Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 avril 2012 3 11 /04 /avril /2012 11:58

 DSCN1075

© Jean-Louis Crimon                                                                      Paris. 41, Quai de la Tournelle.

 

 

Je vous ai déjà parlé de mon voisin Julien. A plusieurs reprises d'ailleurs. C'est vraiment un type étonnant. Qui parle souvent du temps. De la pluie. Du mauvais temps. Un des nouveaux arrivés. Un des derniers bouquinistes nommés. Un type bien. Qui ne se livre pas au premier venu. Plutôt discret. Pas franchement le genre extraverti. Mais gentil. Vraiment gentil. Chauffeur de taxi, pendant une bonne partie de sa vie. S'est passionné pour les rues à ce moment-là. Les noms de rue. Les plans. Les plans des villes. Un type charmant. L'avait même tenté une carrière de chanteur dans les années 70. Il écrivait ses textes et ses musiques. M'a prêté un jour deux cassettes. De lui. De ses chansons. Pas mal du tout. Bonne voix. Belle voix. Un peu Jean Vasca. Pour ceux qui connaissent. Esposito. Vasca. Bertin. Les voix de ce temps-là. Grandes voix. Pas seulement belles voix. C'était au temps ... chanterait Brel aujourd'hui. Si le grand Jacques s'avisait de revenir faire un petit tour sur terre. Au temps de Luc Bérimont.  Au temps de La fine fleur de la chanson française.

Julien aurait bien aimé "faire chanteur". Il avait le talent pour. Incontestablement. De beaux textes. Bien écrits. Une voix. Une vraie voix. Mais ça ne s'est pas fait. Si vous lui demandez pourquoi, il répond simplement : j'ai envoyé mes cassettes à plusieurs maisons de disques, mais on ne m'a jamais répondu. Je ne savais pas comment faire. J'ai laissé tomber. C'est un milieu bizarre, le show-biz. Il peste à peine devant le succès d'un Barbelivien ou d'une Nolwenn Leroy. Se contente -ça se voit- de penser tout bas : La gloire n'a pas voulu de moi.

Si je me trouve devant mes boîtes, Julien est à ma droite. C'est à dire, si je suis face à la rue de Pontoise et si j'essaie de distinguer au loin une partie du Boulevard Saint-Germain, Julien est mon voisin de droite.  Même s'il est plutôt de gauche. A gauche, j'ai une voisine. Plutôt de droite.  Une voisine un peu particulière. Une voisine avec un fichu caractère. Le premier jour où je suis arrivé sur le quai, - il y a bien deux ans, maintenant- droit dans les yeux, elle m'a dit :

- T'as pas l'impression de prendre la place d'un jeune !

Du tac au tac, j'ai répondu :

- Pourquoi ? tu trouves que j'ai déjà ma gueule de vieux !

Depuis ce jour-là, elle ne me parle plus.

 

Le quai, c'est vraiment un milieu plein d'inattendu.

Partager cet article

Repost0

commentaires

bouquinisteparisien 11/04/2012 18:44

Ah, les bouquinistes femmes et leurs nouveaux voisins, je pourrais en raconter... Bon courage !

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens