Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 15:22

DSCN9856© Jean-Louis Crimon

Chengdu. Université Normale du Sichuan. Octobre 2011.

 

 

Sans paroles.

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 16:52

DSCN5574

Rome. Vatican. Sept.2012.                                                                         © Jean-Louis Crimon


 

Paris, Londres, Berlin, quand le temps est chagrin... Madrid, Rome ou Athènes, quand les pluies se font diluviennes. Partout ou il pleut, qu'on soit seul ou à deux, le "doux bruit de la pluie" mélancolise la fin d'après-midi. L'eau efface la poussière de la villle. La ville, qu'à celà ne tienne, même quand il pleut, je me la fais mienne.

Toujours et encore, me fascine le ballet des parapluies sous la pluie. J'aime la pluie. J'aime les parapluies. Les parapluies sous la pluie, c'est même parfois sexy. Parfois ça lasse, ça agace, et ça nous dépasse. Quand il a beaucoup plu, quand on n'en peut plus, parce qu'il a trop plu.

La pluie, ça me plait. Comme me plait aussi, quand il ne pleut plus, le bonheur de pouvoir dire à la pluie : ça m'a plu.  

Pluie Londonienne. Pluie Berlinoise. Pluie Madrilène. Pluie Romaine. Pluie Athénienne... Pluie Parisienne !  Pluies de tous les pays, unissez-vous et... lavez-nous !  De nos bêtises nationales ! Faites-nous une pluie... Européenne.    

Ce jour-là, à Rome, levant soudain les yeux au ciel, comme pour interroger la puissance divine, geste à l'appui, sur la durée de la pluie, la fulgurance s'impose : parapluie parabole...                                                                                                                                

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 14:08

DSCN9959.JPG

Paris. Octobre 2012.                                                                                  © Jean-Louis Crimon

 

 

Sans paroles. Mais... musique.

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 18:30

DSCN4634

Paris. 2012.                                                                                                © Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 17:57

DSCN7587

Paris. Quai de la Tournelle.                                                                         © Jean-Louis Crimon


 

Il va son train. Mène comme ça sa vie. N'affiche pas son train de vie. Casse le train-train quotidien. Joue le boute-en-train. Comme un enfant trop vite grandi. Joyeux drille. Gai luron. Amuseur. Pas si sûr. S'est rangé des voitures. Joue au petit train. Débarque sur le quai sans crier... gare.

A l'improviste. Fait son tour de piste. Figure du quai. Fou à lier familier. Mais pas fou dangereux. Fou d'ange heureux.

Personne ne s'interpose. Pas même la Police. Qui le regarde avec malice. 

Il joue au petit train. La Police dans la manche. La manche pour survivre. Le petit train du boute-en-train. Chacun son train-train.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2012 7 14 /10 /octobre /2012 11:44

DSCN9449

Paris, 41, Quai de la Tournelle. Octobre 2012.                                                © Jean-Louis Crimon

 

 

Si le temps le permet, on s'en ira flâner sur le quai. S'il ne fait pas trop froid dehors. Ou bien alors, entre deux averses, quand le bleu transperce et le soleil, à nouveau, nous berce. Octobre, cette année, va droit au but. N'y va pas par quatre semaines. Dès les deux premières, il dégaine. Ses jours de pluie en rafale. Ce ciel bas et gris qui, lentement, vous grise. Vous mélancolise une âme déjà grise.

On sortira quand même. Avec ou sans petite laine. Le long des quais de la Seine. J'aime bien quand toi et moi, on s'y promène. On ira à l'endroit où tu te prenais pour  Verlaine.

S'il fait trop mauvais temps, on restera bien au chaud et on regardera les photos. De septembre.

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 06:54

DSCN9853

Paris. Octobre 2012.                                                                                   © Jean-Louis Crimon

 


Feuille morte sur le bitume. Déjà le ciel s'enrhume. Ma dernière clope, je fume. Même mon cerveau s'embrume. Le vent fait son ménage. Dans les grands arbres, ça déménage. La mort en habit d'automne. Fait son boulot monotone. Le temps prend son temps. Il a tout son temps. Pour nous servir son mauvais temps. Avec effroi, on lorgne les premiers froids. L'été a pris ses quartiers d'été. Vers d'autres cieux, s'en est allé. Nous laissant, dirait Baudelaire, " Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle"...

Une immensité de gris qui nous encercle.

 

Je pense à Rutebeuf et à sa Complainte :

                           

Avec le temps qu'arbre défeuille.

Quand il ne reste en branches feuille

Qui n'aille à terre...

 

Rutebeuf, ressuscité d'entre les morts par la voix de Ferré, et qui pleurait de son vivant ces amis si peu fidèles :

 

Que sont mes amis devenus,

Que j'avais de si près tenus

Et tant aimés ?

Ils ont été trop clairsemés,

Je crois, le vent les a ôtés,

L'amour est morte.

 

Ce sont amis que vent emporte

Et il ventait devant ma porte,

Les emporta.

 

Rutebeuf, mon frère, mon camarade, mon ami, mon poteau. Rutebeuf dont on sait si peu de choses. Jongleur de son état. Jongleur de mots, ça va de soi. Dont on ne sait même pas précisément la date de naissance. Vers 1230. Pas non plus précisément quand il est mort. Vers 1285. Dont on dit qu'il devait être originaire de Champagne.

Mais qu'importe, Rutebeuf, puisqu'à tout jamais... tu es,  -Léo merci-, immortel.

 

Qu'importe, Rutebeuf, ces amis si peu fidèles,

Même si tu les avais de si près tenus,

Tes misères, tes malheurs, sont bien entretenus,

Avec Ferré, immortel, tu es devenu...

 

Ta voix est toujours aussi forte

Aucun danger que vent l'emporte,

Même s'il vente devant ta porte,

Ton chant, la froidure, supporte,

Et supportera...

 

                                                                                                       (La chanson du Bouquiniste)

 

 

 

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 13:11

DSCN9365

Paris. 41, Quai de la Tournelle. Septembre 2012.                                           © Jean-Louis Crimon

 

 

Sur le quai, je m'embarquai...  Si beau sourire... Beau à en mourir. J'dis ça juste... pour rire... Elle me regarde. S'arrête comme par mégarde... Je n'y prends garde. Est-ce pour moi ? Ces beaux yeux-là ? Tout en émoi ? Je ne sais pas... Est-ce vraiment bien moi qu'elle regarde ? 

Ou bien plutôt, mes photos... En noir et blanc, jolis tableaux... M'en achète une, bientôt...

Lumière d'automne... Tellement mignonne. Ne ressemble à personne. La pose est bonne. C'est elle, le tableau... Le plus beau tableau... L'été lui pardonne... La photo, je la lui donne...

 

                                                                                                       (La chanson du Bouquiniste)

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 16:43

DSCN0030© Jean-Louis Crimon

Sichuan. Chemin de montagne, après la ville de Zi Yang.

 

 

Tout au long de la journée, une pluie qui n'a de cesse. Chemin de terre devenu piste de glisse. Ils surgissent comme ça. Tout soudain. Juste avant le soir. D'où viennent-ils ? On ne sait pas. Comme tombés du ciel. Débarqués du dernier virage. Tout en haut du village. Tout au bout d'un chemin de boue. Incroyable gadoue.

Pas le goût du lucre. Juste un coeur en sucre. Deux Peynet chinois. Peynet à la peine. Echappés d'une fête foraine. Tableau nature. Nature morte. Amour vif. 

Un coeur en sucre, un jour de pluie. Risque inutile. A moins que ce ne soit, faute de preuve, mise à l'épreuve. Dans ce pays, coeur en sucre ne craint pas la pluie. Sinon, le coeur à la renverse.

Deux rimes ultimes à ma chanson :

 

Amour qui fond à la première averse

Ne supporte pas chemin de traverse !

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2012 3 10 /10 /octobre /2012 21:22

DSCN3520

Chengdu. 25 Nov. 2011.                                                                          © Jean-Louis Crimon

 

 

Décorum. Décor homme. Des corps homme. Non, c'est une femme. Femme celluloïd. La fossette ou la ride. Sujet aride. Matin torride. Photo polaroïd. Ephéméride. Je n'ai plus de rimes en "ride".

Ma chanson est en... rade. 

Non, camarade. Pas d'algarade. Même si ça dépanne. Le photocopieur est en... panne.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens