Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 septembre 2012 6 22 /09 /septembre /2012 11:30

DSCN6954© Jean-Louis Crimon 

Paris. 2011. 

 

Je passais là par hasard. Lui aussi sans doute. Un jour d'hiver, assurément. Je me remémore au présent cet instant bizarre. Pas même un regard. Trop dur semble sa route. Le dos si courbé qu'on imagine le poids de tout ce qu'il a dû endurer.

Abandonné, peut-être, par ses parents. Peut-être à l'âge de 4 ans. Recueilli, peut-être, par un prêtre. Un prêtre qui s'appellait, peut-être, Frollo. Frollo qui, peut-être, le baptise Quasimodo. Parce qu'il l'a trouvé, peut-être, le dimanche de la Saint-Quasimodo. Lui, il est, peut-être, le sonneur des cloches de Notre-Dame. Peut-être qu'il ne s'aventure guère dehors à cause de son apparence physique. Peut-être que la foule n'apprécie pas la vue de ce bossu borgne boiteux.

Peut-être qu'à 20 ans, il tombe amoureux d'une danseuse gitane. Peut-être qu'elle se prénomme Esméralda. Esméralda qui, peut-être, préfère Phoebus, l'officier de la garde. Peut-être que Quasimodo l'indiffère, quand il la regarde.

Pourtant c'est lui, peut-être, qui vole à son secours. Esméralda, peut-être sur le chemin du gibet. Quasimodo, peut-être, l'emporte dans ses bras. Il l'emmène à Notre-Dame car il sait que, peut-être, la Cathédrale est un lieu d'asile où elle sera, peut-être, préservée. Mais Esméralda est livrée à la justice. Frollo, fou amoureux et surtout fou de rage, d'avoir été éconduit, la livre, et ce n'est pas peut-être, à la justice.

Quasimodo qui, du haut des tours, observe, peut-être, la scène, précipite Frollo dans le vide. Avant de s'en aller, peut-être, mourir auprès du corps d'Esméralda. Là où sont déposées, peut-être, les dépouilles des suppliciés.

Pourtant c'est Quasimodo qui, sûr, aime d'amour Esméralda. Mais c'est comme ça. C'est Frollo qui joue Judas. Trop de peut-être avec tout ça. Marre de tous ces peut-être. 

 

Je me suis trompé de siècle. Je suis Victor Hugo. Je croise sur mon chemin, Quasi Quasimodo. Sa bosse et son sac sur le dos. Son sac n'est pas le plus lourd fardeau.

Partager cet article

Repost0

commentaires

patrick coston 24/09/2012 12:12

son cœur doit être en effet très lourd, tu te retourne sur ta vie, et tu te dit pourquoi cette dernière ne ta pas sourie , et tu cherche toutes les erreurs que tu a pu faire, un examen de
conscience perpétuel. c'est très triste, d'autant plus, que ces personnes ne trouve, je pense jamais la réponse.

bouquinisteparisien 22/09/2012 21:23

Oui, il passe chaque jour près de chez moi, avant d'aller cuver sa gnôle près du quai Voltaire. C'est notre monde !

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens