Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 décembre 2020 2 29 /12 /décembre /2020 08:57
Paris. Avenue Théophile Gautier. Nov.2012. © Jean-Louis Crimon 

Paris. Avenue Théophile Gautier. Nov.2012. © Jean-Louis Crimon 

       

     Peu importe l’heure, le lieu, la ville, le pays,

     Soir qui tombe ou plein midi

     J’aime le geste du balayeur

 

     Sans doute parce que c’est le geste de mon père jardinier

     Bon bêcheur pas bêcheur, bon balayeur 

     Dans sa vie, il en a donné des coups de balai, mon père

     Autant que de coups de bêche

     Feuilles mortes ou poussière

     Eté, printemps, automne, hiver 

     En toute saison, son balai avait toujours raison

 

     N’a jamais lésiné 

     Chaque jour de sa vie 

     Pas un jour sans un coup de balai 

     La cour, côté jardin 

     Le trottoir, côté rue

     Impeccable 

     Fallait que ce soit impeccable 

     Impeccable, nickel, ses deux mots préférés 

     Pour parler de ces choses essentielles à ses yeux
 


     Dans ma tête d’enfant, j’imaginais qu’il balayait aussi les jours au calendrier 

     Pour que le temps passe plus vite

     Hop, un coup de balai sur aujourd’hui pour qu’il se nomme hier 

     Hop, déjà se pointe demain pour balayer les soucis d’aujourd’hui 

     Hop, demain effacé en un tour de main 

     Dans mes conjugaisons enfantines, les éléments étaient aussi de la partie

     Le vent balaie la campagne 

     Le ciel balaie les nuages 

     La pluie balaie la poussière

 

     Aujourd’hui encore, après toutes ces années amoncelées

     il y a toujours un coup de balai à donner quelque part 

     Le balai Aujourd’hui efface toujours Hier 

  

     Rien à faire, il y a toujours quelque chose à faire 

     Dernier balayage du soir 

     Déjà pointe le premier coup de balai du matin

 

     Seule différence, s’est enfui à tout jamais le temps de la belle enfance

     Mon père a changé de destin

     Il s’est absenté 

     Pour toujours, disent les gens

     Je n’en crois rien 

     Moi, je pense qu’il balaie l’envers des nuages.

 

     © Jean-Louis Crimon 

Partager cet article

Repost0
28 décembre 2020 1 28 /12 /décembre /2020 08:57
Paris. Montparnasse. Avril 2019. © Jean-Louis Crimon

Paris. Montparnasse. Avril 2019. © Jean-Louis Crimon

 

     Je parle aux oiseaux du bord de l’eau

     Je connais les accents de la rivière

     Je sais le sens du vent

     La course des nuages

     L’heure de la pluie

 

     Je marche tard dans le soir

     Sans jamais m’asseoir

     Je n’ai pas peur du noir

     La nuit est mon amie

 

     J’étudie les mots du silence

     Pour en connaître le sens

     Je n’ai pas peur de la solitude

     Je ne crains pas l’absence

     On n’est jamais seul quand on est seul avec soi-même 

 

     La grille du cimetière donne sur les champs

     Les paysans ont mis le feu à l’herbe sèche des talus

     J’aime l’odeur âcre de la fumée du mois de mars 

     Les giboulées vont venir ponctuer l’écriture du printemps

     Mettre un point final à l’hiver

 

     Toi, déjà, tu rêves à la musique des feuilles des arbres

     Quand le vent joue de l’harmonica dans les branches qui grincent pour ne pas pleurer

     Les larmes, ça attire la pluie

 

     Tu ne ressens jamais aucune fatigue, aucune douleur

     Tu n’as jamais mal aux pieds, mal au dos, mal aux dents,

     Ou si tu as mal, tu ne te plains pas

     Se plaindre, c’est mal, se plaindre, ce n’est pas normal,

     On ne se plaint pas d’être vivant.

     Les morts n’ont plus mal aux dents.

 

     Toi, tu rêves et tu dérives

     Tu rêves tes rêves à la dérive

     Tu vas dire : j’arrive quand on t’appelle de l’autre côté de la rive

 

     Tu dis parfois Il pleut dans ma tête ou J’écoute la respiration de l’eau.

     Tu penses que tu as le même arbre généalogique que la pierre.

     Tu parles de ta sœur la pluie.

 

     Tu voudrais laisser des messages aux générations futures

     Tu dis qu’un écrivain, c’est un pêcheur à la ligne

      Il amorce

      Il lance ses gaules et il attend que ça morde

 

      Tu prétends que les mots sont des poissons d’argent

      Pourtant tu dis : Le silence est d’or.

      Tu n’as pas ta langue dans ta poche

      Tu dis : Les idées, c’est comme les chaussures, celles qui ne sont pas à votre pointure

      risquent de vous empêcher de marcher.

 

      Moi, pour t’ennuyer, je te réponds : 

      Un penseur est un va nus pieds.

 

      J’invente des titres impossibles pour des livres que je n’écrirai jamais.

 

       « Voyage au bout de l’ennui » et « Rêveries du promeneur solidaire »

      sont mes deux préférés.

 

       « Traverses » 

      sera le plus beau.

 

       © Jean-Louis Crimon 

Partager cet article

Repost0
27 décembre 2020 7 27 /12 /décembre /2020 08:57
La soupe à cailloux. © DR

La soupe à cailloux. © DR

 

        Ce caillou bizarre 

        pomme de terre à la peau brune

        je l’ai toujours dans ma poche

        comme un trophée

        un talisman

        un trésor

 

        Pomme de terre éternelle

        inoxydable

        imputrescible

        silex silencieux depuis si longtemps

        qui ne parle qu’à moi

        le soir très tard

        ou la nuit

 

        Pomme de terre fossile venue de la nuit des temps

        pomme de terre-caillou de la mi-août

        pomme de terre-caillou qui se fout du mildiou

 

        Des pommes de terre cailloux, j’en ai des dizaines

        rangées dans le bas du placard de ma chambre

 

        Souvent mon père me chambre :

        un jour, on va les cuire, tes patates-cailloux

        on fera un grand feu dans le jardin

 

        On les mettra dans le grand chaudron

        avec de l’eau

        des poireaux

        des carottes et des oignons

 

        Ce jour-là

        tu sauras

        quel goût elle a

        la soupe à 

        cailloux

 

        

       © Jean-Louis Crimon 

Partager cet article

Repost0
26 décembre 2020 6 26 /12 /décembre /2020 09:57
Bourdon. Cimetière Allemand. Août 1978. Mon père, Georges Crimon. © Jean-Louis Crimon

Bourdon. Cimetière Allemand. Août 1978. Mon père, Georges Crimon. © Jean-Louis Crimon

 

      Quand je regarde les mains de mon père

      Je me dis que ces mains-là

      Sont toutes les leçons de philosophie

      Que je cherchais en vain dans les livres

 

      Quand je regarde les mains de mon père

      Je me dis qu’elles sont aussi

      Le prix des peines acceptées

      Et des révoltes contenues

 

      Parfois je les vois deux poings forts

      Frappant la tête des gouvernants

 

      Mais quand je regarde les mains de mon père

      Je vois que les poignets sont encore rouges

      Des chaînes qu’il lui a fallu porter

 

      Je me demande sans comprendre

      Pourquoi il n’aspire qu’à se taire

      Et comment il a pu tant accepter

 

      Je sens qu’au fond de moi la révolte gronde

      Je sais pourquoi je veux la fin du vieux monde

 

      Alors que mon père me pardonne

      De ne pas seulement rêver de liberté

      Alors que mon père me pardonne

      S’il apprend qu’un fils d’esclave s’est révolté. 

 

 

      © Jean-Louis Crimon 

Partager cet article

Repost0
25 décembre 2020 5 25 /12 /décembre /2020 09:27
Paris. RER Saint-Michel. Déc. 2012. © Jean-Louis Crimon

Paris. RER Saint-Michel. Déc. 2012. © Jean-Louis Crimon

 

     Tu te souviens de ce soir de décembre

     RER B Station Saint-Michel

     Rictus vient s’asseoir devant toi

     Rictus dessiné par Steinlen 

 

     Il te fait face cheveux hirsutes

     Regard hagard dans le train du soir 

     Après avoir arpenté l’allée du train deux fois

     Dévisagé un à un le visage de chacun

     Il t’a choisi, toi

 

    Vous ne vous parlez pas

    Vous ne prononcez aucun mot

    Juste un regard qui en dit long

    Tu penses tout bas mais très fort 

    Je sais qui vous êtes mais je ne dirai rien

 

    Le poète populaire

    Randon de votre vrai nom

    Rendons à Randon ce qui est à Rictus

    Rendons à Rictus ce qui est à Randon

    Gabriel Randon, Rictus, Jehan Rictus

 

    Il a raison celui qui chante « Longtemps, longtemps, après que les poètes ont disparu, 

    leurs chansons courent encore dans les rues… »

 

    R E R 

    Rictus Est Rictus

    Rictus Est Randon

    Randon Est Rictus 

 

    Je venais d’acheter « Le Cœur populaire » chez un bouquiniste du quai de la Tournelle.

    Poèmes, Ballades, Plaintes et complaintes.

    S’il est permis, une fois ou deux, dans la vie, de croire aux signes, sûr, ce soir-là, c’était un signe. 

    L’Ange Gabriel venu annoncer l’enfantement d’un poète. Sa naissance. Ou son retour.

    Jehan Rictus et ses Soliloques du pauvre. 

 

    « Tout d’même, si qu’y r’viendrait… »

 

   

    © Jean-Louis Crimon 

Partager cet article

Repost0
24 décembre 2020 4 24 /12 /décembre /2020 08:57
Campagne picarde vers Gorenflos. Hiver 1975/76. © Jean-Louis Crimon

Campagne picarde vers Gorenflos. Hiver 1975/76. © Jean-Louis Crimon

             

             Trop doux vraiment le temps

             La neige n’a pas le temps

             De tout blanchir alentour

             L’hiver fait juste un tour

 

             Flocons fondants, flocons fondus

             A la pluie confondus

             De neige, il n’y a presque plus

             Juste quelques flocons perdus 

 

             Flocons trop cons pour faire neige

             Sous son grand parapluie beige

             Dame la pluie s’en protège

             Ne sera jamais prise au piège

 

             Au quartier de l'usine 

             En vraie bonne voisine

             D’un geste, la pluie essuie 

             Une neige noire de suie

 

             Neige grise, neige noire

             Trop triste à voir le trottoir

             Bon qu’à broyer du noir

             La fumée noircit l’Histoire

 

             Neige grise, neige noire

             Pour le jour, juste un pourboire

             A peine un coup à boire

             Couleur de suie de nuit noire

 

             Même s’il fait semblant

             De tout peindre en blanc

             L’hiver n’est qu’un vaurien

             Demain n’en restera rien.

 

             © Jean-Louis Crimon 

Partager cet article

Repost0
23 décembre 2020 3 23 /12 /décembre /2020 08:57
Traverses. © DR
Traverses. © DR

Traverses. © DR

 

             Mon père travaille sur la voie

             La voie ferrée

             Il est poseur de traverses

             C’est un ouvrier du rail

             Fin des années cinquante, début des années soixante

 

             Ma mère est une mangeuse d’escargots

             Les jours de pluie, elle nous demande à nous, les enfants

             D’aller dans les talus, les fossés

             Lui en ramasser

             Des Bourgognes ou des petits gris

 

             Double paire de chaussettes dans les bottes

             Pour pas prendre froid par les pieds

             Une pèlerine à capuchon et en route par la petite route

             Celle qui a de grandes herbes sur le bord

             Et des fossés plein d’eau à rabord

 

             Quand il a beaucoup plu

             Et que soudain il s’arrête de pleuvoir

             C’est le bon moment

             La chasse aux escargots commence

             Sans jamais décevoir

 

             Armés d’un bâton pour écarter les ronces et les orties

             Ma petite sœur et moi

             On a tôt fait d’en remplir un seau entier

             Au retour, souvent sous l’averse 

             On prend le chemin de traverse

 

             © Jean-Louis Crimon 

Partager cet article

Repost0
22 décembre 2020 2 22 /12 /décembre /2020 09:09
Amiens. 14 Juin 2015. © Jean-Louis Crimon

Amiens. 14 Juin 2015. © Jean-Louis Crimon

 

    Le vieil homme marchait 

    Balançant le bras

    Horloge humaine

    Rythmant le temps des choses.

 

    © Jean-Louis Crimon 

Partager cet article

Repost0
21 décembre 2020 1 21 /12 /décembre /2020 21:22
Pékin. Faguo Laoshi. Paris. Bouquiniste. © DR
Pékin. Faguo Laoshi. Paris. Bouquiniste. © DR

Pékin. Faguo Laoshi. Paris. Bouquiniste. © DR

 

 

       Ils m’ont dit singulier

      J'étais seulement pluriel. 

 

      © Jean-Louis Crimon 

Partager cet article

Repost0
20 décembre 2020 7 20 /12 /décembre /2020 08:57
Amiens. Juin 2019. © Jean-Louis Crimon 

Amiens. Juin 2019. © Jean-Louis Crimon 

           

             Elle s’est assise en terrasse

             juste en face 

 

             Sourire pudique

             sourire des yeux

             le plus gracieux

 

             Derrière elle

             sur la baie vitrée 

             deux mots imprimés

 

             Vrai titre de roman

 

             Au-dessus de son visage

             en lettres majuscules

             on peut lire 

 

             A EMPORTER

 

             Elle ne le sut jamais

             mais ce jour-là

             d’un regard 

 

             elle m’emporta. 

 

             

             © Jean-Louis Crimon 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens