Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 14:49

DSCN9635.JPG

Paris. Avenue Théophile Gautier. Nov.2012.                                                © Jean-Louis Crimon   

 

 

J'aime le geste du balayeur. Quelle qu'en soit l'heure. Le lieu. La ville ou le pays. Le moment. Soir qui tombe, fin de journée ou plein midi. Sans doute parce que ce geste me rappelle la présence de mon père. Jardinier de son métier. Dans sa vie de jardinier, il en a donné des coups de balai, mon père. Feuilles mortes ou poussière. Eté, printemps, automne, hiver. En toute saison, son balai avait raison. N'a jamais lésiné. Chaque jour de sa vie. Pas un jour sans un coup de balai. La cour, côté jardin. Le trottoir, côté rue. Impeccable. Fallait que ce soit impeccable. Impeccable. Nickel. Ses deux mots préférés. Pour parler de ces choses essentielles à ses yeux.

 

Moi, dans ma tête d'enfant, j'imaginais qu'il balayait aussi les jours au calendrier. Pour que le temps passe plus vite. Hop, un coup de balai sur aujourd'hui pour qu'il se nomme hier. Hop, déjà se pointe demain pour balayer les soucis d'aujourd'hui. Hop, demain effacé en un tour de main. Dans mes conjugaisons enfantines, les éléments aussi étaient de la partie. Le vent balaie la campagne. Le ciel balaie les nuages. La pluie balaie la poussière.

Aujourd'hui encore, avec toutes ces années amoncelées, il y a toujours un coup de balai à donner quelque part. Le balai Aujourd'hui efface toujours Hier. Rien à faire, il y a toujours quelque chose à faire. Dernier balayage du soir. Déjà pointe le premier coup de balai de demain matin.

Seule différence : s'est enfui à tout jamais le temps de la belle enfance. Mon père a changé de destin. Il s'est absenté. Pour toujours, disent les gens. Je n'en crois rien.

Moi, je pense qu'il balaie l'envers des nuages.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

ENGELS 03/12/2012 16:14

Cher Journaliste Bouquiniste Rêveur,
Nous nous sommes rencontrés au Dôme un soir devant un balai... Je partage mon automne avec vous:

Des gouttes d’or dans les yeux, les pommettes rouge-orangées, la chevelure cuivrée qui s’échappe dans le vent perlé de pluie douce, voici l’Automne, grand gaillard aux pieds légers. Le nez aquilin
est joli. Il respire les senteurs de la forêt aux grands arbres qui chuchotent leurs secrets romantiques. La bouche croque le raisin muscat et la poire comice. Le cou tient la tête haute et belle.
Le port est charmant. Les épaules sont majestueuses et le torse fièrement bombé. Les jambes fines et musclées courent vers des jeux malicieux. L’Automne tel Hermès, messager de Zeus qui marche sur
les flots, soulève à chacun de ses pas le tapis de feuilles mordorées, le tapis doux de nos tendres années. Automne, tu suis l’Eté rieur et farceur et tu t’effaces quand dans son grand manteau
blanc l’Hiver frappe à ta porte. Automne de nos amours, tu reviens chaque année et à chaque fois j’admire ton beau visage et je suis amoureuse de toi.

Marie, plume délicate.

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens