Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 avril 2019 5 26 /04 /avril /2019 07:50
Amiens. La Confirmation. Avril 1961. © DR.

Amiens. La Confirmation. Avril 1961. © DR.

Dans mon village - Tante Laure oblige - j'avais dû, déjà, l'année de mes 7 ans, faire ma communion privée. La "Communion solennelle", c'est au Petit séminaire que je devais la faire. Communion solennelle le matin, Confirmation l'après-midi. Devant l'Evêque du Diocèse et le Père Supérieur. Avec un parrain de confirmation, différent de notre parrain de baptême. 

Sur la photo officielle, la main posée sur mon épaule n'est pas celle de mon parrain. Mon vrai parrain devait être mon grand-père. Grand-père Edouard. Mais grand-père Edouard me fit faux bond.

Pour la première fois de sa vie, la seule sans doute, Edouard eut soudain honte de n'être pas comme les autres hommes en impeccable costume croisé. Honte de n'être venu qu'en simples habits d'ouvrier. A l'appel des parrains, grand-mère Edith eut beau lui labourer les côtes de plusieurs coups de coudes, rien n'y fit. Edouard était têtu. Il ne bougea pas de son banc.  

 

Pages 16 et 17 de "Rue du Pré aux Chevaux", mon deuxième roman, paru en 2003, je raconte l'incident fondateur, avec tout juste ce qu'il faut d'invention pour que l'autobiographique se métamorphose en roman.

 

" Ce qui devait arriver arriva. Je suis le seul petit séminariste à me présenter sans parrain de confirmation. Entorse scandaleuse au rituel sacré. Je suis le mouton noir au milieu du troupeau d'aubes blanches. Tremblant de toute mon âme, je m'avance quand même que puis-je faire d'autre ? vers monseigneur l'Evêque, assis sur son trône, la main droite posée sur la crosse d'or et d'argent, le regard d'une sévérité terrifiante. 

- Et le parrain ? Où est le parrain ?

Mort de honte, j'esquive : "Je ne sais pas. Peut-être qu'il n'a pas pu venir". Mensonge. Mensonge et nouveau péché. Je suis à nouveau pécheur.

"Placez votre main sur son épaule", lance alors l'Evêque au parrain de l'enfant qui me suit dans la longue file indienne des aubes blanches. J'étais sauvé. Je bénissais le ciel et la lettre C de mon nom de ne pas m'avoir placé en dernière position du cortège des confirmants. Je trouvais géniale l'astuce de monseigneur l'Evêque, volant à mon secours, dans un réflexe aussi pastoral qu'inespéré. "

 

 

© Jean-Louis Crimon

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens