Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 juillet 2011 6 30 /07 /juillet /2011 21:38

 

Le temps des pluies froides et des averses a tourné la page. Rive droite, on joue à "Paris Plage". Rive gauche, on aimerait bien jouer à "Paris Pages". Mais faut pas rêver, les passants, certes, s'attardent, et dissertent un peu, parfois musardent, mais au fond, s'en vont, faussement lassés, ou pas vraiment lassant, se délasser, en s'effaçant. Le livre, on le touche, on s'en empare, on se dit que c'est un nouveau départ. Un truc à part. Puis, très vite, on le repose. On croit que c'est juste une chose. Un objet sans sujet. Une forme informe. Un texte sans prétexte. Juste des lignes insignes. Une histoire à ne pas croire.

Pourtant, j'ai vendu Les Hauts de Hurle-Vent, Emily Brontë, Payot, Paris 1947, Les livres de Samuel, La Sainte Bible, 1953, Les Editions du Cerf, Le siècle 1, La Chute des géants, Ken Follet, Robert Laffont, 2010, et Amélie Nothomb, Journal d'Hirondelle, et le numéro 634 du Journal du dimanche, 26 novemvre 1863, à une jeune espagnole qui voulait faire un cadeau à un de ses amis, passionné de vieux journaux.

C'est curieux, vraiment,  ce métier bizarre qui consiste à remettre entre des mains, pas forcément expertes, des livres qui couraient en pures pertes. Ce soir, sans doute ils revivent, et le plaisir de la lecture, ils ravivent ... Nous n'irons plus au bois, ... Les lauriers sont coupés... La belle que tu vois... Ira les ramasser... C'est drôle, cet air qui me trotte soudain dans la tête, l'air que jouait tout à l'heure l'homme à l'harmonica. Egoutier à la ville de Paris le jour, et joueur d'harmonica le soir.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens