Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 septembre 2020 5 04 /09 /septembre /2020 09:00
Amiens. Faubourg de Hem. 24 Déc. 1977. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Faubourg de Hem. 24 Déc. 1977. © Jean-Louis Crimon

"Couteaux, ciseaux, lames à repasser", la jolie rengaine de celui qui passe et qui repasse, avec, sous son chapeau, ce beau regard... aiguisé. 

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0
3 septembre 2020 4 03 /09 /septembre /2020 10:14
Le dernier laboureur. Brillon. 59178 Hasnon. 25 février 1981. © Jean-Louis Crimon

Le dernier laboureur. Brillon. 59178 Hasnon. 25 février 1981. © Jean-Louis Crimon

Le laboureur maintient le soc de la charrue dans le sillon tracé par le cheval. Importance de la force des bras et respect de l'angle d'attaque de la terre. Respect aussi du rythme imposé par le cheval. La charrue est dite "à bras" parce qu'on ne peut la faire agir qu'à la force des bras. Un temps révolu. Une photo pour ne pas oublier.

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0
2 septembre 2020 3 02 /09 /septembre /2020 08:34
Amiens. Place Gambetta. Sept. 2015. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Place Gambetta. Sept. 2015. © Jean-Louis Crimon

Bien sûr, un minimum de technique est indispensable, mais l'élégance du geste, la gestuelle, a aussi son importance. 

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0
1 septembre 2020 2 01 /09 /septembre /2020 12:58
Amiens. La prière du peintre à la porte à peindre. Août 2016. © Jean-Louis Crimon

Amiens. La prière du peintre à la porte à peindre. Août 2016. © Jean-Louis Crimon

Aujourd'hui, tu voudrais écrire un poème pour le peintre qui s'agenouille devant la porte à peindre. C'est si rare de voir un ouvrier s'agenouiller devant le travail à faire. Il y a de l'amour et du respect dans cette attitude. De l'amour du travail bien fait. Du travail à faire. A faire dans le respect du travail bien fait.Tu te souviens d'un jardinier à genoux devant sa plate-bande à désherber et à refleurir. A genoux ou le dos courbé en signe de salut. Le salut à la terre à la manière d'un vieil Indien. A genoux pour se mettre à la hauteur du travail à faire. En harmonie. A bonne distance du geste à faire. Façon d'être et manière de saluer la tâche à mener à bien. Discours impensable de nos jours même si tu le penses toujours. Discours incompréhensible.Toi, pour le travail avec les mots, tu es toujours debout, en mouvement. Tu marches. Tu déambules. Ton esprit ne va si tes jambes ne l'agitent. Montaigne dixit.

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0
31 août 2020 1 31 /08 /août /2020 13:31
Amiens. 28 Juin 2020.  © Jean-Louis Crimon. Don Manuel Osorio Manrique de Zuniga. © Goya. 1787.
Amiens. 28 Juin 2020.  © Jean-Louis Crimon. Don Manuel Osorio Manrique de Zuniga. © Goya. 1787.

Amiens. 28 Juin 2020. © Jean-Louis Crimon. Don Manuel Osorio Manrique de Zuniga. © Goya. 1787.

La Pie, connue pour faire preuve d'une certaine intelligence et pour posséder un caractère marqué, a parfois été élevée comme un animal domestique. En témoigne un curieux tableau de Goya, peint vers 1787, le portrait de Don Manuel Osorio Manrique de Zuniga, enfant. Il s'agit du plus jeune fils d'Isabel Vicente Osorio de Moscoso, Comte d'Altamira et directeur de la Banque de Saint-Charles, Banque qui donnera naissance à la Banque d'Espagne. Francisco de Goya, alors portraitiste à la cour de Charles III, fut engagé par le Comte d'Altamira, pour faire les portraits de toute sa famille.

L'enfant semble figé. Immobile, presque rigide, sans apparente expression du visage. Vêtu d'un costume de couleur rouge, selon la mode du moment, avec une ceinture couleur or, il tient en laisse une Pie qui tient dans son bec un papier où est écrit le nom et la date de naissance du modèle. La Pie est le symbole de la curiosité. Pour le Christianisme, les oiseaux symbolisent l'âme, et dans cette perspective, c'est peut-être l'innocence de l'oiseau et de l'enfant. D'autres oiseaux se trouvent dans une cage sur le côté droit du tableau. Il y a aussi trois chats qui, comme fascinés, observent très attentivement la Pie. Il parait que Goya considérait les chats comme des animaux de compagnie diaboliques.

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0
30 août 2020 7 30 /08 /août /2020 13:57
Amiens. Jardin. Vendredi 22 Mai 2020. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Jardin. Vendredi 22 Mai 2020. © Jean-Louis Crimon

La Pie bavarde, Pica pica de son nom scientifique, est commune dans toute l'Europe, mais aussi en Asie, au nord-ouest de l'Afrique et en Amérique du Nord. L'espèce est plutôt sédentaire mais vagabonde par petits groupes en hiver.

Les petits sont nourris par les deux parents. Ils quittent le nid après avoir atteint 25 à 30 jours. Ils vont cependant rester en famille jusqu'à l'automne. 

La Pie ne migre pas, même si certains individus peuvent s'en aller vers le Sud en hiver. La durée de la vie de la Pie, "Eurasian magpie" en anglais, est d'environ 15 ans. 

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0
29 août 2020 6 29 /08 /août /2020 13:43
Amiens. Dimanche 21 Juin 2020. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Dimanche 21 Juin 2020. © Jean-Louis Crimon

Rusée ou amusée, la Pie sait s'approcher au plus près de l'objet convoité. Certes méfiante mais pas très craintive. Prête à l'envol instantané si le moindre danger se présente.

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0
28 août 2020 5 28 /08 /août /2020 10:13
Amiens. Vendredi 22 Mai 2020. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Vendredi 22 Mai 2020. © Jean-Louis Crimon

Ce matin, Dame la Pie, - ou Monsieur Pie -, superbement, dédaigne et ignore le ramier "herbivore", énorme pigeon à l'alimentation très végétarienne. A base de graines et de fruits. Le pigeon ramier se nourrit rarement d'insectes et de vers de terre. Faines et glands, pour menu, l'automne venu. 

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0
27 août 2020 4 27 /08 /août /2020 11:57
Amiens. Vendredi 22 Mai 2020. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Vendredi 22 Mai 2020. © Jean-Louis Crimon

La Pie possède, - plutôt rare chez la plupart des oiseaux -, un odorat très développé. Elle a l'habitude de stocker ses aliments dans les arbres, les buissons, mais aussi dans des trous peu profonds creusés à même le sol. La Pie va retrouver ses "caches" grâce à sa "mémoire épisodique", une mémoire particulière qui lui permet de se souvenir des évènements vécus avec leur contexte. La pie a aussi "conscience" du caractère périssable des aliments cachés et tout autant du côté aléatoire de leur localisation. Autre problème : les Pies s'observent mutuellement, -  les pies s'épient ! - et donc pour éviter de se faire dérober leur pitance, multiplient les fausses cachettes, les fausses pistes. En plus de sa "mémoire épisodique", la Pie dispose d'une "notion de l'avenir", et se révèle capable de planifier le moment de la récupération de la nourriture cachée.

 

Les éthologues en déduisent que la Pie possède une véritable notion de "permanence de l'objet". Elle a en effet pleine conscience de l'existence d'objets et surtout parfaite conscience que les objets continuent d'exister, même si elle ne les voit pas ou ne les respire pas. La Pie, plus forte que l'Êvèque Berkeley et son idéalisme qui a sidéré des générations d'étudiants en Philosophie. George Berkeley affirmait dans ses Principes de la connaissance humaine que les perceptions issues des sens - ce que l'homme goûte, ce qu'il sent, ce qu'il touche, - ont, en fait, leur siège dans l'esprit et sont indépendantes du dehors. Pour Berkeley, "Être, c'est être perçu". Autrement dit, ce qui n'est pas perçu n'existe pas. 

Manifestement, la Pie impie ne partage pas cet idéalisme ecclésiastique radical. Pour la Pie, Être, c'est être caché.

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0
26 août 2020 3 26 /08 /août /2020 16:45
La Pie de Claude Monet et La Pie au jardin. Août 2019. © Jean-Louis Crimon
La Pie de Claude Monet et La Pie au jardin. Août 2019. © Jean-Louis Crimon

La Pie de Claude Monet et La Pie au jardin. Août 2019. © Jean-Louis Crimon

Peindre l'hiver ou photographier l'été. Peindre l'été. Peindre l'été en été. Photographier, c'est aussi une histoire de lumière. Photographier, c'est écrire avec la lumière. Banal. Banal de le dire. Banal de l'écrire. Tant pis.

Non, tant pie. 

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens