Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 mars 2012 6 31 /03 /mars /2012 11:07

 

Ma mésaventure de la gare d'Amiens m'a traumatisé. Amiens, ma ville, ma ville de départ. Dans tous les sens du terme. Ville de ma sixième au Petit Séminaire. Ville de ma licence de philosophie. Ville de mes années de professorat de philosophie. Ville de mes premiers articles de journaliste. Ville de mes premiers micros à la Radio.

Ma mésaventure de la gare me reste sur le coeur. La SNCF m'a tué. A tué en moi tout désir. Je suis mort. Mort et enterré. Enterré vivant. Plus de photos. Plus de mots. Plus d'idées. Plus de révolte. Plus de talent. Plus d'envie. Plus de désir. Plus qu'à mourir.

J'ai décidé d'arrêter. J'arrête. J'ai compris. Orwell avait raison. 1984 est derrière nous depuis longtemps dans le fleuve du temps, mais 1984 est plus que jamais notre présent. Notre destin. Nous n'avons pas d'autre avenir. J'ai compris. J'accepte. Je renonce.

J'arrête.

 

La photo, mes photos. Atteinte à la vie privée. J'arrête.

Mon sourire aux gens que je croise dans la rue. Atteinte à la vie privée. J'arrête.

Mon bonjour aux gens qui passent sur le même trottoir que moi. Atteinte à la vie privée. J'arrête.

Mes mots. Mes idées. Mes livres, mes romans. Atteinte à la vie privée. J'arrête.

J'avais, dans un roman, repris des mots de la vie de tous les jours, des paroles entendues dans le bus ou dans le métro, dans la rue. Atteinte à la vie privée. J'arrête. Je ne publie plus.

Mon blog. Les paroles que j'y rapporte. Les conversations. Atteinte à la vie privée. J'arrête. J'ai compris. Faut protéger autrui.

Ma liberté à moi, ma vie à moi, mon tempérament de rebelle et d'artiste, on en fait quoi ? T'occupe, on s'en occupe. D'accord, faut que je me fonde dans la masse. Faut qu'on me noie dans la nasse. Faut qu'on me broie, qu'on me casse.

J'accepte. Je suis mûr pour l'embrigadement.

J'arrête. J'arrête tout.

Désormais je m'enfonce dans le silence.

 

J'arrête. Je vous laisse. Je vous quitte.

 

Les caméras à chaque carrefour dans les villes. Atteinte à ma vie privée ? Non, c'est pour ma sécurité.

Les caméras sur les quais du métro ou du RER, cogestion RATP/SNCF. Atteinte à ma vie privée ? Non, c'est pour ma sécurité.

Mon téléphone portable grâce auquel la police me localise dès qu'elle le souhaite. Atteinte à ma vie privée ? Non, c'est pour ma sécurité.

J'arrête.

 

J'accepte de boire la ciguë. Qu'on m'apporte le poison. Je suis coupable. J'avoue : je suis coupable. Coupable de ne pas croire aux dieux de la Cité. Coupable de ne pas croire aux valeurs de mon temps. Coupable de ne pas croire aux lois de mon temps.

A mort, l'artiste. A mort, le libre penseur. A mort, le philosophe. A mort, l'empêcheur de ronronner en rond. A mort, le non conforme. A mort, le rebelle. Nos libertés se font la belle.

Qu'on apporte la ciguë. Je la boirai demain. Demain, 1er avril. La ciguë, poison d'avril !

La ciguë, boisson d'avril !

Non, je ne la boierai pas : la ciguë, .... poisson d'avril

 

Désolé de vous décevoir ou de vous avoir déçu : quand la loi est illégale, il faut la combattre. Le droit, quand il n'est que le droit de quelques uns, n'est pas le droit, c'est l'injustice. L'injustice se combat. Comme la bêtise. Les ânes au pouvoir, ça me fait braire. L'heure n'est pas à pleurer. L'heure est à la révolte. C'est le temps du refus. C'est l'heure de dire " non, ça suffit". Inventons une autre démocratie. Une vraie démocratie.

 

Pour la ciguë, vous m'aviez cru ? Vous avez tort. C'est mal me connaître. C'est pas demain la veille que je vais mettre ma révolte en sommeil. Je ne renonce pas. Je ne renonce jamais.

Pendant des années, on m'a buriné "ta liberté s'arrête où commence celle des autres". Aujourd'hui, j'affirme, haut et fort : la réciproque est également vraie, ma liberté commence ou s'arrête celles des autres. Encore faut-il que celle des autres ne soit pas sans limites.

 

J'arrête.

Mais non,  je n'arrête pas. Je n'arrête plus.

Le combat continue.

Qu'importe les déconvenues.

La liberté n'est pas née dans les nues.

La liberté, ça commence au coin de la rue.

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Hubert Schwarz 03/04/2012 23:59

Ah oui, prof de philo à Amiens, en 1979, vous étiez mon prof à la Cité Scolaire, ce n'est pas un bon souvenir, vous m'avez humilié devant la classe en lisant à haute voix un de mes déplorables
devoirs. J'ai 50 ans, je vous en veux encore. Et pourtant, je partage vos combats, votre regard, sur bien des choses, et vous êtes sûrement devenu un type bien...
J'ai ça sur le cœur depuis plus de 30 ans, pardon de vous le dire ici...
(au bac j'ai eu 8/20 en philo, c'était inespéré)

Un vieil amiénois toujours dolent...

crimonjournaldubouquiniste 08/04/2012 01:03



Pardon de vous avoir marqué et blessé à ce point. Le prof de philo débutant que j'étais croyait sans doute bien faire en stigmatisant les travers. C'était une erreur. Manifestement. Sans doute
est-ce bien tard pour vous présenter mes excuses ! Je le fais cependant. Bien volontiers. Bien sincèrement.  8 sur 20, au Bac, ce n'est pas si mal. J'ai la faiblesse de penser que
le Prof devait y être pour un petit peu, et l'élève, dans tous les cas, pour beaucoup : c'est lui qui passe l'épreuve. Pas le Prof. J'espère que vous avez réussi votre vie et que vous êtes
heureux. C'est plus important qu'une note de philo. Même si la philosophie, ça aide à vivre.


 



Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens