Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 17:42

182989 10150098952669726 4506433 n

© Jean-Louis Crimon                                Paris, Place Monge. 2011.

 

 

 

C'était encore l'hiver. Ou bien le tout début du printemps. Un début de printemps frileux. Tristoune et frisquet. Place Monge, à Paris. Pas très loin du quai de la Tournelle. Place Monge et sa brocante d'objets en ribambelle. Place Monge et sa brocante qui, toujours, m'enchante. C'était l'hiver. Ou les premiers jours du printemps. Je ne sais plus précisément. C'était déjà le soir. Cela, je m'en souviens très bien. La nuit tombe vite en hiver. Assez vite aussi au tout début du printemps. Même si l'on sent, alors, que le jour rallonge. C'était Place Monge. Il avait un peu plu, - ce qui ne m'a pas déplu, en fin d'après-midi. Le miroir était ponctué de gouttes de pluie. Des gouttelettes, pour être honnête.

Les marchands de choses ne disaient plus grand chose. Ils avaient, comme on dit, fait leur journée. Ils emballaient tranquillement, soigneusement, précautionneusement, leurs porcelaines. Leurs tableaux de Maître qui n'avaient pas trouvé de nouveaux Maîtres. Leurs petits meubles à écrire, qui resteraient sans servir. Leurs guéridons. Leurs tables de nuits. Leurs couverts en argent. Vendus par des gens désargentés.

L'homme à casquette s'approche. Il se regarde dans le miroir, sans se rendre compte qu'un autre miroir le réfléchit. Je veux dire le reflète. Le miroir se met à parler. Je l'entends dire quelque chose d'incompréhensible. Je tends l'oreille.

L'homme doit dire : Dans le miroir où je me mire, je me marre.

Le miroir répond : Il y a des jours où j'en ai marre. Des jours où ça va pas trop mal. Des jours où ça empire. Des jours où je larguerai tout. Tiens, ce soir, ma gueule de miroir pour un empire.

L'homme aux trois visages a dû dire encore quelque chose, mais là encore, je n'ai rien compris. L'homme aux trois visages s'est commandé une bouteille de Champ'. Elle est dans le seau. Le seau à champagne.

Vous ne croyez pas à l'histoire de l'homme aux trois visages. Il y a pourtant, sur la photo, une preuve. Une preuve irréfutable. Dans le bas de la photo. Dans le haut de la table.

Regardez bien, entourant la bouteille de champagne, il y a trois verres pour l'homme... Trois verres, ou trois timballes. Normal. Pour l'homme aux trois visages.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Alfonce 12/09/2012 23:03

3 baignoires de Champagne, non ?

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens