Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 juillet 2018 6 21 /07 /juillet /2018 00:00
Chengdu. Sichuan. Chine. Balayeuse espiègle. Déc. 2011. © Jean-Louis Crimon

Chengdu. Sichuan. Chine. Balayeuse espiègle. Déc. 2011. © Jean-Louis Crimon

 

 

 

Dès le début d'Octobre

D'un geste précis et sobre

Il entre en scène

Sans mise en scène...

 

Ici, là, ou ailleurs

Lui, le balayeur...

Il décrit d'étranges arabesques

Dessine d'invisibles fresques...

 

Avale des morceaux entiers de trottoir

Ne se raconte pas d'histoire

Ne tire aucune gloire

D'un destin pourtant méritoire...

 

Il balaie du matin au soir

Sans prendre le temps de s'asseoir

Vous le regardez sans le voir...

 

Sa vie est monotone

A peine si ça vous étonne

Le balayeur efface l'automne...

 

 

© Jean-Louis Crimon. Chengdu. Sichuan. Oct. 2011.

 

in "Du côté de chez Shuang",

Le Castor Astral, page 42.

 

 

Notes et croquis pour un livre à venir... 2011 - 2018.

 

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2018 5 20 /07 /juillet /2018 00:00
Kunming. Yunnan. Chine. Sept. 2013. © Jean-Louis Crimon

Kunming. Yunnan. Chine. Sept. 2013. © Jean-Louis Crimon

 

 

© Jean-Louis Crimon

 

Notes et croquis pour un livre à venir... 2011 - 2018.

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2018 4 19 /07 /juillet /2018 00:21
Cannes. Rue d'Antibes. Août 2013. © Jean-Louis Crimon

Cannes. Rue d'Antibes. Août 2013. © Jean-Louis Crimon

 

© Jean-Louis Crimon

 

Notes et croquis pour un livre à venir... 2011 - 2018.

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2018 3 18 /07 /juillet /2018 09:39
Cannes. Sept. 2013. © Jean-Louis Crimon

Cannes. Sept. 2013. © Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2018 2 17 /07 /juillet /2018 03:12
Amiens. Juillet 2018. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Juillet 2018. © Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2018 1 16 /07 /juillet /2018 00:00
Saint-Malo. Mai 2018. © Jean-Louis Crimon

Saint-Malo. Mai 2018. © Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2018 7 15 /07 /juillet /2018 07:29
Cagliari. Sardaigne. Avril 2017. © Jean-Louis Crimon

Cagliari. Sardaigne. Avril 2017. © Jean-Louis Crimon

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2018 6 14 /07 /juillet /2018 08:34
Amiens. Mai 2016. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Mai 2016. © Jean-Louis Crimon

 

"Dépose-minute" ou "Dépose-Minutes" ? Nécessaire marche arrière. Retour à la définition. Un "dépose-minute" est un emplacement de parking réservé pour un court arrêt, pas pour un stationnement de plus ou moins longue durée. L'idée est que le conducteur débarque son ou ses passagers et reparte immédiatement pour laisser la place au véhicule suivant.

Problème : dans ma ville, on a surtout débarqué... l'orthographe !

 

Le panneau indicateur devient l'injonction sublime d'un Maître du temps anonyme. Impératif catégorique. Ordre indiscutable. Langue nouvelle d'une ville Orwellienne. Message métaphysique du grand jeu de piste de la vie urbaine. Belle aubaine. Titre fantastique d'un roman bitume. 

Dépose Minutes. Fabuleux titre. Fabuleux texte pour l'obsédé textuel. Début d'un conte... à rebours

L'horloger céleste s'efface sans demander son reste. Il rend sa tenue d'employé municipal. Tout ça m'est bien égal. 

 

© Jean-Louis Crimon /Journal du Bouquiniste / Mai 2016 et Juillet 2018.

 

Depuis ma photo, la ville a rectifié son orthographe défaillante. Le panneau "Dépose Minutes" est devenu moins singulier en abandonnant son pluriel. 

 

Partager cet article
Repost0
13 juillet 2018 5 13 /07 /juillet /2018 07:03
Amiens. Juin 2016. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Juin 2016. © Jean-Louis Crimon

 

 

La photo, tu le sais depuis le début, c'est une question d'angle. Angle de prise de vue. Angle de prise de rue. Cette photo, c'est un cadeau. Un vrai cadeau qui te tombe dessus. Juste à l'angle de la rue. Rue du Cloître de la Barge. Normal, tout le monde te le dit, avec tes photos, t'es un peu, beaucoup, barge. Trop beau cadeau. Ça ne se refuse pas. Angle de vue. Angle de rue. Angle de tous les possibles: Retraite, Epargne, Santé, Auto, Habitation. Fascinant, vraiment, comme perspectives. Fascinant destin. Fascinant et déprimant.

 

- Vous n'auriez rien d'autre en magasin ?

- Non !

- Bon, je passe mon chemin.

 

Comment croire, même si c'est écrit, tout en bas, que... L'avenir commence ici ? Un avenir à ce point tout tracé, balisé, programmé, ça fait flipper, non ?

 

File un grand coup de balai sur tous ces préjugés. Tourne les talons. Pars en courant. Ne te retourne pas. Le vieux monde est derrière toi.

 

Depuis le début, tu l'as toujours su : L'aventure commence au coin de la rue.

 

 

 

© Jean-Louis Crimon / Journal du Bouquiniste / 30 Juin 2016.

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2018 4 12 /07 /juillet /2018 00:01
Amiens. Sept. 2017. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Sept. 2017. © Jean-Louis Crimon

 

 

Sur le quai, un temps, il se rêve marque-page. Signet dérisoire dans le roman du temps qui passe. Décalé perpétuel. Sentinelle d'une armée de déserteurs. Marque-page. Signe insignifiant. Essentiel pourtant. Pour être toujours à la page. Marqueur de l'instant qui trépasse. Pêcheur à la ligne. Souvent bredouille. Ecrivain qui n'écrit plus. Prof, il dit : les mots sont des hameçons. Elève, il n'arrive pas à apprendre ses leçons. Chaque année, il se dit : ça passe, ou ça casse. Cocasse, enfant, sa pâtisserie préférée : le mille-feuille.

Marque-page. Pour marquer la page. Ou pour imprimer sa marque. Le bouquiniste tourne la page.

 

 

© Jean-Louis Crimon /Journal du Bouquiniste / Sept. 2011.

Partager cet article
Repost0