Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 mars 2021 7 14 /03 /mars /2021 08:57
 Paris. La mise en bière. Juillet 2011. © Antoine Marette

Paris. La mise en bière. Juillet 2011. © Antoine Marette

 

Il y a des jours sans vie où le bouquiniste traîne un abyssal ennui. Les rares passants des après-midi de ciel gris et d'averses jettent à peine un regard à l'homme qui vend des livres en plein air. Comme s'il n'existait pas. Comme s'il n'était qu'une gargouille de pierre descendue prendre la pose sur le parapet. Histoire de voir la Seine d'un peu plus près. Ces journées grises, même le grand fleuve charrie une mélancolie liquide où l'on peine à noyer cet incroyable chagrin. Face à tous ces livres endormis et à tous ces auteurs morts, le bouquiniste rêve à sa fin prochaine et à son épitaphe future. Trois ou quatre mots. Pas davantage. Tout ça pour ça, lui irait très bien. Oui, simplement ça. Tout ça, toute cette vie, tout ce parcours de détours et de chemins de traverse, tout ce temps passé, à bosser, à rêver, à gamberger, à inventer, toute cette vie, toute cette énergie, tout cet enthousiasme et tout ce désespoir... pour finir, un beau soir, en allongé pour toujours. En gisant, même pas de cathédrale. Statue sans statut. Toute cette vie minuscule et dérisoire, avec ses trois ou quatre pas de géant, pour rien, ou presque. Oui, vraiment, désespérant. Déprimant. Quatre mots pour point final. Tout ça pour ça.

 

Sans aucun doute. Mais le plus tard possible.

 

© Jean-Louis Crimon

 

( Première parution : 20 Juillet 2011.)

Partager cet article
Repost0

commentaires