Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 juillet 2016 2 19 /07 /juillet /2016 10:49
Amiens. 19 Juillet 2016. © Jean-Louis Crimon

Amiens. 19 Juillet 2016. © Jean-Louis Crimon

Cher petit vieux derrière ses persiennes que la canicule effraie... à peine,

Tu ne t'étonnes pas de la présence d'un petit homme bleu-blanc-rouge qui cogne à ta fenêtre dans le soleil du matin. Logo d'un camion FICTAC qui stationne devant chez toi. Froid, Climatisation, Chauffage, Traitement de l'Air.

Rien que de très naturel, en fait. Depuis très tôt, les flashs info entonnent l'air de la caniculaire météo.

Douze départements sont placés en vigilance orange pour un épisode de très fortes chaleurs bref mais intense, nécessitant une vigilance particulière et ayant débuté lundi après-midi: Maine-et-Loire, Indre-et-Loire, Vendée, Deux-Sèvres, Vienne, Haute-Vienne, Charente, Charente-Maritime, Mayenne, Allier, Puy-de-Dôme et Sarthe. La fin de cet épisode de forte chaleur est prévue au plus tôt mercredi à 21 heures.

Dès le matin, les minimales, déjà douces, seront comprises généralement entre 15 et 20 degrés, 21/22 près du littoral atlantique.

L'après-midi les maximales gagneront encore quelques degrés par rapport à lundi, atteignant 34 à 38 degrés sur une grande partie ouest du pays, localement 39 au sud de la Loire, voire ponctuellement 40 sur le Poitou-Charentes, l'Aquitaine et le nord de Midi-Pyrénées. On relèvera 31 à 34 degrés du Nord au Nord-Est, 32/35 sur Rhône-Alpes et l'intérieur méditerranéen.

La hausse des températures sera en revanche limitée par les brises côtières sur le littoral de Manche et de Méditerranée.

Qu'il fasse chaud en été, froid en hiver, que l'automne soit pluvieux ou que le printemps soit tardif, franchement, ça n'étonne pas un gars de la campagne. N'y a qu'un citadin pour remettre son destin entre les mains vocales de la météo matinale.

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 15:22
Amiens. 18 Juillet 2016. © Jean-Louis Crimon

Amiens. 18 Juillet 2016. © Jean-Louis Crimon

Cher zéro six,

M'asseoir sur un banc, cinq minutes avec toi...Tu t'en étonnes à chaque fois. C'est dingue comme le portable a changé nos vies. Autrefois, s'asseoir sur banc, c'était vraiment comme dans la chanson de Renaud. Désormais, c'est pour consulter son dernier texto ou pour essaimer ses sms. Epoque épique où iPhone rend aphone. Aphone du côté de l'âme ou des sentiments. Aveugle aux autres. Encore un peu et tu vires réac: c'était mieux avant !

La fiche technique laisserait perplexe un piéton de la première moitié du siècle dernier. Ne parlons pas des années 1800. Tu imagines Rimbaud avec son portable. Verlaine et son smartphone. Baudelaire, tu me files ton 06, steup' !

iPhone est une gamme de smartphones commercialisée par Apple depuis 2007. Les modèles, dont l'interface a été conçue autour d'un écran tactile capacitif multipoint, disposent d'un appareil photo qui fonctionne également comme une caméra, d'un système de géolocalisation intégré permettant une localisation en quelques secondes grâce aux systèmes A-GPS et GLONASS ainsi que d'un logiciel de cartographie numérique inclus, d'un iPod intégré qui permet d'écouter et de télécharger de la musique via la plateforme de téléchargement iTunes Store et le service de streaming Apple Music, d'un client Internet, d'applications bureautiques et de fonctions élémentaires telles que les SMS et les MMS.

Les iPhones disposent aussi de la messagerie vocale visuelle comme mode d'accès à la messagerie vocale et de l'App Store, la plateforme de téléchargement qui permet de télécharger des applications, allant des jeux aux utilitaires en passant par la télévision et la presse électronique.

Si l'iPhone n'est pas historiquement le premier smartphone, il reste l'appareil qui a transformé le marché des téléphones intelligents en consommation de masse.

Le marché des téléphones intelligents. La consommation de masse, c'est bien là le problème. Masse à la ramasse. L'outil ne rend pas intelligent. L'intelligence, faut l'acquérir avant.

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2016 7 17 /07 /juillet /2016 19:24
Lyon. 17 Juillet 2016. © Jean-Louis Crimon

Lyon. 17 Juillet 2016. © Jean-Louis Crimon

Cher voyageur Très Grande Vision,

 

Incroyable comme tu as toujours une excellente acuité visuelle ! Fondamental pour un photographe, bien sûr, mais à ce point... Fais gaffe, on t'a déjà dit que c'est comme si tu avais un troisième oeil: tu vois des choses que les autres ne voient pas... ça devient inquiétant.

Tu plonges dans la photographie métaphysique. La photo-philo. La tof philosophique ! C'est dingue. Bon, à ta décharge, c'est vrai, les conversations sur les vacances de tes voisins du carré d'en face, t'ont vraiment plombé ton parcours Marseille - Lyon Part-Dieu. Déjà à Aix en Provence, ça devenait franchement insupportable. A Avignon, ce fut le pont pont, enfin le pompon, un vrai tunnel:

 

- J'ai fait le Mont Saint-Michel, j'ai fait la Bretagne, j'ai fait la Grèce, j'ai fait la Sicile, j'ai fait l'Italie, y'a qu'un endroit où je ne suis jamais allée, c'est en Normandie. Y'a des fois, j'me dis: pourquoi aller si loin ? On a tout c' qu'y faut en France. On a la mer, on a la montagne. La montagne, c'est beau aussi, l'été...

 

A un moment, tu as failli te lever pour lui claquer le beignet à la vieille, enfin, vieille pas si vieille, la vieille, mais tellement vieille dans sa tête. C'est quand même con de vivre aussi vieux et d'être toujours aussi bête. Tu t'es mordu la langue quinze fois pour ne pas lui balancer: Non, madame, vous n'avez pas fait la Grèce, pas fait la Sicile, pas fait l'Italie, pas fait la Bretagne... Ce sont les voyages qui nous font, pas l'inverse, même si c'est nous qui voyageons. Le voyage vous fait, à votre insu, ou alors c'est temps perdu. Restez dans votre jardin, ça suffira bien. Restez à Gardincourt, comme on dit en Picardie, à mi-temps dins vot' gardin, à mi-temps dins vot' cour !

 

Tu t'es retenu. Tu t'es dit que ça ne valait pas la peine. T'as pris ton petit boîtier préféré. Le TGV 5192 arrivait en gare de Lyon. Lyon Part-Dieu. Un spot malicieux -il y a cieux dans malicieux- a masqué les deux premières lettre du nom de la ville. Ton angle de vision devenait le bon. Dans ce cas, aucune hésitation. On cadre. Au jugé. On déclanche. TGV, Très Grande Vision.

Clin d'oeil du destin. Clin d'oeil du Malin. Sur ta photo, on lit, très distinctement: On part, Dieu !

Un signe. Sans aucun doute. Même pour un agnostique. Même pour un mécréant. Un mécréant de... bonne foi.

 

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2016 6 16 /07 /juillet /2016 00:04
Peille. 16 Juillet 16. Natasha Bezriche, Dominique Ottavi et Jil Aigrot. © Jean-Louis Crimon

Peille. 16 Juillet 16. Natasha Bezriche, Dominique Ottavi et Jil Aigrot. © Jean-Louis Crimon

Cher Peillois qui s'en donne à coeur joie,

 

Tu rêves plein coeur, pleine face, face à ce final grandiose d'une soirée plurielle où trois talents singuliers font la fête à Ferré. Minuit tout juste et de bon coeur, tous en choeur, devant l'affiche d'un Léo faussement perplexe, le public reprend les paroles de L'Âge d'Or. Hymne ferréen s'il en faut. Hymne vrai n'en déplaise à ces hymnes qui sonnent faux:

 

Nous aurons du pain doré comme les filles sous les soleils d'or

Nous aurons du vin de celui qui pétille même quand il dort...

 
Pour une fois, les assis sont debout, les spectateurs sont acteurs et sur scène, les artistes n'ont aucun mal à faire passer le message: chanter Ferré, ça fait du bien !

 

 

Nous aurons du pain
Doré comme les filles
Sous les soleils d'or
Nous aurons du vin
De celui qui pétille
Même quand il dort
Nous aurons du sang
Dedans nos veines blanches
Et le plus souvent
Lundi sera dimanche
Mais notre âge alors
Sera l'âge d'or


Nous aurons des lits
Creusés comme des filles
Dans le sable fin
Nous aurons des fruits
Les mêmes qu'on grappille
Dand le champ voisin

 

Nous aurons bien sûr
Dedans nos maisons blêmes

Tous les becs d'azur
Qui là-haut se promènent
Mais notre âge alors
Sera l'âge d'or


Nous aurons la mer
A deux pas de l'étoile
Les jours de grand vent
Nous aurons l'hiver
Avec une cigale
Dans ses cheveux blancs
Nous aurons l'amour
Dedans tous nos problèmes
Et tous les discours
Finiront par je t'aime
Vienne vienne alors
Vienne l'âge d'or...
 
 
Ce soir, Peille n'a pas sommeil et Ferré prend tout son Espace... Merci Jacky. Merci Alors, Léo... Merci Monsieur Marcotte. La greffe a pris. Le Marcottage est réussi. Tu te sens Peillois, toi aussi.
 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2016 5 15 /07 /juillet /2016 00:01
Marie Ferré. Peille. Chez Jacky. 14 Juillet 2016.

Marie Ferré. Peille. Chez Jacky. 14 Juillet 2016.

Cher humain désespéré,

 

Parfois tu te dis que c'est trop facile de céder à la pression. A l'opppression. C'est leur faire trop d'honneur à ces tueurs que de tout arrêter. Que de poser un genou à terre. Que de baisser la tête. Aucun Dieu ne peut justifier un tel mépris de la vie. Aux morts, les vivants se doivent d'être vivants. Plus que jamais vivants. Nous faut immédiatement reprendre nos rires, nos chants, nos cris. Ne jamais donner l'impression d'avoir peur. Fléchir, non, jamais ! Plutôt... réfléchir. Avant de réagir.

Bien sûr, tu le sais bien, il y a, du côté des officiels, des responsables, du côté de ceux qui exercent le pouvoir, comme dans tout séisme, la crainte d'une réplique. Donc, à peine inauguré, L'ESPACE LéO FERRé sera muet. Pardon, Léo, mais... Dans ce monde où les muselières... ne sont plus seulement faites pour les chiens, ce soir, ça manque cruellement d'aboyeurs ! Les hommes aux abois n'aboient plus ! Léo, reviens ! Tu nous manques... TERRIBLEMENT !

Soir de deuil sur Peille. Spectacle annulé. Rassemblement interdit. Arrêté Préfectoral. Se taire. Se recueillir. Chanter en silence dans sa tête des chants de révolte et de liberté.

 

Toi, tu préfères te recueillir devant le beau sourire de Marie. Marie à la fenêtre. Dans la maison de Blandine et Jacky. Au milieu de l'après-midi d'un 14 Juillet qui n'a pas encore viré au cauchemar. Un instant d'une beauté précieuse et rare.

 

Je vous salue Marie, pleine de grâce...

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2016 4 14 /07 /juillet /2016 23:21
Peillle. 14 Juillet 2016. 22:51. © Jean-Louis Crimon

Peillle. 14 Juillet 2016. 22:51. © Jean-Louis Crimon

Cher pauvre spectateur désemparé,

 

Tu viens de vivre deux heures de pur bonheur dans l'amour des mots de Léo. Sur la scène, Claude, Dorine et Michel. Michel Avallone, superbe incarnation pudique d'un univers si particulier. Ne chante pas Ferré qui veut. Dans l'oreille, tu as le son d'une soirée étrange et belle. Le vent dans les fanions fait des applauds pour Léo. Le vent fait la claque. Tu as vécu deux heures de pur bonheur et tu penses à Léo.

Brusque retour au réel. Une jeune femme vient vers toi et te dit: Attentat à Nice. Un camion fou qui fonce sur la foule. De nombreux morts. On n'en sait pas davantage, mais on s'attend à un carnage.

 

A nouveau, l'horreur. La mort au travail. Comment est-ce possible d'aimer aussi peu la vie pour aller au suicide en embarquant dans la mort des dizaines d'autres vivants ? Comment être autant inhumain pour mettre fin à la vie d'humains qui ne demandaient qu'à vivre ? A vivre, à rire, à chanter, à danser, à aimer ?

 
Sur la Place du petit village de montagne, le vent qui a tourné longtemps en bourrasques peillasques tombe soudain. Quelques gouttes de pluie. Pas de quoi effacer le bonheur d'une si belle soirée vécue en parfaite harmonie avec celui qui habite si bien le lieu, au point de donner son nom et son prénom à cet espace. Espace Léo Ferré.
 
A nouveau, les mêmes mots. Terrorisme aveugle ! Comme s'il existait un terrorisme lucide et lumineux.
 
Tu ramasses tes mots, tes pauvres mots, tes mots dérisoires. Des mots d'amour et d'amitié. Te reste à croire avec la foi du mécréant. La foi en l'homme.
 
Croire que l'humain, toujours, triomphera de l'inhumain.
 
Ne pas renoncer. Ne jamais renoncer. Un message à la Léo. Un message à la Ferré. Pour le reste, reconnais-le, ce soir, tu n'as pas, tu n'as plus, le coeur à rire. Tu sens que tu vas... pleurer.
 
Partager cet article
Repost0
13 juillet 2016 3 13 /07 /juillet /2016 00:01
Amiens. 12 Juillet 2016. © Jean-Louis Crimon

Amiens. 12 Juillet 2016. © Jean-Louis Crimon

Cher citadin atterré,

Au Bazar des idées, tu les vois lorgner sur les soldes. Tous croient les idées neuves hors de prix. Aux valeurs d'occase, ça fait la queue et ça se case. Pourtant, quoi de plus stimulant que d'essayer d'inventer ? Autre chose que des choses ! Des pensées, des idées qui sauraient en finir avec les idées du passé.

Dans quelle époque te trouves-tu ? Commence à devenir vraiment décadent, ce siècle débutant. Rien ni personne, pour remonter le niveau. Le niveau, c'est le caniveau.

Nous vivons une époque épique et nous n'avons plus rien d'épique, Léo Ferré dixit. Plus que jamais d'actualité. Seule l'image qui s'offre à toi comme un cadeau te réconcilie parfois avec le réel. Pour le reste, c'est plutôt: Circulez, y'a rien à voir.

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2016 2 12 /07 /juillet /2016 00:03
Amiens. 12 Juillet 2016. © Jean-Louis Crimon

Amiens. 12 Juillet 2016. © Jean-Louis Crimon

Cher esthète du quotidien,

 

Souvent, tu le sais bien, c'est du dérisoire aux yeux de tous, du terriblement dérisoire aux yeux de chacun. Seul ton regard s'attarde et s'arrête sur ces images qui n'intéressent personne. En toi, -va savoir pourquoi ?-, ça résonne, ça raisonne et ça t'arraisonne. Attrait irrésistible. Plein dans ton coeur de cible.

Huit fenêtres, quatre roues, deux portes, une photo.

Juste une image. Pas une image juste. Une image. Une belle image. Ne pas la saisir, ne pas la prendre serait injuste.

 

 

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2016 1 11 /07 /juillet /2016 00:01
Amiens. 11 Juillet 2016. © Jean-Louis Crimon

Amiens. 11 Juillet 2016. © Jean-Louis Crimon

Cher vieux chat... grin,

 

Cesse de te prendre pour un lion, tu n'es qu'un chat, un chat viré au soleil du jardin parce qu'il fait trop de bruit quand il ronronne au salon. C'est connu, le chat ronronne et l'homme... ronfle. Allez, va, dans un bon mois, ce sera ton heure de gloire, tu seras enfin en parfaite harmonie avec le calendrier: tu seras le chat qui miaule à la mi-août...

 

Tu sais bien comment ça te vient, sans prévenir, sans crier gare, ciel du matin ou ciel du soir, besoin de t'isoler, de te mettre à l'écart, ni trop près, ni trop loin, mais à distance, à bonne distance, c'est comme ça que tu aimes prendre tes distances. Chat évite les coups de griffes. Chat calme. Chat tranquilise. Chat qui fait sa valise.

Chat dans les foins, et ton air chafouin. Chat chagrin. Chat broc, comme si tu avais envie de faire chabrot, et de verser ton verre de vin dans le fond de ton assiette de soupe, et si chat rate, chat loupe, bon arrête là ton chat rabia, ne demande pas de rabiot, même si tu trouves chat biau !

Parait que si tu somnoles autant tout au long du jour, c'est que la nuit venue, tu t'en vas soigner ta déconvenue dans un de ces colloques de chat où chat ne danse pas le chat-chat-chat. Mais où chat fait un de ces chats hue. Chats huteurs qui aiment chat huter. Mais aussi chats plus calmes et vachement sympas, surtout le samedi, chats bath...

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2016 7 10 /07 /juillet /2016 00:02
Grandvilliers. 10 Juillet 2016. © Jean-Louis Crimon

Grandvilliers. 10 Juillet 2016. © Jean-Louis Crimon

Cher éphémère qui rêve d'éternel

 

Toujours la mesure du temps t'obsède et toujours cette phrase de Stendhal te poursuit: "Une mouche éphémère naît à neuf heures du matin dans les grands jours d'été, pour mourir à cinq heures du soir."

Bien sûr, pas question de prendre la mouche devant cet oeil-de-boeuf. Tu trouves simplement le clin d'oeil amusant. On a beau te persuader que tu es fait pour vivre cent ans, tu sais, toi, que ta condition première est éphémère: gloire éphémère, succès éphémère, bonheur éphémère, amour éphémère... 
 
Heureusement, cette nuit encore, tu t'endors en te récitant Baudelaire:
 
Mes baisers sont légers comme ces éphémères,
Qui caressent le soir les grands lacs transparents.
 
Tu sais que tu n'es qu'un insecte à quatre ailes verticales au repos, qui ressemble à une petite libellule, dont la larve aquatique vit plus d'un an et l'adulte... un seul jour.
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens