Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 octobre 2017 5 27 /10 /octobre /2017 00:06
Vince Taylor, de son vrai nom Brian Maurice Holden. © DR

Vince Taylor, de son vrai nom Brian Maurice Holden. © DR

 

 

 

 

                                                                          436

Je me souviens de Madeleine Michelis, professeur de Lettres Classiques au Lycée d'État de Jeunes Filles d'Amiens, à la rentrée 1942. Elle y anime un atelier de théâtre pour les élèves. Elle héberge alors une jeune juive, Claude Bloch - dont le père, l'architecte Jean-André Bloch, a été déporté - avant de réussir à lui faire passer la ligne de démarcation pour l'envoyer chez des amis cultivateurs dans le Gers, les Orlhac.

  

                                                                           437

Je me souviens de Vince Taylor en concert au Cirque un soir où les lacrymos pleuvent place Longueville. Tout ça pour moi, s'étonne le plus français des rockers britanniques, auteur du génial Brand New Cadillac.

 

                                                                           438

Je me souviens de cette petite grand-mère de la ligne de bus n° 2, celle qui dessert l'ancien village de Montières et de ses mots picards pour exprimer son contentement d'être "allée en ville" et de rentrer chez elle : chés geins, y sont' fin conteints ed' preind' ch'bus, pis mi eussi  !

 

                                                                           439

Je me souviens du Bulletin mensuel d'information du P.S.U. de Mai 1975 - je venais d'adhérer- et de Pierre Lepetit, Directeur de publication. Sept pages ronéotées, et cette info en forme d'impératif catégorique : La formation étant à la base de tout militantisme, six stages sont proposés durant cet été aux sympathisants, aux adhérents et militants du parti. Parmi les six propositions, deux avaient retenu toute mon attention de jeune militant : le socialisme autogestionnaire et l'acquisition de la théorie et de la pratique de l'affiche. Quarante et quelques années plus tard, je m'inscrirais volontiers à nouveau pour les deux formations.

 

                                                                           440

Je me souviens de l'Exposition Alain Mongrenier à l'Hôtel des Feuillants.

 

 

 

 

 

                                                                           

                                                          

© Jean-Louis Crimon / Le Castor Astral. 2017.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de crimonjournaldubouquiniste
  • : Journal d'un bouquiniste curieux de tout, spécialiste en rien, rêveur éternel et cracheur de mots, à la manière des cracheurs de feu !
  • Contact

Recherche

Liens