Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 juillet 2021 5 09 /07 /juillet /2021 08:57
Amiens. Jardin. Pie bavarde. 16 Juin 2021. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Jardin. Pie bavarde. 16 Juin 2021. © Jean-Louis Crimon

 

Je suis la pie

Pica pica

Jamais ne pépie

Car je jacasse

 

Je suis la pie

La pie jacasse

Personne ne m'épie

Sinon je me casse

 

On me dit pie bavarde

Mais je suis "pie pica pica"

Tché-Tché-Tché-Tché est mon cri préféré,

Mais je parle parfois en Tcha-ka, Tcha-ka, Tcha-ka,

 

Je plane très haut dans le ciel

J'adore les perchoirs d'où l'on peut tout voir

J'aime  faire l'avion

Même à l'atterrissage.

 

 

© Jean-Louis Crimon

 

(Petits poèmes pour Mya et Enzo)

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2021 4 08 /07 /juillet /2021 08:57
Amiens. Jardin. Moinelle. Juin 2021. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Jardin. Moinelle. Juin 2021. © Jean-Louis Crimon

 

Tout le monde dit "moineau"

Pour "il" et pour "elle"

Moi qui suis "elle"

Appelez-moi "moinelle"

 

Ne suis-je pas la plus belle

Le moineau est beau mais sévère

On le croit toujours en colère

Moi qui suis plus claire, je suis lumière

 

Plutôt douce et discrète

Même si à table pas la dernière

Rien ne m'arrête, aucune barrière

Et j'en suis plutôt fière.

 

 

 

© Jean-Louis Crimon

 

(Petits poèmes pour Mya et Enzo)

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2021 3 07 /07 /juillet /2021 08:57
Amiens. Jardin. Juin 2021. Mésange bleue. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Jardin. Juin 2021. Mésange bleue. © Jean-Louis Crimon

Mésange bleue

Souvent par deux

Parfois en solo

 

Don du ciel 

Avec ou sans Dieu

Mésanges, Mes anges

 

Rares sont les hommes

Qui le savent ou qui l'ont su :

Les oiseaux sont les âmes

De ceux qui ne sont plus.

 

 

© Jean-Louis Crimon

 

(Petits poèmes pour Mya et Enzo)

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2021 2 06 /07 /juillet /2021 08:57
Amiens. Jardin. Goéland argenté. Juin 2020. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Jardin. Goéland argenté. Juin 2020. © Jean-Louis Crimon

 

Goéland du soir

Venu me dire bonsoir

Oiseau gris de mer

Posé sur le gazon vert

 

Curieux personnage

Qui ne dit pas son âge

Ni le pourquoi de son passage

L'air faussement sage

 

Goéland argenté

Au premier jour de l'été

Son oeil curieux

Et puis cet air sérieux

 

Cette fois, je le crois,

Je sais pourquoi

Demain, j'aurai la mer 

Au fond du jardin

 

De l'autre côté du mur

La mer,

c'est sûr,

Pour guérir mes éraflures

 

 

 

© Jean-Louis Crimon

 

(Petits poèmes pour Mya et Enzo)

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2021 1 05 /07 /juillet /2021 08:57
Amiens. Jardin. 21 Janvier 21.  © Jean-Louis Crimon

Amiens. Jardin. 21 Janvier 21. © Jean-Louis Crimon

 

Quinze grammes à peine

Vingt centimètres d'envergure,

Des yeux noirs comme des billes

Un petit bec pointu

 

Des pattes longues et fines,

Un poitrail superbe

Orange plutôt que rouge,

Même si ton nom est rouge-gorge

 

Couleur vive qui te va si bien

Que t'envient tous les oiseaux du jardin

Sauf la mésange bleue

Au plumage sans pareil

 

Paraît que tu as su voler jusqu'au soleil

Pour apporter le feu aux hommes

Prométhée de plumes

Tu es la lumière des jours gris. 

 

 

© Jean-Louis Crimon

 

(Petits poèmes pour Mya et Enzo)

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2021 7 04 /07 /juillet /2021 09:57
Amiens. Jardin. Merlette. Mai 2020. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Jardin. Merlette. Mai 2020. © Jean-Louis Crimon

 

Quand à tous

Le virus fout la frousse

Merlette se trousse

Un masque en mousse.

 

Fausse voilette

Vraie barbichette

Merlette coquette

Se sait très chouette.

 

Merlette fait ses emplettes

Merlette prépare sa layette

Merlette tricote en douce

Un beau nid pour ses petits.

 

Partisan du drap-housse

Dans sa cambrousse

Merle se la coule douce.

 

 

© Jean-Louis Crimon

 

(Petits poèmes pour Mya et Enzo)

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2021 6 03 /07 /juillet /2021 08:57
Amiens. Jardin. Dînette du matin. Juin 2021. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Jardin. Dînette du matin. Juin 2021. © Jean-Louis Crimon

 

Brindille qui sautille

Gazon qui gazouille

Jardin qui s'arsouille

 

Moineau qui picore

Moineau qui dévore

Moineau herbivore

 

Moineau gourmet

Moineau gourmand

Très élégamment

 

Pissenlit sucré sans déc

Comme un vrai bombec

C'est bon pour mon bec !

 

 

© Jean-Louis Crimon

 

(Petits poèmes pour Mya et Enzo)

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2021 5 02 /07 /juillet /2021 09:57
Amiens. Jardin. Avril 21. Grive musicienne. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Jardin. Avril 21. Grive musicienne. © Jean-Louis Crimon

 

Après la pluie vive

Une jeune grive

Soudain arrive

 

Une jeune grive

Le jardin traverse

Juste après l'averse

 

Derrière un buisson

Elle pousse sa chanson

La chanson du colimaçon

 

Elle guette sa friandise

Sa préférée gourmandise

Un escargot tout cru

 

Même cru, il est cuit

La grive l'a pris dans  son bec

S'en va se mettre au sec

 

Pour le croquer sans façon

La grive joue sa chanson

La chanson du colimaçon...

 

 

© Jean-Louis Crimon

 

(Petits poèmes pour Mya et Enzo)

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2021 4 01 /07 /juillet /2021 08:57
Amiens. Jardin. Juin 2020. Merle impressionniste. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Jardin. Juin 2020. Merle impressionniste. © Jean-Louis Crimon

 

Chaque matin

Il court aux quatre coins du jardin

Il a beaucoup à faire

Il est tout à son affaire

Je ne l'avais jamais vu faire

Cette fois, je l'ai surpris

En flagrant délit.

 

De la pointe du bec

D'un petit coup sec

Un peu de jaune par-ci

Un peu de jaune par-là

C'est lui qui réveille

Toutes les fleurs

Encore endormies.

 

J'ai mis longtemps

A comprendre sa façon

Ce matin, je l'ai vu

Vraiment vu

Son bec à la fois pinceau et palette

Ravi de sa toile toilée toilette

 

Question : où est la merlette ?

 

 

© Jean-Louis Crimon

 

(Petits poèmes pour Mya et Enzo)

Partager cet article
Repost0
30 juin 2021 3 30 /06 /juin /2021 09:57
Georges Charpak. L'homme qui rêvait de faire parler les sons d'autrefois. © DR

Georges Charpak. L'homme qui rêvait de faire parler les sons d'autrefois. © DR

Décembre 1992. Mon premier reportage dans mon nouveau terrain de jeu. La Scandinavie. Arlanda, aéroport de Stockholm. Quarante kilomètres du centre ville. Le taxi s'impose. En chemin, je teste mon suédois avec le chauffeur. Des mots de suédois appris vingt ans plus tôt aux cours du soir pour étrangers, kvällskurser för invandrare, quand après ma licence de philo, j'étais jardinier au sud de la Suède, à Ljusekulla. Preuve que dans la vie, on ne fait jamais rien par hasard. Ljusekulla, textuellement La colline de lumière. La bien nommée. Un jour, tout s'éclaire.

 

- Jag är journalist på Fransk Radio och jag kommer för att göra intervjun i Stockholm med var Nobelpristagare i fysik... Je suis journaliste à Radio France et je viens à Stockholm pour faire l'interview de notre prix Nobel de physique...

- Du uttalar svenska mycket bra, det är inte normalt, du franska. Du pratar inte ens engelska korrect. Tu parles très bien le suédois, c'est pas normal ! Vous les français, vous ne parlez même pas correctement l'anglais !

- Eftersom du är trevlig och när du anstränger dig för att prota med mig på svenska, kommer jag att visa dig platsen där i morgon morgon, din Nobelpristagare, kommer att upprepa prisutdelningen. Det är en skopa ! Ingen journalist är medveten om detta. Där kan du intervjua honom tyst och framför alla andra. Comme tu es sympa et comme tu fais l'effort de me parler en suèdois, je vais te montrer l'endroit où demain matin, ton prix Nobel, va répéter la cérémonie de remise du prix. C'est un scoop ! Aucun journaliste n'est au courant de ça. Là, tu pourras l'interviewer tranquillement et avant tout le monde.

- Det heter Blå hallen och det är fem minuters promenad från din hotell, du har tur som kille, ça s'appelle Blå hallen et c'est à cinq minutes à pied de ton hôtel ! Tu es chanceux comme gars !

- Tack så mycket, herr taxichaufför

Nuit paisible à l'hôtel. Toujours rassurant d'avoir réussi à tout prévoir la veille. De savoir que la mission confiée par le directeur de l'information sera menée à bien.

...

L'homme est d'une simplicité déconcertante. D'un abord facile. Sur la scène, docile, il répète les mouvements de la soirée, quand le Roi de Suède, Karl-Gustav XVI, lui remettra son Prix Nobel.

Deux immenses Suédoises chaperonnent Georges Charpak. Le marquent à la semelle. Lui emboîtent le moindre pas. Lui, son beau regard à la Delon, se prête avec élégance et courtoisie au remake d'une cérémonie qui n'a pas encore eu lieu. Formelles, les deux belles, d'une même voix m'interdisent de tendre mon micro à mon compatriote. 

- Det är inte möjligt. Det är förbjudet. Ett Nobelpris talar inte förrän han fått priset från Sveriges kung. Ce n'est pas possible. C'est interdit. Un Prix Nobel ne parle pas avant d'avoir reçu le Prix des mains du Roi de Suède. 

Georges Charpak comprend que le désaccord entre ses deux gardes du corps et le journaliste de Fransk radio se verbalise plutôt fermement. Il s'approche du bord de la scène, se baisse, s'agenouille, et me demande : quel est le problème

Moi, de la fosse d'orchestre où je me trouve, j'essaie de défendre ma partition.

- Vos deux charmantes accompagnatrices me font savoir que c'est interdit de vous parler et que vous ne devez pas parler à la presse avant d'avoir vraiment reçu votre prix Nobel... Le problème, c'est que c'est pour le Journal de 13 heures de France Inter, qu'il est bientôt 11 heures...

- Elles sont charmantes, mais c'est moi qui décide. Attendez-moi devant l'entrée de Blå hallen, je vous rejoins dans dix minutes. Parole donnée, parole tenue.

 

L'interview fut faite ainsi faite, sur un morceau de trottoir stockholmois, belle interview, vraiment réussie, transmise à Paris dans les délais par l'intermédiaire de la Svensk Radio, la radio nationale suédoise, et diffusée dans le journal de 13 heures de France Inter.

Evoquant sa fascination pour la voix enregistrée sur la bande magnétique, quand pour vérifier la qualité du son, je la fais relire, devant lui, par la tête de lecture de mon Nagra, Georges Charpak me confie alors sa nouvelle ambition, bien au-delà de cette chambre à fils, son détecteur de particules ionisées, qui lui vaut son Nobel de Physique : arriver à lire les sons enregistrés sur des poteries grecques ou même néolithiques. L'archéoacoustique où il veut absolument apporter sa contribution.

"A l'aide d'un laser, sans doute d'une manière différente de celle employée pour lire des CD, j'ai le projet de "lire" l'empreinte des sons qui auraient environné le potier de la préhistoire, dans son atelier, et qui par le jeu des vibrations, serait aussi inscrite dans la spirale que le tour à aider à graver."

Poterie gravée d'ailleurs avec un poinçon de métal. Saphir impromptu, un jour, nous parleras-tu ?

 

La vie, le travail de chacun, ont fait que je n'ai jamais revu Georges Charpak. Jamais pu reparler avec lui de cette idée fantastique - son idée - de faire parler des poteries d'il y a 5 ou 10 siècles, ou même 60 siècles. "J'ai repéré quelques beaux exemplaires au Musée de l'Homme, à Paris", m'avait-il confié à Stockholm, ajoutant, avec ce beau grand regard bleu d'enfant émerveillé :

 

"Le seul problème, c'est de trouver le lecteur..."

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens