Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 17:11

DSCN0075.JPG

Paris. Drouant. 7 novembre 2012.                                                                 © Jean-Louis Crimon 

 

 

Incroyable cohue. Attroupement des grands jours dans la rue. Depardieu qui passe et qui arrête sa moto. Parle de la victoire d'Obama. Le Clezio qui sort du Renaudot. Les petites vieilles et les petits vieux du quartier qui piaffent d'impatience devant le buffet : aujourd'hui, c'est gratuit. Ici, on sait recevoir. Faut juste le savoir. Les riverains ne manqueraient l'évènement pour rien au monde.

Un tel engouement pour la littérature, ça n'arrive qu'une fois par an. C'est chez Drouant. Pour le rituel annuel du Goncourt. Engouement pour la littérature, pas sûr. Pour les images surtout. Qu'il faut absolument montrer dans les 13 heures respectifs. Pour les sons, les propos recueillis aussi. Les photos des magazines et des quotidiens. Canal +, BFM, France 2, France Info, Euope, RTL, ça bouscule sec pour s'imposer, ça cadre, ça s'engueule, ça perche dans tous les sens, côté sondiers, et ça se fait même... incendier.

Le sermon sur la chute de Rome, Actes Sud, c'est le roman de Jérôme Ferrari. Le Goncourt de cette année. Le plus prestigieux des prix littéraires. Ferrari a remporté le match contre Deville, déjà primé, par 5 à 4. Le roman : deux amis décident de mettre un terme à leurs études de philosophie pour ouvrir un bar en Corse. Ils rêvent de faire de ce lieu le meilleur des mondes possibles. Mais c'est l'enfer qui s'installe au comptoir... Pour le bonheur des journalistes en manque de matière, Régis Debray, l'un des dix, parle très bien d'Histoire et de métaphore... Fait l'éloge de la métaphore dans le roman primé. Puis s'en retourne au déjeuner donné en l'honneur du lauréat. Laissant sur leur faim les poseurs de questions.

Prof de philo à Abou Dabi, l'avion et le décalage ont mis Ferrari dans un état second. C'est lui qui le dit. L'entrée chez Drouant a été pour le moins sportive. "J'en ai perdu ma casquette", lâche dans un large sourire le portier du célèbre restaurant. Le lauréat reste zen. Reconnait, sans peine, avoir vécu une matinée un peu tendue. Etre dans le dernier carré, forcément, on se dit qu'on a une chance. Une chance sur quatre. Son roman ? une réflexion sur la condition humaine. Une fable philosophique sur les espérances déçues et la fragilité des empires. Rome détruite par les barbares et le sermon de Saint Augustin pour garder espoir. En 410 de notre ère. Citation du sage qui devient exergue et phrase d'ouverture : "Le monde est comme un homme, il naît, il grandit et il meurt...


Déconcertante, vraiment, la question d'une journaliste, perdue derrière la meute de ses consoeurs et confrères :

- Vous pourriez nous faire un sermon, maintenant ?

La réponse du Goncourt ne manque ni d'humour, ni d'allant :

- Ce serait élégant, par rapport au titre, mais ça dépasse mes capacités actuelles !

 

Reste la quatrième de couverture, pour en savoir davantage. C'est l'Editeur qui parle : "Jérome Ferrari jette, au fil d'une écriture somptueuse d'exigence, une lumière impitoyable sur la malédiction qui condamne les hommes à voir s'effondrer les mondes qu'ils édifient et à accomplir, ici-bas, leur part d'échec en refondant sans trêve, sur le sang ou les larmes, leurs impossibles mythologies."

Plus simplement, le roman de Ferrari se veut une réflexion sur l'homme et l'âme humaine. L'homme qui, sans cesse, détruit ses rêves. Comme s'il n'avait, à sa portée, d'autres moyens, que de détruire pour à nouveau construire et... continuer à rêver. 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Ange Deville 10/11/2012 18:48

Ce livre de Jérôme Ferrariest un chef d'oeuvre. On n'a pas attendu le Goncourt pour le savoir et le dire.
http://www.ruptures-conventionnelles.com/article-le-sermon-sur-la-chute-de-rome-110398729.html
Espérons d'ailleurs, que cette nomination médiato-norifique ne va pas catapulter ce chef d''oeuvre dans la catégorie méprisée des romands à succès pour relais de gare ...

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens