Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 septembre 2020 4 17 /09 /septembre /2020 10:47
Amiens. Rue des Vergeaux. 18 Avril 2016. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Rue des Vergeaux. 18 Avril 2016. © Jean-Louis Crimon

Pianoter la ville à pied. De semelle en semelle. Fasciné par ces noms de Boutiques en forme de titres de romans. "Un jour, ailleurs", "Cache-Cache", "Juste un baiser". On croit rêver. La gamberge rue des petites verges. Refrain soudain qu'on fredonne. Ecrire en silence dans sa tête ou sur un clavier numérique. Essaimer des sms. Paradoxe des temps qu'on croit modernes. Quotidien faussement banal. Ce matin, c'est La lettre à Elise que je te texto/ise. 

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0
16 septembre 2020 3 16 /09 /septembre /2020 08:28
Amiens. Rue de la Veillère. Début des années 70. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Rue de la Veillère. Début des années 70. © Jean-Louis Crimon

Une de mes premières photos. Début des années soixante-dix. Etudiant en Philosophie. Déjà l'idée de porter le regard sur les invisibles de la société. 

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2020 2 15 /09 /septembre /2020 09:09
Amiens. Place Gambetta. 14 Avril 2017. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Place Gambetta. 14 Avril 2017. © Jean-Louis Crimon

Main tendue. Beau symbole. Une main qui tend la main. Une main à prendre. Une main à prendre par la main. Peut-être par la main de la dame qui passe. Instant fugace. Impression tenace.

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0
14 septembre 2020 1 14 /09 /septembre /2020 17:29
Amiens. Rue Laurendeau. 7 août 2016. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Rue Laurendeau. 7 août 2016. © Jean-Louis Crimon

Ce pourrait être une photo des années cinquante. Dans l'autre siècle. Belle fracture temporelle. Boubat, Doisneau, Cartier-Bresson traversent la rue avec toi.

Une tasse de lait sur l'appui de fenêtre, tu ne pensais plus ça possible. Mieux que tous ces jeux vidéos où tu dois nourrir, chaque jour, des animaux virtuels qui n'ont de familier que le nom. La langue qui lape le lait est une vraie langue. Le chat, un vrai chat. La petite fille à la fenêtre n'en revient pas. 

Un vrai chat, c'est fascinant. Rien à voir avec un Tamagotchi.

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0
13 septembre 2020 7 13 /09 /septembre /2020 09:09
Kunming. Lac Emeraude. 1er Janvier 2012. © Jean-Louis Crimon

Kunming. Lac Emeraude. 1er Janvier 2012. © Jean-Louis Crimon

De loin, une mariée si jolie. M'approchant, elle est en blue jeans sous sa longue robe blanche. En fait, les faux mariés travaillent pour une agence de pub. Au bord du Lac Emeraude, à Kunming, tout au Sud de la Chine, dans le Yunnan. La scène est belle malgré tout, même si trop d'oiseaux dans le ciel et trop de gens au bord du lac. Le lac Emeraude qui doit son nom à la couleur de son eau.  

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0
12 septembre 2020 6 12 /09 /septembre /2020 09:40
Ljusekulla. Suède. Déc. 1973. © Jean-Louis Crimon

Ljusekulla. Suède. Déc. 1973. © Jean-Louis Crimon

Premier hiver suédois. Famille Ahlvin, je n'oublierai jamais ce que je vous dois. Tack sa mycket. Pour Ljusekulla. Pour mes premiers mots dans votre langue. Kulla veut dire colline et ljuse signifie lumière.

Ljusekulla, - littéralement -, la colline de lumière. Une chance en forme de révélation. Un hasard qui vous forge un destin. 

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0
11 septembre 2020 5 11 /09 /septembre /2020 08:12
Amiens. Faubourg de Hem. Sept. 1978. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Faubourg de Hem. Sept. 1978. © Jean-Louis Crimon

Clin d'oeil volontaire ou vrai hasard. Du skateur de l'affiche, le skateur du trottoir s'en fiche. Lui tourne le dos pour un mimétisme absolu. Bonheur de la photo de rue.

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0
10 septembre 2020 4 10 /09 /septembre /2020 07:47
Amiens. Juin 2018. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Juin 2018. © Jean-Louis Crimon

Il a surgi comme ça. Tout d'un coup. De je ne sais où. Peut-être de Saint-Jacques ou du Cloître des Soeurs grises, pas si loin. Apparition soudaine. Incroyable dégaine. Silhouette insolite. Sans acolyte. Profil inattendu. D'un pas très décidé. Surplis blanc au bras gauche. Traversée païenne d'un lieu profane. En souliers de semaine. Prière quotidienne.

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0
9 septembre 2020 3 09 /09 /septembre /2020 11:19
Paris. 41, Quai de la Tournelle. Printemps 2011. © Jean-Louis Crimon

Paris. 41, Quai de la Tournelle. Printemps 2011. © Jean-Louis Crimon

Ça se passe il y a 10 ans. Je le sais depuis que j'en suis. Le Quai de la Tournelle a ses familiers. Ses habitués. Ses fidèles. Souvent, un vieux professeur s'arrête à hauteur de mes boîtes et prend plaisir à s'attarder dans le coin des ouvrages de philosophie. Forcément, on sympathise. On parle philo. On évoque Nietzsche, Hegel, Kant, et surtout Platon. Platon, né à Athènes, en 427 av.J-C. Platon, qui à l'âge de 20 ans, en 407, fait la connaissance d'un dénommé Socrate. Platon va suivre les leçons de Socrate pendant 8 ans. Peu après la chute des Trente, les Trente Tyrans, Socrate est accusé par trois délateurs de ne pas croire aux dieux de la Cité et de corrompre la jeunesse. Condamné à mort, Socrate refuse de s'évader et décide de boire la ciguë en 399. 

Je me demande ce qui se serait passé si Socrate avait accepté la proposition d'un de ses disciples. Si Socrate s'était échappé. Si Socrate avait fui. Le jugement et la condamnation à mort. Si Socrate n'avait pas bu la ciguë. Le sort du monde n'en eût pas été changé, le sort de la philosophie, oui.

Un beau roman à écrire. Mon prochain roman. Socrate s'est évadé

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2020 2 08 /09 /septembre /2020 08:56
Amiens. Place Alphonse Fiquet. 6 Février 2016. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Place Alphonse Fiquet. 6 Février 2016. © Jean-Louis Crimon

Rituel bien établi. Premier samedi de chaque mois. Les bouquinistes s'installent Place de la Gare. Passage toujours très agréable pour les amoureux des livres. Clin d'oeil à cette dame bibliophile avertie qui rachète les "demi-chagrin". Ma mélancolie silencieuse m'incite à lui proposer mon chagrin tout entier. 

Son sourire ensoleillé illumine alors une journée faussement grise.

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens