Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 août 2012 2 28 /08 /août /2012 09:55

 

27868 391098304725 3710047 n

© Jean-Louis Crimon                                                                  Paris, Grand Palais. Avril 2010.  

 

 

 

 

La mort m'attend, comme une vieille fille

Au rendez-vous de la faucille 

Pour mieux cueillir le temps qui passe...

 

Les mots de la chanson de Jacques Brel dans la tête depuis ce matin...  Pour mieux me rappeler, sans doute, que l'éternité de l'instant ne pèsera que peu de poids à... l'instant de l'éternité.

 

Je repense à cette photo du Grand Palais. L'année où était montrée, pour la première fois, une photo inconnue de Rimbaud. Photo contestée. Mais considérée comme l'une des dernières photos de Jean-Arthur, négociant en armes devenu. Photo sépia.

Pendant longtemps, il ne se passe rien. Les visiteurs processionnent jusqu'à la photo censée représenter Rimbaud.

Commentaires à voix basse comme dans un petit sanctuaire. Silence recueilli. Photos permises mais sans flash.

Soudain, tout bascule. Instant magique. Le gardien de l'endroit où est exposée cette photo inédite, s'approche de l'encadrement de la porte. Prend appui sur son bras gauche. Symétrie presque parfaite avec la mort de l'affiche entrevue par l'autre ouverture. Scène incroyable. Mimétisme absolu. La mort. La vie. Côte à côte.

J'ajuste. Juste le temps d'un instant. Le gardien relève la tête et me regarde. Je crains le pire. J'ai vu la photo avant de la prendre. Je cadre l'ensemble et je détourne ostensiblement mon regard vers le squelette de l'affiche. Histoire de laisser croire au gardien que de lui, je me fiche. Que mon intérêt est ailleurs. Histoire de brouiller les pistes. Cette fois, je prends. Le son du Leica ne me trahit pas. Travail d'artiste.

Partager cet article

Repost0

commentaires

armelle dauriac 29/08/2012 11:14

Nul ne sait, où et quand, mais elle attend, tapie dans l'ombre, elle nous attend tous au tournant. Elle fait partie de notre vie, de notre quotidien, elle est là, qui surveille nos gestes, nos
mouvements, le malade, l'accidenté, elle guette ses proies, nul ne le sait vraiment, mais elle attend, inlassablement, elle nous attend ! C'est elle qui choisit l'endroit et le moment ! Nous allons
tous pouvoir la saluer un jour, en souhaitant tout de même, que ce sera dans longtemps !

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens