Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 00:26
Amiens. Rue Delpech. Début des années 1900. © R. Caron Editeur.

Amiens. Rue Delpech. Début des années 1900. © R. Caron Editeur.

   
 
 
                                                                         161
Je me souviens de Mémoires d'une gargouille de Jean Macrez, Maître des cérémonies de la Cathédrale d'Amiens.
 
 
 
                                                                         162
Je me souviens de mon premier jean pattes d'eph'.
 
 
                                                                         163
Je me souviens de la boutique de l'herboriste, près de la mairie, et des senteurs incroyables qu'on prenait plaisir à aller respirer chez lui.
 
 
                                                                         164
Je me souviens des magasins Truffaut et Vilmorin.
 
 
                                                                         165
Je me souviens de mon père affirmant la supériorité incontestable de Vilmorin sur Truffaut pour les graines à semer au jardin. Ma mère préférait Truffaut, prénom François... pour le cinéma.
 
 
                                                                         166
Je me souviens de Victorine Autier, infirmière héroïque de la guerre franco-allemande de 1870.
 
     
                                                                         167
Je me souviens de Charles Dallery, inventeur de l'hélice de marine.
 
 
                                                                         168
Je me souviens d'el Canchon ed' chés Cabotans, chés Cabotans d'Anmiens. Pour amuser chès nasus, chés tiots pis chés viux. Pis ch'Berdleux ed Papa tchu-tchu.
 
 
                                                                          169
Je me souviens du match de foot contre les Brésiliens de Chico Buarque, de son vrai nom Francisco Buarque de Hollanda. Pleine page du rectangle de gazon en marge du Festival de Jazz sous la baguette de Maître Orier. Prénom: Michel. Musiciens du dribble pour enchanter la pelouse en accordant nos crampons.
 
                                                                           170
Je me souviens du jour où j'ai commencé à écrire mes "Je n'oublierai jamais".
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.
 
 

Partager cet article

Repost0
18 janvier 2017 3 18 /01 /janvier /2017 00:00
Amiens. Janvier 2017. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Janvier 2017. © Jean-Louis Crimon

 

                                                                      151

Je me souviens des entrepôts de La Ruche Picarde où l'on embauche à 22 heures pour finir à 5 heures du matin. Manutentionnaire Travaux Lourds. J'y vais à pied, le cœur léger.

 

                                                                      152

Je me souviens de Raymond Devos, croisé dans la rue, près de la Maison de la Culture, où il donne plusieurs soirs de suite son spectacle d'incomparable jongleur de mots.

 

                                                                      153

Je me souviens de Jean Rouaud dans la nuit bleue de Saint-Leu. On boit des bières avec Julien Dollet et on se dit que vivre sans écrire, ce n'est pas vraiment vivre.

 

                                                                      154

Je me souviens de mon premier cours de philosophie et de mon impro finale : Entre Être et Avoir, ne vous trompez jamais d'auxiliaire, et vous pouvez me croire, moi qui suis Maître Auxiliaire.

 
                                                                      155
 
Je me souviens de Léon Lamotte et de la maison du 45, rue Becquestoile, dans le vieux Montières. Pas vraiment la vie de château. Mais déjà, dans le regard, le goût d'une certaine lumière.
 
                                                                      156
Je me souviens de Chemins Verts et Pierres Grises au Pays de Somme, recueil des balades publiées par Le Courrier Picard, pendant l'été 1963. Sept promenades qui prennent toutes leur départ à partir d'Amiens et peuvent se faire en une demi-journée ou une journée entière. Bernard Bocquillon et Jean-Claude Labesse, comme guides champêtres et forestiers.

 

                                                                       157

Je me souviens des façades aux fenêtres murées de rangs de briques rouges soigneusement jointoyées, traces d'un temps où l'impôt se calcule au nombre de fenêtres en façade. Lumineuse mascarade. Aveuglement absurde désormais.

 

                                                                       158

Je me souviens de la rue des Corps-nuds-sans-Teste, petite rue entre la rue des Trois Cailloux et la rue des Jacobins. Appellation qui viendrait de la maison des Cornus, mentionnée au moins à deux reprises, en 1392 et en 1444, maison dite fort accueillante. Pinsard, l'historien, pense, lui, qu'un homme, le corps-nu-sans tête, a été retrouvé en ce lieu. Assassiné, décapité et retrouvé dépourvu de vêtements.

                                                                        159

Je me souviens du discours de Jules Verne à la distribution des prix du Lycée de jeunes filles d'Amiens, en 1893 : "Prenez garde de ne pas vous égarer en courant le domaine scientifique. Puissiez-vous, en sortant du cours de chimie générale, savoir confectionner un pot-au-feu." Double adresse impensable aujourd'hui.

 

                                                                        160

Je me souviens de la Place Gambetta quand la douceur des soirs de Juin s'attarde en terrasse.

 

 

 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

Partager cet article

Repost0
17 janvier 2017 2 17 /01 /janvier /2017 00:00
Amiens. Nov. 2016. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Nov. 2016. © Jean-Louis Crimon

  •  

 

                                                                     141

Je me souviens de la rue Jules Barni et de la Cité administrative.

 

                                                                     142

Je me souviens de l'entrée de la caserne Friant, avenue du Général Foy.

 

                                                                     143

Je me souviens de la foire au pain d'épices, de son unique manège à l'ancienne, avec de vrais chevaux de bois et son carrosse à faire rêver plus d'une princesse. Première ou deuxième semaine d'Avril.

 

                                                                      144

Je me souviens de Jean-Pierre Facquier et de son atelier de sculpteur sur bois au numéro 45 de la rue Motte, au cœur du quartier Saint-Leu. Lafleur, Sandrine, T'chiot Blaise et Papa tchu-tchu pour bons compagnons.

 

                                                                      145

Je me souviens du 15 Août à La Hotoie et des joueurs de ballon au poing. Des étoiles que ça allume ce jour-là dans les yeux de mon vieux camarade de lycée, Gilles Caron.

 

                                                                      146

Je me souviens de la rue du Bout du Monde.

 

                                                                      147

Je me souviens de Léopold Sédar Senghor, prisonnier de guerre au camp d'Amiens. Front - Stalag 230. Les poèmes du recueil Hosties noires qui paraît au Seuil, en 1948, ont pris corps au cours des mois de détention au Camp d'Amiens.

 

                                                                      148

Je me souviens de "L'Essentiel de la vie amiénoise", mensuel créé par Hervé Penin, Jack-Orial Durvicq, Jean-Marie Pinson et Jean-Pierre Bergeon.

 

                                                                      149

Je me souviens de l'engouement des années 80 pour les cartes postales du début du siècle. Surtout pour la vue, les scènes de rue, les marchés et les petits métiers. Moins pour les mots, souvent griffonnés à la hâte. Rarement écrits avec application, même si parfois pleins de pleins et de déliés.

 

                                                                      150

Je me souviens d'Amiens au futur, là où les souvenirs ont la vie dure.

 

 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

Partager cet article

Repost0
16 janvier 2017 1 16 /01 /janvier /2017 00:07
Amiens. Notre-Dame. Janvier 2017. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Notre-Dame. Janvier 2017. © Jean-Louis Crimon

 

 

                                                                       131

Je me souviens du Cinéma tout en haut de la rue des Otages, Le Pax, aujourd'hui disparu, qui au tout début des années 80, avait osé programmer le film de Stanley Kubrick : " Les sentiers de la gloire ".

 

                                                                       132

Je me souviens de Maurice Laisant et d'André Lourdelle me parlant de l'Union Pacifiste. Des humains comme on n'en rencontre plus. Des libertaires humanistes.

 

                                                                       133

Je me souviens de Lucien Barbier, militant communiste, mort après vingt jours de coma. Sans doute des suites de coups de matraques un peu trop appuyés. Ses amis du PC et de la CGT en sont, aujourd'hui encore, absolument convaincus. C'était en novembre 1987.

 

                                                                        134

Je me souviens du procès Goldman et de Noguès, Alain Noguès, photographe malicieux, plié en deux vers l'herbe devant le Palais de Justice en pestant "J'ai paumé un diaph' !" Les gendarmes, penchés eux aussi, pour l'aider à chercher le "diaphragme perdu" et pendant ce temps-là, nous, pliés de rires, on photographiait la sortie de Pierre Goldman, ce qui nous était interdit.

 

                                                                         135

Je me souviens des deux Simone, Signoret et de Beauvoir qui vont et viennent sur le grand escalier extérieur du Palais de Justice, de Maître Pollack et de Maître Kiejmann, de Marie-France Pisier et de toute l'intelligentsia parisienne présente à Amiens, pendant la durée du procès en révision.

 

                                                                          136

Je me souviens du nom du relieur de la rue du Faubourg de Hem, Yves Deremaux, et de son téléphone en six chiffres : 43.07.66.

 

                                                                           137

Je me souviens du jour où j'ai offert à mon père, pour son anniversaire : " Souvenirs obscurs d'un juif polonais né en France "..

 

                                                                           138

Je me souviens de The Bible of Amiens, de John Ruskin, La Bible d'Amiens, ouvrage du critique d’art et sociologue anglais, paru en 1884 et traduit en français, en 1904, par Marcel Proust.

 

                                                                           139

Je me souviens de Marcel Zanini au CSC Guynemer et de son incomparable manière de mettre à l'aise l'interviewer débutant : "Mon itinéraire ? ça risque d'être long. Je vais prendre un raccourci."

 

                                                                            140

Je me souviens de la péniche-théâtre de Jean-Paul Farré, amarrée quai Bélu, pour y donner un Beckett inattendu. Pas très à l'aise, on glisse sur la glaise pour entrer dans le bateau. Godasse, gadoue, Godot, les sons s'enlisent et se lisent dans une boue authentique. Eternelle attente de celui qui ne viendra pas. Godot a mis les bouts.

 

 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

 

 

 

Partager cet article

Repost0
15 janvier 2017 7 15 /01 /janvier /2017 00:15
Amiens. Université de Picardie. Louis Althusser. Juin 1975. © Jean-Louis Crimon.

Amiens. Université de Picardie. Louis Althusser. Juin 1975. © Jean-Louis Crimon.

       

 

                                                                        121

Je me souviens de la photo de la soutenance de thèse de Doctorat de Louis Althusser. Photo prise au juste moment, m'avait écrit, en remerciement, le philosophe marxiste en signant simplement Louis A. Photo publiée dans Le Nouvel Observateur du 7 Juillet 1975. Ma première parution.

 

                                                                        122

Je me souviens que la soutenance Althussérienne avait lieu l'après-midi, un samedi, je crois, et le matin à 10 heures, je n'avais toujours pas d'appareil photo. Me suis résolu à m'endetter de plusieurs centaines de francs pour acquérir un Mamiya, payé en trois traites fin de mois. Juillet, Août, Septembre. J'étais sans argent et je venais d'investir mes revenus à venir d'un boulot d'été que je n'avais pas encore trouvé.

 

                                                                         123

Je me souviens de la chanson triste du rémouleur "couteaux, ciseaux, lames à repasser", jolie rengaine de celui qui passe et qui repasse, de semaine en semaine.

 

                                                                          124

Je me souviens d'un chauffeur de la SEMTA qui s'appelait Lajouvence et qui, au terminus, sortait son harmonica pour faire de la musique aux gens qui montaient dans son bus.

 

                                                                           125

Je me souviens de Dralux, Place Gambetta. Linge de lit et linge de table, tissus en tout genre, textiles à usage domestique, serviettes, nappes ou rideaux. Dralux qui s'appelait d'abord Prévost-Boulogne. Draps de luxe devinrent Dralux.

 

                                                                           126

Je me souviens de la Place Alphonse Fiquet des années 70, les bus bien rangés en épis pour un accès limpide.

 

                                                                           127

Je me souviens de la rue des cannettes, numéro 24, et de ma première chambre d'étudiant, de la cuvette d'eau chaude déposée chaque matin, sur le palier, à 6 heures, par ma logeuse.

 

                                                                            128

Je me souviens de la rue Claudius Serrassaint et de la rue Lapostolle où habitait l'ami Marcotte qui m'avait convaincu d'adhérer au PSU.

 

                                                                            129

Je me souviens d'une époque que je n'ai pas connue et je marche dans une rue qui n'existe plus.

 

                                                                            130

Je me souviens d'Amiens au futur. Jules Verne, c'est sûr, a mis dans le mille, le jour il a écrit :  "Amiens, ville idéale en l'an 2000 ".

 

 

 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2017 6 14 /01 /janvier /2017 00:14
Amiens. Janvier 2017. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Janvier 2017. © Jean-Louis Crimon

 

 

                                                                        111

Je me souviens de Guillaume, de Cavenel, de Flandre, route d'Abbeville, et du Photo-Comptoir Caron, centre ville. Autant de bonnes adresses, au temps où la photo avait de nombreux commerces.

 

                                                                        112

Je me souviens de la Pagode et de Philippe Demarcy quand il chante No mas, cette chanson qui dit " Mes chevaux ont pris le galop, Mon vieux père est sous la terre..." et dont je désespère de jamais retrouver l'intégralité des paroles.

 

                                                                         113

Je me souviens du Carquois des deux Jacques, Debary et Labarrière et de cette pièce qui me marqua profondément : "Les murs avaient des briques". C'était juste après Mai 68.

 

                                                                         114

Je me souviens de Dominique Grain, chanteur du groupe F4 coulé et de sa façon incroyable d'être sur scène. Entre Vince Taylor et Elvis Presley.

 

                                                                          115

Je me souviens du brouillard du matin d'hiver et de ces milliers de gouttelettes suspendues qui font qu'on n'y voit goutte, et pourtant, en silence, en cadence, on avance. Métaphore de l'existence.

 

                                                                          116

Je me souviens de l'Hôtel de Police où mes amis Suédois ne comprenaient pas qu'on refuse de leur louer une chambre.

 

                                                                           117

Je me souviens des Juges Anglais en perruque, au Palais de Justice d'Amiens, où ma mère avait tenu à m'entraîner, pour un procès qu'elle disait Historique. Sans doute l'affaire dite Marshall. Du nom de cette anglaise assassinée dans la Somme. Près de La Chaussée Tirancourt.

 

                                                                           118

Je me souviens de Georges Courcol qui chantait en picard " V'lo Grind-mère à poussières", Georges Courcol tellement fier de son premier 45 tours.

 

                                                                            119

Je me souviens de mon foulard de louveteau, jaune et bordeaux, que j'ai longtemps gardé comme un trophée.

 

                                                                             120

Je me souviens du Régent où mon père m'avait emmené voir Le Capitan, avec Bourvil et Jean Marais. La seule fois de mes 10 ans - et sans doute la seule fois de toute la vie - où mon père et moi, rien que tous les deux, nous sommes allés voir un film dans une vraie salle de cinéma.

 

 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

Partager cet article

Repost0
13 janvier 2017 5 13 /01 /janvier /2017 00:14
Amiens. Janvier 2017. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Janvier 2017. © Jean-Louis Crimon

 

 

                                                                         101

Je me souviens des armoiries d'Amiens, des deux licornes et du blason "de gueules au lierre d'argent, au chef d'azur semé de fleurs de lys d'or ". La licorne, symbole des vertus chevaleresques de pureté et d'attrait pour la beauté et la délicatesse.   

                                                                

                                                                         102

Je me souviens de ce Café du Faubourg de Hem qui s'appelait : "A la Grâce de Dieu".

                                            

                                                                         103

Je me souviens du monument du Maréchal Leclerc, Place René Goblet. Philippe de Hautecloque, dit "Leclerc", né dans la Somme, au château de Belloy, dans la commune de Belloy-Saint-Léonard. Mort dans un accident d'avion près de Colomb-Béchar, en Algérie. Fut l'un des principaux chefs militaires de la France libre, durant la Seconde Guerre Mondiale. Ses fonctions au sein des Forces françaises libres l'amènent à commander la 2e Division Blindée. La 2ème D.B.

 

                                                                          104

Je me souviens de la rue de la 2ème D.B.

 

                                                                          105

Je me souviens de l'Abbé Pierre en visite à la Communauté Emmaüs de la rue Blanquetaque. Rue de la tache Blanche.

                                                                          106

Je me souviens du dernier chapitre de Contrescarpe, récit de Julien Sarrazin, publié chez Robert Laffont en 1975. On apprend comment, une nuit d'avril 1957, l'homme recueille une jeune fille de 19 ans, évadée de la prison-école de la Citadelle de Doullens. Julien Sarrazin cache et soigne la jeune fille, dans la maison de sa mère, à Amiens. J'aime relire ce passage en parallèle avec les deux premières pages de L'Astragale.

                                                                                                                                                                                                                                    107

Je me souviens des soirs de décembre quand  la cathédrale d'Amiens retrouve ses couleurs d'origine. On le sait vraiment depuis peu. Vingt ans à peine. Au Moyen-Âge, qu'on a cru trop longtemps uniformément gris et désespérant, les cathédrales étaient multicolores. Preuve, s'il en fallait une, que la Trinité, sainte ou pas, ne devait pas s'emmerder. Dieu dessinateur de BD. Hergé battu par le clergé. Le Beau Dieu et tous ses Saints, un fabuleux dessin. Dessin de pierre. En ce temps-là, le papier le moins cher, c'était la pierre.

 

                                                                          108

Je me souviens des ocres, des siennes, à travers les persiennes. Des ors, des bleus, des verts, des rouges, pas si loin des bouges. Tous s'en reviennent se coller sur la pierre. Epousailles flamboyantes. Pour déchirer le manteau sombre de la nuit. Le grand parvis s'anime. Du Moyen-Âge, retrouve la geste. Pour ne pas être en reste, le petit peuple suit. Voir, ce soir, ce qu'ont pu voir les yeux des humains d'il y a six ou sept siècles, est le plus impressionnant des voyages dans le temps. Dans la ville de Jules Verne, la chose n'est pas banale et, pardon pour l'offense, Dieu mis à part, la prouesse liturgique est remarquable.

 

                                                                          109

Je me souviens de la trouvaille d'un ouvrier consciencieux et astucieux : "Chef, on dirait qu'il y a de la couleur." Découverte accidentelle d'un ravalement miraculeux. Début des années quatre-vingt-dix. Grand nettoyage de la pierre du grand paquebot gothique. Sous la crasse grise et noire de la pollution automobile, l'ouvrier et le chef de chantier s'accordent pour identifier des traces de polychromie. Un repérage scientifique des couleurs, de leur emplacement, permet de reconstituer, d'abord mentalement, l'aspect originel des deux petits et du grand portail.

 

                                                                          110

Je me souviens du jour où j'ai lu pour la première fois le Journal de Jean Colin d'Amiens, publié au Seuil, début 1968. Tendresse particulière pour cette phrase de la page 166 : " Hier, j'ai vu par ma fenêtre de ville une mésange bleue, très voyante dans la grisaille de l'hiver."

 

 

 
© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

Partager cet article

Repost0
12 janvier 2017 4 12 /01 /janvier /2017 00:12
Amiens. Août 2015. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Août 2015. © Jean-Louis Crimon

   

 

                                                                           91  

Je me souviens de tout, je me souviens de rien. Me souviens surtout de cette femme qui promenait son chien, en disant : "C'est Toutou rien". Moi, je comprenais : c'est tout ou rien. Mais rien, c'était son nom au chien. Toutou rien. Pour lui, elle était tout. Pour elle, il était  rien. Enfin, j'en sais trop rien.                                                                      

                                                                           92

Je me souviens d'Amiens, appelée parfois petite Venise du Nord, avec ses nombreux canaux et ses hortillonnages, véritables jardins sur l'eau où les jardiniers rejoignent leurs parcelles en bateau. 

 

                                                                           93

Je me souviens d'Edouard Branly, inventeur du cohéreur et de la radiodiffusion, avec Marconi. La radio qu'on appellera d'abord TSF, Téléphonie Sans Fil.

 

                                                                           94

Je me souviens de Michel Orier et de Label Bleu.

 

                                                                           95

Je me souviens d'Amiens vrai livre ouvert. Un chapitre de roman à chaque instant. Les pages ne sont pas numérotées comme dans les livres de papier. L'histoire commence de mille et une façons. Dépend de l'endroit où l'on se trouve. Où l'on commence la balade ou la lecture. "Un jour, ailleurs", "Cache-Cache", "Le temps d'une pause", ou bien... "Juste un baiser".

                                                                           96

Je me souviens de cette ville, roman permanent. On ne tourne pas les pages avec la main, on parcourt le roman avec les pieds. Le temps passe vite, pas à pas, et de... semelle en semelle.

                                                                                                                                                                                                                                     97

Je me souviens de la réderie d'automne, géante brocante où tout s'achète et tout se vend, sauf le rêve ou le sourire des gens. Marché à réderies, Marché à rêveries. Depuis très longtemps, ici, le rêve... rit.

 

                                                                            98

Je me souviens de Judith Malina et de Julian Beck. Le Living à Amiens. Le Living Théâtre. L'évènement est pour beaucoup d'Amiénois une révélation. Une révélation et une révolution.

 

                                                                             99

Je me souviens de Jean-Baptiste Gresset, écrivain et poète, qui fonde, en 1750, l'Académie d'Amiens, Académie des sciences, des lettres et des Arts.

 

                                                                           100
Je me souviens de Vert-Vert, poème de Gresset qui eut en son temps une belle renommée. Vert-Vert, c'est l'histoire d'un perroquet recueilli dans un couvent de Nevers, un "perroquet dévot" qui parle un parfait langage chrétien, et que les Visitandines confient  à un batelier de la Loire, parce que d'autres religieuses le réclament à Nantes. Sur le bateau, Vert-Vert apprend le vocabulaire des matelots et des femmes légères. A l'arrivée dans son nouveau couvent, Vert-Vert  jure comme un marinier et les religieuses nantaises, offusquées, épouvantées, le renvoient illico à Nevers où l'on aura le plus grand mal à lui réapprendre les bonnes manières et le latin religieux. Moralité : à jurer et à boire comme un matelot, le perroquet devint le père hoquet.

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

 

 

Partager cet article

Repost0
11 janvier 2017 3 11 /01 /janvier /2017 00:11
Amiens. Janvier 2017. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Janvier 2017. © Jean-Louis Crimon

 

 

                                                                          81

Je me souviens d'une main de femme qui cogne une porte en bois. Elle porte une jolie bague au doigt. Au majeur, je crois. Pas très loin de Notre-Dame.

                                                                          82

Je me souviens des monnaies de Magnence, Empereur romain, né à Amiens, qu'on appelle alors Ambianum, la ville des Ambianis. Monnaies au revers chrismé, entre l'alpha et l'oméga. Ces monnaies sont signées d'un superbe AMB, les trois premières lettres du nom de la cité gallo-romaine, AMBIANUM. Monnaies frappées entre 350 et 353.

                                                                          83

Je me souviens de la délicate posture de l'Ange, assis, pied gauche en avant, main gauche posée sur le sablier de l'existence humaine, main droite soutenant sa tête légèrement inclinée. Le coude appuyé sur le crâne de la mort. Inéluctable destinée humaine. Pensées tristes de l'Ange qui pleure le chanoine Guilain Lucas de Genville, mort en 1628. Le bienfaiteur des enfants bleus et des orphelins.

 
                                                                          84
Je me souviens d'un soir, à la Rédaction du Courrier Picard, et d'une discussion avec Pierre Rappo, à propos de cette région célèbre pour ses macarons, son pâté de canard, sa Cathédrale, ses faits-divers, ses betteraves et ses pommes de terre. Désespoir ultime et fulgurance assassine. J'invente  la définition cruelle de la Picardie : Je suis une betterave qui rêve de voir la mer. Mon ami Pierre en rigole encore.
 
                                                                          85
Je me souviens de Raymond Pronier, secrétaire de rédaction chargé de la DH, la dernière heure, et du bouclage des dernières pages. C'est lui qui, sans me le dire, fait de ma phrase la Une du Aujourd'hui. Encadré traditionnel du Courrier réunissant une mini météo du jour, une recette de cuisine en trois lignes et une citation d'un écrivain célèbre.
 
                                                                          86
Je me souviens de Marcel Proust à la poubelle cette nuit-là, et de "la betterave qui rêve de voir la mer " à la Une... Un scandale qui fait, le lendemain matin, s'étrangler le Rédacteur-en-Chef et s'esclaffer toute la ville.
 
                                                                          87
Je me souviens du soir du 10 Mai 1981 et de la rue de la Préfecture barrée une dernière fois par des forces de l'ordre qui n'ont plus envie de mordre. Crosse en l'air et sourire en bandoulière pour tout argument... Mitterrand Président.
 
                                                                           88
Je me souviens de mon reportage - papier d'ambiance - plein air, pleine rue, plein cadre, et de la chute du papier écrit pour Le Courrier Picard : "Il fait étrangement doux ce soir."
 
                                                                           89
Je me souviens du Lucullus de chez Nasser, en haut de la rue de la République, et de la phrase rituelle des clopeurs, traversant pour acheter leur came chez Froc, le bistrot "facho" d'en face : "On traverse la Méditerranée".
 
                                                                           90
Je me souviens d'Amiens et de sa première Gare Routière, du chemin que je dois faire, à pied, jusqu'au Petit séminaire, en remontant la rue Jules Barni, puis la Chaussée Jules Ferry, jusqu'en haut de Saint-Acheul. Trop lourde ma valise en carton, avec les provisions que ma mère y a cachées entre la paire de draps en lin et mes deux pyjamas en toile rêche.
 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

Partager cet article

Repost0
10 janvier 2017 2 10 /01 /janvier /2017 00:10
Amiens. Février 2016. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Février 2016. © Jean-Louis Crimon

 
 
 
 
                                                                              71
Je me souviens de Robert de Luzarches, sculpté dans un accoudoir des stalles de Notre-Dame d'Amiens. Premier architecte de la Cathédrale. Choisi pour son art des dessins et des maquettes. Sur la pierre centrale du "Labyrinthe", une inscription indique que la construction a commencé en 1220 et que "Robert, appelé de Luzarches" en a été l'architecte. Vont lui succéder Thomas de Cormont et son fils, Renaud.
 
 
                                                                              72
Je me souviens de Brigitte Bardot, un après-midi de veille de Noël, au volant de sa petite voiture et moi tout à côté d'elle, à la place du passager, face au refuge de Longpré-lès-Amiens. Rencontre surréaliste. Conversation étonnante. BB charmante. BB touchante. BB tout à moi. Pour défendre la cause des animaux aux abois.
 
                                                                              73
Je me souviens de Mahiette, du poète Edouard David, alias Tchot Doère. Mahiette, grandiose poème picard, sous-titré Chef-d'œuvre de ch' l'intailleux. Préface de Robert Mallet.
 
                                                                              74
Je me souviens de Monseigneur Noyer, Evêque d'Amiens, fidèle spectateur du Prix cycliste Jean Renaux où je cours, cette année là, dans le Prix des personnalités, avec Eddy Seigneur.  – Avec qui faites-vous équipe ? me lance l'homme d'église. –  Avec Seigneur, mon père. – Les voies de Dieu sont impénétrables, mon fils !
Gonflé, l'Evêque, quand il me chambre. Pas méchamment, pas beaucoup, juste un... pneu.
 
 
                                                                               75
Je me souviens de Jules Barni, philosophe et homme politique, député d'Amiens. Auteur de l'une des premières traductions de Kant.
 
                                                                               76
Je me souviens de Michel Catty, alias Michou, enfant de Saint-Leu, Prince des nuits parisiennes dans son Cabaret de Montmartre.
 
 
                                                                                77
Je me souviens de Benjamin Biolay qui passa une partie de sa vie amoureuse à Amiens. Tendresse avouée pour les balades dans les Hortillonnages.
 
                                                                         
                                                                                78
Je me souviens de Pierre-Marc Paoli et de la Foire de la Saint-Jean quand elle s'installe encore sur les Boulevards intérieurs, entre la Gare, le Cirque Municipal, qu'on n'a pas encore baptisé Jules Verne, et l'Eglise Saint-Honoré.
 
 
                                                                                 79
Je me souviens de la lettre de Robert Mallet, -octobre 1998-, qui avait beaucoup aimé Les Gants d'Andersen, ma nouvelle danoise. " Il faudra que nous nous rencontrions  pour parler de ce sens du romanesque vécu qui vous inspire. Ce mot romanesque n'implique, pour moi, aucune référence à une déformation lyrique de la réalité, il s'applique à une vision, puis à une écriture suggestive de la matière d'un roman. Vous avez un tempérament de romancier. Vous savez raconter en ne disant que ce qu'il faut dire et vous donnez envie de savoir la suite, ce qui est primordial dans un récit. " Comment ne pas écrire après un tel encouragement ?
 
                                                                                 80
Je me souviens de "La justice, une vertu et une institution", conférence débat de Paul Ricœur, le mercredi 5 mars 1997, dans le cadre des Rencontres du Crédit Agricole.
 
 
 
 
 
 
© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens