Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 21:12

DSCN5780

Rome. Septembre 2012.                                                                               © Jean-Louis Crimon

 

 

Je croyais la manie urbaine strictement parisienne. Mais, qu'à cela ne tienne, à Rome aussi, tant pis pour les nanas, l'amour se fait... cadenas. Mam'zelle Angèle, Pont Saint-Angel... Amour éternel...

L'amour qu'on cadenasse, même avec l'air bonasse, à Rome ou à Paris, de la haute ou de la populace, ça oui, je prends les paris, très vite, sûr, ça lasse. Pardon pour le propos salace, la clef d'amour, c'est porno-dégueulasse. A Rome ou à Paname, on passe, sans état d'âme, de Ma Demoiselle à Ma Dame. N'en déplaise à la femme, je trouve ça plutôt infâme. La fille qu'on embrasse, si faut qu'on la cadenasse, franchement, ça tourne à la ramasse...

Même si, impavide, face à la peur du vide, la ville éternelle s'exclame : J'ai un Tibre dans mon moteur. La clef est à l'intérieur.

Au diable la passion fleuve, je préfère couler des amours paisibles de rivière. Au sud de la France. Pour la romance sur la Durance, j'ai un peu d'endurance.

 

Passerelle des Arts ou Pont de l'Archevêche,

L'amour est dans la dêche,

Ponts de Seine ou Ponts du Tibre,

Pour l'amour-cadenas, je n'ai pas... la fibre.


Tu peux faire ton bégueule, J'vais te casser la gueule, Toi qui joues le fou d'amour, Toi, le faux amour, la ferme ! Tu n'es qu'un sinistre amour qui enferme...

Impair et passe. Je m'achète un passe. Pour libérer la fille qu'on cadenasse. Aider la belle à se faire... la belle. Même si, tapis dans l'ombre, quand le fleuve tourne au sombre, le vieil amant est là, vieux briscard qui se voit déjà, avec ou sans cadenas, la prendre dans ses bras. Pour se l'enchaîner de plus belle... 

L'amour-prison, ça ribambelle...

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
L'amour emprisonné, ce n'est pas de l'amour, c'est de la rage.Au temps jadis, les chevaliers partaient guerroyer, enfermant leurs belles, dans un carcan d'acier. Ainsi, celles-ci ne pouvaient que
rester fidèles, elle n'avait pas le choix. C'était un peu barbare, surtout si l'homme partait pour des années, ou pire, s'il ne revenait pas ! Une culotte en acier, fermée à clef. S'il perdait la
clef, la dame restait murée, ou le forgeron venait la délivrer ? L'amour n'est pas une géole, l'amour c'est pour aimer !