Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 juillet 2020 7 26 /07 /juillet /2020 08:05
Amiens. Rue du Cloître de la Barge. Juin 2016. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Rue du Cloître de la Barge. Juin 2016. © Jean-Louis Crimon

 

La photo, tu le sais bien, c'est une question d'angle. Angle de prise de vue. Angle de prise de rue. Cette photo, c'est un cadeau. Un vrai cadeau qui te tombe dessus, juste à l'angle de la rue du Cloître de la Barge. Normal, tout le monde te le dit, avec tes photos, t'es un peu barge. Trop beau cadeau. Ça ne se refuse pas. A l'angle de la rue et à l'angle de tous les possibles: Retraite, Epargne, Santé, Auto, Habitation. Fascinant, vraiment, comme perspectives. Fascinant destin. Fascinant et déprimant. La vie toute tracée. Les possibilités aussi clairement exposées. Flippant. 

 

- Vous n'auriez rien d'autre en magasin ?

- Non !

- Bon, je passe mon chemin.

 

Comment croire, même si c'est écrit, tout en bas, que L'avenir commence ici ? Un avenir à ce point tout traçé, balisé, programmé, ça fait peur, non ?

 

File un grand coup de balai sur tous ces préjugés. Tourne les talons. Pars en courant. Ne te retourne pas. Le vieux monde est derrière toi.

 

Depuis le début, tu l'as toujours su: L'aventure commence au coin de la rue. L'aventure, le véritable avenir. 

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0
25 juillet 2020 6 25 /07 /juillet /2020 08:31
Saint-Malo. Mai 2015. © Jean-Louis Crimon

Saint-Malo. Mai 2015. © Jean-Louis Crimon

Hasard des mots sur les murs. Bonheur de la balade urbaine. Message très personnel ou pas. Il y a toujours de bons mots à saisir. 

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0
24 juillet 2020 5 24 /07 /juillet /2020 08:17
Inverness. Ecosse. Août 1978. © Jean-Louis Crimon

Inverness. Ecosse. Août 1978. © Jean-Louis Crimon

Boîtier Minolta SRT 303 si j'ai bonne mémoire. Objectif grand angle 28 mm. Pelloche 36 vues Ilford 400 ASA. Développement cuve Paterson triple spires. Salle de bain transformée en Labo Photo. Durst M 700 pour agrandisseur. Révélateur, bain d'arrêt, fixateur. 

En ce temps-là de la prise de vue au développement, puis au tirage sur papier Kodak brillant ou Ilford mat, il pouvait s'écouler facilement trois semaines, parfois même un bon mois. Attente incroyable pour savoir enfin si sur 36 vues, il y avait au moins dix bonnes photos. 

L'immédiateté de la prise de vue numérique avec l'apparition instantanée de l'image n'avait pas encore été imaginée. Epoque épique du temps du noir et blanc. Préhistoire de la photographie. Nostalgie parfois de ce temps- là, même si vivre et photographier avec son temps est incontestablement très plaisant. 

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0
23 juillet 2020 4 23 /07 /juillet /2020 09:29
Cannes. Rue d'Antibes. Août 2013. © Jean-Louis Crimon

Cannes. Rue d'Antibes. Août 2013. © Jean-Louis Crimon

Dans la très commerçante rue d'Antibes, il pousse son chariot allégrement, à contre-courant des passantes et des badauds, la pipe altière et le balai en étendard. Les Soldes dédaignant. Sublime tout simplement. 

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0
22 juillet 2020 3 22 /07 /juillet /2020 08:05
Cannes. Rue Meynadier. 16 Sept. 2013. © Jean-Louis Crimon

Cannes. Rue Meynadier. 16 Sept. 2013. © Jean-Louis Crimon

 

Dans cette ville aux accents de village, selon les quartiers, selon les extrémités, Suquet ou Croisette, Suquet pas ensuqué, la petite rue piétonne toujours m'étonne. On y déambule, on y conciliabule et on y bulle. Les yeux fermés, je m'y balade souvent. Pour tout ce qui s'y vend. Surtout pour tout ce qui se mange ou se boit. J'adore les péchés gourmands. 

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0
21 juillet 2020 2 21 /07 /juillet /2020 07:28
Paris. Brocante Rue Gros. 26 Janvier 2013. © Jean-Louis Crimon

Paris. Brocante Rue Gros. 26 Janvier 2013. © Jean-Louis Crimon

Rencontre improbable ou fortuite. Parfaite opposition et pourtant parfaite osmose. A peine le temps de me demander si jose. Sans le savoir, la dame qui passe a pris la pose.  Sur le trottoir d'en face, la fausse Botero botte en touche. Ma photo fait mouche. 

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0
20 juillet 2020 1 20 /07 /juillet /2020 08:47
Paris. Brocante Rémusat. 12 Mai 2013. © Jean-Louis Crimon

Paris. Brocante Rémusat. 12 Mai 2013. © Jean-Louis Crimon

Toujours le jeu des paradoxes et des rencontres inattendues. Face à face subtil, même de profil. Curieux ou cruel. Mimétisme fugace. Sourcil accentué. Ne pas sourciller. Simplement capter l'instant. 

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0
19 juillet 2020 7 19 /07 /juillet /2020 08:27
Paris. Auteuil. 10 Mai 2014. © Jean-Louis Crimon

Paris. Auteuil. 10 Mai 2014. © Jean-Louis Crimon

Les brocantes sont un lieu de prédilection pour les contrastes, les contradictions, les rencontres impromptues. L'inattendu. Le jeu avec le paradoxe des situations improbables peut se révéler assez créatif. Amusant clin d'oeil souvent. 

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0
18 juillet 2020 6 18 /07 /juillet /2020 12:10
Paris. Quai de la Tournelle. Avril 2011. © Jean-Louis Crimon

Paris. Quai de la Tournelle. Avril 2011. © Jean-Louis Crimon

 

C'est bien sûr une histoire de chance. Faut être là au bon moment. Mais pas seulement. Faut être disponible. Être en éveil. En permanence. A l'écoute de ce qui se passe. Ou plutôt de ce qui va se passer. On n'a pas deux fois ce genre de cadeau. Les yeux ouverts. Le regard disponible. Mais pas seulement. Les sens en éveil. Il faut devancer. Anticiper. Imaginer l'image avant que l'image n'existe. Pressentir. Sentir et pressentir.

La Limousine blanche arrive par la gauche. Elle remonte le quai de la Tournelle. Forcément, c'est inattendu. Pas prévu. Quelque chose se passe. Mais ce n'est pas suffisant. Une jeune femme arrive par la droite. C'est le jeu entre les deux qui devient intéressant. L'une sans l'autre, c'est banal. La Limousine sans la jeune femme, la jeune femme sans la Limousine, ce n'est rien. Une anecdote. La juxtaposition des deux, c'est cela l'image. La rencontre des deux. Le rythme des pas de la jeune femme est essentiel aussi. La photo doit être en rythme. A contre pas serait à contretemps. Il faut savoir attendre. Le bon moment. L'instant parfait. Il faut devancer et attendre. Savoir devancer et savoir attendre. Le secret de LA photo est là. Dans cette anticipation fulgurante et dans cette patiente attente. Comme à chaque fois, ça se joue en un instant. En un dixième de seconde. Pas le droit à l'erreur. Il faut "prendre" au bon moment. Un peu de chance et un regard, un vrai regard, c'est cela une photo. 

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0
17 juillet 2020 5 17 /07 /juillet /2020 09:57
Pékin. 26 Octobre 2013. © Jean-Louis Crimon

Pékin. 26 Octobre 2013. © Jean-Louis Crimon

A Paris ou à Pékin, à Amiens ou à Oulan Bator, j'ai, depuis une bonne dizaine d'années, pris un réel plaisir à photographier les balayeurs. Façon de rendre visibles et beaux ces invisibles que souvent notre regard efface.

Le plus beau des compliments jamais reçus sur cet aspect de mon travail de photographe de rue : tu vois des choses que les autres ne voient pas. 

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens