Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 août 2011 7 14 /08 /août /2011 20:16

 

Paul et Virginie, Bernardin de Saint-Pierre. Comme un roman, Daniel Pennac. Mon ami Carla, Stephan Kiehl. Louis de Sancerre, Connétable de France, 1340-1403. C.M. Charpentier. De l'éperdu, Annie Le Brun. Les titres et les noms des auteurs des livres vendus cet après-midi.

 

Après-midi plutôt calme, peu de passants, mais toujours de nombreux touristes en quête du Pont de la Tournelle, de la Tour d'Argent, du Boulevard Saint-Germain, du Jardin des plantes, de l'Ile Saint-Louis ou de l'I.M.A., l'Institut du Monde Arabe. Le bouquiniste est souvent malgré lui un guide touristique bénévole de la ville de Paris.

Vers seize heures, une dame s'est arrêtée près de mes boîtes. Elle a engagé la conversation sur le temps, les gens, le siècle, l'époque. Son mari est resté légèrement en retrait. Nostalgie des années 60 et 70 bien affichée. A un moment elle a dit: en ce temps-là, on pouvait se parler simplement, spontanément. Et se sourire. Sans forcément se connaître.

La dame a trouvé que les temps avaient vraiment terriblement changé. Elle disait : vous voyez, ils parlent tous de communication. Communication, ils n'ont que ce mot-là à la bouche. Mais ils ont beau parler de communication, on ne communique plus.

Elle a conclu sa superbe tirade par ces mots:

"Aujourd'hui, même sourire à quelqu'un dans la rue, on a l'air ridicule !"

Je n'ai pas osé la désavouer. Son mari a acquiescé d'un signe de tête. C'est vrai, semblait dire l'homme, en donnant raison à sa femme : aller aujourdhui sourire à un inconnu, ou à une inconnue, vous risqueriez de passer pour un bargeot. Ou pour un séducteur décadent. Quelle époque vraiment.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens