Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 06:54

DSCN9853

Paris. Octobre 2012.                                                                                   © Jean-Louis Crimon

 


Feuille morte sur le bitume. Déjà le ciel s'enrhume. Ma dernière clope, je fume. Même mon cerveau s'embrume. Le vent fait son ménage. Dans les grands arbres, ça déménage. La mort en habit d'automne. Fait son boulot monotone. Le temps prend son temps. Il a tout son temps. Pour nous servir son mauvais temps. Avec effroi, on lorgne les premiers froids. L'été a pris ses quartiers d'été. Vers d'autres cieux, s'en est allé. Nous laissant, dirait Baudelaire, " Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle"...

Une immensité de gris qui nous encercle.

 

Je pense à Rutebeuf et à sa Complainte :

                           

Avec le temps qu'arbre défeuille.

Quand il ne reste en branches feuille

Qui n'aille à terre...

 

Rutebeuf, ressuscité d'entre les morts par la voix de Ferré, et qui pleurait de son vivant ces amis si peu fidèles :

 

Que sont mes amis devenus,

Que j'avais de si près tenus

Et tant aimés ?

Ils ont été trop clairsemés,

Je crois, le vent les a ôtés,

L'amour est morte.

 

Ce sont amis que vent emporte

Et il ventait devant ma porte,

Les emporta.

 

Rutebeuf, mon frère, mon camarade, mon ami, mon poteau. Rutebeuf dont on sait si peu de choses. Jongleur de son état. Jongleur de mots, ça va de soi. Dont on ne sait même pas précisément la date de naissance. Vers 1230. Pas non plus précisément quand il est mort. Vers 1285. Dont on dit qu'il devait être originaire de Champagne.

Mais qu'importe, Rutebeuf, puisqu'à tout jamais... tu es,  -Léo merci-, immortel.

 

Qu'importe, Rutebeuf, ces amis si peu fidèles,

Même si tu les avais de si près tenus,

Tes misères, tes malheurs, sont bien entretenus,

Avec Ferré, immortel, tu es devenu...

 

Ta voix est toujours aussi forte

Aucun danger que vent l'emporte,

Même s'il vente devant ta porte,

Ton chant, la froidure, supporte,

Et supportera...

 

                                                                                                       (La chanson du Bouquiniste)

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

irina dinca 13/11/2012 15:42

Tres jolie! Je ne savais pas que vous etes aussis poete!

Serge 13/10/2012 21:15

"... Ah ! tombe neige
Tombe et que n'ai-je
Ma bien-aimée entre les bras."

Apollinaire

crimonjournaldubouquiniste 13/10/2012 22:08



Bravo, Monsieur ! Rutebeuf, Villon, Baudelaire, Apollinaire ! Sans oublier Paul et Arthur ! Gens de qualité ! Bonne soirée assurée !



Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens