Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 décembre 2012 6 22 /12 /décembre /2012 15:18

DSCN0421.JPG

Paris. 22 décembre 2012.                                                                            © Jean-Louis Crimon


 

Sur la grand-place, les chiens, ça s'aboie, ça s'agresse, ça s'engueule, puis ça se lasse, ça se lèche et ça s'embrasse. Les humains, c'est pareil ou presque. Hier encore, ça s'en voulait à mort. Aujourd'hui, dans le même lit, ça s'endort.

 

Lendemain de fausse fin du monde,

La Terre est toujours aussi peu ronde,

Contemple tous les cons à la ronde,

Mais oui, ça fait du beau monde...

 

Tu te souviens, mon vieux Galilée, de la façon dont ils t'ont fait abjurer ton fameux Et pourtant, elle tourne... Galilée, si tu savais, maintenant, même la papauté parle la langue numérique. Pour permettre au Pape de vivre les temps modernes. Le pape peut papoter en paix. Tranquille et peinard dans son corbillard. Réciter ses prières sur ces réseaux qu'on dit sociaux. A la manière des accrocs du chapelet du net, Benoît fait ça midi net. Benoît joue à twitter. Le signe de croix en 140 signes, ça, si c'est pas un signe !

Ou même, si Papou est dans le coup, s'en va twitter la fin du monde en haïku. 17 syllabes en trois vers. Césure au premier ou ou deuxième vers. Avec ou sans humour. Comme un flash. En un éclair.

 

Sur Terre,

Tous les hommes son frères,

Pour se faire... la guerre.

 

Couché tard, levé tôt, le Saint-Père envoie des textos, des sms, des tweets. Urbi et orbi. On peut le joindre sur son portable, même s'il est à table. Pardonne, en trois mots, à son maggiordomo. Peut dire la messe sur écran. Même aphone, peut s'incarner dans son iphone. Sûr que bientôt, on ira à confesse, sur la toile, et la crèche de Noël, elle a jamais été aussi virtuelle...  D'ailleurs, le monde virtuel n'est peut-être pas celui qu'on croit.

La fin du monde a vécu. Ce que vivent toutes les fins attendues. L'espace d'un jour pas vécu. Pas cru. La seule foi qui m'aille : celle du mécréant. Heureusement, pour nous laver de toute cette bêtise, le ciel nous crédite d'une pluie salvatrice. N'en déplaise à tous les porteurs de fausses nouvelles, leur fin du monde est à l'eau. Les sinistres prédicateurs des grands désastres, ceux qui prétendent lire dans les astres, peuvent aller s'abreuver à d'autres cadastres.

Allez, demain est un autre jour. La fin du monde n'est pas pour demain. La fin de l'humain est déjà parmi nous. Si tu veux mon avis, on a déjà la facture, avec ou sans devis. Le plus inquiètant, c'est que cette fin-là n'inquiète personne. Surtout pas les marchands de croyances faciles, les crétins, les imbéciles.

Einstein, le premier, a osé l'affirmer. Célèbre formule. A graver dans toutes les consciences. Deux choses sont infinies: l'univers et la bêtise humaine, mais en ce qui concerne l'univers, je n'en ai pas encore acquis la certitude absolue.

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
Ben alors, tu dors pas ?
Très chouette !
Je dirais, même, exceptionnellement chouette !
T'es VRaiMeNT bouquiniste ?
Bises de Noël,
Yves.