Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 février 2017 1 20 /02 /février /2017 23:40

                                                                  

                                                          INDEX DEFINITIF ( 2ème partie, suite et FIN )

 

Mallet (Robert), 1915-2002, 73, 79, 471,

Malraux (André), 1901-1976 : 48

Mangin (Marc), 462

Marchand (Robert), 24

Marconi (Guglielmo),1874-1937, 93

Marcos (Jean-Pierre), 412

Marcotte,(Jacky), 128

Margerin, 232

Marie sans Chemise, 18

Marquis des Dessous chics, (alias Philippe Lacoche), 381

Martelle (Librairie), 240

Martin, légionnaire romain, 43

Massy (Jean-Luc), 67

Méchain (Pierre), 1744 -1804, 68

Michou (Catty, Michel, Georges, Alfred), 76, 324

Mèredieu (Florence de), 463

Michelis (Madeleine), 483

Mitterrand (François), 1916 -1996, 62, 87

Moinet (Jean-Philippe), 440

Monsigny (Marc), 399

Montières, (quartier), 29, 251, 302, 433, 438

Morel (Eloi), 1735 -1809, 202

Morlaix (Émile), 1909 -1990, 237

Moulin (Jean),1899-1943, 309, 310

Musée de Picardie, 94


 

Nafa (Nasser), 89, 367

Napoléon III, 333

Neveu (Jean-Paul), 348, 349

Noguès (Alain), 134

Nohain (Jean), 1900 -1981, 362, 445

Notre-Dame du Puy (Confrérie), 353, 354

Nouvelles Galeries, 47

Noyer (Jacques), Évêque d'Amiens : 74

Nowak (Thérèse et René), 206

Nyctalope (Éditions du), 348, 349


 

Obaldia (René de), 465

Orial Durvicq (Jacques), (148)

Orier (Michel), 94


 

Palais de Justice, 117, 134, 135, 219

Palmier (Jean-Michel), 1944 -1998 : 347

Paoli (Pierre-Marc), 78

Paux (Jean-François), 399

Pavillon bleu (Le), 345

Pelossof (Nisso), 1921-2011 : 22

Penin (Hervé), 148

Perec (Georges), 1936-1982, 338, 344

Perret (Auguste), 1874-1954, 8,

Perret (Tour), 50

Petit (Alice), 423

Petit séminaire, 15

Petit Vélo rouge (Le), 374

Pinchon (Joseph-Porphyre), 1871-1953, 26

Pinsard (Charles Joseph), 1819-1911, 158

Pise (Tour de), 50

Poulidor (Raymond), 34

Prince (Le Petit), 39

Prix Jean Renaux, 74, 255

Pronier (Raymond), 85

Proust (Marcel), 1871-1922, 86, 138

 

Quai Bélu, 208

 

Rambour (Jean-Louis), 236

Rappo (Pierre), 1934-2005, 84, 257, 357, 450

Rawbone (Claude), 295

Réderies, (Marché à), 97, 281

Reggiani (Serge), 1922-2004, 38

Rémouleur,123

Renancourt, 369

Ricœur (Paul), 1913-2005 : 80

Ribeiro (Catherine), 461

Rosas (Luiz), 256, 384

Rose (Françoise), 7

Rouaud (Jean),153

Rousset (Bernard),174

Roux (Bernard), 189

Roy (Paule), 217

Roze (Albert), 1861-1952, 18, 180,

Rousseau (Jean-Jacques), 1712-1778, 390

Ruche Picarde (La), 151

Rue Debray, 42

Rue d’Enfer, 369

Rue des Cannettes,127

Rue des Corps-Nus-sans-Teste, 158

Rue des Otages, 13

Rue des Teinturiers, 65

Rue des Trois Cailloux, 46, 59

Rue du Bout du Monde, 146, 221, 369

Rue Henri Martin,  21

Rue Rigollot, 12, 51

Ruffin (François), 455

Ruskin (John), 1849-1900, 138


 

Saint-Germain (quartier), 305, 306

Saint-Leu (quartier), 32, 191, 304, 335

Samara, 186

Samarobriva, 14, 304

Samarobrive, 320, 356, 360

Sanz (Sebastian), 1911 - 1992, 478

Sarrazin (Albertine), 1937-1967, 60, 106

Sarrazin (Julien), 1924-1991, 60, 106

Seghers (Pierre), 1906-1987, 402

Seigneur (Eddy), 74

Senghor (Léopold Sédar), 1906-2001, 147

Sévigné (Marquise de), 1626-1696, 176

Sophie, 429

Sutcliffe (Christian), 27

Synapse, 458


 

Tattegrain (Francis), 1852-1915, 184

Taylor (Vince), de son vrai nom Brian Maurice Holden, 1939-1991, 114, 437

Theimer (Ivan), 235

Thuillier (Françoise), 413

Tour de France (1979), 34

Troch (Denis), 30

Trogneux (Alain), 389

Trois-Grâces, 237

Trois-Pattes, 192

Truffaut (François), 1932-1984, 

Truffaut, 164, 165


 

Van Den Heede (Jean-Luc), 391

Verlaine (Paul), 1844-1896, 36

Verne (Jules), 1828-1905, 19, 35, 78, 108, 130, 159, 180, 185, 235, 239, 247, 313, 351, 355, 479

Vilar (Jean), 1912-1971, 172

Vilmorin, 164, 165

Vimereu (Paul), 1881-1962, 457


 

Waide, 66

Wallut (Charles), 1829-1899, 35

Walter (Jimmy), 1930-2012, 253

Watson (Paul), 312

Whirlpool, 342, 419


 

X, Lettre distinctive de l'atelier monétaire d'Amiens, de 1578 à 1772.


 

Zanini (Marcel), 139

Zavatta (Achille), 1915-1993, 273

Zic-Zazou, 214, 400

Partager cet article

Repost0
20 février 2017 1 20 /02 /février /2017 23:39

 

                                                                  INDEX  (1ère partie)

 

Les numéros renvoient aux numéros des " Je me souviens d'Amiens ".

 

 

Abbé Pierre (Henri Grouès, dit ), 1912-2007, 105

Abbé Prévost, 1697-1763, 5, 6, 479

Abdellatif (Yakoub), 424, 425

Agache (Roger), 1926-2011, 358

Alméda (Jacky),  295

Althusser (Louis),1918-1990, 121, 122

Ambianum, 14, 20, 82

Ambiens, 14, 20, 41,

Andersen (Hans Christian), 1805-1875, 18

Ange (blanc), 39

Ange d'Or, (Escalier de l'), 6

Ange (pleureur), 2, 83

Anger (René), 239

Armoiries, 101

Aufray (Hugues), 227

Autier (Victorine),1840-1874, 166

Auvet (Jacques), 7

Auvray (Nicolas), 484


 

Balai, 394, 395, 396

Balayeur, 371, 392 ,393, 394

Barbier (Lucien), 133

Barday, 195

Bardot (Brigitte), 72

Barni (Jules), 1818-1878, 75

Baudelaire (Charles), 1821-1867, 36

Bayrou (François), 416

Béal (Jacques), 32

Beaucarne (Julos), 427

Bécassine, 26

Beck (Julian), 1925-1985, 98

Bedos (Guy), 218

Beffroi, 177

Bellemère ,173, 383

Belleville (Philippe), 300

Ben Redjeb (Tahar), 379, 474

Bergeon (Jean-Pierre), 148, 412

Bertin (Michel), 470

Blasset (Nicolas), 1600-1659, 2, 83

Bibliothèque Municipale, 346

Billy (André), 1882-1971, 45

Biolay (Benjamin), 77

Bocquilloon (Bernard), 156, 286, 287

Bouctot-Vagniez (Hôtel), 13

Boulangeries :

Cazé, 236

Patte, 236

Bouton (Jean-Claude), 413

Brainard (Joe), 1942-1994, 343

Branly (Edouard), 1844-1940, 93

Brassens (Georges), 1921-1981, 443

Bréart (Bruno), 210

Brel (Jacques),1929-1978, 198

Briois (Paul), 473


 

Cabotans (Chés), 7, 168

Cafés :

A la Grâce de Dieu, 102

Au Sourire d’Avril, 32, 191

Aux Ailes d’Argent, 21

Café de la Cour d’Appel, 190

Café Delaporte, 293

Froc, 89

Cagnard (Alain), 293

Cailleux (Frères), 46

Carlys (Jacques), 276

Carquois (Le), 113

Cartonneux (Chés), 57, 63,

Catelas (Jean), 446

Cathédrale Notre-Dame d’Amiens, 2, 4, 8, 71, 84, 107, 161, 209, 335, 353,

Catty (Michel dit Michou), 76

Celtiques, 36

César (Jules), 20

Chantrieux (Gaston), 207

Chardon (Pierre), 295

Charte d'Amiens, 12, 51, 53, 54,

Cheussey (François Auguste), 1781-1857, 346

Ciafarone (Sandro, Jeanne), 365

Cicciolina, 388

Cimetière de la Madeleine, 179, 180

Cinéma (Salles de) :

- Le Gaumont, 312

- Le Pax, 131

- Le Régent, 120

- Le Rex,

- Le Rio, 228

Cirque (Municipal), 38, 39, 78, 198, 224, 309, 362, 385, 391, 427, 437, 445

Citadelle, 382

Clergue (Lucien), 1934-2014, 204

Cloître des Sœurs grises, 181

Clotaire, 441

Coisy, 6

Colin (Jean, dit Jean Colin d’Amiens), 1927-1959, 42, 69, 110

Collet (Georges-Louis), 23, 431, 432

Coliseum, 37, 421

Combat, 245

Commissaire aux boues et aux lanternes, 360

Coquetière, 203

Cormont (Thomas et Renaud de), 71

Cosserat (François), 10

Couderc (Roger), 39

Courcol (Georges), 118

Courrier Picard, 70, 84, 85, 88, 189, 221, 229, 278, 372, 381, 431, 432

Crignier (Gérard), 295

Crimon (Florence), 420

Crimon (François), 411

Culture (Maison de), 225


 

Dallery (Charles), 1754-1835,167

Danquin (Jean-François), 1947-2015, 248

Darras (Jacques), 234, 284, 329, 364

David ( Edouard), 1863-1932, 73

De Gaulle (Charles), 1890-1970, 447

Dekervel ( Marcel), 377

Delambre (Jean-Baptiste), 1749-1822, 68, 324

Deleuze (Gilles) ,1925-1995, 448

Delsey, (Montdidier), 373.

Demarcy (Francis), 303

Demarcy (Philippe), 112, 272

Deremaux (Yves), 136

De Robien (Gilles),10, 29, 416, 440

Des Grieux, 5, 6

Devauchelle (Bernard), 216

Devisme (Laurent), 399

Devise d’Amiens, 171

Devos (Raymond) ,1922-2006, 241, 337

Dollet (Julien), 153

Dorgelès (Roland), 1885-1973, 265, 355, 397, 479, 486

D’Ormesson (Jean), 361

Douzenel Bernard), 1936-2012, 298

Duchêne (Henri), 295

Dunlop, 460

Dupont (Jean-Bernard), 7

Duquef (Marie-Madeleine), 1922-2016 : 428

Duthoit (Louis), 13

Duvauchel (Léon), 1848-1902,178

 

Église Saint-Honoré, 233

ESIEE, 296

Esposito (Gianni),1930-1974, 261

Facquier (Jean-Pierre), 144

Falize (Jacques), 226

Farré (Jean-Paul), 140

Ferré (Léo), 1916-1993, 36

Foire de la Saint-Jean, 78, 213

Foujols (Jean-Michel), 329

Frommer (Frank), 413


 

Gabel (Joseph), 1912-2004, 172

Gambetta, (place), 371

Gare (routière), 90

Garcia (Jean-Pierre), 412

Garnier (Pierre), 1928-2014, 234, 363

Gest (Maurice), 278

Giang, 386

Gillmann (Raymonde), 179

Giscard d'Estaing (Valéry), 224

Godefroy (Raymond), 417

Goldenberg (Richard), 174, 272, 436

Goldmann (Pierre), 1944-1979, 219

Gosselin (Théo), 300

Gothiques (Les), 37, 421

Grain (Dominique), 114

Guillier (Vincent), 69

Guisembert (Abbé), 15

Grardel (Daniel), 70

Gresset (Jean-Baptiste-Louis),1709-1777, 33, 99, 100

Grubis (Jean Bernard), 312

Helluin (Serge), 1921-2015, 9

Henri III, 382

Henri IV, 242, 382

Henriville (quartier), 42, 383

Hippodrome du Petit Saint Jean, 212

Hortillons, 208, 209, 210

Hortillonnages (Les), 40, 77, 92, 201

ISAI, 238


 

Janvier (Auguste), 1827-1900, 61

Jeu de paume, 56

Joseph, 231

Jovelin (Hervé), 368

Kleber et Marie-Louise, 11

Krasucki (Henri), 1924-2003, 373.

Kremer-Marietti Angèle),1927-2013, 211

 

Labarrière (Jacques), 113

Label Bleu, 94

Labesse (Jean-Claude),156, 198

Laclos (Pierre-Ambroise-Choderlos de), 1741-1803, 28, 479

Lacoche (Philippe), 381, 449

Lafleur, 144, 252

Laisant (Maurice), 132

Lajouvence, 124

Lamotte (Léon), 1912-2011, 155, 433, 434, 435

Lamps (Gérard), 489

Lamps (René), 1915-2007, 10, 23, 249, 422, 489

Landard (Robert), 262

Langlois (bouquiniste), 414

Leclerc (Philippe de Hautecloque dit Leclerc), 1902-1947,103, 104

Lécuyer (Roland), 295

Leleux (Philippe), 187

Lemaire (quatre frères), 25

Lepac (Comique), 404,405

Lepetit (Pierre), 439

Lescaut (Manon), 5, 6, 479

Lhôte (Jean-Marie), 11

Licorne (La), 30

Living Théâtre, 98

Longchamp (Jules),183

Loubère (Pierre), 229

Louis XI, 58

Lourdelle (André), ....-.... ,132

Luzarches (Robert de), 1160-1228, 71

Lucullus, 89


 

Mac Orlan (Pierre), 1882-1970, 406

Macrez (Jean), 161

Magnence, 303-353, 82

Maison de la Culture d’Amiens, 11, 48, 225

Maison du Sagittaire, 316

Malina (Judith), 1926-2015, 98

Partager cet article

Repost0
19 février 2017 7 19 /02 /février /2017 00:01
Amiens. 17 février 17. © Jean-Louis Crimon

Amiens. 17 février 17. © Jean-Louis Crimon

 

 

                                                                         471

Je me souviens de la voix de Paul Léautaud dans ses entretiens radio avec Robert Mallet, diffusés sur Paris-Inter. Robert Mallet aussi malicieux dans ses questions que le faux cynique de Léautaud dans ses réponses. Mallet souvent envoyé sur les roses par le vieux grigou de Fontenay-aux-Roses.

 

                                                                         472

Je me souviens des coquillettes du Pèr' Lustucru, les pâtes aux œufs frais dont mon père raffolait. Lustucru ? L'eusses-tu cru ?

 

                                                                         473

Je me souviens de Paul Briois, boxeur talentueux des années cinquante, reconverti en chef du rayon fruits et légumes du Saveco de l'Hôtel de Ville, qui disait souvent : "La gloire n'a pas voulu de moi."

 

                                                                         474

Je me souviens de l'affaire des fausses statuettes gallo-romaines d'Amiens et de la façon dont Tahar Ben Redjeb avait, le premier, clairement contesté leur authenticité.

 

                                                                         475

Je me souviens de Mario Cipollini vainqueur au sprint de la cinquième étape du Tour de France 1999. Cipollini, déjà victorieux la veille à Blois, remporte sur le Mail Albert 1er d'Amiens  sa deuxième victoire depuis le départ, sa dixième dans le Tour de France, auquel il participe pour la septième fois. Le Toscan de l'équipe Saeco, trente-deux ans, a devancé d'une longueur le Belge Tom Steels, avec lequel il est désormais à égalité. Deux succès chacun dans cette édition 99.

 

                                                                         476

Je me souviens que dans cette arrivée d'étape sur la très longue ligne droite de 1700 mètres, c'est l'Allemand Erik Zabel qui avait lancé le sprint.

 

                                                                         477

Je me souviens que les Hortillons qui ont le verbe facile et parfois le verbe haut, ont aussi le proverbe pertinent sinon déroutant, c'est selon. Exemple : " Qui veut bon navet le sème en juillet." ou bien : "Ciel pommelé, fille fardée, ne sont pas de longue durée." ou encore " Temps qui se fait beau la nuit, dure peu quand le jour luit."

                                                                      

                                                                          478

Je me souviens avoir cherché longtemps, dans le petit cimetière de Renancourt, la tombe de Sebastian Sanz, l'Espagnol avec qui je travaillais comme manutentionnaire à La Ruche Picarde et pour qui j'ai voulu écrire Oublie pas 36. Devant sa tombe, mon manuscrit à la main, je lui ai dit : "Tu ne le sauras peut-être pas, mais c'est pour toi, Sebastian, que j'ai écrit ça, pour toutes les conversations que nous n'avons jamais eues, et aujourd'hui, trente années plus tard, je le regrette encore."  Sebastian ne m'a pas répondu, mais au fond de moi, je persiste à penser que ça lui a fait plaisir de m'entendre.

 

                                                                          479

Je me souviens qu'il y a "amie" dans Amiens. Cette ville est mon amie. Je suis le sien.

 

                                                                          480

Je me souviens d'Amiens

 

 

                                                                                                           ( à suivre...)

 

 

 

 

                                                                           FIN

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

 

 

 

 

 

                                                                         BONUS

 

 

  ( remplacement des doublons éventuels et suppression des moins pertinents )

 

 

                                                                            481

Je me souviens du jour où Verlaine avant-centre a reçu le Prix Tristan-Bernard, prix attribué pour la première fois à Roger Frison-Roche pour Premier de Cordée.

 

 

                                                                             482

Je me souviens du Professeur Léon Schwartzenberg qui disait, un soir de débat à la Maison de la Culture : "Il faut être fou ou stupide pour croire que la douleur purifie. La douleur avilit l'homme, elle le punit sans raison". Le célèbre cancérologue affirmait avec force une autre de ses conviction, pas la moindre : "Le mensonge, c'est la première mort du malade."

 

                                                                              483

Je me souviens de mon ami Richard Goldenberg, grand maître de la simultanée. Les échiquiers sont disposés en cercle ou en carré autour du champion qui a les Blancs sur chacun des échiquiers. Le maître passe d'un échiquier à l'autre dans un ordre déterminé, et ses adversaires jouent au moment où il se présente devant leur échiquier. La réponse du maître est généralement rapide pour éviter que l'évènement ne dure trop longtemps. Particularité de la simultanée : contrairement à la règle du jeu en tournoi, le maître dispose du droit de reprendre son coup après l'avoir joué, aussi longtemps qu'il n'a pas joué de coup sur l'échiquier suivant.

 

                                                                              484

Je me souviens du jour où Nicolas Auvray, directeur de la Comédie de Picardie, m'a dit qu''il était intéressé par la mise en scène de mes "Je me souviens d'Amiens".

 

                                                                              485

Je me souviens d'Amiens, Centre de Formation de Journalistes de renom. Dans l'audiovisuel surtout. Pour mémoire : Henri Sannier, Jean-Pierre Pernaut, Philippe Dessaint, Laurent Delahousse, Catherine Matausch et... François Ruffin.

 

                                                                              486

Je me souviens que Roland Dorgelès a pratiqué le journalisme dans de nombreux journaux, au Sourire, à Fantasio, au Petit Journal et, de 1917 à 1920, au Canard enchaîné. En 1939, il rempile et devient correspondant de guerre pour Gringoire. C'est Dorgelès qui serait à l'origine de l’expression  « Drôle de guerre » qui passera à la postérité.

 

                                                                              487

Je me souviens du beau regard de Renaud, le jour où je lui ai dit, que mon premier livre, mon livre vraiment à moi, cadeau de ma mère pour mes 11 ans, c'était La Cachette au fond des bois. Par Olivier Séchan. Librairie Hachette. 1960.

 

                                                                              488

Je me souviens que le fils de René Lamps, Gérard Lamps, était un brillant ingénieur du son. Césarisé de nombreuses fois. A 7 reprises, je crois. Notamment César du meilleur son pour Tchao Pantin, Le Grand Bleu et pour Tous les matins du monde.

 

                                                                               489

Je me souviens d'octobre 1969 sur le campus et de la Salle des Franchises avec la citation du Recteur Mallet, en capitales, juste au-dessus de la porte d'entrée : ICI, TOUT PEUT SE DIRE ET SE CONTREDIRE DANS LE RESPECT DE L'AUTRE. La Salle des Franchises, haut lieu des joutes verbales des étudiants de l'après 68.

 

                                                                               490

Je me souviens des Picards d'Amiens, ceux qui ont, à tout jamais, la pique hardie.

 

                                                                               491

Je me souviens que Julien Sarrazin a recueilli Albertine dans un fossé de la prison-école de Doullens où on l'avait transférée en 1956. Mise au cachot pour avoir embrassé une autre détenue sur la bouche.

 

                                                                                492

Je me souviens que le 19 avril 1957, Albertine s'évade en sautant d'une hauteur de dix mètres et se brise ce petit os du pied nommé astragale. L'Astragale, le roman, doit son titre à cette chute et à ce petit os brisé. Albertine arrive à ramper jusqu'à proximité de la route nationale où Julien Sarrazin la recueille. il la cache dans son petit baraquement de la Fosse au lait. Albertine s'attache à lui. Elle dira et écrira qu'il est "le grand amour de sa vie".

 

                                                                                493

Je me souviens de la passion de Fred Thorel pour les nœuds papillons et de sa sainte horreur des cravates. Des nœuds pap' par centaines pour l'adjoint à la culture de Gilles de Robien, dans tous les tissus qui soient, et même des nœuds pap' en bois. Pour celui qui ne parle pas la langue de bois.

 

                                                                                494

Je me souviens du Bijou Bar et de cette statuette d'une femme dévêtue, juste au dessus de la porte d'entrée.

 

                                                                                495

Je me souviens de Macron dédicaçant REVOLUTION chez Martelle. L'ancien élève de La Providence se rêve et s'invente un destin national.  L'Emmanuel, envoyé de Dieu ou pas, se sent et se croit un rôle messianique.

 

                                                                                496

Je me souviens de mon unique année au Petit séminaire d'Amiens. J'y suis entré incrédule. J'en suis sorti incroyant.

 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

                          ARGUMENTAIRE  + PROJET Quatrième de couverture :

 

Sur le mode des "Je me souviens" de Georges Perec, Jean-Louis Crimon s'est lancé dans la folle aventure des "Je me souviens d'Amiens". Il a donc écrit, composé, rédigé, chanté, clamé et déclamé... 480 "Je me souviens d'Amiens" puisque Perec avait lui-même écrit très précisément 480 "Je me souviens".

Comme Perec l'avait fait, Jean-Louis Crimon a voulu laisser au lecteur, ou à la lectrice, à la fin de son ouvrage, quelques pages blanches sur lesquelles tout un chacun peut noter ses propres "Je me souviens d'Amiens".

Amiens, sa ville depuis plus de cinquante ans, même en comptant les années d'absence, les escapades suédoises, danoises ou chinoises, est plus que jamais sa ville de cœur. Ce petit livre est en fait la plus belle déclaration d'amour jamais faite à une ville. Crimon aime Amiens et Amiens le lui rend bien.

Autobiographie d'une ville à travers un autoportrait de l'auteur. Ou l'inverse. En prime, un "guide touristique" d'un genre nouveau, qui fait de l'invitation au voyage dans le passé la meilleure des motivations pour découvrir le présent d'une ville.

 

 

 

Jean-Louis Crimon, né à Corbie, en 1949, est arrivé à Amiens en septembre 1960, pour son entrée en sixième, au petit séminaire. Renvoyé dans son village dès la fin de l'année scolaire 1960-61, pour avoir confessé ne pas vouloir être prêtre. Doit sa survie à l'école de la République et à son instituteur, Claude Hurdequint.

D'abord professeur de philosophie, à la Cité scolaire d'Amiens, puis journaliste au Courrier Picard et à Radio France Picardie, il fera l'essentiel de sa carrière radiophonique à France Inter et à France Culture, à Paris et à Copenhague où il sera, de 1992 à 1995, ESP, Envoyé Spécial Permanent de Radio France, pour les pays scandinaves, la Finlande et les pays baltes.

Jean-Louis Crimon a également été, pendant treize ans, Maître de Conférences à l'Université de Picardie Jules Verne et, en 2011-2012, professeur de français en Chine, à Chengdu. Il a aussi été, de 2010 à 2013, bouquiniste, quai de la Tournelle, à Paris.

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

Partager cet article

Repost0
18 février 2017 6 18 /02 /février /2017 00:26
Amiens. 1980. Rue de la République. © Jean-Louis Crimon

Amiens. 1980. Rue de la République. © Jean-Louis Crimon

 

 

                                                                        461

Je me souviens de Catherine Ribeiro au grand théâtre de la MCA. Début des années soixante-dix. Vraie diva populaire. Terriblement impressionnante sur scène. Si simple et si fragile, dans sa loge, après le spectacle.

 

                                                                        462

Je me souviens des photos de Pékin de Marc Mangin. Une dizaine de voyages dans l'empire du Milieu, entre 1991 et 2006, et plus de 7.000 photos. En 2009, Mangin en présente une sélection sous le titre En passant par la Chine. En novembre 2015, à la Maison de la Culture d'Amiens, il choisit de présenter son travail en noir et blanc sous une nouvelle approche. Vagabondages sera le titre générique de cette exposition. 

 

                                                                        463

Je me souviens du jour où j'ai rendu copie blanche au partiel de philosophie générale. Le sujet était : Qu'est-ce que l'idéalisme ? J'ai répondu : C'est ça ! En laissant neiger quatre heures durant sur ma copie. Beau silence blanc. La semaine suivante, notre Professeur, Florence de Mèredieu, m'a gentiment recadré en me rendant ma copie zéro pointé, et en me disant simplement : vous valez mieux que ça.

 

                                                                         464

Je me souviens d'une double ligne de gendarmes mobiles barrant le bas de la rue de la République pour empêcher les manifestants d'aller chahuter le Préfet dans sa Préfecture.

 

                                                                         465

Je me souviens d'une confidence de René de Obaldia qui, enfant, habitait chez sa grand-mère, dans un petit village, près d'Amiens, et qui devait prendre le train, chaque matin, pour se rendre au collège. Trajet très court, trajet trop court, qui faisait dire au petit René : "Un jour, je prendrai un train qui ne s'arrête jamais".

 

                                                                          466

Je me souviens de la route vers Boves et de ch'catieu brûlé.

 

                                                                          467

Je me souviens d'une photo d'herbe sauvage, bien verte, qui prend son aise entre deux briques, bien rouges, du mur de la maison de mon voisin et de la légende que la chose m'inspire : si on se faisait un joint.

 

                                                                          468

Je me souviens du jour où mon fils a composé sa première chanson, métrique et musique parfaites. Sensation étrange de se dire : il a trouvé. Pas évident de savoir faire une chanson. 

 

                                                                           469

Je me souviens des bourrasques de vent qui m'assaillent au coin des rues, un automne qui n'en peut plus de pluies qui ont trop plu.

 

                                                                           470

Je me souviens de cet air composé un matin d'été très tôt à la fin d'une nuit de travail au Labo Qualité de Philips-Laden, un air lancinant et entraînant, fredonné lèvres fermées, avec Michel Bertin, le plus musicien de nous quatre. En sourdine, les paroles de la chanson de l'usine... Où est-ce, où est-ce, le temps où nous étions O.S. ?

 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

Partager cet article

Repost0
17 février 2017 5 17 /02 /février /2017 00:25
Amiens. 15 février 2017. © Jean-Louis Crimon

Amiens. 15 février 2017. © Jean-Louis Crimon

 

 

                                                                       451

Je me souviens des Picartophiles et de leur 20e Journée de la Carte Postale. 14 février 1999. Salons du Crédit Agricole, 500 rue Saint-Fuscien. Picards cartophiles, collectionneurs invétérés, fondus vraiment de cartes postales anciennes. De grands rêveurs. De grands passionnés. Qui ne comprennent pas toujours que le temps passé a mis longtemps avant de devenir le bon vieux temps

 

                                                                       452

Je me souviens d'un marché à réderies d'Avril où j'ai trouvé la réderie la plus incroyable qui soit. Sur une table débordant d'objets disparates. Bimbeloterie FacteurChevalesque. "Ma réderie", entendez "cette petite chose à petit prix qu'on ne cherche pas vraiment, mais qui était là pour vous, vous tendait les bras et vous va comme un gant". Rien d'extraordinaire pourtant. Un livre. Forcément. Un livre au titre pas très attractif. "Georges Mandel, le moine de la politique". Le titre m'a suffi. J'en connaissais l'auteur. J'en savais la valeur.  Document on ne peut plus intéressant. Je n'allais pas manquer pareille occasion. Surtout au prix de l'occasion.

- Combien, monsieur, cet ouvrage ?

- Le prix est indiqué à l'intérieur !

Le livre avait été protégé de la pluie de la matinée par une pochette plastifiée. L'homme sortit le livre de son emballage rudimentaire, l'ouvrit et, devant sa femme ébahie, déclama, comme au théâtre : trois euros, Monsieur.

-  Trois euros pour monsieur Sarkozy, je ne marchande même pas, monsieur, les voici.

- Ah bon, c'est le Président qu'a écrit ça ! Tiens, je ne le savais pas.

S'adressant en aparté à son épouse affairée à déballer des bibelots de leur papier journal, l'homme ajouta : tu te rends compte, chérie, fortiche l'Président, l'écrit même des livres.

 

                                                                        453

 

Je me souviens que beaucoup plus tard dans l'après-midi, je me décide à sortir enfin mon achat de sa pochette plastifiée. Je déguste d'abord la quatrième de couverture. Un régal. "La politique fut pour cet homme illustre et énigmatique une passion sans partage, dévorante, destructrice. Il y perdit sans doute son existence, mais il y gagna son destin."  Après le détour par la quatrième de couverture, j'ouvre enfin le livre par le début. Surprise. Incroyable surprise. Clin d'œil du destin. Page trois, une superbe dédicace pleine page. Superbe envoi d'une assez belle écriture. Pour Virginie M..., l'histoire de Georges Mandel, le moine de la politique, avec ma bien cordiale amitié, le 3 mars 1994, et c'est signé... mais oui... Nicolas Sarkozy.

Trois euros, un envoi de Sarko, elle est vraiment extraordinaire ma réderie d'avril 2012, non ?

 

                                                                         454

Je me souviens de Traversée des Jardins, un film de Jean-Jacques Dubois et de Pierre Bouteiller, avec Jean-Marie Pelt. Texte de Raymond Godefroy. Une coproduction Carmen/Jean-Jacques Dubois. Belle découverte des lieux clos qui témoignent des rapports entre l'homme, l'espace et le paysage. Combinaisons multiples du minéral et du végétal dans l'espace/temps du jardin. Valloires, la Madeleine, à Amiens, Chantilly, Compiègne, Ermenonville. Jardiniers, botanistes, historiens ou simples amoureux des jardins. Jean-Marie Pelt parle de la vie des plantes et des rapports entre l'homme et le végétal. Des textes de Gérard de Nerval, le Marquis de Girardin et Jean-Jacques Rousseau sont aussi du voyage.

 

                                                                          455

Je me souviens de François Ruffin me demandant cinq minutes à la reprise de mon cours "Reportage, enquête, investigation", pour présenter à l'ensemble des étudiants de Licence de Lettres Media/Com son projet de journal, dont il a déjà une idée très précise de la ligne éditoriale et surtout déjà le nom Fakir. Titre et personnalité qui vont faire leur chemin. L'un à l'autre se faisant une jolie renommée.

 

                                                                           456

Je me souviens d'un repas sympa avec Claude Le Roy, entraineur de l'ASC, et Marc Berdoll, avant-centre arrivé à Amiens en cours de saison. En 82, je crois. Il arrivait du SCO d'Angers où il ne jouait plus. Berdoll, 16 sélections en équipe de France et 5 buts chez les tricolores. De 1973 à 1979. Meilleur buteur de Division 2 en 1976 (25 buts) avec Angers. Discussion vraiment chouette. Le Roy aimait beaucoup les poètes, Verlaine et Rimbaud, mais Baudelaire avant tout. Berdoll avait un côté footballeur rocker. Un rien Mick Jagger des surfaces. Moi, je rêvais d'écrire Verlaine avant-centre, mais je ne savais pas encore comment m'y prendre.

 

                                                                           457

Je me souviens de Chutt le Hutteux de Paul Vimereu, né dans le Santerre. Roman des roseaux et du marais picard, paru pour la première fois en 1927. Vimereu a manqué le Goncourt d'une voix, avec son premier roman Le Rire du Vilain, publié en 1920.  

 

                                                                           458

Je me souviens de ma première expo photo chez Synapse, Rue Saint-Leu. Une cinquantaine d'agrandissements noir et blanc. Photos jamais développées, jamais montrées, jamais vues. Négatifs, soigneusement développés et coupés par bandes de six vues, qui dorment, à l'abri de la lumière et de la poussière, pendant trente ou quarante ans. Aujourd'hui, parfaitement intacts. Comme neufs. Comme développés, et séchés, il y a quelques heures à peine. Comme si les images argentiquement supportées et transportées à travers le temps, avaient été prises la veille ou l'avant-veille. Je suis sans aucun doute le seul photographe au monde à avoir passé la majeure partie de sa vie "au stade du négatif ".

 

                                                                           459

Je me souviens que c'est par manque d'argent que je ne développais que les négatifs, dans ma mini salle de bain transformée en Labo Photo. Manquer d'argent, au temps de l'argentique, le comble du photographe.

 

                                                                            460

Je me souviens du jour où, jeune prof de philo, étudiant la notion de Travail avec mes élèves de Terminale C, à commencer par cette origine étymologique commune avec le mot Torture, je décidai, devant leur indifférence crasse, de les emmener la semaine suivante visiter l'usine Dunlop, sur la Zone Industrielle. Pour qu'ils voient de leur yeux ce que c'est que le travail à la chaîne. Qu'ils comprennent une fois pour toutes le sens du mot "aliénation".

 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

 

 

Partager cet article

Repost0
16 février 2017 4 16 /02 /février /2017 00:17
Amiens. Atelier du marionnettiste Facquier. Fin des années 70. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Atelier du marionnettiste Facquier. Fin des années 70. © Jean-Louis Crimon

 

 

                                                                              441

Je me souviens que le coiffeur du Faubourg de Hem avait les cheveux tout blancs et qu'il se prénommait Clotaire.

 

                                                                              442

Je me souviens d'Amiens Capitale Européenne de la Jeunesse. Amiens for Youth, Amiens 2019.

Amiens ville candidate. Amiens qui prend date.

 

                                                                               443

Je me souviens de Georges Brassens qui chante, "à guichets fermés", au Picardy, en mars 1958.

 

                                                                               444

Je me souviens de l'Association des droits du piéton créée au début des années 80.

 

                                                                               445

Je me souviens qu'en février 1951, l'émission de Jean Nohain Reine d'un jour se déroule pour la deuxième fois en direct du Cirque d'Amiens. Succès considérable. A l'époque, on ne dit pas "énorme succès".

 

                                                                               446

Je me souviens que Jean Catelas a été guillotiné le 24 juin 1941 sur ordre de Vichy. Ses funérailles officielles ne se dérouleront que quatre ans plus tard, le 14 octobre 1945. Plus de 20.000 personnes y participeront.

 

                                                                               447

Je me souviens que Charles de Gaulle, chef du gouvernement provisoire, vient à Amiens le 11 août 1945. Trois heures d'une visite historique. De midi à quinze heures. Enthousiasme et ferveur chez les Amiénois. Un regret chez les communistes : le général de Gaulle n'a pas eu un mot pour saluer la mémoire du député d'Amiens, Jean Catelas.

 

                                                                                448

Je me souviens que Gilles Deleuze a enseigné la philosophie à Amiens. Une photo de classe prise en 1952 en témoigne. Deleuze est au milieu de ses élèves amiénois.

 

                                                                                449

Je me souviens du Théâtre de l'Alambic qui joue à la Comédie de Picardie la pièce de Philippe Lacoche. Une mise en scène façon polar années cinquante et un texte loufoque qui enchante. L'écharpe rouge, version film en noir et blanc. Déroutant et fascinant.

 

                                                                                450

Je me souviens de "Je suis une betterave qui rêve de voir la mer", définition hardie de ma Picardie natale, et du rire de Pierre Rappo face à l'énormité de l'incongruité... géniale. Je l'entends rire encore, de cet incroyable rire sonore, mon confrère Rappo, mon ami Pierrot... prête moi ta plume, pour écrire nos maux... plume que tu maniais si bien.

 

 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

 

 

Partager cet article

Repost0
15 février 2017 3 15 /02 /février /2017 00:07
Amiens. Rédaction du Courrier Picard. Août 1979. © Gérard Crignier.

Amiens. Rédaction du Courrier Picard. Août 1979. © Gérard Crignier.

 

 

                                                                       431
Je me souviens de mon arrivée au Courrier Picard. Eté 1979. Rédaction d'Amiens. Deux mois à l'essai. Le rédacteur-en-chef, Georges-Louis Collet, me met d'emblée le contrat entre les mains. Le mot challenge n'est pas encore entré dans les habitudes langagières. Un papier par jour. On vous garde si vous êtes bon. Suis resté trois ans.
 
 
                                                                       432
Je me souviens de l'entrée en matière qui avait précédé mon entrée dans la Rédaction du Quotidien d'Amiens. Est-ce que vous savez écrire ?, m'avait lancé Georges-Louis. - Oui, comme un prof de philo, avais-je maladroitement répondu. Pas vraiment comme un journaliste. Mais je ne demande qu'à apprendre. Deux mois, deux mois, pour me montrer ce dont vous êtes capable, fut son seul commentaire. Avant de se replonger dans l'écriture de son Edito. Deux derniers mots par la porte entrebâillée : au boulot !
 
 
                                                                         433

Je me souviens de Léon Lamotte, l'enfant qui veut être menuisier, comme son grand père. Mais en chemin, il oublie le CAP de menuiserie et choisit l’École des Beaux Arts d’Amiens. A 25 ans, Il décide de s'installer à Montières, dans la maison de son grand-père, pour y commencer sa carrière. Une vie d'artiste influencée par les expositions internationales de Paris de 1932 et 1937. Avec un intérêt certain pour l’art africain.

 

                                                                          434

Je me souviens que Léon Lamotte travaillait aussi bien la pierre, le bronze, le bois, le grès ou le marbre. Qu'il aimait également peindre. Des toiles volontairement non achevées. Dans le souci, précisait-il au visiteur, de laisser à la pensée de chacun la liberté de s’exprimer.

 

                                                                          435

Je me souviens que certaines sculptures de Léon Lamotte sont visibles en différents endroits de la ville. On peut admirer le bas-relief La Joie de vivre, place Saint-Jacques, et Saint Antoine, rue de Noyon. Sans oublier Gloire au travail, square Montplaisir.

 

                                                                          436

Je me souviens de Madeleine Michelis, professeur de Lettres Classiques au Lycée d'État de Jeunes Filles d'Amiens, à la rentrée 1942. Elle y anime un atelier de théâtre pour les élèves. Elle héberge alors une jeune juive, Claude Bloch - dont le père, l'architecte Jean-André Bloch, a été déporté - avant de réussir à lui faire passer la ligne de démarcation pour l'envoyer chez des amis cultivateurs dans le Gers, les Orlhac.

  

                                                                           437

Je me souviens de Vince Taylor en concert au Cirque un soir où les lacrymos pleuvent place Longueville. Tout ça pour moi, s'étonne le plus français des rockers britanniques, auteur du génial Brand New Cadillac.

 

                                                                            438

Je me souviens de cette petite grand-mère de la ligne de bus n° 2, celle qui dessert l'ancien village de Montières et de ses mots picards pour exprimer son contentement d'être "allée en ville" et de rentrer chez elle : chés geins, y sont' fin conteints ed' preind' ch'bus, pis mi eussi  !

 

                                                                            439

Je me souviens du Bulletin mensuel d'information du P.S.U. de Mai 1975 - je venais d'adhérer- et de Pierre Lepetit, Directeur de publication. Sept pages ronéotées, et cette info en forme d'impératif catégorique : La formation étant à la base de tout militantisme, six stages sont proposés durant cet été aux sympathisants, aux adhérents et militants du parti. Parmi les six propositions, deux avaient retenu toute mon attention de jeune militant : le socialisme autogestionnaire et l'acquisition de la théorie et de la pratique de l'affiche. Quarante et quelques années plus tard, je me dis que je m'inscrirais volontiers à nouveau pour les deux formations.

 

                                                                             440

Je me souviens de l'année 1988, quand je suis amené à écrire Gilles de Robien, Atout Cœur. Jean-Philippe Moinet, journaliste au Figaro, a pour mission de portraiturer le postulant à la Mairie d'Amiens sous l'angle national, - GdR était député UDF -, et moi, je dois jauger et juger le candidat au plan local. La première interview se fait en voiture, GdR au volant, pour mesurer, très concrètement les "blocages", les "verrous" et les "verrues" dans la circulation amiénoise. Rue Saint-Fuscien, Boulevards de Pont-Noyelles, de Bapaume, de Saint-Quentin, de Dury, de Châteaudun, Route de Rouen, Avenue Foy, Boulevard Carnot, Rue Saint-Maurice, rue de la Hotoie, Chaussée Saint-Pierre, Citadelle, etc... Vrai tour de ville automobile et départ de la conquête de l'Hôtel de Ville.

                                                                           

                                                          

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

Partager cet article

Repost0
14 février 2017 2 14 /02 /février /2017 00:00
Amiens. Janvier 2017. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Janvier 2017. © Jean-Louis Crimon

 

 

                                                                          421

Je me souviens du Coliseum et de la patinoire des Gothiques.

 

                                                                          422

Je me souviens de Lucien Ménis, adjoint aux sports de René Lamps.

 

                                                                          423

Je me souviens de la rue du Don. Juste à côté de la place du même nom. Où il y avait une Librairie, créée par Alice Petit. Devait s'appeler, je crois, "Sale caractère".

 

                                                                          424

Je me souviens de Yakoub Abdellatif et de sa fête du Cloître Dewailly. Chaque année, en juillet. Vrai Voyage au cœur de l'été. Des musiques et des chants du Sud pour endiabler le Nord.

 

                                                                          425

Je me souviens de l'heure mauve où s'en viennent boire les licornes. J'ai vu La Licorne mauve s'en venir boire la lumière des projecteurs, et l'incroyable sourire de l'ami Yakoub qui l'adoube. Ça aussi, c'est le mektoub.

 

                                                                          426

Je me souviens du premier samedi de chaque mois quand les bouquinistes s'installent place de la gare. De cette dame bibliophile avertie qui n'achète que des demi-chagrin et moi, gentiment provocateur, qui veut lui vendre mon chagrin tout entier.

 

                                                                           427

Je me souviens de Julos Beaucarne qui dort dans la mansarde de la maison de la rue Delpech, après son concert au Cirque municipal. Son pull arc-en-ciel aux couleurs de son cœur de poète chanteur rêveur, posé sur un dos de chaise. Julos, éternel vrai frère.

 

                                                                           428

Je me souviens de Marie-Madeleine Duquef et de son amassoèr, dictionnaire de tous les mots picards possibles. Marie-Madeleine Duquef qui gagna autrefois le concours d'insultes en picard. Matcheu d'pulpes, baiseux d'glennes, graint queutcheux !

 

                                                                           429

Je me souviens de cet homme étrange, toujours en jupe, et qui tenait son sac à mains à deux mains, devant sa jupe. Les gens disaient qu'il se faisait appeler Sophie.

 

                                                                           430

Je me souviens de ce moment bizarre des soirs de janvier, quand la lumière a cet accent particulier qui indique le retour des beaux jours.

 

 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

 

Partager cet article

Repost0
13 février 2017 1 13 /02 /février /2017 00:00
Amiens. Rue Laurendeau. 7 Août 2016. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Rue Laurendeau. 7 Août 2016. © Jean-Louis Crimon

  

 

                                                                         411

Je me souviens du jour où mon fils, François, a déclaré solennellement à toute la famille réunie - il devait avoir 5 ans - "Moi, dans la vie, je veux faire rire les gens". C'était en août, dans le jardin de la maison de la rue Laurendeau.

 

                                                                         412

Je me souviens de la première édition des Journées Cinématographiques d'Amiens contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples et de l'enthousiasme des trois Jean-Pierre : Garcia, Bergeon et Marcos.

 

                                                                         413

Je me souviens de Chiche Magazine créé par Jean-Claude Bouton, Frank Frommer et Françoise Thuillier.

 

                                                                         414

Je me souviens du Bouquiniste Langlois rue de la Hotoie.

 

                                                                         415

Je me souviens des petits jardins publics qui ponctuent le chemin de la place Longueville à la Gare du Nord.

 

                                                                         416

Je me souviens de François Bayrou déclamant un poème en occitan dans le studio de Radio France Picardie, pour se faire la voix avant une interview croisée avec Gilles de Robien.

 

                                                                         417

Je me souviens de Raymond Godefroy et de Loïc Miget.

 

                                                                         418

Je me souviens de ces maisons où sur l'appui de fenêtre on donne encore une tasse de lait au chat de passage.

 

                                                                         419

Je me souviens que l'usine d'électroménager Whirlpool s'est installée à Amiens en 1950 et que 620.000 sèche-linge sont sortis des chaînes de production de la route d'Abbeville en 2016.

 

                                                                         420

Je me souviens de la phrase de ma fille, Florence, un matin de petit-déj' dominical : "Moi, je me demande où on est quand on n'existe pas encore ?" Un dimanche matin de la fin mai de l'an 2000.

 

 

 

 

 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

Partager cet article

Repost0
12 février 2017 7 12 /02 /février /2017 00:01
Amiens. Rue Delpech. Août 2015. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Rue Delpech. Août 2015. © Jean-Louis Crimon

 

 

                                                                         401

Je me souviens de la façon dont le jeune maçon monte son mur de parement. A l'angle du boulevard Jules Verne. Brique à brique. Patiemment. Monter un mur, sûr, c'est une forme d'écriture.

 

                                                                         402

Je me souviens d'une belle conversation avec Pierre Seghers, à la Maison de la Culture d'Amiens, et de sa manière de me dédicacer ses " Chansons et Complaintes" en écrivant sous mon nom : "ami des poètes et de leurs chansons". C'était en 1977. Il y a 40 ans.

 

                                                                         403

Je me souviens de l'Association Les Voisins de palier.

 

                                                                          404

Je me souviens des Chansons de Lafleur  qu'on trouvait chez Solo Editeur, 9 Rue des Trois-Cailloux : El Rue d' l'Andouille, Ch'Pistolet, L'boin paysan, Ch' Baptêm' ed' Nicodème et aussi A l'veille, créée par le Comique Lepac.

 

                                                                          405

Je me souviens de Parlophone, le disque de qualité, et de sa publicité qui disait : " Parlophone a enregistré pour vous les chansons que chante le Comique Lepac. Voyez votre agent habituel."

 

                                                                           406

Je me souviens du "Romancier de la brume et de la nuit", Pierre Mac Orlan, et de son roman Picardie, qui comme l'indique la quatrième de couverture d'une édition de 1949, est une "émouvante histoire d'amour qui se déroule, tout enveloppée de mystère et de surnaturel, au long des routes que parcourut jadis l'un des plus glorieux régiments du royaume." Pierre Mac Orlan, né à Péronne, dans la Somme, le 26 février 1882. Lui aussi passé par Amiens.

 

                                                                           407

Je me souviens des Amis de la Terre, 19, rue Saint-Leu.

 

                                                                           408

Je me souviens du bus de la ligne 8, Hôtel de ville - Cité scolaire, un jour où, rêveur, le chauffeur a manqué le virage de la rue de la République. Laissant filer en douceur son bus vers la rue des Jacobins. Erreur de parcours. "Chauffeur ! chauffeur !" ont hurlé les passagers, " vous vous trompez ! "

Dans le rétroviseur, le sourire de l'employé de la Semta, Société d'Exploitation Mixte des Transports Amiénois, en dit long sur le Boeing 747 qu'était devenu son Bus. L'homme planait paisible au-dessus des nuages. Le rappel à l'ordre de ses passagers l'a fait atterrir, d'un coup, sur des problèmes plus terre à terre. Des problèmes de terre ferme. Des problèmes de trajets et d'arrêts de bus. Pas question d'avoir la tête dans les nuages.

 

                                                                           409

Je me souviens de Macadam Trottoir et de cette bande d'amis qui veulent faire du théâtre dans la rue.

 

                                                                           410

Je me souviens des boulevards extérieurs et de l'Avenue du Général Foy qui furent tracés entre 1870 et 1875. Il n'y avait alors aux abords que deux constructions remarquables : le Château-Fort, à l'extrémité du boulevard de Strasbourg, et une vieille masure, une chaumière délabrée, où séjournaient ceux qu'à l'époque, on appelle des Romanichels.

 

 

 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens