Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 juin 2019 7 02 /06 /juin /2019 17:19
Amiens. Maison Jules Verne. 18 Mai 2019. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Maison Jules Verne. 18 Mai 2019. © Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0
1 juin 2019 6 01 /06 /juin /2019 15:16
Amiens. 26 Mai 2019. © Jean-Louis Crimon

Amiens. 26 Mai 2019. © Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0
24 mai 2019 5 24 /05 /mai /2019 14:40
Les galettes de pommes de terre à ma mère.  © DR
Les galettes de pommes de terre à ma mère.  © DR

Les galettes de pommes de terre à ma mère. © DR

" C'est incroyable tout ce que ma mère sait faire avec des pommes de terre. Le délice des délices, c'est le steak des pommes de terre : les patates d'abord, on les épluche, ensuite on les râpe comme des carottes, et on fabrique des steaks hachés végétariens, larges comme la main. Comme on a pas d'argent pour acheter de la viande, ça tombe bien. J'en souffre pas trop : j'aime pas la viande.

 

 Frits dans la poêle, dorés des deux côtés, tournés et retournés avec amour, c'est bon comme du dessert. Un dessert qui vous arriverait sans prévenir, sans crier gare, au beau milieu du repas. Chez nous, les gens de la rue d'en bas, on a le sens du petit rien qui fait un festin d'un simple repas."

 

© Jean-Louis Crimon

(Eloge de la pomme de terre)

 

Page 50 de Rue du Pré aux Chevaux. Le Castor Astral. 2003.

Partager cet article

Repost0
23 mai 2019 4 23 /05 /mai /2019 09:16
Pommes de terre. © DR.

Pommes de terre. © DR.

 

Ce caillou bizarre en forme de pomme de terre

Je l'ai toujours au fond de ma poche

Comme un trophée

Un talisman

Un trésor

 

Pomme de terre éternelle

Inoxydable

Imputrescible

Silex silencieux

Qui ne parle qu'à moi

Le soir très tard

Ou la nuit 

 

Pomme de terre fossile venue de la nuit des temps

Pomme de terre caillou de la mi-août

Pomme de terre caillou qui se fout du mildiou

 

Des pommes de terre cailloux

J'en ai des dizaines

Cachées dans le bas du placard de ma chambre 

 

Souvent mon père me chambre :

Un jour, on va les cuire tes patates-cailloux

On fera un grand feu dans le jardin

On les mettra dans le grand chaudron

Avec de l'eau

Des poireaux

Des carottes et des oignons

 

Cette fois-là

Tu sauras 

Quel goût elle a

La soupe à...

                          Cailloux. 

 

 

 

© Jean-Louis Crimon

(Eloge de la pomme de terre)

 

 

Partager cet article

Repost0
22 mai 2019 3 22 /05 /mai /2019 14:13
La ratte du Touquet. © DR

La ratte du Touquet. © DR

A la criée

 

 

Petite et rose,

Même pas dix balles,

Je vous l'emballe, 

C'est la Roseval...

 

Moyenne, mais fine et longue

Comme une queue de rat

Qui aurait de la rate !

Le prix n'est pas scélérat,

Mais c'est la ratte !

 

Grosses et savoureuses

Pour les amoureuses

D'assiettes copieuses,

Bintje, BF 15 ou Belle de Fontenay,

Vous n'en avez pas, moi j'en ai !

 

Ronde de Provence

Ou Charlotte

C'est sur la balance

Si ça vous botte !

 

Si vous pensez : " Quoi de neuf ? " 

En cette année 2010... neuf,

Pas vraiment pleine comme un oeuf,

Sachez qu'au Royaume du tubercule à Parmentier,

On prospère en... trois neuf,

Mais oui, côté variétés de pommes de terre,

On atteint désormais... 999 !

 

Moralité, si ça vous tente,

Faire du plant,

Du plant de la plante,

C'est une vraie rente...

 

Et puis, demain, ou bien aujourd'hui,

On se dit :

999 + une, 

et on met dans le mille...

 

Sans oublier toutes les manières

De les rendre familières,

Mais pour la purée,

Celle que je préfère,

C'est la Charlotte... 

 

Attention, voyons ! 

Le couvercle !

sur... la cocotte.

 

 

© Jean-Louis Crimon

(Eloge de la pomme de terre)

Partager cet article

Repost0
21 mai 2019 2 21 /05 /mai /2019 07:47
Pommes de terre à dégermer. © Emmanuel Lattes.
Pommes de terre à dégermer. © Emmanuel Lattes.

Pommes de terre à dégermer. © Emmanuel Lattes.

 

Je ne sais plus quand

Précisément

Vient le temps

Où l'on descend

A la cave...

 

Là, dans un coin,

Le plus sombre,

Il y a des êtres étranges

Qui n'aiment pas

Qu'on les dérange...

 

Ils ont des antennes de Martiens,

C'est une armée de Lilliputiens

Prêts pour l'attaque

Et la morsure

Des petites jambes des enfants de géants...

 

Des tiges aux pointes bleues et vertes

Parfois violettes

Qui vous caressent et vous menacent

Les mollets sans socquettes

Si vous passez un peu trop près...

 

Tiges curieuses au toucher

Souples et cassantes

A la fois liquides et rigides

Hautes herbes d'un talus imaginaire

Qui descendrait vers la rivière...

 

Mais en contrebas,

Faut le dire tout bas,

Pas d'eau, pas de rivière,

Juste un radeau 

De pommes de terre...

 

Un bateau naufragé

Echoué

Depuis l'automne dernier

Sur le sable 

De la cave...

 

A son bord, des êtres venus d'ailleurs,

Pour entourer de leurs bras minuscules,

Chacun de nos tubercules,

Ils tournent leurs têtes incrédules

Vers le trou d'air et de lumière du soupirail...

 

De sa canne autoritaire,

Tante Laure pointe alors le tas,

L'immense tas,

De pommes de terre toutes emberlificotées

Dans leurs tiges bizarrement tricotées...

 

La Tante dit, chaque année sur le même ton :

"Allez, au travail, c'est le moment, faut qu'on dégerme !"

Je n'aime pas le temps du dégermage,

Sauf pour une raison, une seule,

Mais c'est un secret...

 

A chaque fois,

Ma petite soeur et moi,

On s'assoit 

A même le sol de sable et de terre

On commence, pomme de terre après pomme de terre...

 

C'est le temps de la danse

Ou de la contre-danse,

Le temps qu'on pense

Et qui compense

L'absence de vacances...

 

C'est l'après-midi du jeudi,

Faut bien que les enfants, on les occupe,

Même si on n'est pas dupe,

On sait bien qu'y a pas d'âge

Pour la science du dégermage...

 

A la fin, la toute fin,

Quand tout est fini, vraiment fini,

Sous le tas, à l'endroit du tas,

Bousculé, dérangé, déplacé,

Et reconstitué juste à côté...

 

Soudain, on s'écrie, ma petite soeur et moi :

" Elle est là ! "

Superbe, gracieuse, étonnante, elle-même étonnée,

Dans robe noire marbrée de jaune,

La peau si douce et si fine de son ventre orange...

 

La Tante s'énerve : " Ne la touchez pas !

C'est la créature du diable ! "

Je n'en crois rien

Je la trouve belle, trop belle,

Je la garde longtemps au creux de ma main...

 

Je caresse longtemps, doucement,

La peau fine et douce de son ventre orange.

A jamais, pour moi, le temps du dégermage,

C'est cette salamandre au ventre orange qu'on dérange

Dans son sommeil diurne...

 

Sous l'oeil de la Tante soudain taciturne

Qui claque d'un coup sec

La porte de la cave et s'exclame :

"Allez, les enfants, c'est fini,

Rentrez chez vous

Le dégermage est terminé ! "

 

Avant, bien sûr, après une dernière caresse,

La salamandre, je l'ai rendue

A la terre sableuse de la cave

Dans le coin le plus sombre

Tout près du nouveau tas de pommes de terre...

 

Dégermées, prêtes à retourner en terre,

Pour faire de nouvelles pommes de terre.

 

 

© Jean-Louis Crimon

(Eloge de la pomme de terre)

 

Partager cet article

Repost0
20 mai 2019 1 20 /05 /mai /2019 12:49
Doryphore déjeunant d'une feuille de pomme de terre. © DR.

Doryphore déjeunant d'une feuille de pomme de terre. © DR.

 

Les pommes de terre,

Moi, l'enfant d'après-guerre,

Mon père et ma mère,

M'en ont fait naguère,

Manger de toutes les manières...

 

Ma mère était experte en cuisson,

La pomme de terre, mon garçon,

C'est pratique, c'est commode,

Tout dépend de la façon

Dont on l'accommode...

 

La patate, fiston, 

Ecoute pas c'que ta mère te chante,

C'est d'abord comment on la plante,

Savoir au bon moment la butter,

Surtout savoir la récolter...

 

Mais d'abord,

Faut être le plus fort

Dans la chasse aux doryphores,

Et surtout à la mi-août,

Ne pas laisser gagner le mildiou...

 

C'est vrai, vrai de vrai,

En l'art et la manière

De faire pousser les pommes de terre,

Mon jardinier de père était expert,

C'était un jardinier hors-pair !

 

 

© Jean-Louis Crimon

(Eloge de la pomme de terre)

Partager cet article

Repost0
11 mai 2019 6 11 /05 /mai /2019 09:15
Pommes de terre nouvelles. © DR.

Pommes de terre nouvelles. © DR.

 

Pomme, pomme, pomme,

Pas celle de l'arbre, pardi,

Pas celle qui nous a fait perdre le paradis,

Pas celle qu'a croqué Êve,

Et qui nous est restée

Pomme d'Adam...

 

Pomme, pomme, pomme,

Celle de la terre, bonne mère,

Celle sans qui nous serions encore en enfer,

Le coupe-faim des pauvres diables,

Les vitamines des trompe-la-mort,

Le pain de ceux qui n'en ont pas...

 

Pomme, pomme, pomme,

Pourquoi le taire ?

Je nomme

- c'est salutaire -

L'invention révolutionnaire

De la Pomme de Terre.

 

 

© Jean-Louis Crimon

(Eloge de la pomme de terre)

 

 

 

Partager cet article

Repost0
10 mai 2019 5 10 /05 /mai /2019 13:42
Omelette aux pommes de terre. © DR.

Omelette aux pommes de terre. © DR.

 

Ma mère coupe en petits dès

Les pommes de terre déjà cuites

A l'eau ou à la vapeur

Puis elle fait dorer doucement à la poêle...

 

Alors on verse par dessus les oeufs battus en omelette

Un peu de sel, un peu de poivre, on mélange,

On saisit à feu vif,

Puis on laisse cuire à feu doux...

 

Cette omelette aux pommes de terre,

C'est l'un des plus beaux gâteaux de mon enfance,

Plat unique, mais tellement copieux qu'il sert,

Et d'entrée, et de dessert...

 

J'ai 10 ans,

Je suis pauvre, fils de pauvres,

Mes parents, modestes ou discrets, disent :

On n'est pas très riches...

 

Je m'en moque, je m'en fiche,

Chaque soir que Dieu nous doit

J'ai droit

A un festin de Roi.

 

De toute la Terre

Ma mère

Est la meilleure cuisinière

De pommes de terre.

 

 

© Jean-Louis Crimon

(Eloge de la pomme de terre)

Partager cet article

Repost0
9 mai 2019 4 09 /05 /mai /2019 10:58
Cuites sous la cendre. © DR.

Cuites sous la cendre. © DR.

 

Cuites sous la cendre

Elles avaient une saveur particulière

Un goût indéfinissable

Inégalable.

Elles étaient un cadeau

plus qu'un repas.

 

Marcel Proust ne m'en voudra pas

Cette pomme de terre toute chaude

Que mon père me glisse dans la main

Avec sa croûte brune 

Pareille à une croûte de pain

Qui aurait cuit dans la cendre

Du feu du ventre de la Terre...

 

Cette pomme de terre-là

Avec son croquant,

Sa chair tendre

Son goût sucré-cendré,

C'est ma petite madeleine à moi,

C'est un petit bonheur tout chaud

A  n'avoir pas peur de l'hiver

Et notre jardin

Le Paradis sur Terre.

 

 

© Jean-Louis Crimon

(Eloge de la pomme de terre)

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens