Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 octobre 2019 2 01 /10 /octobre /2019 09:10
Amiens. Quartier Saint-Leu. Juillet 1981. © Jean-Louis Crimon

Amiens. Quartier Saint-Leu. Juillet 1981. © Jean-Louis Crimon

 

 

En 1952, Henri Cartier-Bresson définit pour la première fois par écrit sa conception de la photographie. Son premier livre, Images à la sauvette, réunit 126 photos et un long texte de convictions esthétiques. Images à la sauvette devient, pour l'édition américaine, The Decisive Moment. L'instant décisif est né comme ça.

Dans son texte, HCB livre cette définition fondatrice: "Une photographie est pour moi la reconnaissance simultanée, dans une fraction de seconde, d'une part, de la signification d'un fait, et de l'autre, d'une organisation rigoureuse des formes perçues visuellement qui expriment ce fait."

 

L'instant décisif. L'instant, - le bien nommé -, au pays de ce qu'on nommait autrefois l'instantané. Problème : je me sens, chaque jour davantage, le photographe de l'instant dérisoire. Le dérisoire, le minime, l'insignifiant, le sans importance, c'est, pour moi, paradoxe des paradoxes, ce qui a le plus d'importance.. à mes yeux. Le non-évènement qui, soudainement, fait évènement, j'adore.

 

Une photo parmi les dizaines de milliers que j'ai pu prendre, définit mieux qu'un long discours ce "dérisoire décisif ", pour inscrire, en toute modestie, ma démarche dans les pas de HCB. Photo prise en juillet 1981, au coeur du vieil Amians, au bord d(un des bras de la Somme où des gamins s'amusent et s'entraînent à plonger. Je me souviens très bien - la planche-contacts en attteste - avoir  pris - discrétement - trois photos de la scène. Pas davantage. Au temps de l'argentique, on économise la pellicule. Un négatif 36 vues peut faire la semaine.

 

Au développement, déjà, je sens que je tiens quelque chose. La lecture du négatif ne laisse aucun doute. Parfaitement cadré. Le cadre exprime parfaitement cette organisation rigoureuse des formes perçues visuellement. Je voulais saisir le plongeur dans son envol, dans sa course vers l'eau, mais avant qu'il n'atteigne l'eau. J'ai déclenché juste quand ses pieds quittent la berge. Le hasard a fait le reste.

 

Sur la photo, les bras, déjà, sont entrés dans l'eau, mais la tête est comme posée sur l'eau, comme sur une nappe, une nappe liquide où aucune ride n'est encore dessinée. Aucune ride d'eau. La photo est un cadeau. Sûr, Cartier-Bresson n'aurait pas renié ce clin d'oeil du destin. Instant décisif ou pas. Une photo, c'est exactement ça. Simplement ça, mais exactement ça. 

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens