Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 février 2021 4 18 /02 /février /2021 08:57
Amiens. La Pie bavarde. 30 Avril 2020. © Jean-Louis Crimon

Amiens. La Pie bavarde. 30 Avril 2020. © Jean-Louis Crimon

La Pie est dotée d'une réelle intelligence. Comme le Corbeau, la Corneille ou le Geai. Le test du miroir démontre que la Pie a conscience de son image. Des chercheurs collent sur une Pie une pastille de couleur avant de placer la Pie face à un miroir. La plupart des oiseaux, face à leur image, deviennent agressifs. Ils prennent leur image pour un ennemi potentiel.

Face à cette pastille colorée, dès qu'elle remarque sa présence, la Pie cherche immédiatement à la retirer de son plumage. Signe qu'elle a conscience de sa propre image. Connaissance de soi que l'on a longtemps réservée aux grands mammifères, comme les éléphants, les singes ou les dauphins.

Comme les Corbeaux, la Pie sait utiliser des brindilles comme outil pour récupérer des insectes dans l'écorce des troncs d'arbres. Elle peut également, ne trouvant pas l'outil adapté, se le fabriquer en taillant du bec une petite branche. Elle sait encore faire preuve de ruse pour cacher ses aliments et empêcher des rivaux de s'emparer de sa nourriture.

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
17 février 2021 3 17 /02 /février /2021 08:57
Amiens. 26 Avril 2020. © Jean-Louis Crimon

Amiens. 26 Avril 2020. © Jean-Louis Crimon

A les voir d'un même élan pleuvoir en volée sur les miettes de pain du petit-déjeuner du matin, on pourrait les croire très unis et très fraternels, mais les moineaux ne sont pas toujours à l'unisson. Se chassent et se pourchassent très souvent. Castagne. Bagarre. Chamaille. Dispute. Altercation. Par jeu ou par dérision. Parfois très sérieusement. Pour une vraie prise de bec. 

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
16 février 2021 2 16 /02 /février /2021 08:57
Amiens. Merlette. 13 Mai 2020. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Merlette. 13 Mai 2020. © Jean-Louis Crimon

Masque en mousse naturelle fabrication maison pour se protéger du coronavirus ? Non, merlette préparant son nid. Une activité de chaque instant. Un travail intense. Un nid en forme de coupe aux formes bien définies. Merlette fait ses emplettes et prépare sa layette. 

Le Merle noir est omnivore. Il consomme une grande variété d'insectes, de vers et de fruits. Mâle et femelle ont un comportement territorial sur le lieu de nidification, chacun ayant une attitude agressive distincte. La défense du terrain ou du territoire peut donner naissance à des bagarres mémorables. Même chez les merlettes.

Le plumage des mâles adultes est noir de jais et contraste vivement avec l'anneau oculaire jaune ou jaune-orangé et le bec brillant jaune-orangé également. Ce contraste serait un indicateur de qualité du mâle. Sa couleur vive, un indicateur de sa condition physique, de son âge et de son succès reproducteur.

La femelle, elle, a un plumage brun roussâtre pouvant, selon les individus, présenter des zones plus noirâtres. Elle n'a pas le bec jaune brillant du mâle. Pas non plus l'anneau orbital jaune ou jaune-orangé. Sa gorge est plus claire que le reste de son plumage. Sa poitrine est brun clair, ses pattes sont brun foncé.

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
15 février 2021 1 15 /02 /février /2021 08:57
Amiens. Grive mauvis. 13 Février 2021. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Grive mauvis. 13 Février 2021. © Jean-Louis Crimon

C'est une première. Elle n'était pas encore venue découvrir mon petit paradis des oiseaux. Quand je la vis, la jolie Grive mauvis, je vis le merle noir la regarder avec envie. Quand on est, tout au long de l'année, tout en noir, une aussi jolie créature, c'est toute une aventure.

Faute de grives, on mange des merles. Enfant, je me suis longtemps demandé ce que voulait dire ce bizarre proverbe. Mon instituteur de l'année du certificat d'études primaires avait dû me répondre, comme il aimait à le faire, par un autre proverbe. Faute de boeuf, on fait labourer par son âne. Doublé d'un autre encore. Qui a des noix en casse, qui n'en a pas s'en passe.

Pour finalement me donner le sens profond de la chose. A défaut d'avoir ce qu'on veut, on se contente de ce qu'on a

Bon, d'accord pour le sens, mais de là à tuer des grives pour les manger, ou à tuer des merles, pour leur offrir le même sort, pas d'accord. Faites grève les grives ! Merle alors ! 

Un peu plus petite que la Grive musicienne, la Grive mauvis se reconnait surtout par la couleur de son plumage brun-olive sur le dos, blanchâtre et taché de macules brun-olive sur le ventre. Les flancs sont roux et on peut distinguer comme un fort sourcil blanc au-dessus de l'oeil. La base du bec jaune est un autre critère d'identification.

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
14 février 2021 7 14 /02 /février /2021 08:57
Amiens. Mésange charbonnière. Mai 2020. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Mésange charbonnière. Mai 2020. © Jean-Louis Crimon

La Mésange charbonnière est facilement identifiable grâce à sa calotte noire et son poitrail jaune. Présente dans presque toute l'Europe, dans le Nord-Ouest de l'Afrique et dans une grande partie de l'Asie, elle occupe de nombreux types d'habitats pourvu qu'il y ait des arbres. Forêts, taïgas, parcs ou jardins. Elle établit son nid dans une cavité d'arbre ou de muraille, mais s'adapte aussi aux nichoirs.

Si l'espèce est généralement sédentaire et plutôt fidèle à son territoire, des migrations partielles peuvent avoir lieu certaines années. Sans doute à cause de la surpopulation. Grégaire, elle vit en petits groupes en dehors de la période de reproduction.

Son régime alimentaire est varié. Insectivore pendant la période de reproduction, la Mésange charbonnièrre est granivore le reste de l'année. Elle apprécie aussi la fréquentation assidue des mangeoires.

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
13 février 2021 6 13 /02 /février /2021 08:57
Amiens. Déc. 2020. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Déc. 2020. © Jean-Louis Crimon

L'Etourneau sansonnet est un passereau très social, au point de vivre en regroupements de plusieurs milliers ou dizaines de milliers d'individus. Il est connu pour ses capacités vocales qui lui permettent d'imiter avec une grande précision les vocalisations d'autres individus, de la même espèce ou non. Merle, loriot, aboiement de chien, voix humaine. Il est aussi capable d'imiter des bruits de son environnement, bruits de porte, alarmes de voiture... C'est un imitateur inimitable.

Ses populations urbaines et périurbaines sont tellement denses qu'elles en font une "espèce envahissante" et entraînent parfois des mesures de régulation de ses effectifs. La grande variété de leurs habitats et leur régime alimentaire omnivore font des étourneaux une espèce particulièrement adaptable. Problème : les étourneaux causent autant de dégats aux cultures agricoles qu'ils peuvent être source de nuisances en milieu urbain.

Trop nombreux, c'est certain, l'agriculteur se dit : les étourneaux ne sont pas mes copains.

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
12 février 2021 5 12 /02 /février /2021 08:57
Amiens. 11 Février 2021. 14:35. 1/250. © Jean-Louis Crimo

Amiens. 11 Février 2021. 14:35. 1/250. © Jean-Louis Crimo

Parfois, l'air malicieux de la jeune grive se chauffant au rare soleil d'hiver te met le coeur à l'envers. Beauté de l'instant éphémère.

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
11 février 2021 4 11 /02 /février /2021 08:57
Amiens. Juin 2020. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Juin 2020. © Jean-Louis Crimon

Cadeau matinal. Faussement banal. Trouvé dans l'herbe. Clin d'oeil superbe. Sublime et subliminal. Prends la plume. N'oublie pas d'écrire. J'ai ramassé la plume, l'ai plantée dans un vieil encrier, un encrier en verre avec un petit couvercle en bronze. Un encrier qui n'a pas vu la couleur de l'encre depuis longtemps. J'ai dit merci au peuple des oiseaux pour le cadeau. 

Sans savoir vraiment à qui je devais pareil présent. Pas la mésange bleue. Pas sa cousine, la mésange charbonnière. Pas la pie bavarde. Pas le merle. Pas la grive musicienne. Pas le goéland, pas vu depuis longtemps. Pas le geai des chênes. Pas la fauvette des jardins. Pas le pinson des arbres. Ne fait pas la taille. Pas le vieux corbeau. Trop noir, trop grand, trop gros, pour un tel cadeau.


La plume est bordée d'un liseré blanc. Ouvrage délicat. Elle a des reflets gris clair dans le bas et vers le haut des accents plus foncés. Ce n'est pas la plume du Pouillot véloce. Trop petit pour une telle plume. J'ai trouvé. M'a pris du temps. Dû passer en revue tout le peuple des oiseaux qui se sont appropriés l'espace du jardin. Oublié l'étourneau. Oublié le moineau. Tête de moineau. Plume de moineau. 

Prends la plume. N'oublie pas d'écrire.

 

© Jean-Louis Crimon

 

Partager cet article
Repost0
10 février 2021 3 10 /02 /février /2021 08:57
Amiens. Grive draine. Août 2020. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Grive draine. Août 2020. © Jean-Louis Crimon

Mauvis, Litorne, Draine ou Musicienne, pas facile de s'y retrouver dans la famille des grives. Deux d'entre elles sont petites, la Mauvis et la Musicienne. La Litorne est de taille moyenne. La Draine est une grande grive. Comparée à la Musicienne, la Draine est vraiment plus grande et se tient plus droite. Quand elle est attentive, elle a le cou tendu. Tête et bec relevés. Davantage une attitude de merle. Mauvis et Musicienne ont la taille de l'étourneau.

Pour différencier Draine et Musicienne, il faut observer la couleur de la poitrine. Chez la Musicienne, poitrine chamois, semée de taches triangulaires. Chez la Draine, poitrine blanche à taches rondes. Chez la grive musicienne, les taches sont comme des petits coups de pinceau sur un fond blanc légèrement ocré à la poitrine. Chez la grive draine, taches rondes et noires sur le devant du corps. Tache verticale blanche sur les joues.

Tête et nuque grises pour la grive litorne, poitrine roussâtre, dos gris, épaules gris-roux. Pour identifier la grive mauvis, il faut observer la tête et apercevoir une raie blanche au-dessus de l'oeil et une autre sur la joue. Les flancs, comme les dessous des ailes, sont d'une belle couleur rouille, quant aux dessins du devant, ce sont plutôt des rayures. 

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
9 février 2021 2 09 /02 /février /2021 08:57
Amiens. Tourterelle turque. Déc. 2020. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Tourterelle turque. Déc. 2020. © Jean-Louis Crimon

Son plumage beige et son collier noir bordé d'un liseré blanc sur l'arrière du cou sont sa signature, sa carte d'identité. Plus petite que le pigeon ramier ou que le pigeon biset, le pigeon des villes, elle a le bout des ailes plus sombre. On peut s'en apercevoir lorsqu'elle se pose.

Elle est originaire d'Asie Méridionale et, en 1900, elle est uniquement présente en Turquie et à l'extrême Est de la Grèce. Dans les années 30, elle progresse à partir des Balkans et colonise presque toute l'Europe. Véritable "cas d'école" de la conquête de tout un continent, la progression de la Tourterelle turque s'est faite par vagues successives et massives sur les 60 dernières années. Les ornithologues évoquent l'apparition d'un couple mutant pour expliquer cette formidable progression depuis les Balkans. Des individus plus résistants au froid, plus enclins à l'exploration, et plus anthropophiles, sont présumés à l'origine de ce phénomène. 

La colonisation de l'Allemagne, dans les années 40, est considérée comme un point de non retour. En 1990, la Suède, la Norvège, la Finlande et l'Est de la Russie sont occupés. En France, l'espèce est apparue en 1950 et on a observé, dans les années 70, une dernière vague de colonisation amorcée dans le Sud-Ouest où elle niche désormais partout.

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens