Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 décembre 2020 4 17 /12 /décembre /2020 08:57
Amiens. Foire de la Saint-Jean. Juillet 1979. La femme sans corps. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Foire de la Saint-Jean. Juillet 1979. La femme sans corps. © Jean-Louis Crimon

 

      Une baraque foraine

      Pour unique décor

      Les yeux de ma reine

      Ont la couleur de l’or

 

      C’est une histoire de coeur

      Sans aucun corps à corps

      C’est une histoire de coeur

      Qui se moque des moqueurs

 

      Pour un coeur à coeur

      Avec la femme sans corps

      Je damnerais mes heures

      Je damnerais mon corps

 

      Pour une nuit d’amour

      Avec la femme sans corps

      Je damnerais mes jours

      Si elle était d’accord

 

      Chaque nuit je m’endors

      Priant le petit jour

      De me laisser encore

      Auprès de la femme sans corps

 

      Chaque nuit je m’endors

      Priant le petit jour

      De me laisser encore

      Au creux de la femme sans corps

 

      C’est le vent qui fredonne

      C’est l’amour qui fredaine

      Pourvu qu’elle me pardonne

      C’est la faute à la fête foraine. 

 

      © Jean-Louis Crimon 

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2020 3 16 /12 /décembre /2020 09:07
Amiens. Lycée Louis Thuillier. Terminale D. 1977-78. © DR. Cimetière de Charleville. Eté 2008. © DR
Amiens. Lycée Louis Thuillier. Terminale D. 1977-78. © DR. Cimetière de Charleville. Eté 2008. © DR

Amiens. Lycée Louis Thuillier. Terminale D. 1977-78. © DR. Cimetière de Charleville. Eté 2008. © DR

 

                                                            

                                                                                                                         A Jean-Arthur

 

    Comme je remontais des classes impassibles

    Traquant les préjugés, cherchant les idées neuves

    Je pensais à l’autre fou rêvant de grands fleuves

    Au scalp du vieux monde, aux livres impossibles

 

    A contre-courant des pédagogues en vogue

    Pour apprendre je voulais croire qu’on embarque

    A bord du même navire, de la même barque

    Qu’on aborde les idées sans esprit de catalogue

 

    J’avais le verbe auxiliaire comme le statut

    J’étais le prof, le copain, l’ami, le frangin

    De tout savoir vous aviez faim, j’étais à jeun

    Que ne l’ayez-vous dit, pourquoi l’ai-je tû

 

    J’étais inquiet du chemin et vous insouciants

    Combien de vies faut-il pour faire le parcours

    Curieux savoir où le par cœur n’a plus cours

    On se quittait sur des questions, moi vous remerciant

 

    Poussez la porte, c’est la question qui importe,

    Le regard qui la fait naître, ouvrez la fenêtre

    Il y a mille et une manières de connaître

    Une seule façon de ne pas perdre la leçon, qu’importe

 

    Le cours qui prenait fin me laissait sur ma faim

    Le cartable sur la table, le livre encore ouvert

    Ou le journal à la page des faits-divers

    Déjà nous savions que la quête n’aurait pas de fin

 

    J’inventais le verbe semer, des idées comme de l’herbe,

    Les pensées aussi ça se sème, prenez-en de la graine,

    Etranges jardiniers, deux fois par semaine,

    A bonnes semailles, belles récoltes et savoir superbe.

 

    © Jean-Louis Crimon                                                                                                                                            

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2020 2 15 /12 /décembre /2020 08:57
Au jardin potager.  © DR.

Au jardin potager.  © DR.

 

       Mon père pince la corde du cordeau 

       comme une corde de guitare

       Il tend l’oreille 

       écoute le son de la corde 

       Si l’accord est parfait 

       la corde bien tendue

       on peut tracer la route 

       puis semer.

 

       Si le son est bon

       le semis le sera aussi.

 

       

      © Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2020 1 14 /12 /décembre /2020 08:57
L'Offrande du Coeur. Tapisserie d'Arras. 1400-1410. © DR
L'Offrande du Coeur. Tapisserie d'Arras. 1400-1410. © DR

L'Offrande du Coeur. Tapisserie d'Arras. 1400-1410. © DR

L’enfant est en classe de quatrième. Cette année-là, il décide qu’il aura trois poètes préférés : Villon, Ronsard, Verlaine. Chaque soir, dans la grande salle d’études des internes, après avoir rapidement rempli ses obligations de travaux scolaires parfaitement inintéressants, en silence, même si ça chante dans sa tête, il compose, il écrit, il crie. Sa révolte et son amour. Son nom de plume, il se l’est inventé avec trois syllabes de ses trois poètes préférés : VIRONLAINE. 

Trouvère, c’est le métier que l’enfant aimerait faire. Il le dit à son professeur principal, à la réunion d‘orientation. « Moi, plus tard, j’aimerais être Trouvère ». Problème, dans le dossier de documentation, cette profession-là n’est pas mentionnée. L’enfant demande comment faire. Le professeur principal ne peut retenir un superbe éclat de rire. Puis, reprenant son sérieux, il s'exclame : « Cherchez pas, Trouvère, vous ne trouverez pas ! ça n’existe pas, ça n’existe plus. On n’en a pas besoin dans la société d’aujourd’hui ! »

L’enfant est déçu. Il se dit que ce n’est pas bien de décevoir un élève qui veut être Trouvère. 

Il maintient son choix. En silence, dans sa tête. Pour lui seul. Il redouble. D’efforts. Dans l’étude solitaire de la maîtrise de l’art des rythmes et des rimes. 

Le titre de son premier poème, ce sera « Ma Dame », tout simplement. Mais en deux mots. A la manière d’un Chevalier parti pour la Croisade.

 

                  Ma Dame

 

       Souvent la nuit je m’éveille

       Cherchant en vain le sommeil

       Je pense. Je pense à vous Ma Dame

       Je vous devine près de la flamme

       Dans votre château vous chauffant

       Tandis qu’au dehors souffle le vent. 

 

Il y a deux autres strophes, une où l’enfant fait rimer songe avec mensonge, et la dernière, la plus belle, celle où il dit « En vain, mon coeur vous appelle », mais l’enfant ne les retrouve plus. Deux strophes perdues. D’un trouvère inconnu.

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2020 7 13 /12 /décembre /2020 08:57
Amiens. Rue des 3 Cailloux. Début des années 70. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Rue des 3 Cailloux. Début des années 70. © Jean-Louis Crimon

 

    Midi

    Matinée sans histoire

    Temps gris sans espoir

 

    Pourtant

    Soleil

    S’éveille

 

    Mais

    Soleil

    Blafard

 

    A mon côté, une forme étrange

    Qui me tend la main

    Qui me dit :

    — Quel jour de ta vie voudrais-tu être ?

    — Aujourd’hui !

 

     La forme sourit. Tristement.

     Je me lève, un peu surpris. Salue mon banc.

     La forme me suit.

 

     Ensemble, on traîne un peu

     Quelques pas dans la ville

     D’une allure tranquille

 

     Un court instant

     Un nuage

     Semble troubler notre ménage

 

      A croire que c’est à nouveau la guigne

      Mais de nous deux

      Aucun ne s’indigne

      Ni ne s’étonne

 

      Très vite on se retrouve

     

      Comme un soir d’automne

      Deux amants en balade

 

      D’être deux on se sent moins seul

      Elle me sourit quand je fais la gueule

      Je lui invente un poème

      Quand elle semble trop sombre

 

      Nous deux 

      C’est pour la vie

 

      Que ce soit dimanche ou semaine

      Elle et moi

      On se promène

 

      Moi

      et

      Mon...   oMBRE.

 

 

     © Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2020 6 12 /12 /décembre /2020 14:57
Amiens. La Somme. Mars 2014. © Jean-Louis Crimon

Amiens. La Somme. Mars 2014. © Jean-Louis Crimon

 

      Longer le fleuve

      Par le chemin de halage

      Et rentrer

      Avant qu’il ne pleuve.

 

 

     © Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2020 5 11 /12 /décembre /2020 08:57
Amiens. 10 Décembre 2020. © Jean-Louis Crimon

Amiens. 10 Décembre 2020. © Jean-Louis Crimon

 

                                                       Ce soir

                                                     les arbres

                                              ont d’étranges airs 

                                                         de 

                                                     crucifiés 

                          à n’en pas finir de tendre leurs maigres bras

                                                        vers

                                                 ce ciel bâtard 

                                                        que

                                                      la nuit

                                                       tarde

                                                          à 

                                                      clouer

                                                    d’étoiles.

 

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2020 4 10 /12 /décembre /2020 08:57
Paris. Déc. 2012. © Jean-Louis Crimon
Paris. Déc. 2012. © Jean-Louis Crimon

Paris. Déc. 2012. © Jean-Louis Crimon

 

Pas tous les jours qu'on rigole,

A pousser l'eau dans la rigole,

Même si parfois on se gondole

Quand l'un de nous dégringole...

 

Balayeur, balayeur,

T'auras des jours meilleurs...

 

Pas marrant, c'est vrai, en automne,

Les feuilles mortes à la tonne,

A la longue, c'est monotone,

Enfin, à la fin, on entonne...

 

Balayeur, balayeur,

T'auras des jours meilleurs...

 

L'hiver, la neige, c'est plus doux

Même si ça finit en gadoue,

Et nous, le soir, sur les genoux,

Pas grand monde qui pense à nous...

 

Balayeur, balayeur,

T'auras des jours meilleurs...

 

 

© Jean-Louis Crimon

 

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2020 3 09 /12 /décembre /2020 23:17
Chengdu. Place Tianfu Guangchang. Octobre 2011. © Jean-Louis Crimon
Chengdu. Place Tianfu Guangchang. Octobre 2011. © Jean-Louis Crimon

Chengdu. Place Tianfu Guangchang. Octobre 2011. © Jean-Louis Crimon

Il s'installe dans le hall de la résidence des étudiants étrangers dont il est le veilleur de nuit. S'assoit, se cale le dos bien droit, clope au bec ou pas, et fait alors tout doucement glisser l'archet. Le violon à deux cordes se met à pleurer toutes les larmes de sa mélancolie. Toutes les larmes de son corps. Corps accord. Corps raccord. Son infinie tristesse est raccord. Parfois, l'homme se met à chanter. Voix étrange. Venue de très loin. Entre le cri et le chant. Un chant d'une détresse inouïe. Qui semble n'être qu'une partition de larmes.

Pourquoi je pense à lui, ce soir, seul dans mon appartement ? Je ne sais pas. Peut-être qu'il commence à pleuvoir. Une pluie fine. Douce et triste. Comme chaque fois qu'il commence à jouer. Comme la pluie qui tombe les soirs où il se met à jouer. Comme s'il jouait pour faire venir la pluie. Oui, c'est sûr, c'est à cause de la pluie que je pense à lui. Lui, je me demande s'il pense à moi. 

 

© Jean-Louis Crimon

In Du Côté de chez Shuang. Le Castor Astral. Août 2013.

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2020 2 08 /12 /décembre /2020 18:27
Chengdu. Sichuan. Chine. Automne 2011. © Jean-Louis Crimon
Chengdu. Sichuan. Chine. Automne 2011. © Jean-Louis Crimon

Chengdu. Sichuan. Chine. Automne 2011. © Jean-Louis Crimon

 

Dès le début d'Octobre

D'un geste précis et sobre

Il entre en scène

Sans mise en scène...

 

Ici, là, ou ailleurs

Lui, le balayeur...

Il décrit d'étranges arabesques

Dessine d'invisibles fresques...

 

Avale des morceaux entiers de trottoir

Ne se raconte pas d'histoire

Ne tire aucune gloire

D'un destin pourtant méritoire...

 

Il balaie du matin au soir

Sans prendre le temps de s'asseoir

Vous le regardez sans le voir...

 

Sa vie est monotone

A peine si ça vous étonne

Le balayeur efface l'automne.

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens