Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 janvier 2016 1 04 /01 /janvier /2016 00:01
Amiens. Octobre 2015. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Octobre 2015. © Jean-Louis Crimon

Mon vieux camarade,

En ce temps-là, nos édiles, nos énarques, nos élites, nos élus, n'ont pas encore inventé l'ANPE. Encore moins Pôle-Emploi. Ta mère te traîne au "Bureau de Placement" de la ville où tu es désormais Interdit de Lycée. Vous avez pris tous les deux de bon matin le train à la gare de Ribemont sur Ancre, votre nouveau village depuis peu. Une mère désemparée et son fils en perdition. Destination "Albert" où l'on trouve facilement du travail.

"Non admis en classe supérieure, non autorisé à redoubler". Sur ton dernier bulletin trimestriel de Seconde C, la sentance du Proviseur n'a rien de provisoire. Ton exclusion est définitive. Les études, c'est fini pour toi. Tu l'acceptes. Sans comprendre vraiment pourquoi ni comment. Va pour le Bureau de Placement. L'homme qui vous reçoit, ta mère et toi, te demande si tu sais dessiner. Bien sûr, lui dis-tu, sans la moindre hésitation. Depuis toujours, tes meilleures prestations scolaires, là où tes moyennes se refont une santé, c'est Dessin et Récitation. Parfait, dit l'homme. Il explique : L'entreprise Delprat, Bâtiment et Travaux Publics, recherche un "Jeune Homme sachant dessiner". Allez vous y présenter de ma part.

A pied, du centre ville, ça prend 10 minutes pour aller jusqu'à chez Delprat. Tu laisses ta mère au Café du coin et tu sonnes à l'entrée du BTP.
Seul problème, une fois dans les locaux de Delprat Frères, tu réalises que tu as confondu Dessin Artistique et Dessin Technique. Le plan que déploie, devant toi, le Métreur te fait réaliser l'absurde cruauté de ta bévue. C'est un plan d'une habitation moderne, plutôt spacieuse. Il faut inverser le sens d'ouverture d'une porte, percer une grande baie vitrée côté jardin, modifier l'emplacement d'un escalier. Sans trembler, tu mènes à bien, en moins d'un quart d'heure, la tâche qui vient de t'être confiée. Maître Clément, le Métreur/Architecte de Delprat, jette un oeil avisé sur ton travail et déclare, solennel : parfait, min tiot, je pense qu'on va te garder.
Traits apparents, traits pleins, traits pointillés, traits cachés... Parties hachurées pour matérialiser l'épaisseur des murs... Les apprentissages du cours de Technologie viennent de te sauver la vie. Tu avais vraiment bien fait de prendre au sérieux ces cours que les "intellos de la classe" considéraient avec mépris. Coupe de la pince à sucre et coupe du robinet, les deux grands classiques, avec leurs parties zébrées, venaient de te permettre de réussir ton entrée dans ce qu'on appelait alors... vie active. Comme si, jusque là, tu avais vécu... une vie... passive.

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2016 7 03 /01 /janvier /2016 00:01
Amiens. Juillet 2015. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Juillet 2015. © Jean-Louis Crimon

Mon pote,

Je peux bien te l'avouer, dans la vie, je ne me suis connu que deux passions. Les mots et la photo. Les mots pour photographier la pensée. La photo pour penser en images. Ma première photo, je l'ai prise avec des mots. En ce temps-là, à la maison, - fin des années cinquante - nous n'avons pas d'appareil photo. Hors de prix ou pas dans nos prix. Seuls les gosses de riches en possédent un. On leur a offert pour leur anniversaire ou pour leur communion solennelle. Les vacanciers qui viennent paresser au village tout au long de l'été s'y sont mis aussi. Moi, au risque de subir leurs moqueries, je cadre avec les mains et je prends des photos imaginaires plus belles que les leurs, trop floues et prises de beaucoup trop loin. Je sais qu'il faut cadrer "serré". La photo, c'est un regard, un cadrage et un voyage. Dès le départ, même sans boîtier, j'ai compris que j'avais le regard photographe. Ma première photo, je l'ai prise en un clin d'oeil . Vrai photo/poème, ça disait :

" Le vieil homme marchait

Balançant le bras

Horloge Humaine

Rythmant le temps des choses. "

Instinct de l'instant. Culte de l'instant. Eternité de l'instant. L'instant saisi en un instant. Je sais, l'instant, c'est déroutant. Déroutant pour le temps qui, lui, déroule, défile, dévide. Sans prendre le temps. Sans s'arrêter. Pas même un instant. Doit donner le vertige d'être le temps. Tout le temps. Doit être épuisant. N'a même pas une minute à lui, le temps. Pas le temps de souffler. Trop occupé à régler le temps des autres.

Au fond, c'est l'homme qui est immuable et c'est le temps qui est toujours en mouvement. Le temps jamais ne s'arrête, même pour marquer une pause. Pourtant le temps a tout son temps.

Au temps, le temps n'est pas compté. Ou alors, c'est à désespérer.

Moi, je prends mon temps. Je sais que je prendrai toujours mon temps. Pas question de succomber à la course du temps. C'est ma raison d'être photographe. D'aimer les photos autant que les mots. Les mots sont des photos dans la tête des gens.

Gide et Rimbaud pour ponctuer le parcours. André Gide et ses Nourritures terrestres :

" Nathanaël, je te parlerai des instants. As-tu compris de quelle force est leur présence ? Une pas assez constante pensée de la mort n'a donné pas assez de prix au plus petit instant de ta vie... "

Ou Rimbaud :

" Elle est retrouvée

Quoi ? -L'Eternité.

C'est la mer allée

Avec le soleil. "

L'oeil photographe, sûr, Jean-Arthur l'a expérimenté avant tout le monde.

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2016 6 02 /01 /janvier /2016 01:01
Amiens. Petit séminaire. 6 ème 2. 1961. © DR

Amiens. Petit séminaire. 6 ème 2. 1961. © DR

Mon vieux, si tu m'autorises à t'appeler Mon vieux, je te propose aujourd'hui un petit voyage dans le temps d'une bonne cinquantaine d'années. 55 exactement. Tu as 11 ans. Enfin tu es dans ta douzième année. Interne au Petit sém'. Petit séminaire d'Amiens. Pour la première fois, tu quittes tout à la fois, tes parents, ta famille, ton village, ton instituteur, tes copains d'école, ton petit frère et ta petite soeur, ton curé dont tu étais le préféré des enfants de choeur. Tu as mal au coeur.

L'internat n'a rien d'évident. Les premières semaines sont terribles à vivre. Les sorties se décomposent en "petite sortie", dimanche midi - dimanche soir, ou "grande sortie", samedi midi - lundi matin. La durée trop brève des petites sorties ne te permet pas de rentrer dans ton village, tes parents n'ont pas de voiture et le service d'autocar n'est pas assuré le dimanche.

Les grandes sorties n'ont lieu que tous les quinze jours. Mais le Préfet de discipline a le pouvoir de transformer, pour indiscipline, la grande sortie en petite sortie. Tu seras souvent un mois ou davantage sans pouvoir rentrer chez toi.

Tu te souviens de la question "essentielle", posée en milieu d'année à tous les élèves de sixième. L'Abbé Dentin la calligraphie au tableau de toutes les salles d'études avec une application dévote : Pensez-vous avoir la vocation ? Chacun, en son âme et conscience, doit y répondre par écrit sur une demi-feuille de papier. Sans hésitation aucune, toi, tu réponds : "Non". Très tôt, dans ta famille, tu as appris que le mensonge est la pire des choses. En disant simplement la vérité, tu ne mesures pas l'ampleur des conséquences que ta franchise allait entraîner. Un enfant qui avoue ne pas ressentir l'appel de Dieu n'a rien à faire chez les petits séminaristes.
Trois semaines avant la fin de l'année scolaire, tes parents seront convoqués et le Supérieur leur expliquera, devant toi, que leur rejeton n'étant pas très doué pour le latin, la grand-messe, et les études Supérieures, un retour à l'Ecole Primaire du village s'impose pour lui. Dans la foulée, après le Certificat d'Etudes, l'apprentissage d'un "Bon métier manuel", sera pour lui la meilleure des orientations. Sage conseil d'un Saint homme. Tu prépareras donc le Certificat d'Etudes Primaires. "Avec un bon instituteur", avait précisé le Supérieur du Petit séminaire, "ça ne devrait pas poser de problème." Le Certificat, tu l'auras. En soixante-trois.

Pour le reste, - Merci mon Dieu ! - tu n'auras que faire des charitables recommandations de l'Abbé Dentin. Tu te rêves un autre destin.
La vie, parfois, a le talent de savoir prendre sa revanche.

Sur la photo de classe, premier à gauche, premier au premier rang, c'est bête, tu as l'air intelligent. Déjà à l'extrême gauche. L'Abbé Guisembert, ton confesseur et Professeur Principal, dépasse d'une bonne tête toute la joyeuse troupe de sixième 2.

26 élèves au futur ensoutané tout traçé, se persuade l'Abbé. Moins un, te dis-tu dans ton coin.

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2016 5 01 /01 /janvier /2016 00:01
Amiens. Beffroi. 31 Déc. 2015. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Beffroi. 31 Déc. 2015. © Jean-Louis Crimon

Je me demande à quand remonte ma dernière lettre reçue. La dernière enveloppe à mon nom et à mon adresse déposée dans ma boîte aux lettres par le facteur de mon quartier. En ces temps SMS, Texto, Twitter, Instagram, Whatsapp ou autre Snapchat, recevoir une lettre, une vraie lettre avec un vrai timbre, une vraie lettre avec une belle adresse manuscrite, une lettre qui ne soit pas missive EDF ou ENGIE, relance de facture impayée ou harponnage commercial, relève du miracle. Comme je ne crois pas aux miracles, j'ai cette fois vraiment décidé de m'écrire à moi-même. Une lettre par jour. La première datée du premier jour de l'année. On y est. J'y suis.

Problème : vais-je me dire "Cher vous" ou "Cher toi" ? Vais-je me tutoyer ou pas ? Ou bien dois-je m'écrire simplement comme on écrit à un ami ? Pour lui souhaiter, par exemple, Happy New Year. Même si, comme Gramsci, j'ai une sainte horreur du rituel obligé du Nouvel An. Antonio Gramsci qui écrivait il y a exactement 100 ans : "Chaque matin, à me réveiller encore sous la voûte céleste, je sens que c'est pour moi la nouvelle année. C'est pourquoi je hais ces Nouvel An à échéance fixe qui font de la vie et de l'esprit humain une entreprise commerciale avec ses entrées et sorties en bonne et due forme, son bilan et son budget pour l'exercice à venir."

2016. Nouvelle année. Une année 2000, mais une seize. Seize qui rime avec A 16, l'autoroute pas loin de chez moi, même si je garde une inoxydable préférence pour les chemins de traverse. Seize qui rime avec ascèse, mode de recherche personnelle qui n'est pas pour moi. Même si donner un sens à sa vie passe par un cheminement intérieur et une forme d'exigence morale.

Gramsci encore : "Je veux que chaque matin soit pour moi une année nouvelle. Chaque jour je veux faire les comptes avec moi-même, et me renouveler chaque jour."

Cet après-midi du dernier jour de décembre, - va savoir pourquoi ? - j'ai voulu faire un dernier tour de ville. Bien m'en a pris. Moi qui rêvais en silence de grands espaces de mer et d'immenses plages du Nord, levant la tête vers l'horloge du Beffroi, comme pour boire à la renverse quelques secondes d'éternité, me sont tombées soudain dans les yeux d'incroyables vaguelettes de nuages blancs dessinés sur le sable bleu du ciel. Incroyable inversion des sensations. Pur instant d'éternité. Ivresse des yeux à vous chavirer un paquebot Gothique, même baptisé Cathédrale.

En fait, ce qui me fascine et m'obséde depuis toujours, c'est l'instant. Nouvel An ou pas, le temps n'a pas d'importance pour moi, le temps n'existe pas pour moi, ce qui compte, ce qui importe, ce qui l'emporte, c'est l'instant. La saveur de l'instant.

Pour le reste, je t'en parlerai une prochaine fois. Dans une autre lettre. Dans ma prochaine lettre.

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2015 4 31 /12 /décembre /2015 00:01
Amiens. 26 Déc. 2015. © Jean-Louis Crimon

Amiens. 26 Déc. 2015. © Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2015 3 30 /12 /décembre /2015 00:01
Amiens. 26 Déc. 2015. © Jean-Louis Crimon

Amiens. 26 Déc. 2015. © Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2015 2 29 /12 /décembre /2015 00:01
Amiens. Rue Lamarck. 28 Déc. 2015. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Rue Lamarck. 28 Déc. 2015. © Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
28 décembre 2015 1 28 /12 /décembre /2015 00:01
Amiens. 26 Déc. 2015. © Jean-Louis Crimon

Amiens. 26 Déc. 2015. © Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
27 décembre 2015 7 27 /12 /décembre /2015 00:01
Amiens. 23 Déc. 2015. © Jean-Louis Crimon

Amiens. 23 Déc. 2015. © Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
26 décembre 2015 6 26 /12 /décembre /2015 00:01
Amiens. 23 Déc. 2015. © Jean-Louis Crimon

Amiens. 23 Déc. 2015. © Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens