Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 janvier 2013 6 12 /01 /janvier /2013 14:10

DSCN9584

Paris. Le Monde. 13/14 janvier 2013.                                                            © Jean-Louis Crimon  

 

 

Honni soit qui Mali pense. Le titre m'est venu comme ça. Au réveil. Très tôt. Faut dire que depuis longtemps, je m'endors avec la radio. Me réveille aussi avec, forcément. Nuit mouvementée. Bruits de bottes dans le poste. Infos de France Info et de RFI. France Inter toujours en grève à cause du redéploiement de quatre techniciens. Honni soit qui Mali pense. Beau titre. Sonne bien. Plutôt presse écrite que radio. Bon titre ? Pas si sûr. Peut-être qu'il n'a pas de sens. Pas de sens évident. D'emblée. Plutôt gênant pour un titre.

Honni soit qui Mali pense. Sale guerre qui commence. Sale guerre d'Afrique pour Hollande et la France. Mais comment faire autrement. Laisser faire ? jusqu'où ? jusqu'à quand ? Fermer les yeux. Se boucher les oreilles. Déjà trop longtemps que ça dure. Plus d'un an ? D'abord, qui les arme ? Qui leur procure des armes ? D'où viennent les armes des jihadistes ? les pick-up ? et l'argent, ils l'ont où ? qui leur vend des armes ? qui les a armés ? qui fait le plein de leurs pick-up ?

 

Le jour, la radio, -c'est curieux-, n'ose plus prononcer le mot "guerre". Les journalistes au micro, les présentateurs des infos, s'évertuent à dire en trois mots, intervention militaire française, ce qui s'exprime mieux, et plus clairement, en un seul. Qui s'imprime d'ailleurs, ce matin, à la une des quotidiens de papier : "guerre". Pourquoi la France entre en guerre, titre sans ambiguïté, Le Parisien.

Dans son point/presse du soir, le Président de la République évoque, lui, "l'intervention française au Mali" comme s'il s'agissait d'une opération humanitaire. N'emploie pas le mot "ennemis" et déclare : "de lourdes pertes ont été infligées à nos adversaires". Affirme la "détermination de la France à ne pas céder au chantage des terroristes". Ne justifie l'intervention française que dans l'attente du déploiement d'une force d'intervention Africaine. Surtout dans le respect des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU. Afin de permettre au Mali de recouvrer son intégrité territoriale. 

Honni soit qui Mali pense. François Hollande souligne que l'action de la France a été saluée par la communauté internationale et par l'ensemble des pays africains. Le Mali, ancienne colonie française. Il y a 6000 ressortissants français à Bamako. Plan vigipirate renforcé en France et à Paris. Bâtiments publics et infrastructures de transports, sous surveillance.

 

Honni soit qui Mali pense. Pas si mauvais mon titre. Juste à ajouter une petite ponctuation. Deux petites virgules. Honni soit qui, Mali, pense. Pas si mauvais, alors, mon titre. Se peut même qu'il ait du sens. Qu'il fasse sens. Qu'il donne sens. Détesté, aujourd'hui, celui qui pense au Mali. Au Mali, en Malien. Les Maliens de Paris le disent bien : "Le Mali a toujours été un pays laïc où les hommes et les femmes vivent en paix. Nous ne voulons pas de la charia." 

Intervention militaire de la France au Mali. Guerre éclair. Juste pour quelques jours. Juste pour empêcher les islamistes de rejoindre Bamako. Guère plus. Ou guerre pour un peu plus. Un peu plus longtemps. Avec des risques d'enlisement. La guerre n'est jamais jolie. Même pour le Mali.

Mali.

So Mali.

Somalie. Le raid a échoué. L'otage français a été abattu par ses geôliers.

 

Honni soit qui mal y pense : Honte à celui qui considère comme condamnable une action à l'intention innocente, mais aux conséquences ambigües. 

Partager cet article
Repost0

commentaires

cocagne 31/03/2013 16:36

Je découvre à la fois ton site ou ton journal si tu préfère et ta décision de le fermer c'est carrément regrettable.
Bon cela me permettra de la parcourir sans être bousculé puis de revenir te tanner le cuir pour que tu reprennes ta plume ou ton clavier.

Je choisis ce billet car le Mali est un pays qui me concerne au plus profond de mon coeur, voici un fil de forum où nous tentons quelques généralités, si tu prend la peine de le parcourir ne te
formalise pas de certaines attitudes car nous avons volontairement tenté l'expérience d'un endroit d'échanges entre gens d'horizons diamétralement opposés.
Voici le fil, considère toi comme chez toi sur le bar des photographes.

http://lebardesphotographes.com/viewtopic.php?f=9&t=613

J'ai découvert ton lien par la graçe d'un forum photo, Pixpopuli, de photographes animé avec virtuosité par un garçon dont j'ignore tout sauf qu'il se nomme Pascal Lando et qu'il parait sévir en
Picardie ceci expliquant peut être cela.

Au bonheur de te relire.

S'il y a un lien entre l'écrit et l'image ce ne doit pas être un usage de l'un par défaut de l'autre.

Cocagne sur les forums mais pas dans la vie

Jean-Paul Baronnet 13/01/2013 16:59

Gardons-nous de jouer avec les mots au risque de devoir jouer avec les maux voire avec les morts. Honni soit qui Mali pense ? Pourquoi pas "Au nid soit qui Mali pense" ? Faut-il préciser que "Mali"
est le génitif du latin Malum qui désigne à la fois le malheur, la calamité, mais aussi, par homonymie, la pomme, pomme de discorde, selon la facétie de l'auteur de la Vulgate qui a fait, de
l'arbre de la connaissance du bien et du mal de la Genèse hébraïque un simple pommier ! Mali, à l'origine de tous nos malheurs ?
Non, bien plutôt, "Béni soit qui Mali pense", bénis ceux qui ont enfin pris la décision de venir en aide à ce pays oublié, délaissé, l'un des plus pauvres du monde, sans ressources, sans pétrole ni
uranium... Mali, pays des Malinkés, ceux qui "portent chance". Bénis ceux qui vont enfin permettre -espérons-le- à mes amis de Gao, Asewad, Hamidi, Inwased, Aljoumaghat... et tous les autres d'être
délivrés du joug islamiste imposé depuis près d'un an par le MUJAO, qui règne en maître sur la vieille cité songhaïe, qui y coupe les mains, flagelle et viole les femmes, embrigade les enfants,
pille les maisons et détruit les écoles. Merci à la France, me disait mon ami Asewad il y a moins d'une heure, elle corrige l'erreur commise (le crime ?)quand elle a éliminé Khadafi sans se soucier
des conséquences de cette action, des mercenaires désœuvrés et de l'arsenal laissé à leur disposition et qui leur a permis de s'emparer de Kidal, Tombouctou, Gao, Douentza... Merci à la France de
nous donner des raisons d'espérer.

LOUANCHI 13/01/2013 16:06

HARKIS LES CAMPS E LA HONTE :
lien vers http://www.dailymotion.com/video/xl0lyn_hocine-le-combat-d-une-vie_news
En 1975, quatre hommes cagoulés et armés pénètrent dans la mairie de Saint Laurent des arbres, dans le département du Gard. Sous la menace de tout faire sauter à la dynamite, ils obtiennent après
24 heures de négociations la dissolution du camp de harkis proche du village. A l'époque, depuis 13 ans, ce camp de Saint Maurice l'Ardoise, ceinturé de barbelés et de miradors, accueillait 1200
harkis et leurs familles. Une discipline militaire, des conditions hygiéniques minimales, violence et répression, 40 malades mentaux qui errent désoeuvrés et l' isolement total de la société
française. Sur les quatre membres du commando anonyme des cagoulés, un seul aujourd'hui se décide à parler.

35 ans après Hocine raconte comment il a risqué sa vie pour faire raser le camp de la honte. Nous sommes retournés avec lui sur les lieux, ce 14 juillet 2011. Anne Gromaire, Jean-Claude
Honnorat.


Sur radio-alpes.net - Audio -France-Algérie : Le combat de ma vie (2012-03-26 17:55:13) - Ecoutez: Hocine Louanchi joint au téléphone...émotions et voile de censure levé ! Les Accords d'Evian
n'effacent pas le passé, mais l'avenir pourra apaiser les blessures. (H.Louanchi)

Interview du 26 mars 2012 sur radio-alpes.net

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens