Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 février 2020 1 17 /02 /février /2020 09:27
Amiens. Rue Lamarck. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Rue Lamarck. © Jean-Louis Crimon

In bieu jor, chès bind' blanques, all' sont apparues dins l'rue. Ch'étoait l'fan finale d'ech timps des cleus. Chés cleus ont disparu. Un clavier d'bindes blanques pour pianoter du pied ch'bitume. Ch'passage cleuté, il o d'venu ch'passage piétons. 

 

Traverser dins chés cleus, éne esprechion qui n'o pus cours énhui. Ene phrase qui n'vaut pus un cleu. Chés grosses têtes in cuiv' n'indiquent pus chel k'min à suiv'. In parlant, des foés, o disoait coère in mollé "passage clouté", pis on o vit' dit tertous "passage piétons". Chés piétons, ch'est fin connu ed'puis fin longtimps, cha traverse in binde. Pus ou moins organisée. A part dins chés manifestations. Quand chés gins, i n'ont pus qu'assez ed'travaller por des cleus. Alorse, ch'est l'marée humaine face à l'eut' marée, l'maréechaussée. Marée qui déferle dins l'ville, débordant ed'toutes chés rues. Por brailler à ch'pouvoièr ed'chés possédints c'qu'i n'veultent jamoais intind'. La colère populaire qui déborde chés trottoèr pis chés plaches, chès carrefours. Chacun veut y prind' es' plache. Ch'pouvoèr, li, i veut mater ch'peup'. Lui river sin cleu. Chés manifestints, i peuv'tent t'nir des heures, pis des heures, si i gno point des... heurts. D'el castagne, des coeups d'matraques, des grenades lacrymogènes, ou bin pir', des coeups d'fusils à balles ed plastic à t'crever des z-yux. Qu'on n'o minme pus chés z-yux complets por pleurer chés z-yux perdus. Pis d'in coeup, sins prév'nir, cha s'arrête. Fin d'el manifestation. Tertous i doév'tent rintrer à leu moéson. Chés gardes mobiles font les z'immobiles, pour barrer l'rue à chés automobiles. Dins leus seuliers à cleus. Cleu du spectacque : ch'l'escorte cleutée. Des cleus, des cleus, qui maugréent chés gins qu'i z"ont l'sintimint d's'et' foait coère in coeup berné dins l'histoère. Z'ont déimbuler da l'vill' por des cleus. 

 

In bieu jor, por seur, Ch' Lafleur i l'aimeroait bien leu river leu cleu à tous chés ocleux qui nous gouvern'tent, pis qui nous malmèn'tent. Enhui, l'soèr, i tomb' coère vit'. Foait bin tôt nuit. 

Des cleus, des cleus, ch'est dins ch'ciel qu'ech Lafleur il en voét d'in coeup, quind chés étoéles s'allum'tent pour éne bielle nuit bleue... cleutée de bieux cleus... jaunes.

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0
16 février 2020 7 16 /02 /février /2020 10:41
Amiens. Jean-Pierre Facquier. 24 Déc. 2012. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Jean-Pierre Facquier. 24 Déc. 2012. © Jean-Louis Crimon

 

Gno des diminches où qu'ech' ciel i l'est si gris qu'o croéroait in se levant au matan qu'ch'est déjo l'soèr. Ch'est ch'couvercle ed' Baudelaire, quind ch'tiot Charles i disoèt' sin spleen, pis mi, Lafleur qu'éj' sus point granmint poète r'connu, j'm'in vos déimbuler dins chés rues, en cantant à m'fachon em' tristesse passagère :

 

Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle

Sur l'esprit gémissant en proie aux longs ennuis,

Et que de l'horizon embrassant tout le cercle

Il nous verse un jour noir plus triste que les nuits...

 

J'pinse à min comarate ch' l' intailleux ed' Cabotans, l'seul qui savoait coère donner d'el' vie à un morchieu d'bos. L'dernière foès qu'on s'est vus, a r'monte à fin loin. Au Martché ed' Noël, près d'el rue des Troès Cailleux. L'étoait fin fier d'em' montrer sin étalache. Sin dernier Lafleur in gilet jaune. Un mollé précurseur. Facquier, ch'est sin nom, à m'n'ami, i l'avoèt coère s'dgueule ed' grind gosse, et pis chès éclats d'voé d'ech'ti qui poursuit d'puis s'néfinche ch'l'adulte qui n'sro jamoais. Comme sin Lafleur, tojours in d'guerre contre chés cadoreux, chés sergints d'ville, pis chés gins d'armes, tojours in chamaille avec quequ' kose, in dispute avec quequ' qu'un. A dénoncher chés manigances, chés intourloupes, chés disputes, chés agaceries, equ' Sandrine, es' fanme, et t'chot Blaise, sin complice préféré, i sont' chés témoins favoris. 

 

A m'feroait granmint plaisi de savoér ch'que m'n'ami Facquier i pinse d'chés élections à v'nir... Feudroait equ' j'y passe un coeup d'fil !

 

 

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0
15 février 2020 6 15 /02 /février /2020 23:28
Amiens. Ch' Lafleur fotboleux. 15 Février 2020. © Jean-Louis Crimon
Amiens. Ch' Lafleur fotboleux. 15 Février 2020. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Ch' Lafleur fotboleux. 15 Février 2020. © Jean-Louis Crimon

Ch'étoait carrémint ch'match d'l'énnée, ch'match à n'point perd', même si ch'étoait surtout' ch'match impossib' à gaingner. Ch'match contre ch'PSG du Qatar. L' Paris Saint-Germain d'chés Emirs. Ch' l'ét'chipe d'chés milliardaires. Bin nous eutes, chés lideurs de ch'bas d'tableau, chés deuzièmes d'ech classemint d'la fin, os z'o rudemint malmenés, chés gars-lo qu'i croéyètent p'tét nous foaire minger chés paquerettes d'nou terrain ed' Renancourt. 

Feut dir' qu'ech Costaricain Navas dans les cages, ch'est carrémint le Machu Picchu, éne vraie citadelle Inca. Ouais mais, ch'qui ne savoètent pos chés parigots tête de (gris) veaux, ch'est qu'Lafleur, l'veille d'ech' ch'match-lo, il o payé troés bistoules à Ch'Luka Elsner pou li esplitcher s'méthode. Lafleur il o dit à ch' l'intraineux d'chés Amiénos lo, qui vinchent du Congo ou du Sénégal, ch'a li est égal, mais qu'ech preum' des règles du fotboll, l'mélieur définse, ch'est l'attaque, jamoais question d'ertchuler. Feut toudis défindre en attaquant. Si os respectez l'méthode à Lafleur, ch'est troès zéro pour Anmiens, avint l'fin d'el preinmiére mi-timps ! 

 

L'preuv' qu'ech Lafleur i l'ovoait vu juste, ch'tableau d'affichage i n'in clignotoait d'plaisi : 3 - 0 à l' quarintième minute.  Ch'traval, i l'étouait foé, pis rudmint bien foé. Chés Parisiens qui nous r'béyettent de heut in arrivint sus l'terrain, i z'avoètent leus zyux dins leus keuchures, et dins ses boés, leu Navas l'étoait à la ramasse. 

Os l'savez bien, si os avez rbayé à l'terlévision ou intindu à Frinche bleu Picardie, pis minme chés cominteux professionnels d'la RMC Radio i l'ont dit, pis redit : c'étoait incroyab. Mais c'qu'i n'ont point dit, chés baveux intarissab d'el presse fotbolistique, - sins doute qu'ils ne savtent point -, ch'est qu'Amiens, depuis 1960, all' est jum'lée avec... Dortmund ! 

O m'voyez v'nir. A m'n'idée, ch'Tourrell', comme i dis'tent dins ch'poste, Ch' Thomas Tuchel, si o préférez, i devroét vite foère ch'débriffe de ch'match nul à Amiens, quatre buts partout, avint d'aller s'affronter avec chés Allemands d'la Ruhr.

Quat-quat, Qat-Qat, Qatari, Qatari, et pis, à l'fin... Quata... pleure.

 

Môssieur Tuchel, avuc l' qat'-qat' dins vou' gamelle, sins vous foère l'courte échelle, o d'vroétte réfléchir à l'maxime ed'Lafleur quind i s'prind por La Fontaine : Anmiens jumelée avec Dortmund, cette leçon vaut bien une déroute, sans doute !  Allez, adé, à la revoyure !  

   

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0
14 février 2020 5 14 /02 /février /2020 12:50
Amiens. Lune rousse au jardin. 2019. © Jean-Louis Crimon 

Amiens. Lune rousse au jardin. 2019. © Jean-Louis Crimon 

Parfoès, y'o des canchons qu'all' m'viennent dins m'têt' in mollé berlure, d'z'idées bizarres sorties tout droèt d'je n'sais mi où, des machins d'poéte in calfouètte, des trucs un mollé branques, comm' si ch'tronc d'abe i vouloait parler à ses branques...

 

Ej' sus né trop tard, ou ch'est qu'es z'eutes, i sont nés trop tôt,

J'm'appell' tchiot Pal'tot, j'ai l't'choeur comm' au frigo,

 

J'trouv' qu'os vivons dés timps grindemint égoistes,

J'n'm'y r'trouve pus, j'em' sins perdu, mêm' si j'sus ch'lampiste, 

 

J'sus le hasard qui s'barre d'éne forêt de certitudes,

J'sus l'méridien qui s'fout grindemint d'chés latitudes,

 

J'sus l'avint-dernier d'ech p'loton d'pédaleurs,

J'sus l'darine crèpe d'la chand'leur,

 

J'sus ch'coeup d'chid' qui s'prind por du champagne

J'sus l'citadin tout droét sorti de s'campagne,

 

J'sus l'abstentionnisse d'el liste d'chés opportunisses,

J'sus l'tête de lard pour pas êt' l'tête de lisse,

 

J'sus la lune rousse entre chés abes qu'ont la frousse,

J'sus l'fausse grinde d'gueule, vraie tiote frimousse, 

 

J'sus, du grind spectacque, ch'l'intermittent permanent,

J'sus ch'grind berdleux, manant, fils de manant...

 

© Jean-Louis Crimon 

Partager cet article

Repost0
13 février 2020 4 13 /02 /février /2020 09:58
Amiens. Rue Frédéric Petit. 11 Février 2020. © Jean-Louis Crimon 

Amiens. Rue Frédéric Petit. 11 Février 2020. © Jean-Louis Crimon 

Ch'est l'sondache d'el jornée. Toutes chés radios et pis toutes chés terlévisions, i vontent l'bégayer, tout' les heures, com' si falloait qu'cha nous rint' dins nou têt' de futurs voteurs.

BVA - Orange, jeudi 13 février 2020, 6 heures du matin

7 Français sur 10 se déclarent satisfaits de l'action de leur Maire et de son équipe

 

Z'auront bon em' buriner avec cho comme si ch'étouait éne vérité incontournab', inoxydab', indiscutab', cha n'vo mie m'foaire canger d'min avis : feut vraimint equ'nous eut', à Anmiens, on cange d'étchipe municipale. O n'peut pus viv' avec des gins qui dirigent l'Cité sans jamouais te d'minder t'n'avis pindint 6 énées, pis qu' à in moès d'el fin d'leu mindat, i s'rappelltent qu'i n'sont qu'locataires, et surtout pos chés propriétaires ed' l' Hôtel de Ville.

Dame Mairesse, all' vient ed'm'écrire - fin, pas à mie personnellemint - à tous chés citoyens d'el vill' d'Anmiens por - miraque ! - nous d'minder nou avis. Sur éne feulle rectou versou, aveuc es' fidgure in couleurs, el' Brigitte all' souhaite qu'ej li disse c'que Lafleur i pinse ed' l'environnemint, d'l'attractivitché d'Amiens pour l'emploais, pis d'la tranquillitché publique. J'peux dire Brigitte, pis l'nommer par sin prénom, pisque ch'est ell' même qu'all' foait des visites dins chés quartiers sous l'mode "Bonjour Brigitte !"  Pour aller vir chés gins qu'all' n'o point vus pindint six ans. Ch'est quind mêm' fin biau ch'métier lo ed' politicaux !

 

Ben mi, j'vos l'dis, Ch' Lafleur, ch'est point "Bonjour" qui vo li dire, à l'Brigitte, a n'foait pos in pli, ch'est... "Adé ! "

Ou si o l'voulez in frinchais bien élevé, c'est : Au Revoir !

 

Alors sans aucune hésitation, Ch' Lafleur i li dit, à l'Dame d'el Mairie : Au Revoir, Brigitte !

 

© Jean-Louis Crimon 

Partager cet article

Repost0
12 février 2020 3 12 /02 /février /2020 09:20
Amiens. Boulevard Maignan Larivière. Nov. 2019. © Jean-Louis Crimon 

Amiens. Boulevard Maignan Larivière. Nov. 2019. © Jean-Louis Crimon 

M'ville, gn'o des jours, ej' ne la r'connoais pus ! Chès bus, y s'dédguis'tent in tramways, chés gins d'droète, i r'béyent in tiot mollé à gueuche, pis chés gins d'gueuche, i souritent à droète. Ch'est à chti qui sauro miux convainc' chés indécis. Tout' sanne permis. D'chés idées, pis d'chés idéeux, ch'est l'grinde foère ! Quelle affoère !

Chés anonyms, i veul'tent êt' célèbs, pis chés in mollé célèbs, i z'aimeraoètent êt' in mollé dins l'anonymat. Ch' l'hiver, il o d'z'airs d'été, y'o des jors ed'janvier qu'o trinspire, pis qu'o reuve ed' frimats. Tout est berluré, dins ch'ciel, com' sus l'Terre. Chés keuse d'el planète ronde, qu'all' n'tourne pus très rond. Ch'Lafleur, i n'coprind point tout', mais i s'rappelle éne phrase d'sin père, qui disoait : chés gins intelligints, i sont bêtes ! A l'énervoait d'intind' cho, quind il étouait piot, ch'Lafleur, mais achteur qu'il o l'âge d'sin père, i l'est bien forché d'el croère : Les gens intelligents, souvent, se comportent comme s'ils étaient stupides.  

A c'mincher par el' heuteur d'chés bordures ed'trottoèrs, qu'el Mairesse all o foait r'monter grinmint por être à heuteur d'chés marche-pied ed'chés nouvieux bus, chés fameux Némo qu'même Jules Verne, seur et certain, i n'aimro point tint qu'cho. 

Dins tout' chés villes chivilisées, ch'est ch'marche-pied de ch'bus qui descind, pis dins nou ville d'Anmiens, c'est l'bordure de ch'trottoèr qu'all a dû r'monter ! Chi c'est point l'preuv' qu' chés gins intelligints, i sont' bêtes...

Sur ch'coeup là, qu'o n'dise point à Lafleur qu'ch'est li qui l'o tort. A pourro ben l'énerver in matximun, ch't'homme. Ch' Monde, i d'vient fin fou. Pis partout. Mais, ch'problèm, ch'est qu'i gno mie grind monde por el'reconnoait'. Ch'Lafleur, i n'est quasimint seur, a vo mal finir, tout cho. Ch'l'accidint définitif n'est pus très loin. 

A forche ed' laissier ad'venir des queuses qui n'ont ni queue ni tête, cha vo finir par in tête à queue ! 

 

© Jean-Louis Crimon 

Partager cet article

Repost0
11 février 2020 2 11 /02 /février /2020 08:39
Amiens. Perce-neige du jardin. 10 Février 2020. © Jean-Louis Crimon 

Amiens. Perce-neige du jardin. 10 Février 2020. © Jean-Louis Crimon 

Quind Ch'Lafleur, i l'o un coeup d'cafard, éne tiote déprime, i s'in vot mucher s'tr'istesse dins sin gardin. I cante por li minme : févriou, févriou, cha n'est mie coère ch'moés doux. Chés premières fleurs, alles sont déjà lo. Fleurs préférées ed' Lafleur : chés perche-neiches ! Lafleur i n'est follemint ker à sin tchoeur. Ch'est du bonheur doux d'el froèdure. Ch'est du calin à sin viux tchoeur. Tiotes clocquiettes qu'all' s'muchent et qu'all' s'démuchent à tout momint. Un coeup d'vint, éne grosse pleuve, os n'les voièt plus. Un tiot solé qui s'ramène, z'é rev'lo à dodeliner leu tiotes têtes pinsives. Chés perche-neiches, pardon si j'abuse, all' sont chés flocons qu'ech' ciel i nous r'fuse. 

 

Bon, a kange d'ech' climat alentours. Os sonmes dins ch'timps d'el campagne électorale, l'timps d'chés grinds minteux. Grinds diseux, tiots faiseux, quoé qu'on in pinse. Alorse, in tiote reuverie éd Lafleur, cha n'put mie foère éd mau. Poser sin tchul su éne cayelle, s'assir, pis prind' chinq minutes à rêvasser d'ech timps passé, d'chés rituels d'i gno tchèques énnées... Ch'reuve ed'Lafleur ? r'tomber in éfance, dins le moéson d'Tante Laure... La vir' s'foère kauffer éne chicorée su ch'fu, pis ch'cot qui kauffe sin tchu à ch'fu...

Pis un bieu silinche qui s'installe dins l'moéson : ch'fu qui ronronne, ch'cot qui ronfle, ou bien l'inverse, l'tchoeur à la renverse. 

L' vielle Tante qui vo r'bayer à l'fernette, tirer à mitan ch'ridieu, lire l'couleur d'chés cieux, pis qui vo dire l' météo du soèr en chinq mots :  i vo tcherre des neiches.

 

© Jean-Louis Crimon 

Partager cet article

Repost0
10 février 2020 1 10 /02 /février /2020 08:35
Amiens. Square Annie Fratellini. 8 Février 2020. © Jean-Louis Crimon 

Amiens. Square Annie Fratellini. 8 Février 2020. © Jean-Louis Crimon 

Preuf' equ'tou cho, a n'est mie bien net', ch'est l'nom d'ech' liu où qu'i z'ont foait leu fête, l'première soérée festiff', chés gins d'el liste "Amiens, c'est l'tien !" ! Ch'nom, Lafleur, i vou l'donne in mille, ça s'appelle... ch' Mic-Mac

Gn'o pos pus bielle fachon ed' signer chés embrouillaminis, chés intrigues, chés manigances, ch'manège, d'el constitution d'el liste d'chés simp' citoyens. Mic-Mac, ch'est point seulemint éne signature, ch'est carrémint in aveu. Ch' Lafleur, il o d'viné d'imblée chés imbrouilles. Bieux diseux, grinds minteux. Lafleur, o n'li reprindra pos d' si tôt ! Matcheux d'pulpes, baiseux d'glènes, grinds queutcheux, ch' Lafleur i n'maque point d'ech' pan lo.  ! 

 

Toudis in colère d's'êt' laissié convainc' ed' participer à chés intretiens d'sélection et pis de n'pos avoiér été r'tenu, i n'y'o point été au Mic-Mac, Ch' Lafleur ! Ene foés, cha suffit. I l'o dit à l'in d'chés mimbes d'el liste "Amiens, c'est l'tien ! ", à s'fachon, sins foaire ed'magnes : "Anmiens, ch'est l'tien !", p't'êt' ben por ti, mais por mi, sur ch'mode-lo, "Anmiens, cha n'est mie l'mien !" 

Ch'est quind même gonflé ed d'minder à Lafleur d'sout'nir éne liste qui n'soutient pas Lafleur. L'politique, ch'est donnant-donnant. Si Lafleur, i n'o point chés qualités suffisintes pour êt' l'un d'chés 55 noms d'el liste, feut point li' d'minder ed'trouver des qualités à ceuss' qui l'ont mis su ch'côté ! A n'est mie des manières. Même in disint qu'ch'étoait por foère d'el plache à chés éfants d'el classe populaire.

Si ch'Lafleur, li, i n'est point in éfant du peup', alors lo, feut m'esplitcher c'mint qu'chés gins lo, i sont édutchés ! Ch'Lafleur, avint d'travaller de s'tête, il o travallé d'ses mans ! Ch'est sins dout' point l'cas d'tous chés maniganceux qui l'ont r'jeté, ch' Lafleur. L'étoait OS chez Laden, pis manutentionnaire Travaux Lourds, à L'Ruche Pit'charde, pour payer ses études, ch' Lafleur. Pis ch'étoaitt d' z' heures de nuit. De minuit à 7 heures du matan, chez Laden Philips, avint qu'cha n'd'vinche Whirlpool. Pis de 21 heures à cinq heures à L'Ruche Pit'charde. A trimer pour chés frères Dian, quind Lafleur i l'étoait étudiant. A r'muer des caisses, pindint que z"eutes i r'muaient des fesses. Dins chés zinzins d'el Salle des Frinchises d'ech' Campus. 

 

A n'est mie étonnint si y'en o qui dis'tent qu'ch'est ch'grind maniganceux, ch'marionnettisse in chef, qui tire les fichelles ed' tout cho. Ch' Lafleur, grinde d'gueule mais boen tch'coeur, cho, i n'vut mie l'croère, pis malgré tout', il iro quind minme donner sin vote por l' liste-lo, "Amiens, c'est l'tien !", l'seul' capab' d'in finir éne foés por tout' avuc chés ocleux, chés tcheurfallis, qui tienn'tent l'Hôtel ed' Ville de s'ville d'puis six énnées, à ch'jor d'énhui.

 

© Jean-Louis Crimon 

Partager cet article

Repost0
9 février 2020 7 09 /02 /février /2020 08:27
Amiens. Rue Flatters. 8 Février 2020. © Jean-Louis Crimon 

Amiens. Rue Flatters. 8 Février 2020. © Jean-Louis Crimon 

Lo, ch'est tout' ! A s'd'minder c'qu'i o dins l'tête d'ech femme-lo. Déjo, à l'réunion d'el présintation d'chés huit têt' ed liste, all' n'avoait pos grinmint impressionné chés gins ed' chés Comités d'quartier. Simp', dins ch'group' ed' Lafleur, en tchinze minutes, alle avoait dit "Moi-je" au moins chint cinquinte foés. Qu'Lafleur à l'fin d'sin temps d'parole, à l'femme-lo, il ovoait hésité à li dire : Dis donc, toé, l'femme qui vut êt' Mairesse d'nou ville, t'os dit tout l'timps "moi-je", "moi-je", mais t'auros pu nous d'minder à nous zeut' ce qu'on veut ? T'auros pu dire : et pis vous, qu'est-ce qu'o voulez ed' nouvieu dins l'ville d'Anmiens ? Un truc comme cho, pour nous foaire comprind' et qu'tu n'es point trop, comme on dit achteur, égocentrée

 

Blabla, blablabla ! L'miux, ch'est tiot Blaise qui l'o foait r'marquer à Lafleur. Ch'local ed campagne d'el femme-lo, il est putôt cocasse. Rue Flatters, si ch'est pos... flatteur. Chintre ville, por seur, ch'est miux qu'ech premier pied à terre, derrière l'Gare d'chés trains tojours in r'tard, dins ch'quartier La Vallée. Ch'local d'achteur', ch'est fin luxueux. Comme diroaient les agences : superficie impressionnante, rue passante, rue commerçante, sins autchun dout', mais ch'l'inseigne, all' met tout in déroute ! Ch'nom d'ech' magasin, il o resté accrotché au-d'ssus d'ech nom d'el candidate. A foait in télescopache fintastique.

Ch'nom ed'l'ancien commerce, tojours visib', ch'est "Ma literie". In truc parelle, cha n's'invente pos ! L'candidate qui vouloait nous indormir, all' créche à Ma Literie. Frinchemint, y'o des gins, i z'ont des c'mins prédestinés. Dins un premier timps, elle essaie ed' nous indormir, dins in second timps, elle nous ouvre Ma Literie. Chi avec cho, all' n'o point éne bielle "couverture"... de s'campagne... par "Ch'Courrier qui part", ch'est à rien n'y comprinde.

 

En fait, mi, Lafleur, j'o d'viné pourquoé que l'femme-lo, qu'all' s'déclare "Sins étitchette" all' o gardé ch'l'étitchette d'l'inchienne boutique. C'est simp' : "Ma Literie" cha peut inchiter chés gins à voter in masse pour elle. Histoère d'li garintir, por s'mint'nir à ch'second tour, un boen patchet d'voéx, quequ' kose comme in... boen matelas.

 

© Jean-Louis Crimon 

Partager cet article

Repost0
8 février 2020 6 08 /02 /février /2020 10:27
Amiens. Ch'cot d'min voésin. 15 Janvier 2020. © Jean-Louis Crimon 

Amiens. Ch'cot d'min voésin. 15 Janvier 2020. © Jean-Louis Crimon 

Ch'cot lo, l'est fin malin, ch'est ch'cot d'min voésin. I sanne qu'i m'o prind comme in amitié. Ou plutôt qu'il o prind min gardin in amitié. D'éne amitié vraimint amiteuse. Il est lo, chaqu' matin, vraimint amiteusemint. I s'muche toujours au minme indroét. Fin, foét ch'ti qui s'muche, mais pos si muché qu'cho. Pas éne jornée sins qu'i passe et qu'i foait l'tour, éne tiote pisse par chi, éne tiote crotte par lo, manière de marquer sin territoère. Ch'est pus chez mi, ch'est chez li.

Il o d'ziux comme des perles. D'bieux ziux verts comme d'z'émeraudes in maraude. I r'baie tout ch'qui passe. In oézieux, in tiot piaf, ch'merle et même el'grinde pie, el' grinde agache, i n'o peur de rien. Dès foès, j' l'y parle et j'ai idée qu'i m'coprind. Même d'chés élections. Tout l'intéresse. 

L'preuff', min cot d'adoption, i n'o du mau à intind' à ses érelles: "Amiens, c'est le tien !" A chaque foés, i comprind "Amiens, c'est l'tchien !", pis i part à tout' vitesse comme chi qu'il avoait un tchien qu'il course et qu'il aboéroait à ses trousses. 

"Amiens, c'est l'tien !", cha, c'est fin seur, avec nou accheint pitchard, ça foait vite "Amiens, ch'est l'tchien !" Pis lo, ch'est toute, ch'l'effet attindu, i n'y est plus ! Ch'tien, i dvient ch'quien ! ça foait aboyer, ch'est tout'. L'pire, ch'est qu'avec in slogan parelle, chés idées d'el liste lo, cha n'vo p't'êt' point... mordre ! 

V'lo c'que min cot d'adoption m'o foét coprind'. Reusemint qu'o n'donne point coère ch'droét d'vote à ches cots, pache que lo, chés cots, ch'est fin seur, i n'vot'raient point pour chés tchiens ! 

 

© Jean-Louis Crimon 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens