Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 juillet 2011 6 02 /07 /juillet /2011 20:15

 

Il s'est arrêté à hauteur de mes boîtes. On a échangé un sourire. Il s'est attardé de longues minutes. Je l'ai laissé fouiner un peu. Nouveau sourire. Nouveau regard. Quelques mots sur ce qui se publie aujourd'hui. Sur les auteurs qu'il aime. Très vite, il a dit son métier. Son âge aussi : 88 ans, et des problèmes de palpitant. Pas feignant pour autant. "50 ans, que j'fais les quais, alors vous savez..." 

M'a aussi parlé de son amour pour les mots, les phrases, la syntaxe et l'orthographe. L'orthographe, la vraie passion de Pierrot, ancien correcteur au Figaro.

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2011 5 01 /07 /juillet /2011 14:24

 

Pas une semaine sans qu'une passante, un passant, ne s'opposent, souvent avec une violence verbale incroyable, à la photo. Le bouquiniste est aussi photographe. C'est son droit. Le quai est un endroit fabuleux pour la photo. Un espace public. Où souvent d'ailleurs, à son insu, à la dérobée, le touriste, qui a tous les droits, ou qui le croit, photographie, lui, le ... bouquiniste photographe.

Le passant, la passante, se baladent dans l'espace public. Le quai, les quais de Seine. L'un des endroits les plus touristiques de Paris où tout le monde photographie tout le monde. Nous ne sommes pas dans la sphère privée, pas davantage dans une atteinte à la vie privée. Pourtant, le passant, mécontent, ou la passante, agaçante, argumente, l'un et l'autre convaincus de leur bon droit: mon droit à l'image !

Non sans humour, le photographe répond, lui aussi, mon droit à l'image ! Le droit à l'image photographique. Le droit de photographier. Le droit d'être photographe. "Effacez-moi ça tout de suite", intime, sublime, la passante, effacez, ordonne, menaçant, le passant. Le numérique a bon dos. C'est sa force et sa faiblesse. On peut effacer l'image contestée. Souvent, d'ailleurs, le photographe s'exécute. Pour avoir la paix. Mais cette exigence du passant, ou de la passante, au nom du sacro-saint droit à l'image, n'est-ce pas au fond un abus de pouvoir ? En invoquant cette loi de 72 destinée à protéger la vie privée des citoyens. Autre question: a-t-on le droit de parler de "vie privée" sur l'espace "public" ? L'avis d'un juriste spécialisé dans le droit à l'image serait précieux. Sur le quai, ou ailleurs, on est demandeur. Il en va tout simplement du droit à être... photographe. A se rêver Doisneau.

C'est vrai, au fond, Doisneau, aujourd'hui, il ferait comment ?

Partager cet article
Repost0
30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 13:46

 

- Les trois titres que tu emportes sur une île déserte ?

- Une saison en Enfer, Les Illuminations et Alcools !

- Deux Rimbaud pour un Apollinaire ?

- Oui, et si j'ai droit à un quatrième, les Poèmes Saturniens du Pauvre Lélian !

- Pas de roman ?

- L'Etranger ! ou bien Le Grand Meaulnes !

- Je t'accorde les deux.

- Un recueil de nouvelles ?

- Raymond Carver !

- Non, j'ai dit "un" recueil !

- Non, j'emporte "tout Carver" !

- Tu vas devoir t'acquitter de la surtaxe : trop de livres dans ton bagage !

- Je voudrais ajouter deux ou trois Dagerman...

- Rien que ça !

- J'ai oublé Jules Vallès...

- Non, Vallès, tu laisses...

- Nizan, Aden Arabie ...

- To be or not to be ?

- Boris Vian, l'Automne à Pékin...

- C'est trop, t'en retires un !

- Non, tu plaisantes ! L'envers et l'Endroit, j'y ai droit ?

- Encore un Camus ?

- Oui, le premier, le Camus du début, le Camus des Essais, essais en forme d' histoires faussement simples où tout Camus est déjà là...

- Franchement, ça ne va pas, c'est trop, beaucoup trop, tu ne sais pas choisir...

- Je sais, "choisir, c'est renoncer " et c'est vrai, j'ai encore beaucoup de mal à renoncer...

- Allons, fais un effort...

- Non, j'pars plus, je reste. Mon île déserte, c'est ma bibliothèque, mon grenier, mes huit mètres soixante de quai. Là où j'embarque, en rêve, ou en vrai, quand je veux. Sans façon, sans manière. Superbe course en solitaire. Vieux loup de mer. Bibliothécaire amer. Libraire de plein air. Désolé mais... mon île déserte a... le mal de mer.

Partager cet article
Repost0
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 09:48

 

Il passe entre les mains des bouquinistes des ouvrages souvent très semblables. A un petit détail près. Suffit d'avoir l'oeil. J'ai chez moi plusieurs exemplaires de La Jument verte, célèbre roman de Marcel Aymé. Publié chez Gallimard, en 1933, la Jument  vaut dès le départ à son auteur un incroyable succès: il y a ceux qui adorent et qui saluent un comique ironique et un humour rabelaisien et ceux qui s'indignent devant  le texte d'un auteur quelque peu "licencieux".  La Jument, roman. Or, sur une réédition tardive, du dix-neuf juillet 1957, très semblable aux précédentes et annoncée 347e édition, sous le titre La Jument verte, est imprimé, de façon fautive, le mot nouvelles. La page 5, qui reprend exactement la mise un page de la couverture, indique pourtant roman. Il y a donc contradiction flagrante entre la couv', la couverture, et sa reprise en page intérieure.

Question : est-ce l'erreur, la négligence, d'un ouvrier du livre distrait ou le clin d'oeil voulu d'un auteur facétieux ? Marcel Aymé voulait-il, en 1957, que sa Jument verte de 1933 soit désormais présentée comme un recueil de nouvelles, et non plus comme un roman ? Thèse peu probable. Les ouvrages fautifs - combien d'exemplaires ?- ont-ils, pour la plupart, terminé leur carrière au pilon ? Combien ont survécu ? J'en possède au moins un. Preuve de l'épreuve fautive. Bienvenue aux lecteurs curieux qui feront, ou qui ont déjà fait, cette découverte insolite !

Partager cet article
Repost0
28 juin 2011 2 28 /06 /juin /2011 13:44

 

Dagerman est un nom propre formé de deux noms communs. Deux mots suédois. "Dager", qui signifie "jour" et "man", qui veut dire "homme". Deux noms communs pour donner naissance à un homme hors du commun. Dagerman, étymologiquement sans doute, "journalier". Journalier, non pas dans le sens moderne de "quotidien", mais plutôt "journalier", homme qui vend, de ferme en ferme, au jour le jour, sa force de travail. Dagerman peut signifier aussi "homme de jour", sinon "homme du jour",  et pourquoi pas, poétiquement, en tout cas pour moi, "homme-jour" ?

Homme-jour tourmenté par les papillons de nuit, ces idées sombres et noires qui tournent autour de vous, comme ces coléoptères nocturnes que la lumière attire. Homme-jour, homme-lumière, Dagerman a l'écriture lumineuse. Il faut tout lire de lui, L'Enfant brûlé, Le Serpent, L'Ile des condamnés, Dieu rend visite à Newton, Ennuis de noce, Les Wagons rouges, Le Froid de la Saint-Jean, Notre plage nocturne. Il faut lire surtout, traduit du suédois par Philippe Bouquet et publié chez Actes Sud, Notre besoin de consolation est impossible à rassasier. Texte court, écrit par Dagerman en 1952,  à peine dix pages, texte dense empli de fulgurances, texte essentiel autant que le pourrait être une version scandinave d' Une saison en Enfer. A ceci près que pour Dagerman, c'est toute la vie qui est absurdité. L'Enfer n'y dure pas qu'une saison.

L'attaque, le premier paragraphe, de ce texte-testament, en moins de cent-cinquante mots, s'imprime, dans ma déprime, comme en écho au Mythe de Sisyphe de Camus, même si Camus concède, ou feint de concéder, "Il faut imaginer Sisyphe heureux". Camus-Dagerman, quelle belle rencontre cela aurait pu être ! Dagerman a -t-il lu Camus ? Camus a-t-il lu Dagerman ? Dagerman a-t-il entendu parler de Camus ? Se sont-ils un jour croisés, sans le savoir ou en le sachant ? J'aimerais savoir.

En attendant, je relis:

"Je suis dépourvu de foi et ne puis donc être heureux, car un homme qui risque de craindre que sa vie ne soit une errance absurde vers une mort certaine ne peut être heureux. Je n'ai reçu en héritage ni dieu, ni point fixe sur la terre d'où je puisse attirer l'attention d'un dieu : on ne m'a pas non plus légué la fureur bien déguisée du sceptique, les ruses de Sioux du rationaliste ou la candeur ardente de l'athée. Je n'ose donc jeter la pierre ni à celle qui croit en des choses qui ne m'inspirent que le doute, ni à celui qui cultive son doute comme si celui-ci n'était pas, lui-aussi, entouré de ténèbres. Cette pierre m'atteindrait moi-même car je suis bien certain d'une chose : le besoin de consolation que connaît l'être humain est impossible à rassasier."

Dagerman, l'homme-jour, qui écrit aussi, sept pages plus loin, "Les possibilités de ma vie ne sont limitées que si je compte le nombre de mots ou le nombre de livres auxquels j'aurai le temps de donner le jour avant de mourir. Mais qui me demande de compter ? Le temps n'est pas l'étalon qui convient à la vie."

 

Un jour, l'homme-jour a choisi la nuit. Stig Dagerman s'est donné la mort. Un jour de l'année 1954. De ce jour-là aussi, notre besoin de consolation est impossible à rassasier.

Partager cet article
Repost0
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 15:11

 

Moi, j'veux lire tout Zola. Elle a dit ça comme ça. Comme elle aurait pu dire, chez l'épicier du coin de la rue, moij'veux tout le gorgonzola ! Lire tout Zola. Pas de quoi en faire un fromage, je sais. Mais ça m'a surpris. Sidéré. A son âge. 25 ans à peine. Dans cette époque épique qui n'a plus rien d'épique, comme aurait dit Ferré. Elle aurait pu dire, j'veux lire tout Houellebecq ou j'veux lire tout Beigbeder, ou encore comme ce familier de La Tournelle moi, j'veux lire tout Zemmour ! A qui j'ai répondu j'préfère la façon d'écrire de Nolleau !

Elle aurait pu dire aussi, tout de go, j'veux lire tout Christine Angot ou, notons, j'veux lire tout Nothomb. Mais elle a dit j'veux lire tout Zola. J'en reviens pas. La prochaine fois, sûr, je lui demande pourquoi.

Partager cet article
Repost0
26 juin 2011 7 26 /06 /juin /2011 22:57

 

Je pense qu'elle a dû arriver de la petite rue de Pontoise. Subrepticement. Enfin discrètement. Vraiment, je ne l'ai pas vue. Tout de noir vêtue. Elle s'est plantée devant moi et m'a dit tout à trac. Un truc à vous foutre le trac. "Monsieur, nul ne connaît ni le jour, ni l'heure..." J'ai fait mine de ne pas comprendre. Elle a remis ça. Comme convaincue d'une mission vis à vis de moi. D'un message à me transmettre. Elle a redit "Nul ne connaît ni le jour, ni l'heure". Je lui ai répondu "Oui, je sais, mais ce jour-là, j'espère que je serai à jour, et que je serai à l'heure !"

Elle a tourné les talons. Noirs. Fait tourner sa robe. Noire. M'a jeté un regard. Noir.

Partager cet article
Repost0
25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 21:42

 

Mon voisin, enfin, mon voisin depuis huit jours, je l'aimais bien. Je le trouvais original. Sympa. Problème: vient de me dire qu'il aimait pas Renaud. Oui, rien que ça. C'est vraiment con. Moi, Renaud j'adore. L'insolence. L'humour. La dérision. La provocation aussi. Tout me plaît chez Renaud. Mon voisin a le jugement lapidaire de ceux qui savent. Mélodies affligeantes. Textes au premier degré. Faux loubard. Joue des personnages. En plus, il chante faux. C'est vrai, mon voisin chante juste. Enfin, mon voisin chante pas. Enfin, s'il chantait, sûr, il chanterait juste. Mais qu'est-ce que ça veut dire "chanter juste" ? Renaud, il voulait juste chanter. Il a chanté. Il chante. Son métier, c'est "chanteur" ou c'était "chanteur". Chanteur, la raison sociale du poète. Villon, y chantait juste ? Rutebeuf, y chantait juste ? Verlaine, y chantait juste ? Rimbaud, y chantait faux ?

C'est dommage, j'ai pas envie de me fâcher avec mon voisin, mais là, vraiment, ça me gonfle. En plus, mon voisin, il a un avis sur tout. Enfin, il a surtout un avis.

Pour preuve, cet après-midi, mon voisin a aussi dit : Gainsbourg, c'est pas un chanteur. Il avait pas la voix. Mais quand même, a-t-il ajouté, il a fait une oeuvre intéressante.

A la fin, mon voisin m'a dit : moi, j'aime Juliette. Il a ajouté "ça, c'est de la chanson !"

Partager cet article
Repost0
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 14:07

 

Vendredi, souvent bredouille. Surtout quand y'a la pluie qui mouille. Les devantures. Les couvertures. Le mauvais temps, souvent, c'est l'embrouille. Sous les auvents, ça s'abrite, ça s'agite, ça te demande le couvert et le gîte. En prime, ça te taxe, discret, un livre ou deux, dans le sac ou le panier. 

Toi, t'as rien vu venir. Le type s'en est allé. Manque juste un livre dans le présentoir. Là, juste à l'endroit où il s'est positionné. Un beau livre, à trente euros. Ce soir, ton voleur se prend pour un héros.

Toi, tu alignes les zéros : t''as perdu ta journée. 

Partager cet article
Repost0
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 21:13

 

- Moi, un bouquin, c'est fait pour être lu !

- Oui, mais...

- Un livre ancien, s'il est réédité en Poche, ça me suffit, j'm'en fous des éditions originales !

- Oui, mais...

- Pas de mais, monsieur, ce qui compte, c'est le texte !

- Lire un beau texte dans une belle édition...

- Puisque j'vous dis qu'je m'en tape, monsieur !

- Une édition contemporaine de l'auteur ...

- Et alors ?

- Une édition parue du vivant de l'auteur, que l'auteur a peut-être tenue dans ses mains...

- Et alors, ça change quoi ?

- Une belle édition avec un envoi de l'auteur ...

- Un envoi ? Vous voulez dire une dédicace ?

- Un envoi autographe signé, oui... un e a s, quoi !

- Mais, monsieur, j'm'en tape des dédicaces... quand j'pense qu'au Salon du Livre, Porte de Versailles, en Mars, y'en a qui font la queue par centaines pour avoir la griffe de l'Auteur ... Non, monsieur, trop peu pour moi ! Moi, c'qui compte, j'vous l'dis, et j'vous l'redis, c'est le texte. En Poche, ça me suffit, ça m' va très bien !

 

Quel dialogue ! Quelle santé ! Quelle pêche ! Moi et mon romantisme décadent des envois rares et précieux, je peux fermer mes boîtes pour aujourd'hui. C'est l'été depuis hier, mais mon client m'a rhabillé pour l'hiver !

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens