Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 septembre 2017 1 25 /09 /septembre /2017 00:00
Jean-Louis Crimon. Petit séminaire d'Amiens. Année scolaire 1960-61. © DR

Jean-Louis Crimon. Petit séminaire d'Amiens. Année scolaire 1960-61. © DR

 

 

 

 

                                                                                 276

Je me souviens de Jack Carlys, de sa troupe de musiciens et de comédiens d'un autre temps. Tellement attachants.

 

                                                                                 277

Je me souviens de Goodyear, de Valeo et de Whirlpool. Des Coopérateurs de Picardie, de La Ruche Picarde et de Jacques Dian.

 

                                                                                 278

Je me souviens de Maurice Gest, Chef du service des sports du Courrier Picard et créateur du Tour de Picardie, dont le départ et l'arrivée avaient lieu à Amiens, capitale régionale.

 

                                                                                 279

Je me souviens de l'assassinat du Président Kennedy, le 22 novembre 1963, et d'avoir eu, cette nuit-là, l'oreille collée au Transistor d'un camarade de l'internat.

 

                                                                                 280

Je me souviens, en mars 1961, avoir levé les yeux au ciel, avec les prêtres, -nos professeurs-, et tous mes camarades de sixième, pour y observer le passage d'un Spoutnik. Avec à son bord, la chienne Tchernouchka. C'était au Petit Séminaire, à Saint-Acheul.

 

 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

Partager cet article

Repost0
24 septembre 2017 7 24 /09 /septembre /2017 00:02
Amiens. Rue Delpech. Août 2016. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Rue Delpech. Août 2016. © Jean-Louis Crimon

 

 

 

                                                                              271

Je me souviens d'Amiens 2028, Amiens Ville Olympique.

 

                                                                              272

Je me souviens des discussions philosophiques du 214, rue Saint-Honoré, avec mes deux colocataires, Philippe Demarcy et Richard Goldenberg. La dialectique du Sage face à la diagonale du Fou. Un philosophe face à un joueur d'échecs. Nuits blanches fabuleuses pour des petits matins incroyables.

 

                                                                               273

Je me souviens d'Achille Zavatta, clown à grimage humain, qui me reçoit dans sa caravane un samedi après-midi, juste avant le spectacle.

 

                                                                                274

Je me souviens d'un match Amiens-Lens, au Stade de La Licorne, et comment en trois minutes, une défaite 1-0 se transforme en victoire 2-1. Magie du foot où jusqu'à la dernière seconde, tout est toujours possible. Métaphore sublime de la vie, tout simplement. Tant que nous ne sommes pas morts, nous sommes... vivants.

 

                                                                                275

Je me souviens des pavés de la rue Delpech et de l'année où ils ont été bitumés.

 

 

 

 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2017 6 23 /09 /septembre /2017 00:01
Amiens. Nov. 2016. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Nov. 2016. © Jean-Louis Crimon

 

 

 

 

                                                                        266

Je me souviens d'In'hui et des éditions 3 Cailloux.

 

                                                                        267

Je me souviens d'Amiens, capitale régionale. Quand la Région avait un sens et un droit à l'existence.

 

                                                                        268

Je me souviens des beaux dimanches de Ballon au poing, Esplanade de La Hotoie, et de ces joueurs qui se bandent le poignet et l'avant-bras à l'aide de plusieurs bandes Velpeau.

 

                                                                        269

Je me souviens d'Amiens-jours de pluie et de mon premier poème en picard :

Avu d'el pleuve qu'all' n'in finit point ed'tcherre,

Et pis eine vielle ramonchelée à ch'coin d'sin fu,

Qui conte pis qui raconte s'n'histoère,

Avu des mots qu'o n'coprind mie pus...

 

                                                                        270

Je me souviens d'un spleen ancien qui tombe soudain sur la ville, jolie pluie fine pour essuyer le bitume bleu des soirs pleureurs.

 

 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

Partager cet article

Repost0
22 septembre 2017 5 22 /09 /septembre /2017 00:00
Macron chez Martelle. 25 Nov. 2016. © Jean-Louis Crimon

Macron chez Martelle. 25 Nov. 2016. © Jean-Louis Crimon

 

 

 

                                                                       261

Je me souviens de la voix de Giani Esposito quand il chante Le Clown. Cafète du Bâtiment B, Résidence du Bailly, tout début des années 70. Fine fleur de la chanson française, présentée par Luc Bérimont.

" D'une petite voix comme il n'en avait jamais eue,
D'une petite voix comme il n'en avait jamais eue,
Il parle de l'amour, de la joie sans être cru
..."

 

                                                                       262

Je me souviens du clown Rafistol. Robert Landard. Alias Pedro. Mime et musicien. Sait tout faire ou presque. Joueur de saxo dans une fanfare burlesque.

     

                                                                       263

Je me souviens de François 1er qui fait son entrée à Amiens le 29 Mai 1517, accueilli par le mayeur, Jean Le Prévost. 500ème anniversaire en ce 29 Mai 2017.

 

                                                                       264

Je me souviens d'un ancien élève de La Providence se rêvant Jeanne d'Arc républicaine. Revisite "Lève-toi et marche". Entre Jésus et Mao. Ecrit et publie Révolution. Pas de quoi se mettre martel en tête. Sera jamais Karl Marx.

 

                                                                       265

Je me souviens de Roland Lecavelé, né le 15 Juin 1885, rue Vascosan, à Amiens. Au numéro 71, une plaque témoigne de la date de naissance de celui qui deviendra Roland Dorgelès.

 

 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

Partager cet article

Repost0
21 septembre 2017 4 21 /09 /septembre /2017 00:00
Amiens. Street art. Sept. 2017. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Street art. Sept. 2017. © Jean-Louis Crimon

 

 

 

 

                                                                         256

Je me souviens de Leitura furiosa et de Luiz Rosas. Chaque année, en mai, trois jours de réconciliation de tous les fâchés avec l'écriture et la lecture.

 

                                                                         257

Je me souviens de Pierre Rappo et de son roman Les Guetteurs, paru, en 1975, aux Lettres Nouvelles, chez Denoël.

 

                                                                         258

Je me souviens de mon premier slam : " Je bade, je blues / Je suis le Roi de la loose / De ma vie, ma mort n'est pas jalouse... "

 

                                                                         259

Je me souviens du Jardin des Vertueux, Chaussée Jules Ferry.

 

                                                                         260

Je me souviens des soirées vinyles chez Marc et Annie. Rue Blaise Pascal. Gougaud, Nougaro, Escudero. Maurice Fanon. Pia Colombo. Renaud et Verdier Joan-Pau, et son "Maledetto Léo ", si beau, si beau...

 

 

 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

Partager cet article

Repost0
20 septembre 2017 3 20 /09 /septembre /2017 00:10
La Bible d'Amiens. John Ruskin. Traduction, notes et préface de Marcel Proust. © DR.

La Bible d'Amiens. John Ruskin. Traduction, notes et préface de Marcel Proust. © DR.

 

 

 

                                                                        251

Je me souviens de la couturière de Montières qui parlait si bien du "Temps d'avant " qu'elle n'appelait jamais le "Temps passé". Pour elle, "Temps d'avant", ça devait dire encore un peu temps présent.

 

                                                                        252

Je me souviens du 28 Mai 2011, premier jour du Lafleur timbre-poste. Valeur faciale : 58 centimes d'euro. Tarif d'affranchissement d'une lettre prioritaire ne dépassant pas vingt grammes. Dessin de Cécile Millet.

 

 

                                                                        253

Je me souviens du Jimmy's Club, créé par Jimmy Walter, rue du Marché Lanselles. Jimmy Walter, pianiste et compositeur de Boris Vian. "Un beau matin de juillet", "Le réveil"... " Sans blague", "J'suis snob"... Des titres qu'on n'appelait pas encore des "tubes".

 

                                                                        254

Je me souviens de cet homme qui disait " il est dix heures au soleil" quand il était midi. L'heure au soleil, j'adorais ça.

 

                                                                        255

Je me souviens du Prix Jean Renaux, critérium d'après Tour de France, juste au lendemain de l'arrivée à Paris, sur le circuit de la Hotoie. A chaque fois, des vainqueurs prestigieux : Louison Bobet en 1955, Roger Walkowiak en 1956, Jacques Anquetil en 1957, Charly Gaul en 1958, Federico Bahamontes en 1959, et Gastone Nencini en 1960.

 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

Partager cet article

Repost0
19 septembre 2017 2 19 /09 /septembre /2017 00:01
Amiens. Terrain des Carmiers. Juin 1982. Courrier Picard Corpo et Forains de la Saint-Jean. © DR.

Amiens. Terrain des Carmiers. Juin 1982. Courrier Picard Corpo et Forains de la Saint-Jean. © DR.

 

 

 

 

                                                                          246

Je me souviens de mon doublé en match corpo, une lucarne et un péno, avec l'USCP, contre l'équipe des forains de la Foire de la Saint-Jean. Suprême honneur : la Coupe du meilleur buteur reçue en ouverture de la troisième mi-temps.

 

                                                                           247

Je me souviens du Théâtre Charnière, de Didier Chappée, de Jeanne-Marie Solau, de François Debary et de François Grandsir.

 

                                                                           248

Je me souviens de Jean-François Danquin et de son art de la "portraitrise". Portraiture génialement trahie par son auteur. Délectation rare et sens aigu de l'humour vache.

 

                                                                           249

Je me souviens de Marcel Proust déjeunant d'un simple sandwich pour ne pas perdre une miette de la lecture du grand portail qu'il dévore à haute voix, dans les pas des pages de John Ruskin..

 

                                                                           250  

Je me souviens du jour où "Chez Jules", j'ai commandé : "Deux fois quatre... huit' res !" Le garçon, perplexe, a appelé le patron.  

 

 

 

 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

Partager cet article

Repost0
18 septembre 2017 1 18 /09 /septembre /2017 04:27
Amiens. 1978. © Jean-Louis Crimon

Amiens. 1978. © Jean-Louis Crimon

 

 

 

                                                                         241

Je me souviens de trois fois rien, car... trois fois rien... c'est déjà quelque chose. Dixit Devos, bien sûr, bien avant moi.

 

                                                                         242

Je me souviens que le quartier Henriville a été nommé ainsi en hommage au Roi Henri IV.

 

                                                                         243

Je me souviens de ma première manif et du regard porté sur nous par les passants scotchés sur les trottoirs, sidérés de nous voir gueuler, poing levé : "Ta réforme est foutue, tes étudiants sont dans la rue !"

 

                                                                         244

Je me souviens de "Tas de feignants, au boulot ! " qui jaillissaient par endroit, quand le cortège stationnait devant des banques ou des commerces.

 

                                                                         245

 

Je me souviens du bonheur et de la fierté que nous avions, avec Philippe Cincet, en licence de philo, à lire Combat, à tout jamais, pour nous, le journal d'Albert Camus. 

 

 

 

 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

 

                                                                        

Partager cet article

Repost0
17 septembre 2017 7 17 /09 /septembre /2017 00:01
Amiens. Oct. 2015. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Oct. 2015. © Jean-Louis Crimon

 

 

 

 

                                                                         236

Je me souviens du Mémo d'Amiens de l'ami Rambour et de ce début de poème qui évoque Cazé et Patte, deux boulangers orfèvres du gâteau battu : "Chez l'un et l'autre, ça sent le beurre doux... "

 

                                                                          237

Je me souviens des Trois Grâces, non pas des Trois Grâces de Botticelli, pas non plus des Trois Grâces de Raphaël, pas davantage des Trois Grâces de Rubens, les Trois Grâces de Morlaix, Emile Morlaix. Juste devant l'entrée de l'immeuble appelé les ISAI, à l'angle de la rue Jean Catelas et de la rue Martin Bleu Dieu.

 

                                                                          238

Je me souviens que ISAI, sigle étrange pour la plupart des Amiénois d'aujourd'hui, signifie Immeubles Sans Affectation Immédiate. Beau comme un poème Oulipo.

 

                                                                          239

Je me souviens de René Anger et de son projet fou et sérieux pourtant, d'Île mystérieuse aux étangs de La Hotoie. Ecrire, traduire, construire en espace urbain le roman de Jules Verne. Invitation à un vrai voyage extraordinaire. Ludique, pédagogique et scientifique. Dans l'Univerne. L'Univers de Verne. Mais l'Île est tombée à l'eau.

 

                                                                           240

Je me souviens de la signature de Verlaine avant-centre, chez Martelle, un samedi de janvier 2001, et de cette queue immense qui déborde sur le trottoir et sur la rue, et de cette voix, identifiable entre toutes qui répète en boucle : "Je suis la mère de l'auteur ! Je suis la mère de l'auteur !"  L'auteur de mes jours pas peu fière du fils devenu auteur tout court.

 

 

 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

Partager cet article

Repost0
16 septembre 2017 6 16 /09 /septembre /2017 00:01
Amiens. Eglise Saint-Honoré. Janvier 2017. Trois rois mages qui sont... quatre. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Eglise Saint-Honoré. Janvier 2017. Trois rois mages qui sont... quatre. © Jean-Louis Crimon

 

 

 

 

                                                                         231

Je me souviens de Joseph de Clerck et du temps où nous étions, avec deux autres copains, de minuit à 7 heures du matin, les OS du Labo qualité de Laden-Philips. Quatre étudiants pour quatre-vingts prototypes qui, non stop, tournent 24 heures sur 24. Lessives de nuit pour nous. Nous, complétement lessivés au petit matin.

 

                                                                         232

Je me souviens du Stade Delaporte, terrain d'entrainement de notre équipe de foot de Fac de Lettres et de Margerin, notre entraineur que personne, en ce temps-là, n'aurait osé appeler coach.

 

                                                                         233

Je me souviens de l'Eglise Saint-Honoré et de ses trois Rois mages, qui sont... quatre, mais je ne retiens jamais le nom du quatrième. Gaspard, Melchior, Balthasar et...

 

                                                                          234

Je me souviens de Pierre Garnier et de Jacques Darras, vrais grands frères d'écriture, mais tellement trop loin devant, à dix mille, cent mille encablures.

 

                                                                          235

Je me souviens du pont de la Dodane et de la colonne érigée à proximité en hommage à Jules Verne. Œuvre du sculpteur Ivan Theimer, cette colonne en bronze est surmontée de deux enfants représentant Jules Verne et son frère Paul. L'un tient un gros poisson et l'autre, un pigeon.

 

 

 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens