Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 août 2012 3 22 /08 /août /2012 08:01

428623 10150627679384726 575334865 n

© Jean-Louis Crimon                                                                                            Paris. Février 2012.       

 

 

Dans la grisaille du matin gris, un homme tout en gris, face à un rideau de fer gris. Tout est gris autour de lui. Les grosses mailles grises du rideau de fer gris. Cotte de mailles d'un siècle toujours prêt à guerroyer. Pull géant tricoté à grandes aiguilles grises. Gris le trottoir. Gris les murs de la boutique où des travaux se font dans la lumière grise. Les vêtements de l'homme sont gris. Pour être en harmonie avec la poussière. Grise, comme chacun sait, la poussière.

 

Je me souviens d'un poème écrit au tout début des années 70. Sur le campus, plutôt gris, où j'habitais, il y avait de grands travaux de construction. De grandes grues grises, girafes mécaniques, s'en allaient brouter les gris nuages. De mémoire, et à grands traits, ce poème d'un étudiant en philo de vingt ans. L'étudiant que j'ai été. Dans le campus tout gris d'une ville à l'époque plutôt grise.

 

Par ma fenêtre, je ne vois que du gris,

Du gris de ciel

Que cache par endroits du gris de murs

Du gris de murs

Où se profile parfois du gris de grues,

Du gris de grues

Pour peindre encore du gris de murs.

 

Et tout en bas,

Du gris de gens qui passent,

Et taches grises sur gris de rues s'effacent.

 

Par ma fenêtre, je ne vois que du gris

                                            du gris de ciel

                                            du gris de murs

                                            du gris de gens

                                            du gris de rues

                                            du gris de grues

                                            du gris de gris

 

Du gris de gris dans le gris du brouillard

Et le matin a l'air d'être déjà le soir.

 

Comme on dit, - c'est banal, c'est cliché -, ce texte n'a pas pris une ride. On ne peut pas en dire autant de son auteur.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Armelle Rubens-Gilet 24/08/2012 21:05

ce n'est pas sans me rappeler une idée gri-ffonnée à vingt ans également, fin 81, que j'avais titrée "Les couleurs de ma vie"; puis plus tard aussi, l'an 2000 naissant, une p'tite poésie bien
banale relatant un "Jour de pluie" trop gris...

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens