Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 20:28

 

Je ne connaissais ni l'auteur, ni le titre de l'ouvrage. "Psychanalyse de Paris". Ouvrage publié chez Grasset en 1953. L'auteur, Frédéric Hoffet, avait eu l'honneur de voir son travail présenté dans une Lettre-Préface de Bernard Grasset, l'Editeur. Neuf pages d'une préface pour le moins inattendue. Les deux premières phrases auraient découragé n'importe quel lecteur. Ces deux premières phrases, pour le moins franches et directes, sinon franchement directes et quelque peu assassines, m'ont au contraire rendu cette "Psychanalyse de Paris" subitement très attrayante. Attractive. Attachante.

Je vous donne les deux phrases telles qu'elles figurent, page 9 de l'ouvrage : "Mon Cher Frédéric Hoffet, "Je ne suis d'accord avec vous, ni sur la psychanalyse, ni sur Paris. Mauvaise base de départ pour une préface, direz-vous." Cela semblait, en effet, pour Hoffet, commencer plutôt mal. Au point de se demander pourquoi Grasset, l'Editeur, avait-il publié un auteur et un livre pour lesquels il semblait n'avoir aucune considération ou estime particulière. La troisième phrase se faisait plus rassurante. Elle disait "Ce n'est pas si sûr." Sous-entendu : pas si sûr que ce soit une mauvaise base de départ d'être en désaccord, et sur la psychanalyse, et sur Paris. Ensuite, Bernard Grasset poursuivait : "En somme, c'est une réplique que je vous apporte. Réplique n'est pas bénédiction. Ce qui importe, c'est qu'un livre soit discuté; et mes réserves y aideront. Le seul risque que vous courez, dans l'occasion, c'est ma vivacité d'écriture. Mais il vous est loisible de repousser ma préface, si tout bien pesé, vous pensez qu'elle vous désservirait."

Les motivations d'achat sont curieuses, n'est-ce pas ! Ce sont les deux premières phrases de la préface qui ont fait naître en moi l'impérieuse nécessité d'acquérir l'ouvrage en question. C'était hier après-midi et ce soir encore, picorant ça et là dans le livre de Hoffet avant d'en commencer vraiment la lecture, je me dis que j'ai rudement bien fait. Je ne regrette ni mon achat, ni ma lecture. Ma lecture à venir. Si ça vous dit, je vous tiendrais au courant. C'est vraiment un livre attachant.

Partager cet article
Repost0

commentaires

tirache annick 01/06/2012 12:24

finalement ce Crimont il veut nous rendre addict mais pas de n'importe qui addict de Lui car il se prend pour un personnage important et il a raison (je ne l'ai jamais écouté à la radio mais
peut-être un jour moi qui aime les quais de la Seine j'irai voir s'il y est car j'en doute)

crimonjournaldubouquiniste 01/06/2012 13:07



Madame,


Il n'y a pas de "t" à Crimon. Merci d'en prendre note. Ne me lisez plus ! vos commentaires, la plupart du temps aigris ou agressifs, commencent à m'agacer sérieusement. Vous êtes coutumière du
fait. Je me souviens très bien comment vous aviez parlé, sur fb, il y a bien deux ans de cela, de ma fille Florence, dont le seul défaut était d'être en photo avec son papa. C'était d'une
méchanceté rare !


JLC 


 



Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens