Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 septembre 2017 1 11 /09 /septembre /2017 08:24
Amiens. Hortillonnages. Île Robinson. Archives. © DR.

Amiens. Hortillonnages. Île Robinson. Archives. © DR.

 

 

 

 

                                                                             206

Je me souviens de Thérèse et René Nowak, hortillons au grand cœur, infatigables défenseurs de la cause hortillonne.

 

                                                                             207

Je me souviens de La Barque sur le Rieu, de Gaston Chantrieux, paru dans la Collection des Romans Picards, et imprimé à Amiens par l' Imprimerie Moderne, 165, Rue Saint-Maurice.

 

                                                                             208

Je me souviens des Hortillons remontant la Somme le samedi matin, dans leurs barques à cornet, pour vendre leurs légumes face au quai Bélu, sur la Place Parmentier. 

 

                                                                              209

Je me souviens de la légende qui voudrait que la cathédrale d’Amiens ait été construite en 1220 sur un champ d’artichauts, offert par un couple d'hortillons. L'histoire est belle, mais, foi d'hortillon et foi d'hortillonne, on ne cultive pas encore l'artichaut au début du XIIIe siècle.

 

                                                                              210

Je me souviens de la joie de Bruno Bréart découvrant, à la Bibliothèque Municipale, le mot "ortillon" dans un manuscrit du XVe siècle. Ortillon, - sans " h " -, mot attesté pour la première fois en 1492. L'année où Christophe Colomb découvre l'Amérique, Amiens découvre l'Hortillon.

 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

Repost 0
Published by crimonjournaldubouquiniste
commenter cet article
10 septembre 2017 7 10 /09 /septembre /2017 00:00
Amiens. Hortillonnages. Juin 2017. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Hortillonnages. Juin 2017. © Jean-Louis Crimon

 

 

 

 

 

                                                                            201

Je me souviens du mot Hortillonnage, mot venu tout droit du bas latin hortellus, qui peut se traduire par « petit jardin », diminutif du latin classique hortus, « jardin ». Le mot Hortillonnage désigne dans cette ville les marais, entrecoupés de canaux, où l'on pratique la culture maraîchère.

 

                                                                            202

Je me souviens de la rue Eloi Morel où j'ai habité un temps au 156. Eloi Morel, génial inventeur du grand louchet, outil avec un manche de 4 à 7 mètres, qui facilite considérablement, à l'époque, - on est en 1786 - le travail d'extraction de la tourbe. Le tourbier peut, grâce à ce grand louchet, creuser à plusieurs reprises au même endroit et réussir à extraire la tourbe jusqu'à 6 mètres de profondeur.

 

                                                                            203

Je me souviens du mot "coquetière", nom donné à la jeune femme qui allait ramasser les œufs dans les fermes pour aller les vendre ensuite sur les marchés.

 

                                                                            204

Je me souviens de Lucien Clergue à la Maison de la Culture d'Amiens et de ses Nus nés de la Vague.

 

                                                                            205

Je me souviens d'une halte familière à l'Auberge du Vert Galant  au tout début du chemin de halage, avant se mettre en marche pour Camon.

 

 

 

 

 
© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.
Repost 0
Published by crimonjournaldubouquiniste
commenter cet article
9 septembre 2017 6 09 /09 /septembre /2017 00:00
Amiens. La "Confirmation". Avril 1961. © DR

Amiens. La "Confirmation". Avril 1961. © DR

 

 

 

 

 
                                                                          196
Je me souviens du meilleur conseil jamais reçu : " Poco importa che la storia sia vera, importa è che sia bella. " Pouillot dixit. Un soir des années soixante-dix, au Jockey.
 
 
                                                                          197
Je me souviens de ma confirmation et de ce parrain d'emprunt, pris au débotté pour pallier une défaillance cruelle. Le mien, au dernier moment, n'avait pas voulu quitter son banc, honteux de n'être pas assez bien habillé pour se déplacer devant les fidèles et venir jusqu'à l'autel, poser sa grosse main d'ouvrier sur mon épaule. Dieu le père trahi par mon grand-père.
 
                                                                          198
Je me souviens de Jean-Claude Labesse me racontant sa rencontre avec Jacques Brel dans sa loge du Cirque Municipal.
 
                                                                          199
Je me souviens du discours d'Amiens de François Mitterrand, juste avant le premier tour de la Présidentielle de 1981.
 
                                                                           200
Je me souviens des mots d'une lettre de Pierre Garnier, en décembre 2000 : "Je viens de lire avec émotion, joie, gaieté, mélancolie, ton Verlaine avant-centre. C'est plein d'humour, mais aussi baigné de sourires et de larmes. C'est un très beau livre et je suis heureux et fier que tu aies écrit cette enfance au bord de l'Hallue. Dans ma bibliothèque, je mets mon enfance à côté de la tienne." 
 

 

 

 

 
© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.
Repost 0
Published by crimonjournaldubouquiniste
commenter cet article
8 septembre 2017 5 08 /09 /septembre /2017 02:04
Amiens. Rue Latour. Avril 2017. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Rue Latour. Avril 2017. © Jean-Louis Crimon

 

 

 

 

                                                                         191

Je me souviens des pavés de Saint-Leu et d'un sourire qui n'était pas seulement "Sourire d'Avril".

 

                                                                         192

Je me souviens de Trois-Pattes, chat de gouttière éclopé de la vie urbaine.

 

                                                                         193

Je me souviens du ciel ardoise qui tutoie les toits qu'il toise, les soirs de pluie narquoise. On ne cherche pas noise à la pluie amiénoise.

 

                                                                         194

Je me souviens du  magasin " A la Belle Indienne "  et de toutes ses spécialités textiles : "Tissus pour Robes et Costumes. Cravates. Draperies. Bonneterie et lingerie. Etoffes pour ameublement. Flanelles. Jerseys. Confections pour Dames et Enfants. Châles et Soieries", et j'en oublie.

 

                                                                         195
Je me souviens de deux gravures en couleur signées Barday : La rue des Tanneurs et La Chaussée Saint-Leu.
 
 
 
 
 
 
 
© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.
Repost 0
Published by crimonjournaldubouquiniste
commenter cet article
7 septembre 2017 4 07 /09 /septembre /2017 07:03
Amiens. Juin 2017. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Juin 2017. © Jean-Louis Crimon

 

 

 

 

                                                                          186

Je me souviens que les Romains appelaient Samara, - nom celte de la Somme -, le fleuve tranquille.

 

                                                                          187

Je me souviens de Philippe Leleux et de sa façon bien à lui de dire son attachement à une région et à une langue : " On n'a pas à être fier d'être né quelque part, mais on n'a pas à en avoir honte non plus ! "

 

                                                                           188

Je me souviens des cygnes des étangs de La Hotoie. Cygnes d'étang. Signe des temps. Quand le cygne signe, d'un trait liquide, un beau chapitre d'eau.

 

                                                                           189

Je me souviens des premiers mots du DG du Courrier Picard, Bernard Roux, m'accueillant dans son bureau de la rue Alphonse Paillat : Sentez-vous libre !

 

                                                                            190

Je me souviens du Café de la Cour d'Appel où l'hiver, au comptoir, on soufflait sur son bol de Viandox.

 

 

 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

Repost 0
Published by crimonjournaldubouquiniste
commenter cet article
6 septembre 2017 3 06 /09 /septembre /2017 00:00
Amiens. Avril 2017. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Avril 2017. © Jean-Louis Crimon

 

 

 

                                                                         181

Je me souviens des pierres grises du Cloître des Sœurs grises. Couvent désormais à tout vent. Plus de religieuses depuis longtemps. Les premières sont arrivées à Amiens en 1486. Pour se consacrer au soin des malades, au secours des pauvres et à l'hébergement des voyageurs.

 

                                                                         182

Je me souviens du chemin de halage en direction de Camon. A se rêver cheval tirant son fardeau au fil de l'eau.

 

                                                                         183

Je me souviens du quartier Saint-Maurice et de Jules Longchamp, le cordonnier.

 

                                                                         184

Je me souviens de Francis Tattegrain, de ses premiers dessins des rues et des canaux d'Amiens.

 

                                                                         185

Je me souviens d'Amiens, ville la plus fidèle au monde : en 2000 ans, n'a eu que deux vrais Jules, Jules César et Jules Verne.

 

 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

Repost 0
Published by crimonjournaldubouquiniste
commenter cet article
5 septembre 2017 2 05 /09 /septembre /2017 00:00
Amiens. Sept. 2017. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Sept. 2017. © Jean-Louis Crimon

 

 

 

 

                                                                           176

Je me souviens des mots gourmands de Mme de Sévigné dans une lettre à sa fille, Françoise- Marguerite, comtesse de Grignan, où elle célèbre le pâté de canard d'Amiens : « ce pâté à la croûte dorée plus blonde que les cheveux de la petite Lavardin ». Vrai fake avant la lettre. Œuvre de Jacques Brandicourt. Fausse info devenue légende amiénoise.

 

                                                                           177

Je me souviens du Beffroi que les Amiénois surnomment, en picard, Ch'Bédouf .

 

                                                                           178

Je me souviens de l'incipit de L'Hortillonne, roman de Léon Duvauchel : " Elle se pendait au cou de l'amant, lui mettait des baisers sur les joues, sur les paupières, sur les pointes de la jolie moustache châtaine, aux intentions d'accroche-cœur, à laquelle se frôlait son visage en une suprême chatouille." L'Hortillonne, roman sous-titré Mœurs Picardes, publié à Paris, chez Alphonse Lemerre, Editeur, en 1847.

 

                                                                           179

Je me souviens du cimetière de La Madeleine et de Raymonde Gilmann, passionnée d'art funéraire.

 

                                                                           180

Je me souviens de Jules Verne quand il soulève la pierre de son tombeau. Sculpture d'Albert Roze, intitulée "Vers l’Immortalité et l’Eternelle Jeunesse". Jules Verne lève le bras et regarde vers le ciel, après avoir brisé sa pierre tombale, torse nu et sortant de son linceul. 

 

 

 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

Repost 0
Published by crimonjournaldubouquiniste
commenter cet article
4 septembre 2017 1 04 /09 /septembre /2017 07:11
Amiens. Sept. 2017.  © Jean-Louis Crimon

Amiens. Sept. 2017. © Jean-Louis Crimon

 

 

 

 

                                                                        171

Je me souviens de « Liliis tenaci vimine jungor ». Devise latine d'Amiens : "Je suis solidement attachée au Lys". Fleur de lys, symbole de la couronne de France. Du fait de la Guerre de Cent ans, entre le XIVe et le XVe siècle, Amiens a été ballotée entre Anglais, Français et Bourguignons. En 1471, Amiens revient dans le giron français.

 

                                                                         172

Je me souviens de la salle Jean Vilar où j'ai dû lire, pour lui, à sa demande, la conférence de mon professeur de Sociologie, Joseph Gabel. C'était, – la dédicace de son Essai intitulé Idéologies en témoigne –, le 7 avril 1976.

 

                                                                         173

Je me souviens du premier exemplaire des Beaux Dimanche d'un Amiénois, recueil de la fin des années vingt. Avant-propos de l'auteur : Cet opuscule n'est ni un guide, ni un travail d'archéologie. Il faut y voir une description d'Amiens pittoresque, telle qu'elle peut apparaître aux yeux d'un amateur de peinture.

 

                                                                         174

Je me souviens de Bernard Rousset, notre professeur de philosophie générale, déclarant, en plein cours sur Spinoza, à l'attention de notre ami Richard Goldenberg qui déjà poussait du bois, mieux que personne : le monde n'est pas réductible à un jeu d'échecs.

 

                                                                          175

Je me souviens du terrain de foot de Renancourt où nous nous entrainions comme des pros. Delarue, Laprévotte et Pouillot, superbe trio. Sans oublier Marty, Hervé Marty, passeur en or pour dynamiter le quatuor.

 

 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.
Repost 0
Published by crimonjournaldubouquiniste
commenter cet article
3 septembre 2017 7 03 /09 /septembre /2017 00:16
Amiens. Sept. 2016. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Sept. 2016. © Jean-Louis Crimon

 

 

 

                                                                        165

Je me souviens de mon père affirmant la supériorité incontestable de Vilmorin sur Truffaut pour les graines à semer au jardin. Ma mère préférait Truffaut, prénom François... pour le cinéma.
 
 
                                                                         166
Je me souviens de Victorine Autier, infirmière héroïque de la guerre franco-allemande de 1870.
 
     
                                                                         167
Je me souviens de Charles Dallery, inventeur de l'hélice de marine.
 
 
                                                                         168
Je me souviens d'el Canchon ed' chés Cabotans, chés Cabotans d'Anmiens. Pour amuser "chés nasus, chés tiots pis chés viux. Pis ch'Berdleux ed Papa tchu-tchu."
 
 
                                                                          169
Je me souviens du match de foot contre les Brésiliens de Chico Buarque. Pleine page du rectangle de gazon, en marge du Festival de Jazz, sous la baguette de Maître Orier. Prénom: Michel. Musiciens du dribble pour enchanter la pelouse en accordant nos crampons.
 
                                                                           170
Je me souviens du jour où j'ai commencé à écrire mes "Je n'oublierai jamais".
 
 
 
 
 
 
 
 
 
© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.
Repost 0
Published by crimonjournaldubouquiniste
commenter cet article
2 septembre 2017 6 02 /09 /septembre /2017 00:10
Amiens. Juillet 2017. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Juillet 2017. © Jean-Louis Crimon

 

 

 

 

 

                                                                         161
Je me souviens de Mémoires d'une gargouille de Jean Macrez, Maître des cérémonies de la Cathédrale d'Amiens.
 
 
 
                                                                         162
Je me souviens de mon premier jean pattes d'eph'.
 
 
                                                                         163
Je me souviens de la boutique de l'herboriste, près de la mairie, et des senteurs incroyables qu'on prenait plaisir à aller respirer chez lui.
 
 
                                                                         164
Je me souviens des magasins Truffaut et Vilmorin.
 
 
                                                                         165
Je me souviens de mon père affirmant la supériorité incontestable de Vilmorin sur Truffaut pour les graines à semer au jardin. Ma mère préférait Truffaut, prénom François... pour le cinéma.
 
 
 
 
 
 
 
© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.
Repost 0
Published by crimonjournaldubouquiniste
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens