Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 18:27

DSCN5885 © Jean-Louis Crimon

Rome. Septembre 2012.

 

 

Scène insolite. Face à face après la pluie. Deux voisins sans doute. Ils semblent se connaître. A moins qu'ils ne se croisent tout juste. Pour la première fois. Par hasard. Sur ce bout de trottoir. Ils se parlent du temps qu'il a fait. De cette journée entière de pluie. Des trombes d'eau. Pour laver la ville.

Je suis très mal placé. De l'autre côté de la rue. Je cadre d'instinct. Je prends. Au jugé. Une seule image. L'instant d'après, c'est fini. Déjà fini. La scène n'existe déjà plus. Le chien a bougé. Son maître a détourné le regard. La grande et jolie femme le salue. Elle s'en va.

Bien fait de prendre cette photo. Tout m'a semblé parfait. L'instant. Instant dérisoire. Dans la lumière du soir. Composition sublime d'un moment banal. J'adore le quotidien pour ça. Pour la beauté éphémère de l'instant. Instant de petits riens. D'une densité si forte et si fugace. Durée de vie, ici : un dixième de seconde, à peine. Equilibre fragile des formes et des couleurs. Incroyable répartition des couleurs. La mise en place. La mise en espace. La mise en scène. Juste pour moi. Passant du soir. Passant qui sait voir.

Ce qui me fascine, c'est cette immensité de gris qui encadre parfaitement l'ensemble. Dégradé de gris. Pavés de la rue. Gris bleu. Dalles du trottoir. Gris noir. Pierres d'une partie du mur. Gris clair. Panneaux du haut. Gris comme il faut. Les deux personnages presque gris aussi. Sur la portion de mur gris où ils se parlent. Semblent se fondre dans l'ensemble de gris d'un jour gris. Le petit chien blanc regarde ailleurs.  

La couleur est à l'intérieur. Deux belles pièces de couleur. Pour peindre un peu de soleil dans un jour trop gris.

Partager cet article
Repost0

commentaires

patrick coston 16/09/2012 11:46

il ne faut pas trop généraliser ces propos, tu trouvera toujours l'exception ou les exceptions qui sont là pour confirmer la règle,il faut se mettre a leurs place. c'est humain, il n'y a rien de
pire que l'injustice. les généralités sont fait a mon avis pour les personnes sans solutions.ont le perçois très bien dans notre societé notamment en politique. néanmoins j'arrive a comprendre ce
ressenti de ta part.concernant le cliché, une scène aussi banale que la vie et son quotidien, et toute aussi éphémère.l'instant ne dure pas.

armelle dauriac 15/09/2012 14:05

J'aime les faces à faces, mais pas avec les gens d'ici, ils sont du genre fainéasses, malpolis, mal lunés, souvent sales, mal peignés, la dégaine, gros dégueulasse, le feu dans la tignasse, la
grossièreté, la merdasse, les insultes et j'en passe, ces gens sont très mal éduqués !

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens