Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 août 2017 2 22 /08 /août /2017 00:28
Amiens. Notre-Dame. 27 Juillet 2015. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Notre-Dame. 27 Juillet 2015. © Jean-Louis Crimon

 

 

 

 

 

                                                                         106

Je me souviens du dernier chapitre de Contrescarpe, récit de Julien Sarrazin, publié chez Robert Laffont en 1975. On apprend comment, une nuit d'avril 1957, l'homme recueille une jeune fille de 19 ans, évadée de la prison-école de la Citadelle de Doullens. Julien Sarrazin cache et soigne la jeune fille, dans la maison de sa mère, à Amiens. J'aime relire ce passage en parallèle avec les deux premières pages de L'Astragale.

                                                                                                                                                                                                                                       107

Je me souviens des soirs de décembre quand  la cathédrale d'Amiens retrouve ses couleurs d'origine. On le sait vraiment depuis peu. Vingt ans à peine. Au Moyen-Âge, qu'on a cru trop longtemps uniformément gris et désespérant, les cathédrales étaient multicolores. Preuve, s'il en fallait une, que la Trinité, sainte ou pas, ne devait pas s'emmerder. Dieu dessinateur de BD. Hergé battu par le clergé. Le Beau Dieu et tous ses Saints, un fabuleux dessin. Dessin de pierre. En ce temps-là, le papier le moins cher, c'était la pierre.

 

                                                                          108

Je me souviens des ocres, des siennes, à travers les persiennes. Des ors, des bleus, des verts, des rouges, pas si loin des bouges. Tous s'en reviennent se coller sur la pierre. Epousailles flamboyantes. Pour déchirer le manteau sombre de la nuit. Le grand parvis s'anime. Du Moyen-Âge, retrouve la geste. Pour ne pas être en reste, le petit peuple suit. Voir, ce soir, ce qu'ont pu voir les yeux des humains d'il y a six ou sept siècles, est le plus impressionnant des voyages dans le temps. Dans la ville de Jules Verne, la chose n'est pas banale et, pardon pour l'offense, Dieu mis à part, la prouesse liturgique est remarquable.

 

                                                                          109

Je me souviens de la trouvaille d'un ouvrier consciencieux et astucieux : "Chef, on dirait qu'il y a de la couleur." Découverte accidentelle d'un ravalement miraculeux. Début des années quatre-vingt-dix. Grand nettoyage de la pierre du grand paquebot gothique. Sous la crasse grise et noire de la pollution automobile, l'ouvrier et le chef de chantier s'accordent pour identifier des traces de polychromie. Un repérage scientifique des couleurs, de leur emplacement, permet de reconstituer, d'abord mentalement, l'aspect originel des deux petits et du grand portail.

 

                                                                          110

Je me souviens du jour où j'ai lu pour la première fois le Journal de Jean Colin d'Amiens, publié au Seuil, début 1968. Tendresse particulière pour cette phrase de la page 166 : " Hier, j'ai vu par ma fenêtre de ville une mésange bleue, très voyante dans la grisaille de l'hiver."

 

 

 

 

 

 
© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.
Repost 0
Published by crimonjournaldubouquiniste
commenter cet article
21 août 2017 1 21 /08 /août /2017 00:03
Amiens. Janvier 2017. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Janvier 2017. © Jean-Louis Crimon

 

 

 

 

                                                                         101

Je me souviens des armoiries d'Amiens, des deux licornes et du blason "de gueules au lierre d'argent, au chef d'azur semé de fleurs de lys d'or ". La licorne, symbole des vertus chevaleresques de pureté et d'attrait pour la beauté et la délicatesse.   

                                                                

                                                                         102

Je me souviens de ce Café du Faubourg de Hem qui s'appelait : "A la Grâce de Dieu".

                                            

                                                                         103

Je me souviens du monument du Maréchal Leclerc, Place René Goblet. Philippe de Hautecloque, dit "Leclerc", né dans la Somme, au château de Belloy, dans la commune de Belloy-Saint-Léonard. Mort dans un accident d'avion près de Colomb-Béchar, en Algérie. Fut l'un des principaux chefs militaires de la France libre, durant la Seconde Guerre Mondiale. Ses fonctions au sein des Forces françaises libres l'amènent à commander la 2e Division Blindée. La 2ème D.B.

 

                                                                          104

Je me souviens de la rue de la 2ème D.B.

 

                                                                          105

Je me souviens de l'Abbé Pierre en visite à la Communauté Emmaüs de la rue Blanquetaque. Rue de la tache Blanche.

 

 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017

Repost 0
Published by crimonjournaldubouquiniste
commenter cet article
20 août 2017 7 20 /08 /août /2017 00:01
Amiens. Août 2017. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Août 2017. © Jean-Louis Crimon

 

 

 

 

                                                                            96

Je me souviens de cette ville, roman permanent. On ne tourne pas les pages avec la main, on parcourt le roman avec les pieds. Lecture paisible, pas à pas, et de... semelle en semelle.

                                                                                                                                                                                                                                            97

Je me souviens de la réderie d'automne, géante brocante où tout s'achète et tout se vend, sauf le rêve ou le sourire des gens. Marché à réderies, Marché à rêveries. Depuis très longtemps, ici, le rêve... rit.

 

                                                                            98

Je me souviens de Judith Malina et de Julian Beck. Le Living à Amiens. Le Living Théâtre. Sur la scène du grand théâtre de la MaCu. Aussi dans la rue. Pour une procession dénonciation des lieux de pouvoir : hôtel de police, cathédrale, palais de justice, banques.

 

                                                                             99

Je me souviens de Jean-Baptiste Gresset, écrivain et poète, qui fonde, en 1750, l'Académie d'Amiens, Académie des sciences, des lettres et des Arts.

 

                                                                           100
Je me souviens de Vert-Vert, poème de Gresset qui eut en son temps une belle renommée. Vert-Vert, c'est l'histoire d'un perroquet recueilli dans un couvent de Nevers, un "perroquet dévot" qui parle un parfait langage chrétien, et que les Visitandines confient  à un batelier de la Loire, parce que d'autres religieuses le réclament à Nantes. Sur le bateau, Vert-Vert apprend le vocabulaire des matelots et des femmes légères. A l'arrivée dans son nouveau couvent, Vert-Vert  jure comme un marinier et les religieuses nantaises, offusquées, épouvantées, le renvoient illico à Nevers où l'on aura le plus grand mal à lui réapprendre les bonnes manières et le latin religieux. Moralité : à jurer et à boire comme un matelot, le perroquet devint le "père hoquet".

 

 

 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017

Repost 0
Published by crimonjournaldubouquiniste
commenter cet article
19 août 2017 6 19 /08 /août /2017 00:00
Amiens. Août 2015. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Août 2015. © Jean-Louis Crimon

 

 

 

                                                                           91  

Je me souviens de tout, je me souviens de rien. Me souviens surtout de cette femme qui promenait son chien, en disant : "C'est Toutou rien". Moi, je comprenais : "C'est tout ou rien." Mais rien, c'était son nom au chien. Toutou rien. Pour lui, elle était tout. Pour elle, il était  rien. Enfin, j'en sais trop rien.                                                                      

                                                                           92

Je me souviens d'Amiens, appelée autrefois petite Venise du Nord, avec ses nombreux canaux et ses hortillonnages, véritables jardins sur l'eau où les jardiniers rejoignent leurs parcelles en bateau. 

 

                                                                           93

Je me souviens d'Edouard Branly, inventeur du cohéreur et de la radiodiffusion, avec Marconi. La radio qu'on appellera d'abord TSF, Téléphonie Sans Fil.

 

                                                                           94

Je me souviens de Michel Orier et de Label Bleu.

 

                                                                           95

Je me souviens d'Amiens vrai livre ouvert. Un chapitre de roman à chaque instant. Pages numérotées comme dans les livres de papier. L'histoire commence de mille et une façons. Dépend de l'endroit où l'on se trouve. Où l'on commence la balade ou la lecture. "Un jour, ailleurs", "Cache-Cache", "Le temps d'une pause", ou bien... "Juste un baiser".

 

 

 

 

 
© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017
Repost 0
Published by crimonjournaldubouquiniste
commenter cet article
18 août 2017 5 18 /08 /août /2017 00:00
Amiens. Saint-Leu. Avril 2017. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Saint-Leu. Avril 2017. © Jean-Louis Crimon

 

 

 

 

                                                                         86
Je me souviens de Marcel Proust à la poubelle cette nuit-là, et de "la betterave qui rêve de voir la mer " à la Une. Un scandale qui fait, le lendemain matin, s'étrangler le rédacteur-en-Chef et s'esclaffer toute la ville.

 
                                                                          87
Je me souviens du soir du 10 Mai 1981 et de la rue de la Préfecture barrée une dernière fois par des forces de l'ordre qui n'ont plus envie de mordre. Crosse en l'air et sourire en bandoulière pour tout argument : Mitterrand Président.
 
 
                                                                          88
Je me souviens de la chute de mon reportage de ce soir-là : " Il fait étrangement doux ce soir."
 
 
                                                                          89
Je me souviens du Lucullus de chez Nasser, en haut de la rue de la République, et de la phrase rituelle des clopeurs, traversant pour acheter leur came chez Froc, le bistrot "facho" d'en face : "On traverse la Méditerranée".
 
                                                                          90
Je me souviens d'Amiens et de sa première gare routière, du chemin que je dois faire, à pied, jusqu'au Petit séminaire, en remontant la rue Jules Barni, puis la Chaussée Jules Ferry, jusqu'en haut de Saint-Acheul. Trop lourde ma valise en carton, avec les provisions que ma mère y a cachées entre la paire de draps en lin et mes deux pyjamas en toile rêche.

 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017
Repost 0
Published by crimonjournaldubouquiniste
commenter cet article
17 août 2017 4 17 /08 /août /2017 11:53
Amiens. Déc. 2016. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Déc. 2016. © Jean-Louis Crimon

 

 

                                                                          81

Je me souviens d'une main de femme qui cogne une porte en bois. Elle porte une jolie bague au doigt. Au majeur, je crois. Quartier Notre-Dame.

 

                                                                          82

Je me souviens de la Confrérie Notre-Dame du Puy d'Amiens, compagnie de mécènes qui, pendant trois siècles et demi, fut la source d'une importante production poétique et artistique. Fondée en 1388, cette société d'encouragement littéraire organise chaque année un concours de poésies dédiées à la Vierge Marie, sainte patronne de la cathédrale d'Amiens.

 

                                                                          83

Je me souviens de la délicate posture de l'Ange, assis, pied gauche en avant, main gauche posée sur le sablier de l'existence humaine, main droite soutenant sa tête légèrement inclinée. Le coude appuyé sur le crâne de la mort. Inéluctable destinée. Pensées tristes de l'Ange qui pleure le chanoine Guilain Lucas de Genville, mort en 1628. Le bienfaiteur des enfants bleus et des orphelins.

 
                                                                          84
Je me souviens d'un soir, à la Rédaction du Courrier Picard. D'une discussion avec Pierre Rappo, à propos de cette région célèbre pour sa Cathédrale, ses macarons, son pâté de canard, ses faits-divers, ses betteraves et ses pommes de terre. Désespoir loufoque. Me vient une fulgurance assassine : "Je suis une betterave qui rêve de voir la mer." Mon ami Pierre en rigole encore.
 
                                                                          85
Je me souviens de Raymond Pronier, secrétaire de rédaction chargé de la DH, la dernière heure, et du bouclage des dernières pages. C'est lui qui, sans me le dire, fait de ma phrase la Une du Aujourd'hui. Encadré traditionnel du Courrier réunissant une mini météo du jour, une recette de cuisine en trois lignes et une citation d'un écrivain célèbre.
 
 
 
 
 
 
 
© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017
Repost 0
Published by crimonjournaldubouquiniste
commenter cet article
16 août 2017 3 16 /08 /août /2017 08:39
Notre-Dame d'Amiens. (1220-1269). Août 2016. © Jean-Louis Crimon

Notre-Dame d'Amiens. (1220-1269). Août 2016. © Jean-Louis Crimon

 

 

 

                                                                      76

Je me souviens de Michel Catty, alias Michou, enfant de Saint-Leu, Prince des nuits parisiennes dans son Cabaret de Montmartre.
 
 
                                                                      77
Je me souviens de Benjamin Biolay qui passe une partie de sa vie amoureuse à Amiens. Tendresse avouée pour les balades dans les Hortillonnages.
 
                                                                         
                                                                       78
Je me souviens de Pierre-Marc Paoli et de la Foire de la Saint-Jean quand elle s'installe encore sur les Boulevards intérieurs, entre la Gare, le Cirque Municipal, qu'on n'a pas encore baptisé Jules Verne, et l'Eglise Saint-Honoré.
 
 
                                                                        79
Je me souviens des mots d'une lettre de Robert Mallet, -octobre 1998-, qui avait beaucoup aimé Les Gants d'Andersen, ma nouvelle danoise. " Il faudra que nous nous rencontrions  pour parler de ce sens du romanesque vécu qui vous inspire. Ce mot romanesque n'implique, pour moi, aucune référence à une déformation lyrique de la réalité, il s'applique à une vision, puis à une écriture suggestive de la matière d'un roman. Vous avez un tempérament de romancier. Vous savez raconter en ne disant que ce qu'il faut dire et vous donnez envie de savoir la suite, ce qui est primordial dans un récit. "
 
                                                                         80
Je me souviens de "La justice, une vertu et une institution", conférence débat de Paul Ricœur, le mercredi 5 mars 1997, dans le cadre des Rencontres du Crédit Agricole.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017
Repost 0
Published by crimonjournaldubouquiniste
commenter cet article
15 août 2017 2 15 /08 /août /2017 00:00
Notre-Dame d'Amiens. (1220-1269).  Juin 2016. © Jean-Louis Crimon

Notre-Dame d'Amiens. (1220-1269). Juin 2016. © Jean-Louis Crimon

 

 

 

                                                                       71

Je me souviens de Robert de Luzarches, premier architecte de la Cathédrale. Choisi pour son art des dessins et des maquettes. Sur la pierre centrale du "Labyrinthe", une inscription indique que la construction a commencé en 1220 et que "Robert, appelé de Luzarches" en a été l'architecte. Vont lui succéder Thomas de Cormont et son fils, Renaud.

 
 
                                                                        72
Je me souviens de Brigitte Bardot, un après-midi de veille de Noël, au volant de sa petite voiture et moi tout à côté d'elle, à la place du passager, face au refuge de la SPA de Longpré-lès-Amiens. Rencontre surréaliste. Conversation étonnante. BB charmante. BB touchante. BB tout à moi. Pour défendre la cause des animaux aux abois.
 
 
                                                                         73
Je me souviens de Mahiette, du poète Edouard David, alias Tchot Doère. Mahiette, grandiose poème en vers picards et en vingt-six chants, sous-titré "Ch'chef-d'œuvre de ch' l'eintailleux". Préface de Robert Mallet, pour l'édition de 1969.
 
 
                                                                         74
Je me souviens de Monseigneur Noyer, Evêque d'Amiens, fidèle spectateur du Prix cycliste Jean Renaux où je cours, cette année là, dans le Prix des personnalités, avec Eddy Seigneur.  
– Avec qui faites-vous équipe ? me lance l'homme d'église. 
– Avec Seigneur, mon père.
– Les voies de Dieu sont impénétrables, mon fils !
Gonflé, l'Evêque, quand il me chambre. Pas méchamment, pas beaucoup, juste un... pneu.
 
 
                                                                          75
Je me souviens de Jules Barni, philosophe et homme politique, député d'Amiens. Auteur de l'une des premières traductions de Kant.
 
 
 
 
 
 
 
© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017
Repost 0
Published by crimonjournaldubouquiniste
commenter cet article
14 août 2017 1 14 /08 /août /2017 04:28
L'auteur "arrêté". Tableau de Daniel Grardel. 2017. © Annick Grardel.

L'auteur "arrêté". Tableau de Daniel Grardel. 2017. © Annick Grardel.

 

 

 

                                                                          66

Je me souviens de la waide et de son bleu fabuleux, le pastel des teinturiers, la waide déjà connue comme plante médicinale et tinctoriale par les Grecs et les Romains.

                                                                                                                                                                                                                                          67

Je me souviens de Jean-Luc Massy et de son Amiens Gallo-Romain, thèse de Doctorat d'Histoire de Troisième Cycle soutenue en Mai 1977 à La Sorbonne. "Samarobriva Ambianorum, une ville de la Gaule Belgique, des origines au Ve siècle."

                                                                    

                                                                           68

Je me souviens de Jean-Baptiste Delambre, astronome et mathématicien, né à Amiens le 19 septembre 1749.  Avec Pierre Méchain, il reçoit pour mission de mesurer un arc du méridien de Paris, entre Dunkerque et Barcelone. Une expédition scientifique de plusieurs années, de 1792 à 1799, déterminante pour l'établissement du système métrique.

 

                                                                           69

Je me souviens des Poèmes retrouvés de Jean Colin d'Amiens et de Vincent Guillier qui veut sauver de l'oubli les œuvres de cet Amiénois injustement méconnu.

 

                                                                           70

Je me souviens de Grardel, prénom Daniel, autrefois, dans l'autre siècle, footballeur enrôlé dans l'équipe des journalistes du Courrier Picard corpo, désormais peintre rock des cafés et des bistrots. Signe particulier : une vieille amitié avec Lucky Blondo, présent parfois dans ses tableaux.

 

 

 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017

Repost 0
Published by crimonjournaldubouquiniste
commenter cet article
13 août 2017 7 13 /08 /août /2017 00:09
Amiens. Millénaire de la naissance de la France en Picardie. 1987. © Gérard Crignier.

Amiens. Millénaire de la naissance de la France en Picardie. 1987. © Gérard Crignier.

 

 

 

                                                                         61

Je me souviens de Janvier, pas de Janvier du calendrier, quand l'oiseau grelotte sous l'arbuste, mais de Janvier, prénom Auguste. Janvier l'Historien. Auguste Janvier, auteur d'une Histoire d'Amiens racontée aux enfants des Ecoles primaires. Publiée en 1882, chez A. Douillet et Cie, rue du Logis-du-Roi, 13.

                                                                         62

Je me souviens de François Mitterrand, sur le parvis de Notre-Dame, pour les fêtes du millénaire de la naissance de la France en Picardie. Ce sourire incroyable et ce port... royal.
 
                                                                         63

Je me souviens du cartonneux de juillet qui s'entortille dans ses cartons pour la nuit et qui appelle ça... faire le hérisson.

                                                                         64

Je me souviens du velours d'Amiens et de la première manufacture créée, en 1765, par Morgan et Delahaye.

                                                                         65

Je me souviens de la rue des Teinturiers, la bien nommée.

 

 

 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017

Repost 0
Published by crimonjournaldubouquiniste
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens