Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mai 2018 1 07 /05 /mai /2018 10:24
Contay. La grille du cimetière. Mars 2009. © DR.

Contay. La grille du cimetière. Mars 2009. © DR.

 

" Je me demande bien pourquoi je suis à chaque fois le dernier à quitter le cimetière, avec le goupillon et l'eau bénite. Je referme derrière moi la grille qui grince toujours d'un grincement horrible, cri humain qui proteste. Pourrait pas mettre un peu d'huile sur les gonds, le garde ?

" Je tremble des genoux, de froid ou de peur. Pourquoi dois-je toujours être le dernier à rester près du mort. Jusqu'à ce qu'ils descendent le cercueil à plusieurs, avec la corde, et que le fossoyeur jette la première pelletée de terre.

" Au bord du trou, je dois attendre que tous soient venus bénir le cercueil. Ils défilent tous devant moi, un à un. Sont pas fiers alors, les vivants face au mort. Surtout ceux qui, du vivant du mort, n'ont pas été très justes, ni très gentils avec lui, le mort. Comme s'ils avaient peur que le mort, bien mort, ne prenne soudain sa revanche sur les vivants qui l'ont malmené sa vie durant.

" Puis c'est le moment où je redescends seul du cimetière, le goupillon et le seau d'eau bénite à la main. Je referme la grille qui grince. Avant de la refermer complètement, je me retourne une dernière fois vers le cimetière et la dernière tombe. Je lui souhaite "Bon courage" au mort. Surtout pour la première nuit. La plus dure, la plus froide, la plus désespérante. Après, du moins je le pense, il s'habitue à sa nouvelle vie. Sa vie de mort. "

 

Verlaine avant-centre, roman, Castor Astral. 2001. Chapitre 11, Feuille morte, p. 129 et 130.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens