Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 janvier 2022 6 08 /01 /janvier /2022 08:27
Amiens. Jardin. Pigeon ramier. Palombe. (Columbia palumbus). 26 Avril 2020. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Jardin. Pigeon ramier. Palombe. (Columbia palumbus). 26 Avril 2020. © Jean-Louis Crimon

Au Nord, il est Pigeon ramier, au Sud, Palombe. Columbia palumbus, de son nom latin. C'est le plus grand pigeon qui soit. Facilement identifiable grâce à sa silhouette allongée. Une jolie marque blanche orne la base de son cou. Chez l'adulte, la tête et les parties supérieures sont d'un gris bleuté assez clair. Les parties inférieures sont d'un gris plus clair, avec une teinte mauve sur la poitrine et la base du cou. Sa nourriture est essentiellement végétarienne, à base de graines et de fruits. Se nourrit rarement d'insectes. En automne, consomme surtout des faines et des glands.

Le nom ramier trouve son origine dans le lieu de nidification et de dortoir de ces pigeons : les rames, les branches des arbres, où ils établissent leur nid.

 

A la Présidentielle, je vote... Ramier ou Palombe.

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2022 5 07 /01 /janvier /2022 08:27
 Amiens. Jardin. Accenteur mouchet. (Prunella modularis). 8 Déc. 2020. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Jardin. Accenteur mouchet. (Prunella modularis). 8 Déc. 2020. © Jean-Louis Crimon

Infatigable sautilleur, celui que Buffon surnomme "Traîne-buisson" passe à première vue pour un simple moineau. Détrompez-vous, il n'en a ni le bec, ni le plumage. Ni le compagnonnage. Semble jouer sa vie en solitaire. En solo. Picore inlassablement dans le gazon ou les plates bandes. Pour se nourrir de trois fois rien, mais n'arrête pas de jouer du bec.

Insectes, araignées, mouches, vers, chenilles, à la belle saison, mais aussi en hiver, graines, baies ou fruits, menu très diversifié pour l'accenteur mouchet qui n'hésite pas à s'approcher des mangeoires pour y glaner quelques graines ou miettes de pain. Son nom viendrait du latin "accentor", "celui qui chante avec, celui qui accompagne".

Souvent caché, muché, dans les buissons et les fourrés, où sa technique de camouflage le protège des prédateurs, c'est sa posture de chant, droit au sommet d'un arbre qui permet de l'identifier facilement. Un chant qui rappelle celui du Troglodyte mignon, mais sans les trilles caractéristiques. Phrases courtes, claires, aiguës, débitées très rapidement, à la manière du Serin cini.

 

A la Présidentielle, je voterai... Accenteur.

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2022 4 06 /01 /janvier /2022 08:27
Amiens. Jardin. Geai des Chênes. (Garrulus glandarius). Juin 2020. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Jardin. Geai des Chênes. (Garrulus glandarius). Juin 2020. © Jean-Louis Crimon

Il a surgi de je ne sais où. S'est posé soudain sur le banc. Juste un instant. Puis s'est aventuré sur le gazon. Dégaine incroyable. Tour d'oeil aimable. Coup de peigne sur la tête comme pour recoiffer un semblant de crête. Ourlet de tissu bleu à carreaux pour habiller le bord du haut de l'aile.

Pas un volatile pour moquer sa prétention textile. Pas un oiseau pour dire sans rire que Geai des Chênes est fringué... comme un gland. On est solidaire dans le milieu. Respectueux du glandophile qui n'a rien d'un glandeur.

 

A la Présidentielle, je voterai... Geai des Chênes.

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2022 3 05 /01 /janvier /2022 08:27
Amiens. Jardin. Mésange bleue. (Cyanistes caeruleus). 27 Oct. 2021. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Jardin. Mésange bleue. (Cyanistes caeruleus). 27 Oct. 2021. © Jean-Louis Crimon

La Mésange bleue est une espèce de passereaux de la famille des paridés. Elle est facilement identifiable grâce à sa petite taille, sa forme un peu rondouillarde, ses fines pattes, son bec minuscule et son plumage bleu cobalt sur la calotte, les ailes et le dessus de la queue, jaune sur le poitrail et le ventre.

La Mésange bleue a un régime alimentaire insectivore, en période de reproduction, printemps et été. Elle se nourrit alors surtout d'insectes, d'araignées et de larves vivant sur les arbustes et les arbres. En dehors de la période de reproduction, régime essentiellement granivore, graines d'aulnes et de bouleaux complétées de baies, de bourgeons, de pollen et de sève au printemps, ou de noix et de suif l'hiver.

Visiteuse habituelle des mangeoires en hiver, on peut alors observer une hiérarchie de dominance chez les groupes de plusieurs individus, un couple dominant, des jeunes de l'année et quelques adultes "célibataires".

 

A la Présidentielle, aucune hésitation, je vote... Mésange bleue.

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2022 2 04 /01 /janvier /2022 08:27
Amiens. Jardin. Moineau mâle. (Passer domesticus). Juillet 2021. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Jardin. Moineau mâle. (Passer domesticus). Juillet 2021. © Jean-Louis Crimon

On l'appelle "pierrot" ou "piaf" et c'est Jean de La Fontaine qui, le premier, en 1693, lui officialise cette appellation nouvelle dans sa fable " Le Chat et les deux Moineaux ". Le surnom de "piaf" est plus tardif et remonte au XIXe siècle. Sans aucun doute un dérivé de l'onomatopée "piou" utilisée pour imiter le cri de l'oiseau.

Le nom de "Moineau" lui viendrait de sa proximité vestimentaire avec les Moines : il partage en effet avec eux son plumage semblable aux robes de bure et une calotte grise qui rappelle la tonsure des ecclésiastiques.

 

A la prochaine Présidentielle, je vote... Piaf ou Moineau.

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2022 1 03 /01 /janvier /2022 08:27
Amiens. Jardin. Pinson des arbres.  (Fringilla coelebs). Juin 2020. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Jardin. Pinson des arbres. (Fringilla coelebs). Juin 2020. © Jean-Louis Crimon

"Petit passereau granivore à bec conique", vous diront les spécialistes, ajoutant "de la taille du moineau domestique". Particularité : le pinson des arbres mange au sol, sous la mangeoire, ou sur une mangeoire posée au sol. Granivore, il devient insectivore pendant la période de reproduction. Deux périodes de reproduction : avril à début mai, et fin mai à juin/juillet. Il faut plus de mille allers-retours à la femelle pinson des arbres pour construire le nid, en forme de coupe profonde fabriquée avec mousses, écorces, racines, lichens, pour l'extérieur, et consolidé, à l'intérieur, avec de la toile d'araignée. Une véritable oeuvre d'art, souvent installée au niveau d'une fourche ou d'un embranchement.

 

A la prochaine Présidentielle, moi, je vote... Pinson des arbres.

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2022 7 02 /01 /janvier /2022 08:27
Amiens. Jardin. Merle noir. Turdus merula. 26 Déc. 2021. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Jardin. Merle noir. Turdus merula. 26 Déc. 2021. © Jean-Louis Crimon

Dire que tu as bien dû vivre cinquante ans sans vraiment prendre le temps de leur accorder un regard. A peine si tu tendais l'oreille, au réveil, quand tu ouvrais la fenêtre côté jardin, pour essayer de comprendre la langue de leur chant. Tu te souviens très bien pourtant du nom de ce bistrot de la gare Saint-Roch, "Au chant des Oiseaux", un endroit toujours ouvert très tôt, pour les léve-tôt autant que pour les couches-tard. 

Dans ton enfance, les vieux te disaient : les personnes très matinales, on les appelle "alouettes", et les vrais couches-tard sont des "hiboux". Aujourd'hui, toi-même devenu vieux, tu te plais à penser que les oiseaux sont les âmes des hommes qui ne sont plus.

 

A la prochaine Présidentielle, ne te raconte pas d'histoires, tu voteras... Merle noir

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2022 6 01 /01 /janvier /2022 08:27
Amiens. Jardin. Rouge-gorge. (Erithacus rubecula). Février 2021. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Jardin. Rouge-gorge. (Erithacus rubecula). Février 2021. © Jean-Louis Crimon

Je dois cette découverte au premier confinement. Interdit de rue, de cafés, de bistrots, de rencontres impromptues, de palabres sur le trottoir, d'amis, de camarades, d'embrassades, d'accolades, j'ai tourné le dos aux deux grandes fenêtres de la façade côté rue et je me suis installé dans la véranda, côté jardin. Je croyais bien, comme tout bon citadin, voir tout au plus passer une flopée de moineaux, un merle ou deux, voire une pie, mais je ne soupçonnais pas la richesse de 150 m2 de verdure avec un arbre, quelques arbustes, une plate-bande savemment négligée, sans oublier le petit tas de compost. Un coin de paradis en pleine ville. Une vraie volière naturelle. Paradoxe : dans la véranda, c'est l'homme qui est comme en cage et l'oiseau, lui, en toute liberté, lui concède un regard goguenard.

 

Fascinante découverte. Essentielle. Vitale. Avec ou sans carte. J'adhère au Parti des oiseaux. Leitmotiv de chaque matin: apprendre de toute urgence le nom de chaque oiseau, pour ne jamais oublier que les oiseaux existent. 

 

A la prochaine présidentielle, sûr, je vote... rouge-gorge.

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2021 5 31 /12 /décembre /2021 08:27
Amiens. Jardin. Pigeon ramier. Palombe. (Columbia palumbus). 26 Déc. 2021. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Jardin. Pigeon ramier. Palombe. (Columbia palumbus). 26 Déc. 2021. © Jean-Louis Crimon

Au Nord, il est Pigeon ramier, au Sud, Palombe. Columbia palumbus, de son nom latin. C'est le plus grand pigeon qui soit. Facilement identifiable grâce à sa silhouette allongée. Une jolie marque blanche orne la base de son cou. Chez l'adulte, la tête et les parties supérieures sont d'un gris bleuté assez clair. Les parties inférieures sont d'un gris plus clair, avec une teinte mauve sur la poitrine et la base du cou. Sa nourriture est essentiellement végétarienne, à base de graines et de fruits. Rarement des insectes. En automne, surtout des faines et des glands.

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2021 4 30 /12 /décembre /2021 08:27
Amiens. Jardin. Merle noir. Turdus Merula. 26 Déc. 2021. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Jardin. Merle noir. Turdus Merula. 26 Déc. 2021. © Jean-Louis Crimon

Pas très craintif. Presque comme chez lui. Chasse les importuns, rouge-gorge ou accenteur mouchet. Mais se sauve quand la pie arrive. La loi du plus fort... toujours et encore. Mais le rouge-gorge, très vite, revient. La loi du plus malin. 

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens