en click and collect. Pour que les livres ne soient jamais denrée rare.

Les librairies sont des commerces essentiels. 

 

© Jean-Louis Crimon

 

Contact : 03.22.71.54.54.  ou   litterature@librairiemartelle.com

Drive possible et livraison partout en France. Pour les commandes Drive, la Librairie Martelle vous rappelle par téléphone pour définir une heure de passage.

Partager cet article
Repost0
5 novembre 2020 4 05 /11 /novembre /2020 18:17
Mers-les-Bains. Nov. 2019. © Didier Debril.

Mers-les-Bains. Nov. 2019. © Didier Debril.

 

Salon du Livre de Mers-les-Bains. Novembre de l'an dernier. Dream team des Soleils Bleus. Auteurs et Editeurs bien sûr en première ligne. Mais les Libraires jouent aussi un rôle essentiel dans les Salons du Livre. Pas de Salon du Livre sans libraire. Les livres et les vivres, à une lettre près, c'est la même chose.

Les libraires font vivre les livres. Pour que les libraires puissent continuer à faire vivre les livres, il faut qu'ils puissent vivre. Les librairies sont des commerces essentiels. Un seul mot d'ordre : réouverture des librairies.

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2020 3 04 /11 /novembre /2020 09:09
Paris. Quai de Montebello. Février 2012. © Jean-Louis Crimon

Paris. Quai de Montebello. Février 2012. © Jean-Louis Crimon

Couvercles refermés et cadenassés, les boîtes des bouquinistes me font penser à des cercueils. Le train mortuaire serpente sur le parapet des quais de Seine, métaphore de la mort prochaine de Bouquinistes par dizaines. Commerces non essentiels. Absurde et criminel. Les Bouquinistes ne sont porteur que d'un seul virus, le virus de la littérature. Ce virus-là n'est pas mortel. Il maintient en vie. Il donne un sens à la vie.

Puisque, par ces temps de confinement très encadré, chacun a le droit à une petite heure de sortie quotidienne, pourquoi n'iriez vous pas, si vous habitez le quartier, jusqu'au bouquiniste de votre côté de Seine ? Il ouvrirait, lui, pour vous, et vous pourriez, vous, faire provision de livres pour le temps que va durer la mise sous cloche.

La vie, pour vous, et pour eux, serait moins moche.

 

© Jean-Louis Crimon

 

 

Pour contacter les Bouquinistes des Quais de Paris : bouquinistesdeparis.com 

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2020 2 03 /11 /novembre /2020 09:57
Fécamp. Librairie Le Chat Pitre. Sept. 2014. © DR

Fécamp. Librairie Le Chat Pitre. Sept. 2014. © DR

Le Rouge et le Noir, à Saint-Chély-d'Apcher, Le Chat Pitre, à Fécamp, la Librairie Cognet à Saint-Quentin, Paroles d'encre, à Versailles, la Librairie Ternisien, à Abbeville, Le Labyrinthe et la Librairie Martelle, à Amiens, La Grande Librairie, à Arras, la Fête du Livre, An 22, à Merlieux, Lire en Baie, au Crotoy, la Fête du Livre, An 21, à Autun, Les Bouquinales d'Hazebrouck, La Librairie Française, à Oulan-Bator, Mongolie, l'Institut Français de Riga, Lettonie, etc... et caetera, chaque matin que Dieu fera, réciter, stoïque et laïque, le chapelet de ces pérégrinations littéraires que je dois à mes amis Libraires. 

Avec eux, pour eux, je persiste et je signe : le livre est un produit de première nécessité. Aujourd'hui plus que jamais. Les Librairies sont des "Commerces essentiels". Les auteurs, les éditeurs, les libraires, des êtres humains de première nécessité. 

Les livres et les vivres, à une lettre près, c'est la même chose.

Traducteurs, traduisez. Décideurs, décidez.

 

© Jean-Louis Crimon

 

 

contact@librairielechapitre.com

02. 35. 10. 12. 54.

Partager cet article
Repost0
2 novembre 2020 1 02 /11 /novembre /2020 09:57
Saint-Chély-d'Apcher. Eté 2001. Le Rouge et le Noir. © Pascal Auréjac.

Saint-Chély-d'Apcher. Eté 2001. Le Rouge et le Noir. © Pascal Auréjac.

Pas de réouverture des librairies et des petits commerces. Jean Castex l'a réaffirmé avec véhémence. Pourtant Castex, ça rime avec Surer. Castex et Surer, mais oui, bien sûr, souvenir de nos années Lycée, le pendant précieux de Lagarde et Michard. Castex, tu renies ta famille. Bon, je sais bien, tu n'es pas le fils de Pierre-Georges Castex. Lui qui, avec Paul Surer et Georges Becker, est l'auteur de ces manuels des Etudes Littéraires Françaises. Mais forcément tu as dû connaître et pratiquer. Passons. Passons, mais sache-le, ça ne passe pas. 

Je me souviens, en ce matin de novembre picard pluvieux, de la lumière de la Rue Théophile Roussel, à Saint-Chély-d'Apcher, et de la Librairie Le Rouge et Le Noir, la Libraire de Marie-Pierre et Pascal Auréjac, ancien footballeur professionnel, fasciné par les mots des livres, après la découverte de Stendhal et de Julien Sorel. Eté 2001, séance de dédicaces solaires, en belle compagnie, Philippe Claudel et Philippe Maurice. Signature de "Verlaine avant-centre", premier roman.

Les Librairies, comme les Salons de coiffure, les Magasins de vêtements, les Fleuristes, sont donc, pour ceux qui nous gouvernent, des Commerces "non essentiels". Pourtant, ailleurs, en Belgique, par exemple, exception a été accordée aux Librairies.

C'est le philosophe Erasme qui disait : "Quand j'ai un peu d'argent, je m'achète des livres et s'il m'en reste, j'achète de la nourriture et des vêtements."

Nous sommes encore quelques uns à penser de même. Les livres sont des produits de première nécessité. Les livres et les vivres, à une lettre près, c'est la même chose. On ne peut pas vivre sans vivres. On ne peut pas vivre sans livres.

 

© Jean-Louis Crimon

 

Pour contacter la Librairie Le Rouge et Le Noir par téléphone : 04.66.31.00.42.

ou par mail : pascal.aurejde@wanadoo.fr

Permanence à la librairie : du mardi au samedi, de 10 heures à 12 heures et de 16 à 18.

Possibilité de livraison à domicile, localement, si nécessaire.

#librairie #saintchely #lozere #soutienauxcommercants #clickandcollect #cadeaudenoel

 
Partager cet article
Repost0
1 novembre 2020 7 01 /11 /novembre /2020 12:27
Paris. Mai 2010. Bouquiniste. 41, Quai de la Tournelle. © DR

Paris. Mai 2010. Bouquiniste. 41, Quai de la Tournelle. © DR

En ce temps-là, je tutoyais la Seine et l'art de la mise en boîte. J'apprenais une nouvelle langue. Je savais faire l'essuie-glace et j'étais en quête d'un ouvre-boîte. "Faire l'essuie-glace" et "ouvre-boîte", deux formules clés sur le quai des Bouquinistes. Normal, il faut des clés pour ouvrir les boîtes. L'ouvre-boîte est celui qui ouvre les boîtes quand le bouquiniste titulaire est absent. L'ouvre-boîte est le bouquiniste remplaçant. Il est essentiel. Les bouquinistes sont essentiels. Le commerce des livres est essentiel. Faire l'essuie-glace, c'est - quand votre voisin vous remplace -, traverser la rue, pour aller, l'hiver se réchauffer les cordes vocales et les amygdales, d'un café bien brûlant, ou l'été très sec, s'humidifier la glotte polyglotte d'une bière bien fraîche. Quand vous êtes de retour, c'est au tour de votre voisin de quai de traverser. En langage bouquiniste, on dit faire l'essuie-glace. Quand y'en a un qui part, y'en a un qui revient. Comme l'essuie-glace des voitures.


Déclarer les Bouquinistes "Commerce non essentiel", est une absurdité sans nom. Ou plutôt, si, ça porte un nom, c'est une connerie monumentale. C'est le Commerce des armes qui devrait être un jour déclaré "Commerce non essentiel" ! Un jour, oui, sans doute, un jour de l'an 3020, quand tous les humains auront enfin compris que Dieu, s'il existe, est, forcément, pacifiste et antimilitariste.

 

D'ici-là, solidarité avec les Bouquinistes, qui sont, de fait, automne ou printemps, été comme hiver, Libraires de plein air. Marchands des quatre saisons. Essentiels plus que jamais. Car, - ça n'a pas de prix -, qu'il pleuve, qu'il vente ou qu'il neige, les Bouquinistes sont d'un commerce... agréable. 

 

© Jean-Louis Crimon

 

Pour acheter chez les Bouquinistes des Quais de Paris : bouquinistesdeparis.com 

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2020 6 31 /10 /octobre /2020 09:07
Amiens. Place Gambetta. Nov. 2017. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Place Gambetta. Nov. 2017. © Jean-Louis Crimon

Ce soir, les chalets de la Place Gambetta se font des visages. Où suis-je, où suis-je ? Où vais-je ? Où vais-je ? On croirait que Munch s'en revient de Norvège. "Le Cri " s'attarde, en version picarde. Ils sont trois. Munch, je crois, en avait d'ailleurs peint trois versions. Manque juste, en arrière-plan, le fjord d'Oslo, vu d'Ekeberg. 

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2020 5 30 /10 /octobre /2020 08:57
Paris. Saint-Germain-des-Prés. Sept 2017. © Jean-Louis Crimon

Paris. Saint-Germain-des-Prés. Sept 2017. © Jean-Louis Crimon

Parfois, la photo, c'est le refrain d'une chanson, mais qui écoute vraiment la photo quand elle fredonne l'air du temps ? Béat devant Béart, le b.a.-ba de l'art. 

 

" Il n'y a plus d'après

A Saint-Germain-des-Prés

Plus d'après-demain

Plus d'après-midi..."

 

© Jean-Louis Crimon

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens