Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 février 2020 1 17 /02 /février /2020 09:27
Amiens. Rue Lamarck. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Rue Lamarck. © Jean-Louis Crimon

In bieu jor, chès bind' blanques, all' sont apparues dins l'rue. Ch'étoait l'fan finale d'ech timps des cleus. Chés cleus ont disparu. Un clavier d'bindes blanques pour pianoter du pied ch'bitume. Ch'passage cleuté, il o d'venu ch'passage piétons. 

 

Traverser dins chés cleus, éne esprechion qui n'o pus cours énhui. Ene phrase qui n'vaut pus un cleu. Chés grosses têtes in cuiv' n'indiquent pus chel k'min à suiv'. In parlant, des foés, o disoait coère in mollé "passage clouté", pis on o vit' dit tertous "passage piétons". Chés piétons, ch'est fin connu ed'puis fin longtimps, cha traverse in binde. Pus ou moins organisée. A part dins chés manifestations. Quand chés gins, i n'ont pus qu'assez ed'travaller por des cleus. Alorse, ch'est l'marée humaine face à l'eut' marée, l'maréechaussée. Marée qui déferle dins l'ville, débordant ed'toutes chés rues. Por brailler à ch'pouvoièr ed'chés possédints c'qu'i n'veultent jamoais intind'. La colère populaire qui déborde chés trottoèr pis chés plaches, chès carrefours. Chacun veut y prind' es' plache. Ch'pouvoèr, li, i veut mater ch'peup'. Lui river sin cleu. Chés manifestints, i peuv'tent t'nir des heures, pis des heures, si i gno point des... heurts. D'el castagne, des coeups d'matraques, des grenades lacrymogènes, ou bin pir', des coeups d'fusils à balles ed plastic à t'crever des z-yux. Qu'on n'o minme pus chés z-yux complets por pleurer chés z-yux perdus. Pis d'in coeup, sins prév'nir, cha s'arrête. Fin d'el manifestation. Tertous i doév'tent rintrer à leu moéson. Chés gardes mobiles font les z'immobiles, pour barrer l'rue à chés automobiles. Dins leus seuliers à cleus. Cleu du spectacque : ch'l'escorte cleutée. Des cleus, des cleus, qui maugréent chés gins qu'i z"ont l'sintimint d's'et' foait coère in coeup berné dins l'histoère. Z'ont déimbuler da l'vill' por des cleus. 

 

In bieu jor, por seur, Ch' Lafleur i l'aimeroait bien leu river leu cleu à tous chés ocleux qui nous gouvern'tent, pis qui nous malmèn'tent. Enhui, l'soèr, i tomb' coère vit'. Foait bin tôt nuit. 

Des cleus, des cleus, ch'est dins ch'ciel qu'ech Lafleur il en voét d'in coeup, quind chés étoéles s'allum'tent pour éne bielle nuit bleue... cleutée de bieux cleus... jaunes.

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens