Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 septembre 2017 4 21 /09 /septembre /2017 00:00
Amiens. Street art. Sept. 2017. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Street art. Sept. 2017. © Jean-Louis Crimon

 

 

 

 

                                                                         256

Je me souviens de Leitura furiosa et de Luiz Rosas. Chaque année, en mai, trois jours de réconciliation de tous les fâchés avec l'écriture et la lecture.

 

                                                                         257

Je me souviens de Pierre Rappo et de son roman Les Guetteurs, paru, en 1975, aux Lettres Nouvelles, chez Denoël.

 

                                                                         258

Je me souviens de mon premier slam : " Je bade, je blues / Je suis le Roi de la loose / De ma vie, ma mort n'est pas jalouse... "

 

                                                                         259

Je me souviens du Jardin des Vertueux, Chaussée Jules Ferry.

 

                                                                         260

Je me souviens des soirées vinyles chez Marc et Annie. Rue Blaise Pascal. Gougaud, Nougaro, Escudero. Maurice Fanon. Pia Colombo. Renaud et Verdier Joan-Pau, et son "Maledetto Léo ", si beau, si beau...

 

 

 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

Repost 0
Published by crimonjournaldubouquiniste
commenter cet article
20 septembre 2017 3 20 /09 /septembre /2017 00:10
La Bible d'Amiens. John Ruskin. Traduction, notes et préface de Marcel Proust. © DR.

La Bible d'Amiens. John Ruskin. Traduction, notes et préface de Marcel Proust. © DR.

 

 

 

                                                                        251

Je me souviens de la couturière de Montières qui parlait si bien du "Temps d'avant " qu'elle n'appelait jamais le "Temps passé". Pour elle, "Temps d'avant", ça devait dire encore un peu temps présent.

 

                                                                        252

Je me souviens du 28 Mai 2011, premier jour du Lafleur timbre-poste. Valeur faciale : 58 centimes d'euro. Tarif d'affranchissement d'une lettre prioritaire ne dépassant pas vingt grammes. Dessin de Cécile Millet.

 

 

                                                                        253

Je me souviens du Jimmy's Club, créé par Jimmy Walter, rue du Marché Lanselles. Jimmy Walter, pianiste et compositeur de Boris Vian. "Un beau matin de juillet", "Le réveil"... " Sans blague", "J'suis snob"... Des titres qu'on n'appelait pas encore des "tubes".

 

                                                                        254

Je me souviens de cet homme qui disait " il est dix heures au soleil" quand il était midi. L'heure au soleil, j'adorais ça.

 

                                                                        255

Je me souviens du Prix Jean Renaux, critérium d'après Tour de France, juste au lendemain de l'arrivée à Paris, sur le circuit de la Hotoie. A chaque fois, des vainqueurs prestigieux : Louison Bobet en 1955, Roger Walkowiak en 1956, Jacques Anquetil en 1957, Charly Gaul en 1958, Federico Bahamontes en 1959, et Gastone Nencini en 1960.

 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

Repost 0
Published by crimonjournaldubouquiniste
commenter cet article
19 septembre 2017 2 19 /09 /septembre /2017 00:01
Amiens. Terrain des Carmiers. Juin 1982. Courrier Picard Corpo et Forains de la Saint-Jean. © DR.

Amiens. Terrain des Carmiers. Juin 1982. Courrier Picard Corpo et Forains de la Saint-Jean. © DR.

 

 

 

 

                                                                          246

Je me souviens de mon doublé en match corpo, une lucarne et un péno, avec l'USCP, contre l'équipe des forains de la Foire de la Saint-Jean. Suprême honneur : la Coupe du meilleur buteur reçue en ouverture de la troisième mi-temps.

 

                                                                           247

Je me souviens du Théâtre Charnière, de Didier Chappée, de Jeanne-Marie Solau, de François Debary et de François Grandsir.

 

                                                                           248

Je me souviens de Jean-François Danquin et de son art de la "portraitrise". Portraiture génialement trahie par son auteur. Délectation rare et sens aigu de l'humour vache.

 

                                                                           249

Je me souviens de Marcel Proust déjeunant d'un simple sandwich pour ne pas perdre une miette de la lecture du grand portail qu'il dévore à haute voix, dans les pas des pages de John Ruskin..

 

                                                                           250  

Je me souviens du jour où "Chez Jules", j'ai commandé : "Deux fois quatre... huit' res !" Le garçon, perplexe, a appelé le patron.  

 

 

 

 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

Repost 0
Published by crimonjournaldubouquiniste
commenter cet article
18 septembre 2017 1 18 /09 /septembre /2017 04:27
Amiens. 1978. © Jean-Louis Crimon

Amiens. 1978. © Jean-Louis Crimon

 

 

 

                                                                         241

Je me souviens de trois fois rien, car... trois fois rien... c'est déjà quelque chose. Dixit Devos, bien sûr, bien avant moi.

 

                                                                         242

Je me souviens que le quartier Henriville a été nommé ainsi en hommage au Roi Henri IV.

 

                                                                         243

Je me souviens de ma première manif et du regard porté sur nous par les passants scotchés sur les trottoirs, sidérés de nous voir gueuler, poing levé : "Ta réforme est foutue, tes étudiants sont dans la rue !"

 

                                                                         244

Je me souviens de "Tas de feignants, au boulot ! " qui jaillissaient par endroit, quand le cortège stationnait devant des banques ou des commerces.

 

                                                                         245

 

Je me souviens du bonheur et de la fierté que nous avions, avec Philippe Cincet, en licence de philo, à lire Combat, à tout jamais, pour nous, le journal d'Albert Camus. 

 

 

 

 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

 

                                                                        

Repost 0
Published by crimonjournaldubouquiniste
commenter cet article
17 septembre 2017 7 17 /09 /septembre /2017 00:01
Amiens. Oct. 2015. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Oct. 2015. © Jean-Louis Crimon

 

 

 

 

                                                                         236

Je me souviens du Mémo d'Amiens de l'ami Rambour et de ce début de poème qui évoque Cazé et Patte, deux boulangers orfèvres du gâteau battu : "Chez l'un et l'autre, ça sent le beurre doux... "

 

                                                                          237

Je me souviens des Trois Grâces, non pas des Trois Grâces de Botticelli, pas non plus des Trois Grâces de Raphaël, pas davantage des Trois Grâces de Rubens, les Trois Grâces de Morlaix, Emile Morlaix. Juste devant l'entrée de l'immeuble appelé les ISAI, à l'angle de la rue Jean Catelas et de la rue Martin Bleu Dieu.

 

                                                                          238

Je me souviens que ISAI, sigle étrange pour la plupart des Amiénois d'aujourd'hui, signifie Immeubles Sans Affectation Immédiate. Beau comme un poème Oulipo.

 

                                                                          239

Je me souviens de René Anger et de son projet fou et sérieux pourtant, d'Île mystérieuse aux étangs de La Hotoie. Ecrire, traduire, construire en espace urbain le roman de Jules Verne. Invitation à un vrai voyage extraordinaire. Ludique, pédagogique et scientifique. Dans l'Univerne. L'Univers de Verne. Mais l'Île est tombée à l'eau.

 

                                                                           240

Je me souviens de la signature de Verlaine avant-centre, chez Martelle, un samedi de janvier 2001, et de cette queue immense qui déborde sur le trottoir et sur la rue, et de cette voix, identifiable entre toutes qui répète en boucle : "Je suis la mère de l'auteur ! Je suis la mère de l'auteur !"  L'auteur de mes jours pas peu fière du fils devenu auteur tout court.

 

 

 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

Repost 0
Published by crimonjournaldubouquiniste
commenter cet article
16 septembre 2017 6 16 /09 /septembre /2017 00:01
Amiens. Eglise Saint-Honoré. Janvier 2017. Trois rois mages qui sont... quatre. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Eglise Saint-Honoré. Janvier 2017. Trois rois mages qui sont... quatre. © Jean-Louis Crimon

 

 

 

 

                                                                         231

Je me souviens de Joseph de Clerck et du temps où nous étions, avec deux autres copains, de minuit à 7 heures du matin, les OS du Labo qualité de Laden-Philips. Quatre étudiants pour quatre-vingts prototypes qui, non stop, tournent 24 heures sur 24. Lessives de nuit pour nous. Nous, complétement lessivés au petit matin.

 

                                                                         232

Je me souviens du Stade Delaporte, terrain d'entrainement de notre équipe de foot de Fac de Lettres et de Margerin, notre entraineur que personne, en ce temps-là, n'aurait osé appeler coach.

 

                                                                         233

Je me souviens de l'Eglise Saint-Honoré et de ses trois Rois mages, qui sont... quatre, mais je ne retiens jamais le nom du quatrième. Gaspard, Melchior, Balthasar et...

 

                                                                          234

Je me souviens de Pierre Garnier et de Jacques Darras, vrais grands frères d'écriture, mais tellement trop loin devant, à dix mille, cent mille encablures.

 

                                                                          235

Je me souviens du pont de la Dodane et de la colonne érigée à proximité en hommage à Jules Verne. Œuvre du sculpteur Ivan Theimer, cette colonne en bronze est surmontée de deux enfants représentant Jules Verne et son frère Paul. L'un tient un gros poisson et l'autre, un pigeon.

 

 

 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

Repost 0
Published by crimonjournaldubouquiniste
commenter cet article
15 septembre 2017 5 15 /09 /septembre /2017 00:00
Amiens. La Hotoie. Dimanche 3 Sept. 2017. © Jean-Louis Crimon

Amiens. La Hotoie. Dimanche 3 Sept. 2017. © Jean-Louis Crimon

 

 

 

 

 

                                                                             226

Je me souviens  de Jacques Falize, joueur de l'ASC Football, aussi  fort au ballon au poing qu'au ballon au pied.                   

 

                                                                             227

Je me souviens d'une belle rencontre avec Hugues Aufray, "Chez Marc", route d'Abbeville, et d'avoir oublié, en le quittant, la pochette de 33 tours qu'il m'avait dédicacée.

 

                                                                             228

Je me souviens du Cinéma porno Le Rio, tout en haut de l'Avenue Foy.

 

                                                                             229

Je me souviens des linotypistes du Journal et du Secrétaire Général, Pierre Loubère, qui m'avait réservé, pour cinq mille francs, une linotype avec ses lingots en plombs, quand Le Courrier est passé à la photocompo.

 

                                                                             230

Je me souviens du goût fabuleux des fricandelles de la Baraque à frites du Boulevard Faidherbe.

 

 

 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

Repost 0
Published by crimonjournaldubouquiniste
commenter cet article
14 septembre 2017 4 14 /09 /septembre /2017 00:01
Amiens. Fin des années 70. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Fin des années 70. © Jean-Louis Crimon

 

 

 

 

 

                                                                            221

Je me souviens de mon premier article publié par Le Courrier Picard et de son titre : "Rue du Bout du Monde". Une vraie rue de Renancourt, à l'époque petit village à l'ouest d'Amiens, désormais quartier de la grande agglomération.

 

                                                                            222

Je me souviens des noms de toutes les rues où j'ai habité à Amiens : rue des cannettes, rue Eloi Morel, rue Claudius Serrassaint, rue Saint-Honoré, rue des Sergents, rue Chevalier, rue Boucher de Perthes, rue Laurendeau et rue Delpech.

 

                                                                            223

Je me souviens des mots gravés sur les murs, slogan en dur pour dire la vie dure.

 

                                                                            224

Je me souviens que Valéry Giscard d'Estaing est venu tenir un meeting au Cirque Municipal pendant la campagne de la Présidentielle de 1981.

 

                                                                            225

Je me souviens de "no future" bombé sur le mur de la Maison de la Culture.

 

 

 

 
© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.
Repost 0
Published by crimonjournaldubouquiniste
commenter cet article
13 septembre 2017 3 13 /09 /septembre /2017 00:00
Amiens. La Somme et le Quai Bélu. Nov. 2015. © Jean-Louis Crimon

Amiens. La Somme et le Quai Bélu. Nov. 2015. © Jean-Louis Crimon

 

 

 

 

                                                                          216

Je me souviens de Bernard Devauchelle, auteur de la première greffe partielle de visage. Le chirurgien opère en musique, souvent sur des airs d'opéra. Titre immanquable : Le chirurgien opéra sur un air d'opéra.

 

                                                                          217

Je me souviens du premier tome de la Chronique des rues d'Amiens de Paule Roy, publié au CRDP au milieu de l'année 1980. Un vrai travail de moine Bénédictin. Rues, ruelles, impasses et Places, Paule Roy jamais ne lasse.

 

                                                                          218

Je me souviens de Guy Bedos à la MCA et de son sourire altruiste. Le rôle de l'humoriste ? Faire du drôle avec du triste.

 

                                                                           219

Je me souviens de ma première photo dans Politique Hebdo : Pierre Goldmann quittant le Palais de Justice d'Amiens, menottes aux poignets, mais sourire aux lèvres.

 

                                                                           220

Je me souviens de la mélancolie mauve de la nuit fauve quand le jour hésite à avouer qu'il se sauve.

 

 

                                                                 

 

 
© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.
Repost 0
Published by crimonjournaldubouquiniste
commenter cet article
12 septembre 2017 2 12 /09 /septembre /2017 00:00
Amiens. Juin 2016. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Juin 2016. © Jean-Louis Crimon

 

 

 

 

                                                                       211

Je me souviens des cours de philosophie d'Angèle Kremer-Marietti, dans une salle du Cloître Dewailly. Octobre 1969.

 

                                                                       212

Je me souviens de l'Hippodrome du Petit Saint-Jean et du soir où j'ai cru voir les chevaux prendre leur revanche sur les hommes. Assis dans les gradins, ils applaudissent des quatre fers les hommes harnachés qui soufflent et transpirent en courant et tirant les sulkys sur la cendrée. Pour le bonheur des chevaux hilares qui boivent des bières et mangent des frites.

 

                                                                        213

Je me souviens des autos tamponneuses de la Saint-Jean, des rires et des cris des femmes et des enfants.

                                                                        

                                                                        214

Je me souviens de Zic Zazou, neuf musiciens, comédiens, chanteurs, qui décident de ne pas jouer perso et tournent le dos à la carrière individuelle. Entre fanfare punk et rock musette. Piano, gratte électrique, trombone, des cordes et des cuivres, et tous les instruments les plus incongrus qui soient, pieds de chaise, marteaux pas piqueurs et bouteilles pas forcément vides au départ. Une troupe de déjantés aussi talentueux que malicieux.

 

                                                                         215

Je me souviens de la dernière minute du dernier jour du dernier mois de l'année 1999, juste avant le passage à l'an 2000, et de l'incroyable angoisse du Responsable Technique de la Radio qui craint que nos ordinateurs ne comprennent pas l'an 2000 et reviennent à l'an 1900.

 

 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

Repost 0
Published by crimonjournaldubouquiniste
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens