Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 juin 2018 2 26 /06 /juin /2018 23:30
Amiens. Nov. 2016. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Nov. 2016. © Jean-Louis Crimon

 

Sans paroles.

Partager cet article
Repost0
25 juin 2018 1 25 /06 /juin /2018 23:35
Amiens. Rue Delpech. Juin 2018. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Rue Delpech. Juin 2018. © Jean-Louis Crimon

 

No comment. Sauf si ça vous... branche !

Partager cet article
Repost0
24 juin 2018 7 24 /06 /juin /2018 21:11
Contay. Ma maison d'enfance. Sept. 2016. © Jean-Louis Crimon

Contay. Ma maison d'enfance. Sept. 2016. © Jean-Louis Crimon

 

 

 

Tu as 7 ans et tu l'aimes ta maison. Tendrement. Comme une personne. Tu la trouves belle. Sa forme. Son apparence. Sa structure. Ses fenêtres. Sa petite porte d'entrée. Légèrement décentrée. Tu la trouves belle, ta maison. Pourtant, il n'y a pas l'eau courante. Seulement une pompe dans la cour. Des murs en torchis et un grenier en terre battue. Un couloir étroit. La quitter, quitter le village, quitter la vallée de l'Hallue pour une autre vallée, la vallée de l'Ancre, fut un véritable arrachement. Mais tu n'as rien montré. Rien montré à ton père, rien montré à ta mère, rien montré à ta sœur et rien montré à ton petit frère. Tu t'es seulement juré, l'année de tes 14 ans, l'année du déménagement, qu'un jour, tu écrirais. Tu écrirais pour que ta maison soit éternellement la vôtre. Qu'elle soit éternelle. De cette belle éternité éphémère des romans.

 

Souvent, simplement en fermant les yeux, tu la revois. Tu la redessines. Précisément. Tu es à nouveau devant chez toi, mais ce n'est plus chez toi. La maison n'est plus ta maison. Tu te retrouves face à tes 7 ans, mais plus de 60 ans de temps humain se sont écoulés. Parfois, au cours d'un trajet en voiture avec des amis, tu demandes à t'arrêter dans ton village. Pour dire bonjour aux gens que tu as connus et tu t'étonnes à peine d'être dans la peau d'un vieux monsieur à qui l'on dit "vous". Tu n'oses pas dire pourquoi, dans ton coeur, tu habites toujours cette maison. Ses nouveaux habitants ne comprendraient pas. Te trouveraient bizarre. Elle n'est plus ta maison. Tu dois te faire une raison. Elle ne sera jamais plus ta maison.

 

Vraiment étrange, à chaque fois, en partant, en tournant le regard, en tournant les talons, tu as la curieuse sensation que la maison, ta maison, te regarde t'éloigner. Qu'elle te chuchote quelque chose comme... alors, tu m'abandonnes encore.

 

 

 

© Jean-Louis Crimon 

Partager cet article
Repost0
23 juin 2018 6 23 /06 /juin /2018 23:50
Amiens. Juin 2018. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Juin 2018. © Jean-Louis Crimon

 

Il a surgi comme ça. De je ne sais où. Peut-être du Cloître des Soeurs grises, pas si loin. Apparition soudaine. Silhouette insolite. Profil inattendu. D'un pas déterminé. Surplis blanc au bras gauche. Traversée païenne. Religieux en souliers de semaine. Sa prière, sans aucun doute, est quotidienne.

Partager cet article
Repost0
22 juin 2018 5 22 /06 /juin /2018 23:54
Amiens. Juin 2018. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Juin 2018. © Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
21 juin 2018 4 21 /06 /juin /2018 11:07
Paris. 41, Quai de la Tournelle. Avril 2011. © Jean-Louis Crimon

Paris. 41, Quai de la Tournelle. Avril 2011. © Jean-Louis Crimon

 

 
Je te dirai Verlaine en verlan,
On se baladera, déambulant,
Bras dessus, bras dessous,
Ou bras ballants,
Le long des quais des bouquinistes,
A se rêver la vie d'artiste...

On traînera tant que le jour traîne,
Nos foutus rêves à la traîne,
D'une vie neuve qu'on étrenne,
Mon éternelle rengaine,
Pour la Marie dondaine
Et ton incroyable dégaine...
 
 

© Jean-Louis Crimon 

(La Chanson amère)

 
 
Partager cet article
Repost0
20 juin 2018 3 20 /06 /juin /2018 11:02
Paris. Métro. Juin 2018. © François Crimon

Paris. Métro. Juin 2018. © François Crimon

 

 

La réponse à la question que tout le monde se pose ! Enfin ! Joke, bien sûr ! Acteur ou spectateur, à chacun de choisir. Selon son plaisir. Le pitch est bien fait. Philippe organise une soirée qu'il souhaite déterminante pour l'avenir de sa boîte. Il mise sur un invité mystère. Un invité surprise. Un certain Jean-Louis... mais si Jean-Louis ne venait pas ? Godot version théâtre de boulevard. 

 

Sur la scène du Théâtre de la Michodière. Du mardi au dimanche, du 15 juin au 19 août. Particularité : les spectateurs peuvent rejoindre les acteurs sur scène. Spectateur ou acteur. Le rêve de toute une vie. Spectateur ou acteur de la pièce qui se joue sur scène. Car, cette fois, le spectateur qui le souhaite, peut vraiment monter sur scène. Devenir lui-même acteur, le temps d'une représentation. Avec les vrais acteurs de cette comédie : Karine Dubernet, Flavie Péan, Loïc Legendre, Arnaud Gidoin et  Alexandre Texier.

 

Question : qui sera le premier de mes amis à rejoindre la troupe de " Où est Jean-Louis ? " 

 

Partager cet article
Repost0
19 juin 2018 2 19 /06 /juin /2018 11:59
Amiens. Juin 2018. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Juin 2018. © Jean-Louis Crimon

 

 

"Toi, tu vois des choses que les autres ne voient pas ! " Je n'ai jamais oublié cette phrase fondatrice. Elle était le plus beau des compliments. Le plus fort des encouragements. J'avais 20 ans à peine et je découvrais la photographie, l'art du cadrage, le sens de l'instant. L'intuition de l'instant. L'intuition instantanée de l'instant. Le détournement aussi. Sens aigu de l'image. Humour sous-jacent. Caché. Planqué. Muché. 

 

Avec les années, les mots, écrits dans le journal, ou parlés à la radio, ont pris le pas sur les photos. Mais on ne rompt jamais vraiment avec une première passion.

 

Surtout quand l'on croit lire son nom sur la colonne Morris...

 

 

© Jean-Louis Crimon 

 

Partager cet article
Repost0
18 juin 2018 1 18 /06 /juin /2018 11:57
Amiens. 18 Juin 1988. © Noël Deschamps.

Amiens. 18 Juin 1988. © Noël Deschamps.

 

18 Juin 1988. Tu t'en souviens ? L'appel du 18 Juin. Version résistant romantique. Ce jour-là, tu as dit "oui" parce que tu as cru à cette belle histoire d'amour qui durerait toujours. Trente ans plus tard, tu te dis que tu t'es fait, un peu, beaucoup, passionnément... avoir. 

Tu n'es pas le seul, sans doute, tu en connais un paquet d'histoires d'amour qui se cassent la gueule en route. 

 

Aux dernières nouvelles, la belle file le parfait amour avec un nouvel amant. Comme tu es beau joueur et que tu as bon coeur, tu lui souhaites tout le bonheur du monde. Trente ans de bonheur pour oublier trente ans de malheur prétendu. 

 

Pour être classe jusqu'à la fin, tu t'excuserais presque pour les années perdues. 

 

 

© Jean-Louis Crimon 

Partager cet article
Repost0
17 juin 2018 7 17 /06 /juin /2018 23:18
Amiens. Soir de pluie. Juin 2018. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Soir de pluie. Juin 2018. © Jean-Louis Crimon

 

Parapluie qui ploie, sous le poids de la pluie, ou du vent qui se mêle à la partie. Parapluie rouge pour faire fuir tout ce qui bouge. Pour mettre en déroute tout ce gris chagrin qui chagrine en terrasse, quand le rosé dans les verres prend la place du café dans les tasses...

 

© Jean-Louis Crimon 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens