Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 novembre 2018 4 22 /11 /novembre /2018 08:37
Contay. La Pierre d'Oblicamp. © Boullangez Fils.

Contay. La Pierre d'Oblicamp. © Boullangez Fils.

Il y a ceux qui croient dur comme pierre que le menhir se trouve sur le terroir de Bavelincourt et ceux qui, ayant vécu, à Contay, une enfance de superbes balades champêtres et de jeux de piste grandioses, savent que cette Pierre d'Oblicamp est beaucoup plus facilement accessible pour les Contaysiens. Enfants ou parents. C'était d'ailleurs une balade dominicale que mes parents aimaient vraiment faire. Au pied de la Pierre, on prenait le goûter. Les parents nous prenaient en photo assis sur le sommet du menhir, comme ça se faisait déjà au début des années 1900. Belle permanence des rituels de l'enfance.

La légende affirme que la Pierre, au temps des fées et des sorciers, possédait des vertus surnaturelles. Elle était un point de ralliement. Les plus vieux du village, pas toujours les plus sages, nous racontaient que la Pierre d'Oblicamp parlait et dansait à certains moments de l'année. 

Classée Monument historique en Janvier 1970, la Pierre d'Oblicamp est toujours aujourd'hui un point de rencontre ou un lieu de retrouvailles. La Pierre d'Oblicamp mesure 2 mètres 40 de hauteur, 1 mètre 80 de large et elle est enterrée, en profondeur, sur 1 mètre 30.

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2018 3 21 /11 /novembre /2018 07:47
Contay. La Grande Rue. Carte postale ancienne. © R. Lelong.

Contay. La Grande Rue. Carte postale ancienne. © R. Lelong.

En bas, à gauche, sur un panneau peint en blanc, au-dessus d'une flèche noire, est écrit Contay BC. Ce qui signifie Contay British Cemetery. Pas Contay Before Christ. Le panneau en bois peint indique la direction du cimetière militaire Britannique. Qui se situe à un bon kilomètre, juste au pied du Mont Faÿ, le bois du village. 

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0
20 novembre 2018 2 20 /11 /novembre /2018 07:57
Contay. La Grande Rue et l'Eglise. © G. Lelong.

Contay. La Grande Rue et l'Eglise. © G. Lelong.

La grande rue, cette rue qui vient de Beaucourt-sur-l'Hallue, qui bien avant vient d'Amiens, pour traverser le village, d'Est en Ouest, est vraiment la carte postale la plus courante et la plus renouvelée. En existe au moins quatre versions différentes. La plupart du temps, la prise de vue s'effectue beaucoup plus prés de l'Eglise. A hauteur du Café-Tabac-Epicerie. Cette fois-ci, le photographe s'est placé à une distance beaucoup plus éloignée. Toujours au milieu de la chaussée qui n'est pas encore goudronnée. Trois hommes et quatre enfants pour animer la scène qui, pour une fois, ne semble pas "mise en scène". 

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0
19 novembre 2018 1 19 /11 /novembre /2018 09:27
Contay. Ecole et Mairie. Carte postale ancienne. © G. Lelong.

Contay. Ecole et Mairie. Carte postale ancienne. © G. Lelong.

Les trois jeunes femmes, en chemisier blanc et en jupe longue noire, sont, c'est sûr, les soeurs Dufour. Laure, la cadette, qui deviendra la Tante Laure, la marraine de mon grand-père, Adrien Crimon, puis la marraine de mon père Georges Crimon, à la mort d'Adrien. Adrien, mort en 1922, à la naissance de mon père. Des séquelles du gaz ypérite, le gaz moutarde, utilisé par les Allemands, à Ypres, en 1917.

Les soeurs de la Tante Laure, ma mère me l'a dit souvent, se prénommaient Blanche, Marie et Marie-Joséphine. Ce matin j'aimerais bien entrer dans la photographie. Parler avec elles. Leur demander comment est leur vie. Pour savoir à quoi on rêve en ce temps-là.  

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0
18 novembre 2018 7 18 /11 /novembre /2018 11:17
Contay. Grande Rue. Carte postale ancienne. © G. Lelong.

Contay. Grande Rue. Carte postale ancienne. © G. Lelong.

La carte postale a été écrite le 5 septembre 1910. Elle est signée Edmond. Les timbres ont été collés à l'emplacement de la signature du photographe. Sans doute Lelong d'Albert. Il est l'auteur de la plupart des cartes postales de ces années-là. La prise de vue est classique. Du milieu de la rue, avec l'église en point d'exclamation. Trois enfants au premier plan. Des hommes en seconde ligne. Deux autres petits enfants. Statiques, toujours. Sans doute pour éviter le "flou", à cause de la vitesse lente de la boîte à images de l'époque. 

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0
17 novembre 2018 6 17 /11 /novembre /2018 06:47
Contay. Entrée par la route de Franvillers. Carte postale ancienne. © G. Lelong.

Contay. Entrée par la route de Franvillers. Carte postale ancienne. © G. Lelong.

Cette prise de vue m'a toujours semblé déconcertante. Peupliers sans feuilles. Mars ou Novembre. Retour du cimetière d'une famille endeuillée. Ou bien promenade dominicale. Curieux cortège. Avant la neige. Les grands arbres nus accentuent le décor. Film noir et blanc du tout début des années mille neuf cent.  

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0
16 novembre 2018 5 16 /11 /novembre /2018 11:17
Contay. Grande Rue. Carte postale ancienne. © G. Lelong.

Contay. Grande Rue. Carte postale ancienne. © G. Lelong.

La Grande Rue. Celle qui vient de la route d'Amiens. Qui passe par Beaucourt-sur-l'Hallue. Mais bien avant, à quelques kilomètres de la sortie de la ville, tout près de Saint-Gratien et  de Cardonnette. L'endroit où à califourchon sur le Solex de mon père, qui me ramenait du Petit-Séminaire, on s'est fait arrêter par les gendarmes. C'était en 1960 ou 61. Dans l'autre siècle. J'avais 11 ans. 

Assis sur ma valise, amarrée tant bien que mal par les crochets métalliques d'un  vieux sandow, l'embarcation, sans doute à raison, a dû paraître plutôt scabreuse. Les gendarmes l'ont expliqué à mon père. Dans un geste d'une grande mansuétude, ils n'ont pas verbalisé les deux délinquants, le père et son fils. Se sont contentés de faire stopper une voiture qui venait d'Amiens et qui, chance, devait aller jusqu'à Warloy-Baillon, en passant par... Contay. Son chauffeur m'a déposé tout au bout de la Grande rue, Place de l'Eglise. J'ai attendu mon père, assis sur ma valise. Il est arrivé un bon quart d'heure après moi. M'a pris dans ses bras. Avant d'éclater d'un bon grand rire sonore, dont aujourd'hui encore, je nous honore. Ensuite, on a pris la direction de la maison, lui, son solex à la main, moi, ma valise en carton. 

Les curés m'avaient renvoyé à l'Ecole Primaire de mon village parce qu'à la question "Pensez-vous avoir la vocation ?", j'avais répondu... non. 

 

© Jean-Louis Crimon

 

Partager cet article

Repost0
15 novembre 2018 4 15 /11 /novembre /2018 08:37
Contay. La Place et l'Eglise. Carte postale ancienne. © G. Lelong.

Contay. La Place et l'Eglise. Carte postale ancienne. © G. Lelong.

Ce doit être avant-guerre. Ou peut-être pendant la guerre. Avant 1918. Avant 1920. Sur la Place, il n'y a pas encore de Monument aux Morts. Les survivants n'ont pas encore décidé de le construire en hommage aux Morts de la Grande guerre. Ceux qui sont morts pour que ce soit "la der des der".

La photo a pu être prise un dimanche. A la sortie de l'Eglise. Au centre de la vingtaine de personnes, des enfants et de jeunes hommes, le prêtre ou l'abbé, qu'au village on appelle Monsieur le Curé. Une fonction qui a au moins trois noms avait de quoi impressionner l'enfant de choeur que je serai à la fin des années cinquante. 

Pas de femmes au premier plan, une petite fille uniquement. 

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0
14 novembre 2018 3 14 /11 /novembre /2018 08:57
Contay. Vue générale du Cimetière militaire Anglais. © Lelong.

Contay. Vue générale du Cimetière militaire Anglais. © Lelong.

Mon père a travaillé presque trente ans comme jardinier au cimetière anglais. De la fin des années cinquante jusqu'au début des années quatre-vingts. Employé de la Commonwealth War Graves Commission. Sans doute les plus belles années de sa vie de travail. De Décembre 1956 à Mars 1983. Avec une parenthèse d'à peine une année, de Décembre 1963 à Septembre 1964, où il avait repris son métier de livreur de pain. Pour gagner davantage, je crois. Mais ne s'entendant pas très bien avec le nouveau patron de la boulangerie, il démissionna fin Septembre 64 et reprit début Novembre son travail de jardinier au cimetière anglais. Jusqu'au 31 Mars 1983 où il prit sa retraite.

Né en 1922, mais ayant commencé à travailler dès l'âge de 14 ans, s'arrêter à 61 ans n'avait rien de scandaleux. La retraite à 60 ans, un des acquis du Gouvernement Maurois-Mitterrand. 

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0
13 novembre 2018 2 13 /11 /novembre /2018 08:07
Contay. Les Prés du Château. L'Abreuvoir.

Contay. Les Prés du Château. L'Abreuvoir.

Pour la première fois, je ne reconnais pas l'endroit. Je n'arrive pas à situer l'abreuvoir. Je ne sais pas comment lire le sens de la rivière qui serpente entre les peupliers et les saules. Chasseur de ragondins. Chasseur au gibier d'eau. De l'autre côté de la rive, le garde-chasse. Son képi le trahit. Le porte-carnier montre au photographe le premier trophée. Le chasseur au chapeau met en joue un volatile imaginaire. Tableau savamment mis en scène. Le chien, lui aussi, prend la pose.

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens