Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 novembre 2019 1 18 /11 /novembre /2019 07:37
Amiens. 3 Mai 2016. Square Annie Fratellini. © Jean-Louis Crimon

Amiens. 3 Mai 2016. Square Annie Fratellini. © Jean-Louis Crimon

 

 

"Dépose Minutes" ou "Dépose Minute"? Nécessaire marche arrière. Retour à la définition. Un "dépose-minute" est un emplacement de parking réservé pour un court arrêt, pas pour un stationnement de plus ou moins longue durée. L'idée est que le conducteur débarque son ou ses passagers et reparte immédiatement pour laisser la place au véhicule suivant.

Problème : dans cette ville, on a surtout débarqué... l'orthographe !

 

Indication du panneau indicateur devenue injonction sublime d'un Maître du temps anonyme. Impératif catégorique. Ordre indiscutable. Langue nouvelle d'une ville Orwellienne. Message métaphysique du grand jeu de piste de la vie urbaine. Incroyable aubaine. Titre fantastique d'un roman bitume. On sait enfin où pouvoir perdre un peu de temps. 

"Dépose Minutes", fabuleux titre. Fabuleux texte pour l'obsédé textuel. Début d'un conte... à rebours

Un beau jour, la ville a rectifié son orthographe défaillante. Le panneau "Dépose Minutes" est devenu moins singulier en abandonnant son pluriel. 

 

Puis, la ville a abandonné le panneau. L'a retiré. Définitivement. 

 

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0
17 novembre 2019 7 17 /11 /novembre /2019 10:27
Amiens. Le Beffroi. 31 Déc. 2015. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Le Beffroi. 31 Déc. 2015. © Jean-Louis Crimon

 

Il suffit parfois de simplement lever les yeux et de voir les beaux nuages dessiner des vaguelettes blanches comme si la mer soudain était montée au ciel. Les pieds bien sur terre, assis en terrasse, le coeur à la ramasse, bonheur immense de plonger dans la mer à l'envers.  

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0
16 novembre 2019 6 16 /11 /novembre /2019 08:10
Amiens. Place Alphonse Fiquet. Juillet 2016. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Place Alphonse Fiquet. Juillet 2016. © Jean-Louis Crimon

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0
15 novembre 2019 5 15 /11 /novembre /2019 13:07
Amiens. Le Cirque Jules Verne. Place Longueville. Nov. 2019. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Le Cirque Jules Verne. Place Longueville. Nov. 2019. © Jean-Louis Crimon

 

Cirque Jules Verne d'Amiens, Boulevard Jules Verne, Université de Picardie Jules Verne, Clinique Jules Verne, Bus Némo Jules Verne, sans oublier cette belle Brasserie près de la Gare, qui se prénomme tout simplement "Chez Jules", on aurait vite fait de se dire qu'Amiens conjugue Jules Verne... à toutes les sauces.

Le fait est que - né à Nantes (en 1828) -, le grand Homme, écrivain mondialement connu, est mort à Amiens, (le 24 Mars 1905), comme le précise la plaque en marbre gris bleu, fixée près de la porte de la maison du 44, Boulevard Longueville, désormais Boulevard Jules Verne.

On peut lire en effet, gravées en lettres dorées, ces quelques lignes : "Jules Verne vécut 14 ans dans cette maison, où il mourut le 24 Mars 1905, à l'âge de 77 ans." Mais, bien sûr, avant d'y mourir, Jules Verne a vécu à Amiens, et y a vécu heureux. C'est à Amiens, en septembre 1873, qu'à bord du Météore, un aérostat de 90 m3, en compagnie d'Eugène Godart et d'Albert Deberly, que Jules Verne survole une partie de la ville jusqu'au quartier La Neuville. Le décollage du Ballon, ou si vous préférez... l'envol, a eu lieu Place Longueville, le 28 septembre 1873. Jules Verne est Amiénois depuis deux ans. Dans une lettre à son ami Charles Wallut, il a donné les raisons de sa décision : 

"Sur le désir de ma femme, je me fixe à Amiens, ville sage, policée, d'humeur égale. La société y est cordiale et lettrée. On est près de Paris, assez pour en avoir le reflet, sans le bruit insupportable et l'agitation stérile."

Pas mal, non ? Toujours valable aujourd'hui ? Pas si sûr. Mais revenons un instant sur le seul et unique voyage en Ballon de Jules Verne, l'auteur, justement, 10 ans plus tôt, (en 1863) de "Cinq Semaines en Ballon". Ce Voyage du 28 septembre 1873 durera précisment 24 minutes, entre 5 heures 24 et 5 heures 48. A peine une demi-heure. Pas davantage.  

Jules Verne écrira d'ailleurs, quelques années plus tard, le récit précis de son unique ascension en Ballon. Ce sera sous la forme d'une longue lettre, publiée dans le Journal d'Amiens, en 1890. 

Extrait : "Voici ce que perçoit le regard, sous nos pieds, Saint-Acheul et ses jardins noirâtres, la Cathédrale écrasée, dont la flèche se confond avec les dernières maisons de la ville, la Somme, un mince ruban clair, les chemins de fer, les rues, - des lacets sinueux -, les hortillonnages, un simple étalage de marchands maraîchers..."

Jolies notations Verniennes, à méditer ou à m'éditer. A rééditer. 

 

© Jean-Louis Crimon

 

Chronique écrite à la demande de France Bleu Picardie et diffusée le 15 novembre 2019, à 6 heures 20 et à 16 heures 20.

Partager cet article

Repost0
14 novembre 2019 4 14 /11 /novembre /2019 08:58
Amiens. Au bout du quai Parmentier. Pont Baraban. Juin 1974. © Jean-Louis Crimon
Amiens. Au bout du quai Parmentier. Pont Baraban. Juin 1974. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Au bout du quai Parmentier. Pont Baraban. Juin 1974. © Jean-Louis Crimon

 

Quartier Saint-Leu, la Place Parmentier, et le Quai du même nom. Parmentier, bien sûr, c'est Antoine-Augustin Parmentier, né à Montdidier, dans la Somme, en Picardie. Pharmacien militaire, (au temps de Louis XVI), qui révolutionnera nos habitudes alimentaires. Camarade Tubercule dont les dictionnaires résument en une toute petite phrase la vie et l'oeuvre :

"Parmentier vulgarisa en France la culture de la pomme de terre."

Une autre fois, nous ferons le portrait de cet homme qui, à n'en pas douter, devait être un Chips type. Retour donc à Saint-Leu, au quartier Saint-Leu, au Quai Parmentier et à la Place Parmentier. Selon Paule Roy, indiscutable grande chroniqueuse des rues d'Amiens, c'est le 23 Mai 1882 que les hortillons s'installent pour la première fois sur la nouvelle Place Parmentier, pour y vendre leurs légumes et leurs fruits, cultivés et récoltés, du côté de Rivery et Camon, dans les riches terres des hortillonnages. 

Le Quai Parmentier avait été aménagé pour servir de débarcadère aux barques à cornet qui s'aglutient par dizaines, le long du quai, les veilles de marché. De nombreses cartes postales anciennes, des années mille neuf cent, 1910, 1920, 1930, en témoignent superbement. D'un point de vue autant sociologique qu'esthétique. 

Un mot de la barque à cornet, ce bateau des hortillons à fond plat, avec cette partie surélevée si caractéristique qui permet d'accéder assez facilement au quai, mais aussi aux aires, les terres des hortillonnages. Véritable proue, en forme de cornet, munie de grosses nervures de bois formant comme un mini escalier. 

On a appelé de façon très poétique, mais aussi très éloignée de la réalité, ce Marché des hortillons de la Place Parmentier, Marché sur l'eau. En fait, le marché ne se déroulait pas sur l'eau, mais sur la terre ferme, et même sur le pavé, plus tard sur le bitume, de la Place Parmentier. Là aussi, les photos, les cartes postales anciennes, en témoignent superbement. 

Un regret, un seul : que les 300 familles d'hortillons que faisaient vivre les 300 hectares des hortillonnages, au tout début du vingtième siècle, ne soient plus aujourd'hui qu'une dizaine, et que les marchés, autrefois au rythme de trois par semaine, aient complétement disparus de la vie amiénoise. Pour ne réapparaître qu'une fois par an dans une version touristique pas toujours du meilleur goût.

Que voulez-vous, les temps changent, les temps ont changé, et parfois -foi de Parmentier - on n'est pas loin de le regretter.

 

© Jean-Louis Crimon

 

Chronique écrite à la demande de France Bleu Picardie et diffusée le 14 novembre 2019, à 6 heures 20 et à 16 heures 20.

Partager cet article

Repost0
13 novembre 2019 3 13 /11 /novembre /2019 20:08
Amiens. La Tour Perret. Oct. 2019 et Juin 2015.  © Jean-Louis Crimon
Amiens. La Tour Perret. Oct. 2019 et Juin 2015.  © Jean-Louis Crimon

Amiens. La Tour Perret. Oct. 2019 et Juin 2015. © Jean-Louis Crimon

 

 

© Jean-Louis Crimon

 

 

Chronique écrite à la demande de France Bleu Picardie et diffusée le 13 novembre 2019, à 6 heures 20 et à 16 heures 20.

Partager cet article

Repost0
12 novembre 2019 2 12 /11 /novembre /2019 21:10
Amiens. Rue des Corps Nus sans Teste. 2 Nov. 2019. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Rue des Corps Nus sans Teste. 2 Nov. 2019. © Jean-Louis Crimon

 

C'est une toute petite rue, entre la rue des Trois Cailloux et la rue des Jacobins. Son nom, seul, est un titre de poème. Ou un titre de roman. Policier le roman. Forcément. Rue des Corps Nus sans Tête. Autrement dit, pour dire crûment la chose "rue des gens à poils sans tête", "rue des gens à poils, décapités". Vraiment étrange comme nom de rue. Enigme pas évidente à élucider. Surtout que "Corps Nus", en deux mots, s'écrit parfois "Cornus", en un seul. Autrement dit, textuellement : qui porte des cornes.

Selon Maurice Crampon, un historien local, c'était d'ailleurs de cette façon que la rue des Cornus fut d'abord orthographiée. La rue des Cornus, rue des maris trompés, pour ne pas dire cocus, était une rue où se trouvait une maison "accueillante" où venaient se consoler les époux trahis. Maison accueillante à l'enseigne significative représentant des torses d'hommes pourvus de bois de cerfs, sortant directement de leurs épaules. Les cornes ainsi portées faisant d'eux d'authentiques "cornus". Des "Cornus sans Tête". D'où le nom de cette rue, située entre la rue des Trois Cailloux et la rue des Jacobins : rue des Cornus sans Tête. CQFD. Ce qu'il fallait démontrer. Sauf que...

Une autre source, un autre historien, Pinsard, indique, lui, qu'un homme, le corps complétement nu, et sans tête, a été retrouvé un jour en ce lieu, assassiné, décapité, et donc dépourvu de vêtements.

"Corps nus", en deux mots, ou "Cornus", en un seul, pas facile de savoir de quel côté se trouve la vérité de l'histoire. 

Moralité, si pour passer de la rue des Jacobins à la rue des Trois Cailloux, vous traversez la rue des Cornus sans Teste, gaffe à vous, surtout si, à hauteur de vos épaules, vous sentez soudain comme des bois vous pousser, des bois de cerf... Alors, rentrez vite chez vous, car... aucun doute, en vous, le Cornu n'est pas loin.

 

© Jean-Louis Crimon

 

Chronique écrite à la demande de France Bleu Picardie et diffusée le 12 novembre 2019, à 6 heures 20 et à 16 heures 20.

Partager cet article

Repost0
11 novembre 2019 1 11 /11 /novembre /2019 11:10
Amiens. Maison de la Culture. Place Léon Gontier. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Maison de la Culture. Place Léon Gontier. © Jean-Louis Crimon

 

 

© Jean-Louis Crimon

 

Chronique écrite à la demande de France Bleu Picardie et diffusée le Lundi 11 novembre 2019, à 6 heures 20 et à 16 heures 20. 

Partager cet article

Repost0
10 novembre 2019 7 10 /11 /novembre /2019 11:40
Amiens. Rue des Sergents. Nov. 1977. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Rue des Sergents. Nov. 1977. © Jean-Louis Crimon

© Jean-Louis Crimon

 

Chronique écrite à la demande de France Bleu Picardie et diffusée le...

Partager cet article

Repost0
9 novembre 2019 6 09 /11 /novembre /2019 07:41
Amiens. Rue Delpech. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Rue Delpech. © Jean-Louis Crimon

 

© Jean-Louis Crimon

 

Chronique écrite à la demande de France Bleu Picardie et diffusée le...

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens