Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 22:42

 

L'écriture à la voix. Toujours fascinante pour moi. L'encre des cordes vocales. L'écriture orale du match. Le commentaire en direct. Les commentaires dans le commentaire. Larqué est à son aise. Jamais dans la fadeur. Parfois dans la fadaise. Mais ça nous comble d'aise. Il n'y a plus grand chose dans la chaussette. C'est à l'arrache que se termine cette première partie de prolongation. Ils sont très fatigués les joueurs. Les banalités de l'oralité. Deuxième poteau. Obstruction de Mario Balotelli. Le 4 4 2 anglais est toujours en place. Maggio... Montolivo...Pirlo... Maggio... Balotelli.... Chapelet des noms des joueurs qu'on égraine. Phrase parfois aussi mal assurée qu'une mauvaise passe. Un long dégagement avec cette touche concédée par l'Angleterre, les joueurs n'ont plus les qualités physiques pour faire la différence. Dans ces cas-là, c'est toujours plus facile de défendre que d'attaquer. Tentative de frappe de Maggio. Une minute de temps additionnel dans la première prolongation. Oh la la , il a les jambes raides, John Terry.

Terminé pour cette première prolongation qui n'a rien donné. Indication en direct des modifications de programme, suite à la retransmission des prolongations. "Enquête exclusive" reporté à la semaine prochaine. On va vers l'épreuve des tirs au but. Avec Buffon qui pourrait être le grand acteur de cette séance de tirs au but. Séance de tirs au but qui n'est pas encore là, mais qui se profile...

Pirlo qui en se jetant s'est fait mal, non, ce n'est pas Pirlo, c'est Diamanti. Ashley Young qui rend ce ballon à Gianluigi Buffon. On le sent, les jambes sont lourdes, le ballon est lourd... Plus beaucoup de forces, mais les intentions sont là. Il n'a pas fait le une-deux parce que c'était un petit peu téléphoné. Tous les Anglais sont dans la surface de réparation, c'est encore Andy Carroll qui... Maggio, Pirlo, la frappe contrée, incroyable, la possession de ballon des Italiens. Interpellation de Larqué : Diamanti, t'as pas le droit de l'allonger comme ça la feuille de match, là ... Traduction : là, tu aurais dû conclure, marquer. En finir. Inscrire le but victorieux. Métaphore ultime:  C'est arrivé...Tout le monde avait avalé la trompette et tous étaient cuits durs.

Les Anglais n'existent plus balle au pied. Ils ne font plus que défendre. Cinq minutes. Cinq minutes encore. Les traits sont tirés. Tout le monde en a plein les bottes. Mais ce fut un magnifique match. Rooney...Alllez, la dernière occasion, pratiquement, pour les Italiens... Ils le jouent court... le centre de Maggio.... Barzagli... Diamanti... c'est presque fini...

Les supporters anglais ont compris: ça va se jouer aux tirs au but.

 

Les Tirs au but ! La séquence ultime. La plus cruelle. La plus belle aussi. Le face à face. Séance sublime. Si le tireur et le gardien sont à la hauteur.

Buffon, le plus serein. Le plus sûr de son destin. Dans l'exercice, le plus fort. Le plus aguerri.

Les entraineurs relisent leurs notes. Leurs notes, ils les connaissent par coeur. Mais ça rassure. Ils les ont dans la tête. Les lire sur le papier, ça évite de perdre pied. Les entraineurs reprennent leurs notes. Arc de cercle autour de Buffon. Solidarité physique. Solidarité en acte. Avec les corps, on fait corps. 

1-1 après les deux premiers tirs au but. Puis 2-1. Pour l'Angleterre. Un Italien a manqué complétement sa frappe. Le ballon passe à côté du but. Le gardien Britannique exulte. L'Italie est maudite. La messe est dite. Pas si sûr. Buffon n'a pas les deux pieds dans la même chaussure. Il a le gant élégant. Sait boxer le cuir s'il le faut. Ou cueillir le ballon à ras de gazon. Le péno, chez lui, c'est yes or no. Ce soir, messieurs les Anglais, ce sera... no !

Le tir au but de Young sur la transversale. La panenka de Pirlo. Faut oser. Faut réussir le geste. Lifter le ballon. L'arrêt de Buffon. L'arrêt incroyable d'un gardien incroyable. Buffon stoppe le tir au but de Cole. L'arrêt de Gianluigi Buffon. L'arrêt qui fait tout basculer. Qui inverse le cours du destin. Qui relance l'issue du match. Pénalty de Diamanti. Péno d'Alessandro. Enfin, tir au but. Tir au but décisif. C'est fait. C'est gagné. C'est fini. Ce sera l'Italie contre l'Allemagne.

On a eu de l'émotion. On a eu du suspens. On a eu un comportement exemplaire. Larqué résume. La Squadra Azzurra est qualifiée. L'Italie est en demi. La Squadra au paradis. L'Angleterre en enfer. Les Bleus de la Squadra dans le dernier carré. Tiens, en bleu, les Bleus de l'Italie. En bleu, on gagne. En blanc, on perd ! Vous ne le croyez pas ? Jouait pourtant en... blanc, l'Angleterre.

Si les Bleus de Blanc ont regardé le match, à la télévision, ils ont pu voir combien la Squadra est séduisante. Comment le foot, c'est superbe quand c'est bien joué. Comment le foot, ça se joue, en équipe. Comment joue une équipe. Une véritable équipe. Comment on peut jouer en équipe. Comment les individus, les individualités, s'expriment, s'effacent, et se révèlent, en équipe. Pour l'équipe. Dans l'équipe, s'effacent tous les "ego". Dans l'équipe, volontairement, tous les joueurs sont égaux. Se font égaux. Deviennent égaux. A cette condition, l'équipe peut gagner. Tiens, je devrais écrire ça pour L'Equipe.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens