Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 novembre 2021 2 02 /11 /novembre /2021 08:27
Amiens. Jardin. 1er Août 2021. 18:04. 1/125. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Jardin. 1er Août 2021. 18:04. 1/125. © Jean-Louis Crimon

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
1 novembre 2021 1 01 /11 /novembre /2021 08:19
Amiens. Jardin. Mésange bleue. (Cyanistes caeruleus). Octobre 2021. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Jardin. Mésange bleue. (Cyanistes caeruleus). Octobre 2021. © Jean-Louis Crimon

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2021 7 31 /10 /octobre /2021 08:57
Amiens. Le Courrier Picard. 29 Déc. 1980. Page 3. © Jean-Louis Crimon
Amiens. Le Courrier Picard. 29 Déc. 1980. Page 3. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Le Courrier Picard. 29 Déc. 1980. Page 3. © Jean-Louis Crimon

Macadam betteraves. Tranche de vie d'un morceau de sucre. Au journal, c'est fabuleux, la moindre petite idée se transforme rapidement en grand reportage. Embarqués de bon matin dans la cabine du routier betteravier, ce "Macadam betteraves" vécu de l'intérieur, ça a de l'allure et du contenu. La CiBi, ancêtre vocal du GPS, pimente les trajectoires des routiers betteraviers. Leurs dialogues sont vraiment hilarants.  

– Petit pain au chocolat appelle Père Pétuel... Break, attention Talk-me pour Angélique, Talk-me pour Angélique... 

Notre betteravier, Gilles de son prénom, trouve les conversations de ces cibistes des villes assez stériles. Trop hermétiques. Pas assez explicites.

– Ils ne se disent rien, nous, au moins, on se dit des trucs utiles, des renseignements sur la route, la circulation, ça permet de gagner du temps...

– Oscar, Oscar, Oscar...

– Attends-moi à l'entrée du patelin, à Tailly l'arbre à carottes !

 

Levés aux aurores, premier café dans le premier bistrot ouvert place de la gare. Direction Poulainville qui, contrairement à sa dénomination, n'a rien à voir avec un haras ou un centre équestre. Gérard, le photographe attitré aux sujets décalés, surtout aux sujets à horaires décalés, baille sans retenue en regardant par la vitre. Gilles se lisse la moustache. On s'enfonce dans cette nuit du matin. La nuit qui finit sa nuit. Dans la lumière des phares, les arbres surgissent et glissent derrière nous. Il est un peu plus de 7 heures. "On a commencé le 2 Octobre, ça me tarde de finir...", avoue Gilles qui se languit de sa femme et de sa fille. Bien sûr, il est descendu quelques fois à Besançon, mais là vraiment, il aimerait bien les retrouver pour plus longtemps que le temps d'un dimanche.

Nouvel appel C.B. : " Où t'es en ce moment ?", demande Oscar... – J'sais pas, répond Gilles, "On est sur la route..." Oscar, sympa, explique : "Tu prends direction Airaines. Quand t'arrives à Tailly-l'Arbre-à-mouches, tu verras sur ta gauche à la sortie du village, y'a un monument du Maréchal Leclerc... Un peu plus loin, y'a un château et une petite route sur la gauche. Tu prends et tu tournes toujours à gauche. Au fait, Perroquet est en panne. Il a éclaté à l'avant..."

Macadam Betteraves, c'est une randonnée solitaire et solidaire de presque trois mois. Les betteraviers ne sont pas des cowboys de la route, comme ça se dit parfois. Simplement des chauffeurs routiers d'un genre particulier. Des Betteraviers.

 

A ceux qui auraient oublié, le macadam est une technique de revêtement de la chaussée inventée par un Ecossais, vers 1820, un Ecossais qui répondait au nom de John Loudon Mac Adam. 

 

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2021 6 30 /10 /octobre /2021 08:57
Amiens. Le Courrier Picard. 5 Juin 1980. Page 11. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Le Courrier Picard. 5 Juin 1980. Page 11. © Jean-Louis Crimon

La fête de quartier, moment privilégié pour le quartier en fête, n'a pas toujours le succès escompté. Pas facile d'en rendre compte sans risquer de froisser les organisateurs. L'exercice est périlleux, mais une ou deux bonnes photos et quelques paroles bien senties sauvent la mise. L'accent mis sur l'importance de l'action des associations permet de donner l'exact reflet de la vraie vie du quartier où tout ne peut se réduire à un week-end de fête.

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2021 5 29 /10 /octobre /2021 08:57
Amiens. Le Courrier Picard. 1er Juillet 1980. Page 14. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Le Courrier Picard. 1er Juillet 1980. Page 14. © Jean-Louis Crimon

Classique chez les Communistes de se faire "chambrer" à la moindre occasion. La moindre manifestation. Le moindre rassemblement.

 – On les connaît vos reportages ! Ch'Courrier Pit'chard, on ne l' lit point ! On n'vo mi acater l'presse capitalisse

Carrément à côté de la plaque. Le journal où je suis journaliste depuis un an, est, à l'époque, le seul Quotidien français, avec L'Yonne Républicaine, à avoir préservé son statut de Coopérative ouvrière de production. Un homme, une voix. Pas un simple slogan, un principe et une réalité sonnante et trébuchante dans une entreprise où chaque salarié possède en effet, en ce temps-là, un partie du capital. 

Sous les sarcasmes et les moqueries, je mets un point d'honneur à rendre une copie irréprochable. Avec tout juste ce qu'il faut d'humour pour relativiser les certitudes. "Personne n'a la vérité, sauf nous... au Parti Communiste."

 

A Lourdes ou à La Courneuve, les certitudes m'ont toujours fait peur. Pour une bonne et simple raison. Que faire de ceux qui sont dans l'erreur ? 

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2021 4 28 /10 /octobre /2021 08:57
Amiens. Le Courrier Picard. 25 Août 1980. Page 8. © Jean-Louis Crimon
Amiens. Le Courrier Picard. 25 Août 1980. Page 8. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Le Courrier Picard. 25 Août 1980. Page 8. © Jean-Louis Crimon

En short, avec ses bottes coupées qui lui font une originale et pratique paire de sabots, Daniel Pépin joue déjà du croc et du rateau. Faut dire que la terre, il sait la travailer et la travaille avec amour depuis toujours.

 

Mouleur sur presse, depuis une douzaine d'années dans la même usine, casiers à bouteilles, assiettes, bassines, il démoule ainsi au rythme des 3 x 8 tous ces objets en plastique qui peuplent notre quotidien. Un travail où la répétition mécanique des mêmes gestes laisse à l'homme très peu de liberté et d'imagination. Dans son jardin, justement, l'homme se retrouve, se recrée un peu. Daniel Pépin explique simplement :

 

"La nuit, je travaille. Le matin, je dors un peu, et l'après-midi, je viens au jardin." Son mois de congés payés, comme beaucoup de ses camarades ouvriers, Daniel Pépin l'a passé à jardiner : "Vous savez, les vacances, quand on est ouvrier... dit-il, sans agressivité mais avec un petit sourire en coin qui en dit long. Alors, il poursuit : "En principe, chez l'ouvrier, tout le monde jardine. Avec les salaires qu'on a, si on était obligé d'acheter un bouquet de persil, une salade ou quelques échalotes, où irions-nous ?" Quelle meilleure définition donner de ces jardins ouvriers qui entourent la ville, et qui sont aussi, après les heures obligatoires du travail salarié, le lieu où l'ouvrier retrouve un peu de sa dignité, et en jardinant, une manière de goûter un certain "temps de vivre".

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
27 octobre 2021 3 27 /10 /octobre /2021 08:57
Amiens. Le Courrier Picard. 1er Juillet 1980. Page 40. © Jean-Louis Crimon
Amiens. Le Courrier Picard. 1er Juillet 1980. Page 40. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Le Courrier Picard. 1er Juillet 1980. Page 40. © Jean-Louis Crimon

"En ce moment de l'année où chacun y va de son petit couplet sur cette "année du Patrimoine", il nous paraît intéressant de rappeler que nos pères ne nous ont pas légué que des vieilles pierres, mais aussi des idées."

Fallait être gonflé, ou inconscient, ou courageux, ou simplement avoir un peu de mémoire ou de culture, pour oser écrire en douceur, à la fin d'un article, en juillet 1980, pareille critique de l'Eglise catholique. Catholique, apostolique et romaine, comme on ne disait déjà plus à l'époque.

 

Bien avant moi, François-Marie Arouet, dit Voltaire, avait écrit : "Je ne sais pas, je ne veux pas savoir si les blasphèmes contenus dans les chansons qu'a chantées le Chevalier de la Barre sont abominables et exécrables, comme le disent le jugement d'Abbeville et l'Arrêt de Paris; mais ce que je sais bien, ce qui est abominable et exécrable, c'est d'avoir appliqué la torture à ce jeune homme de dix-huit ans, de l'avoir décapité et brûlé, parce qu'il avait chanté ces chansons et parce qu'il n'avait pas salué une procession."

Supplicié en place publique, décapité et brûlé pour crime d'impiété, le 1er Juillet 1766. En ce temps-là, les papes ne jouaient pas les superstars devant des centaines de milliers de fidèles. Ils ne parcouraient pas la planète dans de grands oiseaux tout blancs. Ils étaient les chefs et les complices de parfaits talibans.

 

En sortant de la gare d'Abbeville, en remontant vers le centre ville, un curieux monument ne manque pas d'attirer le regard des passants. On n'a pas l'habitude, c'est vrai, de lire sur ce genre d'édifice : "Monument élevé par le prolétariat à l'émancipation intégrale de la pensée humaine". 

 

© Jean-Louis Crimon

 

 

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2021 2 26 /10 /octobre /2021 08:57
Amiens. Le Courrier Picard. 21/22 Juin 1980. Page 48. © Jean-Louis Crimon
Amiens. Le Courrier Picard. 21/22 Juin 1980. Page 48. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Le Courrier Picard. 21/22 Juin 1980. Page 48. © Jean-Louis Crimon

Guy Le Querrec, c'est d'abord l'agence Viva, puis l'agence Magnum, c'est aussi cette célèbre photo de l'artichaut/grenade, shooté en plein vol, à Saint Pol de Léon. La vendange des artichauts, un jeu d'adresse, souplesse et précision du geste en direction de la hotte. L'oeil de Le Querrec est vif et actif. Ce n'est pas pour rien qu'à Amiens, en parfait accord avec son ami Yves Faure, il demande d'abord à ses stagiaires d'oublier l'appareil, le boîtier, l'objectif, et d'abord d'apprendre à voir. " La photo, c'est en permanence voir plus, s'efforcer de voir plus, car si la photo se résume à la plate transcription d'un regard courant, banal, elle n'intéressera personne."  Pour Le Querrec, ce "savoir-voir" est la base de tout. Le reste est fioriture.

Si photographier, c'est fixer des instants, produire des images fixes, le photographe, lui doit être en mouvement. L'oeil en éveil, mais le corps tout entier également. "La mobilité corporelle du photographe est essentielle à mes yeux. On se baisse ou on se met sur la pointe des pieds, on se penche à gauche, on se penche à droite, on se déplace. On cherche en permanence un angle. L'angle. Le bon angle." Le photographe ne doit pas hésiter à danser dans l'espace.

 

Ce que j'aime par dessus tout, chez Guy Le Querrec, c'est ce regard acide ou acerbe, ce clin d'oeil complice, avec une bonne dose de malice. Ses photos sont des pieds de nez à l'ordre établi ou aux bonnes manières. Les stages qu'il accepte d'animer sont des parenthèses dans sa carrière de photographe. Un moment comme une pause pour transmettre sa façon de concevoir, non pas seulement des images, mais avant tout des regards. Cet homme-là a quelque chose de magnétique. Chez lui, ça swingue et ça danse, et ça vocalise. Il y a du son dans l'image. Ce n'est pas un hasard s'il est devenu LE photographe du jazz et des musiciens de jazz.

Une revue américaine dira de lui : "He is not a photographer of jazz, he is a jazz photographer". Il n'est pas un photographe de jazz, il est un jazz-photographe. La plus belle des définitions possibles.

 

© Jean-Louis Crimon

 

                                                     Le cueilleur d'artichauts. © Guy Le Querrec.  

                                                                       Paolo Fresu. © Guy Le Querrec.  

 

           

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2021 1 25 /10 /octobre /2021 08:57
Amiens. Le Courrier Picard. 26 Mars 1980. Page 10. © Jean-Louis Crimon
Amiens. Le Courrier Picard. 26 Mars 1980. Page 10. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Le Courrier Picard. 26 Mars 1980. Page 10. © Jean-Louis Crimon

Des clowns en classe, c'est classe. Une idée qui n'est pas une idée en l'air, au contraire. Une idée qui vous change la pluie du matin en éclaircie. Qui met du soleil dans le regard des enfants et une incroyable envie de sourire au mauvais temps. Efficace comme un dicton de jardinier : pluie du matin passe son chemin.

Pour Cécile et Robert, les clowns Ouaf-Ouaf, c'est une première, et ils sont déjà partant pour redoubler. Redoubler l'expérience. La Directrice de l'Ecole Saint-Germain, Mme Richard, tout autant. Un seul regret : le côté éphémère des maquillages, les enfants aimeraient garder leurs têtes de clowns toute la journée, et même tard le soir. Pour amuser leurs frères et soeurs, en rentrant de l'école, faire rire leurs parents. 

Comment on devient clown ? La recette, les Ouaf-Ouaf l'expliquent en peu de mots : dessiner d'abord sur une feuille de papier la tête de clown qu'on souhaite se peindre sur le visage. Le nez ? ça s'achète chez un marchand de nez ! Y'en a plein en ville ! Si, si, c'est vrai

Ambiance studieuse, élèves très attentifs, silence ponctué de bons rires de bonheur simple, apprendre à être des clowns, sans faire le cirque en classe, vraiment, c'est classe.

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2021 7 24 /10 /octobre /2021 08:57
Amiens. Le Courrier Picard. 11 Nov. 1980. Page 9. © Jean-Louis Crimon
Amiens. Le Courrier Picard. 11 Nov. 1980. Page 9. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Le Courrier Picard. 11 Nov. 1980. Page 9. © Jean-Louis Crimon

Bibliothèque populaire du quartier Saint-Maurice. Rue Zamenhof. Deuxième dimanche de novembre. Exceptionnellement. D'habitude, c'est le premier dimanche. Avec la Toussaint et le jour des morts, c'était mieux de décaler au dimanche suivant. Une fois par mois, à la bibliothèque populaire, on peut emprunter plusieurs livres à la fois. Gaston a posé délicatement son béret sur la table, mais il garde son écharpe. Il ne fait pas très chaud ce matin. Gaston, 78 ans, est le bibliothécaire de cette bibliothèque particulière. Ce jour d'ouverture est un rendez-vous sacré qu'il ne manquerait pour rien au monde. Bon lecteur qui aime la chose écrite depuis longtemps, Gaston aime à évoquer le temps où il faisait la lecture du journal pour ses parents. " J'ai commencé à lire en 1914. J'avais 11 ans. Mon père ne savait pas lire, ma mère non plus. Alors je leur lisais les informations à haute voix."

Sur un cahier d'écolier qui lui sert de registre, Gaston note les titres des ouvrages empruntés, en ce moment souvent des romans policiers ou des romans d'espionnage, et en face le nom des emprunteurs. Gaston raconte que la Bibliothèque populaire du quartier Saint-Maurice existait déjà avant-guerre, mais que c'est au début des années cinquante que ça a vraiment repris.

Un franc d'inscription pour l'année et vingt centimes par livre emprunté, lire avec la Bibliothèque populaire de Saint-Maurice est vraiment bon marché. Dans son sac à provisions, un fidèle de Zamenhof est venu faire provision de livres pour son mois : " Dix ans que je viens, je ne manque jamais un dimanche ! Facile pour moi, j'habite en face ! "

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens