Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 mai 2022 1 09 /05 /mai /2022 08:57
Paris. 2008. Heimermann, Fournel, Crimon, Echenoz. Une attaque de rêve. Stade Charléty. © DR

Paris. 2008. Heimermann, Fournel, Crimon, Echenoz. Une attaque de rêve. Stade Charléty. © DR

Quatre prix Tristan-Bernard pour une attaque de rêve. Benoît Heimmermann, Paul Fournel, JLC et Jean Echenoz. Un soir à Charléty. Le stade Sébastien-Charléty. Remise du Prix Tristan-Bernard à Jean Echenoz pour Courir, biographie romancée consacrée à Emil Zatopek, parue aux éditions de Minuit. Ce prix Tristan-Bernard, surtitré Grand Prix de Littérature Sportive a été attribué pour la première fois, en 1943, à Roger Frison-Roche pour son roman Premier de cordée.

 

Pour Tristan Bernard, créateur de l'Asssociation des Ecrivains sportifs, le sport et la littérature n'ont rien de contradictoire. Bien au contraire, pour le romancier et auteur dramatique, célèbre pour ses mots d'esprit, de nombreuses passerelles réunissent sport et littérature. Créé en 1943, le Grand Prix de Littérature Sportive se donne pour ambition de couronner un ouvrage écrit en langue française, pour ses qualités littéraires avant tout, son authenticité et son originalité. Il a pour but de contribuer à la reconnaissance, à la popularité et au renom du sport. Pour le bonheur de la littérature et des écrivains. 

 

© Jean-Louis Crimon

 

1989 : Paul Fournel, Les athlètes dans leur tête. Ramsay.

2001 : Jean-Louis Crimon, Verlaine avant-centre. Le Castor astral.

2002 : Benoît Heimermann, Tabarly. Grasset.

2008 : Jean Echenoz, Courir. Editions de Minuit.

Partager cet article
Repost0

commentaires