Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 décembre 2012 7 30 /12 /décembre /2012 17:39

DSCN0159.JPG

Paris. RER vers Saint-Michel.                                                                     © Jean-Louis Crimon

 

 

Dans le RER du soir, juste en face de moi, il est venu s'asseoir. Après avoir arpenté longuement l'allée du compartiment. Dévisageant, un à un, les visages des gens. Avait sa gueule hirsute d'autrefois. On ne s'est pas parlé. On ne s'est rien dit. Juste un regard qui en disait long. Je sais qui vous êtes. Je ne dirai rien. Le Poète populaire. Randon de votre vrai nom. Gabriel Randon. Connu sous le pseudonyme de Jehan Rictus. Rendons à Rictus ce qui n'était pas Randon. L'Hiver, extrait des Soliloques du pauvre. Que par le plus grand des hasards, j'ai dans mon sac. Vous deviez le savoir.

J'ouvre et je commence à lire. Esquisse d'un sourire dans le regard de l'homme qui me fait face. Un sourire léger. Le plus beau. Le sourire des yeux.

 

Merd' ! V'là l'hiver et ses dur'tés,

V'là l'moment de n'pus s'mett' à poils :

V'là qu'ceuss' qui tienn't la queue d'la poële

Dans l'Midi vont s'carapater !

 

V'là l'temps ousque jusqu'en Hanovre

Et d'Gibraltar au cap Gris-Nez,

Les Borgeois, l'soir, vont plaind' les Pauvres

Au coin du feu... après dîner !

...

Et qu'on m'tue ou qu'j'aille en prison,

J'm'en fous, j'connais pus d'contraintes :

J'suis l'Homme Modern', qui pousse sa plainte

Et vous savez bien qu'j'ai raison !

 

Trénet avait raison : Longtemps, longtemps, longtemps, après que les poètes ont disparu, leurs chansons courent encore dans les rues... Sous le titre de son recueil Le Coeur populaire, Rictus avait fait imprimer par Eugène Rey, son Editeur, quelques lignes aux accents de vraie profession de foi littéraire : Poèmes, Doléances, Ballades, Plaintes, Complaintes, Récits, Chants de misère et d'Amour, En Langue Populaire (1900-1913). Cette langue populaire que d'autres après lui feront vivre sous le pseudo du mot argot.

Envie, ce soir, de tout relire de vous, Monsieur Jehan Rictus. Les Soliloques du Pauvre, Doléances, Cantilènes du malheur, Le Coeur populaire. Sans oublier votre unique roman Fil de fer. Où vous exorcisez si bien les déboires cruels avec votre mère.


Rencontre vraiment extraordinaire. Croisé Rictus dans le RER. Si ce n'était pas lui, c'était son frère. Mais Rictus n'a pas eu de frère...


DSCN0158.JPG

                                                                                   © Jean-Louis Crimon

 

                                                                                

                                                                                                                            Steinlen

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens