Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 13:08

DSCN9621

Paris. 16 septembre 2012.                                                                            © Jean-Louis Crimon 

 

 

Cueille le jour. Sans te soucier du lendemain. Cueille l'instant. Profite de l'instant présent. Sûr, le monsieur qui consulte ses sms se prénomme Horace. Le Carpe Diem me saute à la face. Incroyable face à face. Au coin de la rue. Rappel à l'ordre. Incitation à ne jamais oublier. Injonction. Injonction suprême. Injonction sublime. Pas dégueu l'impératif d'Horace ! Pas dégueulasse. Mais pas facile à vivre au... quotidien.

"Cueille le jour". Carpe diem. Curieux conseil, tout de même, de la part d'un cafetier. Mais qui me va bien. Parfaitement bien. Carpe diem. Sauf que "Carpe diem", c'est juste les deux premiers mots du vers d'Horace. La citation, texto, du vers final de cette Ode à Leuconoé, c'est  Carpe diem quam minimum credula postero", ce qui se traduit, la plupart du temps, par Cueille le jour sans te soucier du lendemain.

Une traduction plus proche de la phrase initiale, presque "mot à mot", donnerait d'ailleurs quelque chose comme Cueille le jour et sois la moins curieuse possible de l'avenir. Horace cherche à persuader Leuconoé de la nécessité de savoir profiter du moment présent. Vraiment, à plein, sans s'inquiéter ni du jour, ni de l'heure de sa mort.

Epicurien. Stoïçien. Au sens plein. Horace. Certes. Mais pas seulement.

En rester au seul Carpe diem, - le Sens Interdit le dit à sa façon- ce serait oublier en chemin la philosophie de vie voulue aussi par Horace. Mettre l'accent sur le Carpe diem pour n'en retenir que l'exhortation à profiter de l'instant présent et se borner à rechercher activement les plaisirs tant qu'il est encore temps, ce serait oublier toute la force et toute la portée philosophique d'Horace : savourer, certes, le présent, l'avenir étant, par essence, incertain, mais sans oublier, pour autant, toute discipline de vie.

Autrement dit, Carpe diem, certes, mais fuir tout autant le lieu commun du jouisseur épicurien contemporain. Le mot d'ordre Profite du jour présent n'est pas suffisant. Très vite, même, insatisfaisant.

 

Même si, à sa façon, dès la fin du XVIe siècle, Ronsard, dans son célèbre sonnet pour Hélène, Hélène de Surgères, incitera, lui aussi, à jouir de l'instant.

 

Quand vous serez bien vieille, au soir à la chandelle,

Assise auprès du feu, dévidant et filant,

Direz, chantant mes vers, en vous émerveillant :

Ronsard me célébrait du temps que j'étais belle.

...

Vous serez au foyer une vieille accroupie,

...

Regrettant mon amour et votre fier dédain,

Vivez, si m'en croyez, n'attendez à demain,

Cueillez dès aujourd'hui les roses de la vie.

 

Joliment dit, mon cher Pierre de, sauf que la rose n'est que d'épines, et la belle Hélène, merde, pas la meilleure de tes copines. Alors, de toi à moi, tu vois, si m'en crois, l'amour n'est que chemin de croix. Qu'importe l'instant qui passe, c'est toujours l'amour qui trépasse. Et quand bien même Carpe diem, s'en vont mourir tous ces je t'aime. Comme fleurs de toutes les saisons, l'amour qui fane a ses raisons...

 

 

 

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 16:40

DSCN9560.JPG

Paris. 16 septembre 2012. Notre-Dame.                                                      © Jean-Louis Crimon 

 

 

Le dimanche n'a pas été grandiose. Trois euros pour un Poche. Le Pavillon des Cancéreux. Soljenitsyne. Trois euros. Tout juste de quoi me rembourser mes deux tickets de métro. Beaucoup de promeneurs, sur le quai, pour le dernier dimanche d'été. Avec déjà, dans le ciel, un paquet d'accents d'automne.

Une étudiante en quatrième année de Lettres, à la Sorbonne, cherchait Pauvre Belgique de Charles Baudelaire. Pour son mémoire. Un texte en prose en forme de pamphlet où l'auteur des Fleurs du Mal ne dit pas que du bien du pays d'Outre-Quiévrain. Je ne l'avais pas. Lui ai conseillé de demander à mon voisin Julien. Ou à ma voisine Marie-Hélène. Ou, vraiment, si c'est urgent, d'aller voir sur Price Minister. Ou chez Gibert. Texte méconnu de Baudelaire, quasi introuvable, pendant longtemps. Sinon dans La Pléiade. Pamphlet inachevé, republié, l'an dernier, chez Ramsay, avec Les Lettres de Belgique à sa mère.

Le 24 avril 1864, criblé de dettes, Baudelaire décide de fuir ses créanciers français. Trouve refuge dans un hôtel minable de Bruxelles. Pense gagner un peu d'argent en faisant des conférences. Mais son réel talent de critique d'art ne déplace pas les foules. Charles écrit des lettres terribles à sa mère, la veuve Aupick. Charles parle d'une Belgique insupportable, caricature de la France bourgeoise qu'il exècre. Son texte Pauvre Belgique restera inachevé. A Bruxelles, preuve de la profondeur de son désespoir, il s'invente son épitaphe en un mot : Enfin !

Plus tard, s'arrête longuement devant mes boîtes, une petite dame aux cheveux tout blancs. Elle s'empare d'un ouvrage au titre éloquent : Au risque de l'Esprit. Me demande avec un petit sourire en coin et un air narquois : ça parle de quoi ? Moi, faussement énigmatique: Madame, la réponse se trouve dans la majuscule du E du mot Esprit !

Elle me lance : A dimanche prochain ! Ce n'est pas un Adieu. Juste un Au-Revoir ! Elle ajoute, en partant, à petits pas pressés : Mettez-le moi de côté, parce que, là, je file, je vais être en retard à la messe.

Plus tard, encore, sur le parvis de Notre-Dame, étrange spectacle. Apparition soudaine. Un Christ géant pour attirer le regard des gens. Photo. Forcément. Cadrage impossible. Trop de monde : ça grouille de partout. Je risque. Une image. Même pas deux.

En bas, à droite de l'image, message personnel du Christ tout blanc, à une Marie-Madeleine éventuelle, petits mots d'amour d'une dimension assez peu spirituelle : Trésor... Tesoro...

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2012 7 16 /09 /septembre /2012 09:56

DSCN7755.JPG

Paris. 6 mai 2012. Deuxième tour de la Présidentielle.                                     © Jean-Louis Crimon 

 

 

"Ce mec-là, mon vieux, il est terrible !" Forcément, on pense à trois ou quatre célèbres couplets de Johnny Hallyday en revoyant cette photo. Photo prise en mai dernier à l'entrée du Lycée La Fontaine. Il y a un peu plus de quatre mois.

Le Johnny de l'affiche les chante peut-être déjà, ce jour-là, ces couplets-là. Pour mémoire et juste pour sourire, avec ou sans retouche, juste pour la touche, on les fredonne ensemble :

 

Hé, regarde un peu, celui qui vient

C'est le plus beau de tout l'quartier

Et mon plus grand désir, c'est d'lui parler,

Il aguiche mes amis, même les plus petits.

Pourtant, pour lui, j'ai pas l'impression d'exister,

Mais tout ceci ne m'empêche pas de penser :

"Ce mec-là, mon vieux,

Il est terrible !"


Ou bien, déjà nostalgique, avec ce petit rien magique :

 

C'est beau de rouler, en rêvant,

Voilà que j'arrête ma vieille citron,

Et j'ai bonne mine devant la belle maison

De celle que j'aime, les poches à plat.

Pourtant si elle m'embrassait rien qu'une fois

Je dirais certainement en parlant de moi :

"Y'a pas à dire, ce gars-là

Il est terrible !"

 

Ou encore, dans un autre genre :

 

Souvenirs, souvenirs

Je vous retrouve dans mon coeur

Et vous faites refleurir

Tous mes rêves de bonheur 

...

Souvenirs, souvenirs,

Il nous reste nos chansons

...

Souvenirs, souvenirs,

Vous revenez dans ma vie

Illuminant l'avenir

Lorsque mon ciel est trop gris.

 

 

Sarkozy, Johnny. Jour J. D Day. Hallyday. Jojo, Sarko. Sarko, Jojo. Juste une photo. L'affiche et la... fiche.


Partager cet article
Repost0
15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 18:10

DSCN0049.JPG

Paris. Février 2012.                                                                                     © Jean-Louis Crimon 

 

 

 

Au bout de la table, il a repoussé la tasse. Croisé les bras, comme un enfant sage au fond de la classe. Un enfant d'autrefois. Dans une école d'autrefois. Il a pris appui contre le mur. Incliné la tête. Position foetale fatale. En toute sécurité contre la paroi, il retrouve le sommeil paisible de celui qui n'est pas encore né.

Ainsi sont les hommes. Même les hommes d'âge mûr. Quand la vie est trop dure, on se remémore, avec le corps, la douceur du sein maternel. Mots de poète. La paix perdue de la vie intra-utérine. Mots de psy.

Seule certitude : qu'on soit poète ou qu'on soit psy, il faut savoir habiter cette habitude. En tout lieu, savoir retrouver son milieu. La sieste est une actrice réparatrice.

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2012 5 14 /09 /septembre /2012 15:03

DSCN9196.JPG

Paris. Août 2012.                                                                                       © Jean-Louis Crimon  

 

 

Parfois, il n'y a rien à dire. Juste à ouvrir les yeux. Juste à regarder la ville. La voir. Savoir la voir. La voir et la boire. La boire des yeux. La goûter. La déguster. La savourer. La déchiffrer. Lire les espaces. Les mots des murs. Des palissades. Palissade à l'injonction facile. Message imbécile. Elle te parle ta ville. La ville te parle. Te parle au futur.

Demain. Demain ! Demain ? Mais la vie est moche. Demain te fait déjà les poches. Qui va lui sonner les cloches ? Toi, tu marches sans voir. Sans t'apercevoir que le futur s'approche. A grands pas. Le lointain se rapproche. Futur lointain devient futur proche. Demain est présent. Omniprésent. Demain se fait doubler par le présent. Le présent dépasse ton futur. Ton futur, c'est déjà du passé. Ton futur est dépassé.

Demain est dépassé. Demain est du passé. Demain est derrière toi. Demain dans le dos. Deux mains dans le dos. Le futur s'efface. En peu de temps. En un tour de main. Le futur passe. Le futur trépasse. Au présent.

Jamais le présent ne repasse. Demain, c'est derrière. Devant, le présent. A peine le temps d'être au futur. Tout va si vite, en ville. On double son futur. Sans même avoir klaxonné. A présent, au présent de se méfier.

Demain, c'est déjà hier.

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 18:27

DSCN5885 © Jean-Louis Crimon

Rome. Septembre 2012.

 

 

Scène insolite. Face à face après la pluie. Deux voisins sans doute. Ils semblent se connaître. A moins qu'ils ne se croisent tout juste. Pour la première fois. Par hasard. Sur ce bout de trottoir. Ils se parlent du temps qu'il a fait. De cette journée entière de pluie. Des trombes d'eau. Pour laver la ville.

Je suis très mal placé. De l'autre côté de la rue. Je cadre d'instinct. Je prends. Au jugé. Une seule image. L'instant d'après, c'est fini. Déjà fini. La scène n'existe déjà plus. Le chien a bougé. Son maître a détourné le regard. La grande et jolie femme le salue. Elle s'en va.

Bien fait de prendre cette photo. Tout m'a semblé parfait. L'instant. Instant dérisoire. Dans la lumière du soir. Composition sublime d'un moment banal. J'adore le quotidien pour ça. Pour la beauté éphémère de l'instant. Instant de petits riens. D'une densité si forte et si fugace. Durée de vie, ici : un dixième de seconde, à peine. Equilibre fragile des formes et des couleurs. Incroyable répartition des couleurs. La mise en place. La mise en espace. La mise en scène. Juste pour moi. Passant du soir. Passant qui sait voir.

Ce qui me fascine, c'est cette immensité de gris qui encadre parfaitement l'ensemble. Dégradé de gris. Pavés de la rue. Gris bleu. Dalles du trottoir. Gris noir. Pierres d'une partie du mur. Gris clair. Panneaux du haut. Gris comme il faut. Les deux personnages presque gris aussi. Sur la portion de mur gris où ils se parlent. Semblent se fondre dans l'ensemble de gris d'un jour gris. Le petit chien blanc regarde ailleurs.  

La couleur est à l'intérieur. Deux belles pièces de couleur. Pour peindre un peu de soleil dans un jour trop gris.

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 21:12

DSCN5780

Rome. Septembre 2012.                                                                               © Jean-Louis Crimon

 

 

Je croyais la manie urbaine strictement parisienne. Mais, qu'à cela ne tienne, à Rome aussi, tant pis pour les nanas, l'amour se fait... cadenas. Mam'zelle Angèle, Pont Saint-Angel... Amour éternel...

L'amour qu'on cadenasse, même avec l'air bonasse, à Rome ou à Paris, de la haute ou de la populace, ça oui, je prends les paris, très vite, sûr, ça lasse. Pardon pour le propos salace, la clef d'amour, c'est porno-dégueulasse. A Rome ou à Paname, on passe, sans état d'âme, de Ma Demoiselle à Ma Dame. N'en déplaise à la femme, je trouve ça plutôt infâme. La fille qu'on embrasse, si faut qu'on la cadenasse, franchement, ça tourne à la ramasse...

Même si, impavide, face à la peur du vide, la ville éternelle s'exclame : J'ai un Tibre dans mon moteur. La clef est à l'intérieur.

Au diable la passion fleuve, je préfère couler des amours paisibles de rivière. Au sud de la France. Pour la romance sur la Durance, j'ai un peu d'endurance.

 

Passerelle des Arts ou Pont de l'Archevêche,

L'amour est dans la dêche,

Ponts de Seine ou Ponts du Tibre,

Pour l'amour-cadenas, je n'ai pas... la fibre.


Tu peux faire ton bégueule, J'vais te casser la gueule, Toi qui joues le fou d'amour, Toi, le faux amour, la ferme ! Tu n'es qu'un sinistre amour qui enferme...

Impair et passe. Je m'achète un passe. Pour libérer la fille qu'on cadenasse. Aider la belle à se faire... la belle. Même si, tapis dans l'ombre, quand le fleuve tourne au sombre, le vieil amant est là, vieux briscard qui se voit déjà, avec ou sans cadenas, la prendre dans ses bras. Pour se l'enchaîner de plus belle... 

L'amour-prison, ça ribambelle...

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 16:16

DSCN0113

© Jean-Louis Crimon.                     Chengdu, Sichuan. China. Campus.

 

 

La clef du savoir. La clef de la vie. La clef des songes. La clef des champs. La poudre d'escampette. La taille. La tire. La fuite. La fugue. Elle est passée par hasard dans le petit jardin que je traverse souvent, à la fin de mes trois heures de cours du matin. Je l'ai trouvée si gentille et gracieuse que je me suis permis de lui demander de prendre la pose. Debout sur la bordure de pierres. Pourquoi ? a-t-elle interrogé. Pourquoi pas ? ai-je répondu. La pose, à la pause, ça s'impose.

Elle a souri, sans savoir si vraiment c'était amusant. Elle a docilement esquissé le geste. Mimant avec les doigts la clef absente. Sans trop qu'on le sente. Instant amusant. Photo vue avant d''être prise. Photo sans surprise. Mais photo marrante, non ?

Photo souriante. Sourire amusé. Sourire immortalisé.

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 17:42

182989 10150098952669726 4506433 n

© Jean-Louis Crimon                                Paris, Place Monge. 2011.

 

 

 

C'était encore l'hiver. Ou bien le tout début du printemps. Un début de printemps frileux. Tristoune et frisquet. Place Monge, à Paris. Pas très loin du quai de la Tournelle. Place Monge et sa brocante d'objets en ribambelle. Place Monge et sa brocante qui, toujours, m'enchante. C'était l'hiver. Ou les premiers jours du printemps. Je ne sais plus précisément. C'était déjà le soir. Cela, je m'en souviens très bien. La nuit tombe vite en hiver. Assez vite aussi au tout début du printemps. Même si l'on sent, alors, que le jour rallonge. C'était Place Monge. Il avait un peu plu, - ce qui ne m'a pas déplu, en fin d'après-midi. Le miroir était ponctué de gouttes de pluie. Des gouttelettes, pour être honnête.

Les marchands de choses ne disaient plus grand chose. Ils avaient, comme on dit, fait leur journée. Ils emballaient tranquillement, soigneusement, précautionneusement, leurs porcelaines. Leurs tableaux de Maître qui n'avaient pas trouvé de nouveaux Maîtres. Leurs petits meubles à écrire, qui resteraient sans servir. Leurs guéridons. Leurs tables de nuits. Leurs couverts en argent. Vendus par des gens désargentés.

L'homme à casquette s'approche. Il se regarde dans le miroir, sans se rendre compte qu'un autre miroir le réfléchit. Je veux dire le reflète. Le miroir se met à parler. Je l'entends dire quelque chose d'incompréhensible. Je tends l'oreille.

L'homme doit dire : Dans le miroir où je me mire, je me marre.

Le miroir répond : Il y a des jours où j'en ai marre. Des jours où ça va pas trop mal. Des jours où ça empire. Des jours où je larguerai tout. Tiens, ce soir, ma gueule de miroir pour un empire.

L'homme aux trois visages a dû dire encore quelque chose, mais là encore, je n'ai rien compris. L'homme aux trois visages s'est commandé une bouteille de Champ'. Elle est dans le seau. Le seau à champagne.

Vous ne croyez pas à l'histoire de l'homme aux trois visages. Il y a pourtant, sur la photo, une preuve. Une preuve irréfutable. Dans le bas de la photo. Dans le haut de la table.

Regardez bien, entourant la bouteille de champagne, il y a trois verres pour l'homme... Trois verres, ou trois timballes. Normal. Pour l'homme aux trois visages.

 

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2012 7 09 /09 /septembre /2012 01:25

DSCN5098

Rome. Septembre 2012.                                                                              © Jean-Louis Crimon 

 

 

 

Allée des bouquinistes, Via delle Terme di Diocleziano, Angelo me l'avait dit, de vrais bouquinistes, il n'y en a plus guère. Trois ou quatre, pas davantage. Les autres vendent une curieuse littérature. Sans fioritures. Le X est devenu l'alphabet du commerce. Je traîne un peu pour jeter un oeil aux étals. Quelques photos en passant. Très discrètement. Un masque dévisage une dame qui baisse les yeux. En souriant. Face à face étonnant. N'a rien d'une diablesse. Le face à face, je le confesse, plus subtil que le fesse à fesse.

Me revient en mémoire la musique de rimes intérieures Verlainiennes : Masques et Bergamasques. Souvenir fantasque. Le Masque n'a rien à voir avec la ronde traditionnelle dansée autrefois à Bergame. Le masque n'est pas bergamasque. Mais c'est souvent comme ça, chez moi, pour entrer dans la danse, le son des mots aime à prendre le pas sur le sens. Peut-être que la dame est de Bergame. Qu'elle danse la bergamasque. Avec ou sans masque.

Masque et Bergamasque... Je me souviens des premiers vers du premier poème de Fêtes Galantes. Le Clair de Lune de Paul Verlaine.

 

Votre âme est un paysage choisi

Que vont charmant masques et bergamasques

Jouant du luth et dansant et quasi

Tristes sous leurs déguisements fantasques

 

Si ça vous dit, je connais aussi par coeur les deux autres strophes :

 

Tout en chantant sur le mode mineur

L'amour vainqueur et la vie opportune,

Ils n'ont pas l'air de croire à leur bonheur

Et leur chanson se mêle au clair de lune,

 

Au calme clair de lune triste et beau,

Qui fait rêver les oiseaux dans les arbres

Et sangloter d'extase les jets d'eau,

Les grands jets d'eau sveltes parmi les marbres.

 

Bergamasques, c'est le nom des habitants de Bergame. C'est aussi le nom des anciennes danses populaires très en vogue, dans cette ville, dès le XVIe siècle. Arlequin et Brighella, deux personnages de la Commedia dell'arte, nés à Bergame, étaient qualifiés de "Bergamasques". Bergamasque, cette danse de couples disposés en cercle, vive et sautillante. Verlaine emploie le mot "Bergamasques", non comme adjectif, mais comme nom pour désigner les danseurs. Avec une étrange douceur.

Je ne sais pourquoi j'adore autant ces deux vers-là de Verlaine :

 

Votre âme est un paysage choisi

Que vont charmant masques et bergamasques...

 

 

 


Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens