Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 mai 2022 2 03 /05 /mai /2022 08:57
Amiens. France Bleu Picardie. 7 Avril 2016. © Jean-Louis Crimon

Amiens. France Bleu Picardie. 7 Avril 2016. © Jean-Louis Crimon

Tu pensais que tu ne jouerai pas. Au téléphone, on t'avait dit: c'est juste au cas où... Un arbitre international est invité, mais on ne sait pas s'il arrivera à temps, alors... Ok, pas de problème, ça me va, s'il vient, ce sera le banc. Le banc des remplaçants. L'arbitre n'est pas venu. Tu es entré en jeu dès le début.

La radio, c'est vif, c'est rapide, c'est dans l'instant. Avant, tu te dis " faut dire ça " et " faut raconter ça comme ça". Mais dès que le rouge s'allume, ça ne se passe jamais comme prévu. Tu n'as pas su bien resituer ton football/musique et ton Fontaine/Verlaine. Bien sûr, tu as donné l'esprit, l'ambiance, la "romance", mais pas vraiment bien défendu le roman.

 

Un gros regret surtout: tu n'as pas eu le temps de rappeler ces mots de Denis Troch, l'entraineur de l'ASC, juste avant la finale de Coupe de France, au Stade de France, en Mai 2001, l'année de la parution de ton Verlaine avant-centre: "Passez les ballons que vous aimeriez recevoir ! "

Une phrase que tu as tant aimé citer tout au long de ta vie, en la déclinant selon les moments, selon les instants: " Passez les idées que vous aimeriez recevoir"  et aussi " Passez les sourires que vous aimeriez recevoir ! "

 

© Jean-Louis Crimon

 

 

Verlaine avant-centre. Le Castor Astral. Janvier 2001.

Partager cet article
Repost0
2 mai 2022 1 02 /05 /mai /2022 08:57
Amiens. Le Courrier Picard. 19 Juillet 1988. Match Forains-Journalistes. © DR.

Amiens. Le Courrier Picard. 19 Juillet 1988. Match Forains-Journalistes. © DR.

 

"Ma mère aimait les mots. Mon père aimait les matches. Je décidai de gagner le match avec les mots." Le projet de "Verlaine avant-centre", mon premier roman, tient tout entier dans ces trois petites phrases qui peuvent n'en faire qu'une si je renonce, sciemment, à cette nécessité qu'elles soient trois. Trinité familiale fictive dans laquelle le narrateur doit trouver son unité en même temps qu'un sens à une vie qui, peut-être, n'en a pas. Au moment de la dernière relecture des épreuves, l'Editeur a demandé à l'Auteur de "ponctuer avec des virgules" les trois petites phrases. Pour une question de respiration. L'Auteur s'est plié au souhait de l'Editeur. Dans le roman, les trois petites phrases n'en forment plus qu'une. Dans l'esprit de l'Auteur, même avec la respiration différente des virgules, elles sont toujours trois. Trois propositions indépendantes et pourtant à tout jamais liées.

L'évidence du lien entre les mots, les matches, et la nécessité de gagner un jour le match avec les mots ne m'est apparue que très tardivement, à l'âge adulte, et de façon progressive. La prise de conscience de la richesse d'une enfance pauvre ne peut se faire qu'après avoir rompu avec cette enfance-là. La conscience est souvent diffuse, la prise de conscience parfois brutale. Immédiate. Dans mon cas, elle est tardive. Tardive et progressive. La découverte de la lumière particulière de cette enfance pauvre, semblable à beaucoup d'autres enfances pauvres, ne s'est pas faite en une fois. Cela pour la mise en place des aspects "vécus" d'un roman que beaucoup aimeraient enfermer dans une démarche strictement autobiographique.

 

Ne voir dans "Verlaine avant-centre" que le mot-à-mot fidèle d'une enfance parfois cruelle, comme si le roman, aux allures de récit, devait être considéré, non pas comme une oeuvre de fiction, mais plutôt comme la simple transcription d'une existence aux accents romanesques, est une douce et rassurante tentation. Réduire le roman à la seule catégorie du récit d'enfance, un récit extraordinaire d'une enfance extraordinaire, c'est méconnaître d'emblée le travail de création, de déconstruction et de reconstruction du romancier, même s'il travaille sur des sentiments ou des sensations qu'il connaît bien, puisque les ayant, sans doute, lui-même, en partie, éprouvés, enfant. Mais, première erreur du lecteur pressé ou de la lectrice avide: prendre au premier degré, et pour argent comptant, ce que l'écrivain raconte, c'est à dire invente. Deux questions pour bien cerner le problème et l'enjeu. Doit-on aussi rapidement accepter de réduire l'enfance du narrateur à l'enfance de l'écrivain ? Qu'est-ce qui nous permet d'affirmer que ces deux enfances ne sont qu'une seule et même enfance ?

Sur des cahiers de brouillon qu'il baptise "Mes je n'oublierai jamais", le narrateur de "Verlaine Avant-Centre" consigne des mots, des paroles, des phrases, des idées, des odeurs, des sensations, des sentiments, des bruits, des sons ou des chansons. Cela, c'est le narrateur qui le fait ou qui dit qu'il le fait. C'est l'Auteur qui le lui fait dire ou qui le lui fait faire. Mais qu'est-ce qui peut faire penser ou faire croire que cela, l'Auteur l'a vraiment fait ? Que l'Auteur, enfant, a réellement, dans son enfance réelle, tenu ce genre de cahiers de brouillon de "phrases définitives" ? Rien. Il faut bien le constater et s'y résoudre: sous l'apparence d'un récit d'enfance, Verlaine Avant-Centre n'est qu'un roman, une oeuvre de fiction, une invention. Tout est faux et pourtant tout semble vrai.

 

Au risque de faire sourire, il arrive souvent à l'Auteur de "Verlaine avant-centre", que je connais bien, et avec qui, je l'avoue, je m'entretiens de temps en temps, de devoir répondre à l'issue d'une séance de signature ou d'une rencontre-débat avec des lecteurs, souvent des lectrices d'ailleurs, à ce genre de questions très touchantes parce que très intimes:

 

- Vos cahiers de brouillon, vous les avez gardés ?

- Non ! ils n'ont jamais existé. Ils n'existent que dans l'imagination de l'auteur du roman.

 

La déception est souvent à la hauteur de l'espérance placée dans la question. L'Auteur s'en veut de ne pas savoir mentir. De ne pas broder la métaphore du magicien. Un magicien n'est pas tenu de dévoiler ses secrets. Un écrivain est à sa façon un magicien. D'autant que les autres commentaires sont plus terribles encore :

 

- Vous avez bien de la chance d'avoir une Tante qui a connu Verlaine !

- Mais ce n'est pas vrai, Madame, c'est seulement vrai dans le roman. C'est une invention du narrateur qui croit, dur comme fer, que la Laure de la dédicace du Sonnet de "Jadis et Naguère", c'est sa Laure à lui, alors qu'il s'agit de la Laure de... Pétrarque ! Laure de Noves

 

- Alors, je regrette de vous avoir lu, Monsieur, et d'avoir tant aimé votre livre. Vous n'êtes pas un écrivain, vous êtes un... menteur !

 

La lectrice furieuse tourne alors brusquement les talons, laissant l'Auteur désemparé. L'Auteur se jurant, mais un peu tard, de ne plus jamais jouer au jeu de la vérité. 

 

© Jean-Louis Crimon

 

Verlaine avant-centre. Le Castor Astral. Janvier 2001.

 

 

Partager cet article
Repost0
1 mai 2022 7 01 /05 /mai /2022 08:57
Contay. Dans le verger footballisé, première tentative de dribble. © Juliette Crimon

Contay. Dans le verger footballisé, première tentative de dribble. © Juliette Crimon

Contay. Saison 1960/61. La technique du dribble. Leçon 1. Sous l'oeil expert de mon père, Georges Crimon, à gauche, dans le verger footballisé, tentative de dribble du mari de ma marraine, Yvon Buffet.

 

Dire que c'est entre les arbres du verger qu'à 9 ou 10 ans, je me suis rêvé footballeur ou écrivain. Quatre ou cinq pommiers, un noyer, deux cerisiers, ça vous fait une belle ossature pour une équipe capable de jouer par tous les temps. Même quand il neige. Que de buts marqués sur ce terrain à l'herbe tondue bien rase, vrai Parc des Princes pour mon père et moi, quand nous incarnions le Racing Club de Paris et le Stade de Reims. Thadée Cisowski et Just Fontaine.

 

© Jean-Louis Crimon

 

 

Verlaine avant-centre. Le Castor Astral. Janvier 2001.

Partager cet article
Repost0
30 avril 2022 6 30 /04 /avril /2022 08:57
Amiens. La Somme à Saint-Leu. Dimanche 3 Sept. 2017. © Jean-Louis Crimon

Amiens. La Somme à Saint-Leu. Dimanche 3 Sept. 2017. © Jean-Louis Crimon

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
29 avril 2022 5 29 /04 /avril /2022 08:57
Amiens. La jeune fillle qui ressemblait à un cygne. Juin 2019. © Jean-Louis Crimon

Amiens. La jeune fillle qui ressemblait à un cygne. Juin 2019. © Jean-Louis Crimon

La jeune fillle qui ressemblait à un cygne. Titre d'un roman fascinant lu au tout début des années 70, dans l'autre siècle, ce siècle vingt, que par pure dérision, nous appelions "siècle vain". C'était au temps de nos 20 ans turbulents.

Incipit superbe : "Maintenant que j'ai abandonné la licence de philosophie pour écrire des histoires pour les enfants, j'ai le sentiment que cela seul a de l'importance". En un instant, cette phrase a illuminé ma vie entière. Une vie qu'il allait me falloir inventer. Sans jamais oublier cette promesse d'écriture. Même si, en chemin, je n'abandonnerai pas la licence de philosophie et je n'écrirai pas d'histoires pour les enfants.

 

Cinquante ans plus tard, hasard d'une existence humaine qui s'en va vers sa fin, clin d'oeil du destin, miracle d'un quotidien sans surprise, la jeune fille qui ressemblait à un cygne m'a un jour fait signe. Sans le vouloir ou sans le savoir. Sans en avoir conscience. Une légéreté soudaine, une grâce, une élégance, une présence, aérienne sans être hautaine, en quelques pas comme des pas de danse, elle a sublimé l'espace. 

Beauté rare de l'instant donné qui se serait à tout jamais enfui au pays des jamais plus, s'il n'y avait eu l'oeil photographe et la magie de la photographie. L'image, le beau langage. 

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
28 avril 2022 4 28 /04 /avril /2022 08:57
Paris. Couloir du métro. Nov. 2012. © Jean-Louis Crimon

Paris. Couloir du métro. Nov. 2012. © Jean-Louis Crimon

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
27 avril 2022 3 27 /04 /avril /2022 08:57
Amiens. Juillet 1979. Foire de la Saint-Jean. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Juillet 1979. Foire de la Saint-Jean. © Jean-Louis Crimon

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
26 avril 2022 2 26 /04 /avril /2022 08:57
Paris. Métro. Avril 2015. © Jean-Louis Crimon

Paris. Métro. Avril 2015. © Jean-Louis Crimon

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
25 avril 2022 1 25 /04 /avril /2022 08:57
Saint-Quentin. Juin 2014. © Jean-Louis Crimon

Saint-Quentin. Juin 2014. © Jean-Louis Crimon

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
24 avril 2022 7 24 /04 /avril /2022 08:57
Amiens. Cloître Dewailly. 27 Mai 2015. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Cloître Dewailly. 27 Mai 2015. © Jean-Louis Crimon

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens